vendredi 19 août 2016

Regards ...

J'ai vu le vrai soleil dans les yeux de ce père qui venait d'apprendre sa fille soignée de son cancer ...
J'ai vu le besoin de parler, de dire, de rompre solitude dans les gestes de cette femme qui m'avait reconnue après toutes ces années ...
J'ai vu sa gêne heureuse et sa fierté pudique quand elle m'a présenté sa nouvelle aire de rive ...
J'ai vu sa joie solide quand, de sa petite main, elle a glissé, bien sûr, le présent dans la mienne ...
J'ai vu l'oiseau blessé dans le bain de ses mouches, prenant consolation au gré des mes bras-sœurs ...
J'ai vu cette fureur de vivre et de survivre et de se relever et encore et encore qui ne nous quittera pas ...

Et toi, qu'as-tu vu ?



32 commentaires:

  1. C'est un très beau jour aujourd'hui qui me fait chaud au coeur... j'ai vu une amie qui a repris sa plume et cela est merveilleux. Un grand merci chère amie pour ce pré fleuri et où je reviendrai, avec bonheur.
    Mes pensées très chaleureuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Combien vos mots me sont doux et précieux, chère Denise, alors que je repose les pieds ( et les mains, sourire ) dans mon antre aimé, tant aimé de vos présences ...
      J'essaierai de venir poser mes mots un peu plus souvent, pour qu'on se regarde plus cette année ...

      Je vous embrasse.

      Supprimer
  2. J'ai vu le tant-pas-assez avec tous ses présents, pour en faire des confits-futurs...oui c'est bon la vie...
    Bien sûr j'ai vu ton jardin antre-tout-vert ...toujours un plaise-sir de six-pommes-mener...
    Câlinsss!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Claire, sourire, moi aussi j'ai fait de la confiture hier, oui transformée en confiturière d'un jour, bien peu de pots pour beaucoup de cuisson ceci dit, ma pastèque et mes citrons sont donc ceux qu'on fit ...

      Au pré, antre-nous, qu'il fait bon voir la vie !

      Six pommes sans deux sous ! ah ah
      Becs becs becs en trio joyeux !

      Supprimer
  3. J'ai vu la figue du figuier.
    Et depuis longtemps, je sais,
    Que ne meure jamais un figuier.

    Le temps présent portera ses fruits,
    Le temps d'avant et le temps d'après,
    Nous verrons bien un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau ce que tu dis, chère Lou, j'ai vu que tu y étais ;)

      Une vraie figle à sa mère :) ( entre la fille et la figue n'est-ce-pas, au jardin des marguerites, bien sûr ! )

      Supprimer
    2. La figue fleur te remercie... clin d'oeil.

      Supprimer
  4. Oui je suis là pour toi et tu les sais ...:-)
    " Regards " est un mot que j' affectionne particulièrement tant ils parlent toujours au coeur ...!
    Dans ta prairie j' ai vu ...tellement de fleurs semées avec amour qui donnent leur récompense à toi qui fidèle attendait dans le silence ...:-)
    Reste avec nous ...tu nous manques ..
    Bisous tendresse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'essaie bien :)
      J'ai vu ta présence, elle m'a fait un cygne.
      Il nageait bien doux sur l'eau de la vie ...

      Les fleurs de vous que j'ai semées il y a longtemps maintenant, elles sont devenues des reines de cœur. Tu sais, elles vivent, elles demeurent.

      Je suis là qui t'embrasse si fleur...

      Supprimer
  5. J'ai vu les grands sOleils penchés comme un visage pense
    Dans les yeux des en-faons
    La fleur de l'astre qui tourne en sol de jarre-daim
    En a-ronde enflamme charme et chante en coeur de mottet
    Egréné
    J'ai vu le grain de beauté sur le silence posé
    D'une accord presque parfait
    Nourri au beau cou à l'infini aimé
    J'ai vu un choeur vibrant profond composer
    J'ai vu tous les cailloux toutes les pierres
    Toutes les ombres tous les fantômes tous les bijoux
    Toutes les richesses toutes les précieuses,
    M'aime les nacrées emperlées
    Dans l'espace sourd de toi dans le ciel métissé des hommes Ouatiné

    J'ai vu tous les sOleils tous les sOleils

    Même quand la vie grise réchauffe et barbouille ses couleurs
    En pâles-êtes
    Sur la peau éclairée qui se tanne.

    En faim de toi j'ai vu ta plume retrouver son chemin...

    Tu nous manquais.
    Merci d'être là.

    Bisous Véronica.

    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...d'un accord... pardon.
      Den

      Supprimer
    2. Quel talent ..." En faim de toi j' ai vu ta plume retrouver son chemin .."
      J' adore ...:-)

      Supprimer
    3. Oui, si belle plume parce que la d'âme est belle ...
      Ses mots profonds résonnent en moi.
      J'ai vu sa ligne pure suivre l'héritage d'aime haut.

      Elma
      Touchée
      Au cœur

      Merci à toi aussi, ma chère Den, de me dire ta joie, dans ce respect silence qui prenait soin de nous ...

      M'Emile
      Grain de beauté
      Chante haut regards comblés !

      Je t'embrasse tendrement.

