samedi 16 décembre 2017

L'un des sens du ciel


Il était si beau si bleu si haut
Ce jour-là
Peut-être ainsi novembre
Des jours prédestinés
D'attendre
A bien le regarder il était bien lu

Il serrait dans ses mains une douce pudeur
La sainte grotte d'émois
Ne connaît pas sa joie
D'aile
Vers la source du cœur
Humblement, il marchait
En précieuse eulogie :
Que la chance soit avec toi !
Trois pierres pour l'avenir
Hello bénite !

Confiant, il allait vers son bonheur ...


Veronica B, 16 décembre 2017,  in Mes essences-ciel





20 commentaires:

  1. Un essentiel à cueillir entre tes mots!

    RépondreSupprimer
  2. Je te reconnais bien là ... :-)
    Je t' embrasse
    Moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux
      Sui tu me reconnais
      Toi
      Car Oui
      C'est moi

      Je t'embrasse

      Supprimer
  3. Le ciel bleu m'a attirée et je me suis mise à rêver...
    Bises bleutées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et sur nous, il peut s'effondrer, peu m'importe si ...

      Bises des cils en cieux

      Supprimer
  4. Ton texte est mystérieux. je ne sais pas de qui tu parles.
    Mais il s'en dégage de la douceur et beaucoup de magie.
    Et tu sais sans doute combien j'aime cela, Veronica.
    Quant au mot eulogie il est très beau et je ne le connaissais pas...
    Merci pour tout cela
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Célestine, j'aime tant que tu ressentes cela, derrière le mystère, la douceur et la magie, ça me touche ... oh oui je sais combien tu es fée :)
      Il y en a derrière s'aime haut oui ... ;)

      Merci pour tes lectures et présences ...
      Je te souhaite beaucoup de joie dans ce temps de Noël ...

      Supprimer
  5. Dans la lune-nette de mes cieux je t'aperçois Veronica qui happe-proche sur le j'aime-mains de l'allume-hier de Noël !
    mère-si.....
    bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Den,

      Je t'envoie un soleil de minuit dans la lumière douce de Noël oui, qu'elle éclaire les tiens et te réchauffe longtemps ...
      Bisous

      Supprimer
  6. Sagesse ancestrale portée par ton langage intérieur. Est-ce la transposition d'une histoire racontée depuis la petite enfance à l'approche des fêtes, une de tes créations à reflets, à visages multiples, miroir où chacun se voit et lit l'histoire qu'il croit reconnaître? Comment ne pas lire ce qui avant tout te ressemble? Heureuses fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Suzanne,

      Hotte toi !
      T'aime haut

      Tu as vu l'essence ...

      Derrière l'aime haut, il y a ...
      Je ne le dirai pas ;)

      Que ces fêtes te soient belles et bonnes chère amie !

      Supprimer
  7. Douces fêtes chère Véronica encore et toujours ds les mots qui apaisent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Yanis

      Lumière de neige
      Il a posé
      Le ciel

      Supprimer
  8. Octobre reviendra peut-être

    La poésie a racines plurielles, essentielles…
    et elle est là
    j'aime ces mots-ci
    merci

    essence-ciel, aussi

    "Au goût des solitudes. D'aucuns semant aux vents récoltent les tempêtes…"

    Sur la parcelle, la vieille bat encore la faucille.
    La fatigue s’avance.

    Elle rêve…

    En bas des sillons bruns
    le ruisseau gargouille sur ses galets.
    Caché parmi les boutons d’or, les iris, les sagittaires,
    le ru se rassasie d’oxygène.
    Il s’enfuit au loin.

    Là-bas sur ses méandres,
    l’eau troublée accroche une dernière fois le soleil.

    Jadis,
    ici dans le bocage,
    se cachait leur nid à tous les deux.
    Quand elle entra dans le pré,
    lui déjà là, l’attendait,
    le cœur battant.

    Ses lèvres sont encore brûlantes de ses baisers.
    Il avait tissé un lit de fleurs des champs.
    Tu as tout vu la pie.
    Tu t'en es allée.
    Mais jamais tu ne les as trahis.

    Elle rêve…

    Au ras du sol.
    La sueur perle dans son cou.
    La haie la protège, l’habille de ses ombres.

    Elle rêve…

    Fixant encore l’églantine, la ronce fleurie.
    Le lézard s’enfuit, l’oiseau immobile se tait.

    Elle rêve sous le ciel bleu.
    Sous la cacophonie des avions de ligne.
    Sous la calligraphie entremêlée des craies de fumées,

    des longues traînées blanches, polluées…


    Palimpsestes, et pour le p on verra plus tard :)

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !