jeudi 31 août 2017

Lettre à l'amie

Ma précieuse,

Je sais ta rentrée demain, nouvel établissement qui deviendra aimant parce que tu le vaux bien et que tu le veux bien.
Avec plaisir, soin et presque ivresse, tu as préparé ta tenue. L'âme aime, repassée.
Comme toujours, tu n'as rien oublié.
Ta jolie tunique bleue, tes accessoires fétiches " qui portent le bonheur", broches, bracelets, bijoux.
Tes couleurs.
Ta tenue de scène. Que le spectacle commence, vite, il est temps !
Etre bien toi de la tête aux pieds. Et ton sourire au centre.
Une femme, une enfant, un fleuron de lumière.

Je suis si heureuse de te savoir partant vers les Cussons, cartable Haut marguerites et pois servannais, cœur vaillant plein d'allant, de courage et d'en vie pour tes nouvelles classes, tes nouveaux élèves, tes nouveaux locaux, ces odeurs que tu sais, que tu vas retrouver, les colles, les papiers, les bureaux et les craies à l'heure du tout technique !
Recommencer le cycle des apprentissages patients.
Toi qui tisses si patiemment l'ouvrage de ta vie.
Tes projets toujours originaux et accessibles, ta foi en ton étoile et ton amour pour l'humain.
Femme de racines et d'archives ...
Mémoires tout terrain ...Proustienne retrouvée.
Passés réinventés au présent simple.

Comme tu sais construire le chemin qui t'y mène dans cette autre ville pas forcément choisie par toi au départ mais que tu apprivoises avec sagesse et à ta façon, cette rose intimiste un brin sauvage dans ton regard et dans tes mains, dans t'aime hein, oui hein !

Alors, force aimant, tu vas le faire tien au gré de tes pas.
Comme je le comprends.

Art
Mot
Nid
Contagieuse

Energie
Lumineuse !

Il y a tant de façons d'apprivoiser un nouveau paysage de vie, tu le fais avec ta géographie et ton histoire intérieures. Tes crayons à toi. De cool heure oui, celle que tu préfères.
Pas à pas, comme tu garderas en toi toujours le cœur de Lyon et Lyon dans ton cœur.

Chère amie de mon cœur et de ma vie, va !
Ta joie gicle sur moi !

Je te souhaite le soleil, le vent, toute ta voix donnant ! des fruits bien mérités, ceux que tu vas semer...
Oui des fleurs à pousser, des jeunes à t'apprécier, des collègues accordés, des allers confiants et des retours souriants ...

"Quand une personne vit pleinement, les autres en font autant." 
Clarissa Pinkola Estes.


Veronica B, le 31 août 2017.

samedi 26 août 2017

Ame et pieds










Petite séance improvisée, le mercredi 23 août 2017
Un grand merci à mon amie photographe Clémence S pour ce moment entre filles, simple, tendre et vrai.
Ce fut un plaisir de poser pour toi !

lundi 21 août 2017

Les carottes amoureuses

                                                                                                               à Julie.

Deux carottes amoureuses tendrement s'enlaçaient
Sur la couche crémeuse d'une verte forêt




Deux carottes amoureuses lentement kiss s'aimaient
Dans la bouche fiévreuse d'une racine pinnée



Deux carottes amoureuses tendrement enlacées
Dans le jardin secret des roses parfumées ...


Veronica B, 21 août 2017, in l'Amour bio, pour une tendre érotique.

mercredi 9 août 2017

Haut Mage ...


Ecouter la forêt qui pousse plutôt que l'arbre qui tombe. Friedrich Hegel.

Jamais cette phrase du philosophe n'avait fondu dans ma bouche avec autant de résonance et d'échos familiers ...
En effet, tandis que je vaquais à mon jardin quotidien ( donne-nous aujourd'hui notre pin de ce jour, comme un arbre dans ma vie ) sous la couvée de chênes et un ciel ami de teintes ( plus subtil qu'un ciel à demi-teinte ),  je voyais comme un grand four, un four à micro ombre, tout le sens de la VIE qui m'entourait, un dessin dont les contours se précisaient, tout était plus clair, au carré, j'étais losange.
De ces chênes superflus ou malades que j'avais fait abattre et dont il ne restait que de belles souches signées d'une main technicienne amoureuse, jamais je n'oublierais le bruit sourd qui tombe, la force aux ricochets, le puissant coup dans mon cœur et la mer de soleil qui, à l'or de mes yeux fascinés, d'une main de géant, avait tout repeuplé ...
J'ai compris, oui j'ai pris avec moi, l'ombre et la lumière.
J'ai aimé la lumière qui reprenait sa place au soleil.
J'ai mieux aimé la petite forêt qui repoussait mes ombres.
J'ai en moi la clé de voûte de mon existence.
La pierre précieuse de ma caverne dense.
Soute et reine.
Te souviens-tu du chêne en V, en moi je songeais ...
Le chêne Victoire, Niké en grec ancien,  latine Véronique.
Je le croyais mien.
Oh ma déesse.
Moi la celte féconde.
Oui, un chêne aux larges bras pédonculés, branches massives et tortueuses, aussi haut que beau.
Ses lobes ajourés, amis de la lumière.
Toujours plein de réserves. Une vie sous la vie. Rivière sous la rivière.
Ses racines profondes, plongées dans l'humus. Odeurs vagabondes, moelleuses, haut thymus.
Sanctuaire polygone effeuille langue-mémoire.
Tu glanderas mon monde.
Ton bois souple et dur pour sculpter ...
ô ma forêt durable !
Couronnée.
Même absent resteras mon Dodone
Robur
Homme à forer durable ?
Sa Majesté, je vous aimais ...

Veronica B, le  juillet 2017, in Dans ma forêt profonde.