      Supprimer
  6. J'ai vu mon fils blessé, souffrir mais courageux comme un vaillant samouraï
    j'ai vu mon père affaibli, le regard de mon père comme s'il savait qu'il va partir, mais qu'il ne voulait pas le montrer
    je l'ai vu se battre contre son nénuphar, essayer de se redresser par fierté pour montrer son courage sans montrer sa faiblesse
    j'ai vu des soleils flamber au-dessus de la mer
    J'ai vu ma douce fille heureuse et épanouie
    j'ai vu les mots de mes amis me soutenir dans mes épreuves
    j'ai vu toutes les beautés du monde épandre leur parfum derrière mes fenêtre, et grimper comme des fleurs à la croisée de mes chemins.

    Merci d'être revenue, belle Veronica
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes regards, fée Célestine ...
      Entre les soleils, les parfums heureux et les fragilités pleines de courage et de pudeur ... toute la vie, ta vie que tu exprimes.

      Je t'embrasse avec tendresse.

      Supprimer
    2. Je t'embrasse moi aussi, cher bouquet de tendresse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'ai vu une amie, revenir et partager ses mots, ses rimes, j'ai vu son sourire communicatif. J'ai surtout vu une amitié liée par cette île Rouge au loin...Cet Océan Indien qui nous unit depuis déjà quelques années. Je t'embrasse tendrement et t'envoie les effluves vanillées d'ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ainsi tu as vu mes yeux rieurs, chère Dodo ;) sourire, c'est gentil ...
      Oui, des liens qui unissent par delà les regards de terre, des regards profonds qui lisent avec le cœur ...

      Bisous plein de paysages en dedans ...

      Supprimer
    2. Les paysages « en-dedans » oh comme ça me parle... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Coucou Véronica
    J'ai vu la moue dubitative pour sa première purée de potiron du petit dernier et puis son sourire à fossettes radieux même des yeux...et mille choses et le ciel qui grisonne ou s'illumine...et les nuages qui passent...
    Belle journée à toi !

    RépondreSupprimer
  9. "Tes regards perdus
    En chemin
    Il est pour moi ?"
    Est ce que j'accorde : "ils sont pour moi ?"
    ou est ce "le chemin" qui "est pour moi" ?
    Dis-moi chère poète et je l'afficherai en suite :-)
    Bisousss

    RépondreSupprimer
  10. Tu peux accorder oui, bien sûr :)
    Le chemin est pour toi, pour moi, pour nous tous.
    Et mes regards doux doux vers ton petit bout ;)
    Merci; chère Photographe.

    RépondreSupprimer
  11. j'ai vu dans le soleil levant
    plus bas
    un peu plus bas chaque jour
    plus doux
    j'ai vu l'espérance dans le bleu
    celle qui nous fait tenir droit ...
    celle qui balaye la peur
    et comme je suis heureuse de te lire
    la Bel Rouge
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est partagé ma Belle Jeanne ...

      Je t'écris avec des regards familiers et confiants.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  12. J'ai vu un abri

    Petit' nymphe fragile hibernant dans la main
    Qui te tient lieu d'écrin les ailes immobiles
    Sœur dans les mauvais jours de cet hiver hostile
    Abri de terre cuite, en statue au jardin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces quelques vers pour magnifier tes créations toujours pleines de profondeur et de poésie ...

      Supprimer
  13. J'ai vu dans le sous bois passer une belle dame blonde. coiffée d'un chapeau de paille et vêtu d'une saharienne elle portait sous le bras une serviette de bain parme.
    J'ai eu envie de mer, d'Italie, de châteaux en Espagne, de cette chaleur lourde qui écrase les maisons blanches à l'heure de la sieste, du soleil qui filtre à travers les volets et même de la mouche entêtante qu'on ne peut chasser.
    J'ai vu l'image et mesure dit : "était-ce la même dame qu'on apercevait au même endroit, il y a quelques jours : photo en noir et blanc au reflet d'un miroir ? "
    Content de vous relire, chère Veronica-servanne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos phrases se déroulent toujours en longs tapis agréables à fouler, cher Jacques.
      Merci pour l'attention et pour la poésie.

      Supprimer
  14. J'ai vu ...
    des hordes d'humains traverser les mêmes chemins,
    seuls
    ou par petites nuées...
    Je les ai vus
    ces hommes de tous bords, de tous âges et de tous pays
    emmêler leur sueur et leurs rires.
    Je les ai vus
    changer, au fil de leurs pas,
    transformant leur peur en espoir ...
    Et j'ai compris alors
    que l'AMOUR était encore en ce monde
    tel un enfant épris
    suspendu à notre regard ......... Sabine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je comprends et partage tes regards ma belle Sabine.

      Supprimer
  15. Aujourd'hui je vois ...
    juste un pas sur ma page,
    me parlant de toi et de notre âme-hissée...
    Quand
    son feuillage se mit à pleurer !

    Mais l'oiseau
    l'oiseau de l'espoir
    aux grandes ailes fleuries,
    se posa sur une branche
    et murmura
    à l'oreille de mes allées
    ce mot divin et délicieux
    PARTAGE ...

    Alors mon coeur reprit force
    et espoir,
    me rappelant ta réponse
    "Oui, je suis là pour toi !"
    Nous avons tous besoin d'être aimés ........

    Je te dédie pour finir ces mots qui te vont si bien

    http://chemin-je-t-aime.fr/antre-temps-2/

    Sabine, cueilleuse du tant dans l'invisible.

    RépondreSupprimer
  16. Très absente à m'aime haut, je n'ai pas beaucoup foulé vos pages que j'aime pourtant, profonde aimant, fidèle aimant.

    Je suis en haut d'un chêne, je vous regarde.
    Vous bénissant...

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !