mercredi 24 août 2016

La chaleur du tant ...

La chaleur du tant dresse nos efforts ...

La chaleur du tant qu'il nous reste à vivre, à nous souvenir des étés or-or, quand nous nous levions la fille Eve au corps.
La chaleur du tant qu'il nous reste à croire en l'homme de bon, qui œuvre d'amour, marche des pas-paix.
La chaleur du tant qu'il nous reste à prendre les saisons qui viennent, mi-août-amitié, sans nous retourner.
La chaleur du tant qu'il nous reste à voir les yeux grands trous vers les puits de soleil, la gamme aube- bleue claire.
La chaleur du tant qu'il nous reste à dire je t'aime mon frère, ne t'endors pas tant que tu peux donner : ton pain, ton sourire, ton bras et ton temps.

Veronica B, Autour de mon âme, 17 août 2016.


20 commentaires:

  1. Ton chemin du tant qui passe me convient bien ...au temps de ta conclusion ..:-)
    Je t' en brasse tant que je peux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des brassées d'embrassades de toi :) je les prends !

      Tant que nous vivons, offrons-nous la chaleur.

      Supprimer
  2. Tes mots chantent ce matin dans le fond de mon âme
    La vie est là au cœur du temps. De notre temps qu'il fait prendre car il ne reviendra plus ...
    Grosse brassée de bises
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fée passe, me chantant la vie.
      Je cueille une rose et je te la montre ;)

      Supprimer
  3. j'aimerais prendre la route et que ce chemin fait avec toi
    soit une merveilleuse partie du temps d'autan et de tant
    de moments si vivants ....
    quand je pense à toi , tu prends toute la lumière - tant et tant....
    et le reste du monde "grisonne"
    laisse moi t'embrasser et ne perdons pas de temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne perdons pas de temps, aimons-nous, sur ce chemin de notre âme.
      Prépare notre barque.
      Nous naviguerons, toi et moi, en eau douce ...

      Supprimer
  4. Ta chaleur et tant et temps, notre chaleur sans heure pourtant, n'attendons pas, le partage n'a pas d'âge sous le soleil dont nous sommes l'objectif. Ta chaleur arrive à temps. Elle rafraîchit nos âmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A tes mots solaires. Et qui nous rassemblent.
      ô toi qui le sais ...

      Supprimer
  5. Malgré la chaleur, de si jolis mots... j'aime beaucoup et l'ombre de cet arbre fait tant de bien.
    Merci chère Veronica de vos mots en cet été.
    Mes bisous et pensées très amicales!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à l'ombre que nous aimons hêtre ... et nous tenir.
      Chêne-houx.
      Mes bisous pour vous tant de fraîcheur.

      Supprimer
  6. Cueilleuse de tant, je viens puiser ici un peu de ton or-éole et abriter tes mots d'âme-hour au creux de mon antre-temps ......Châle-heureuse-aimant : sabine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu n'as plus quitté "ma langue d'aime haut", tu l'as m'aime adoptée ... A l'or, au tant que tu chemineras, tu ne m'oublieras pas.

      Supprimer
  7. Cueilleuse de tant, je viens puiser ici un peu de ton or-éole et abriter tes mots d'âme-hour au creux de mon antre-temps ......Châle-heureuse-aimant : sabine

    RépondreSupprimer
  8. Tant de chaleur de toi m'arrive en vagues d'or en ce mois d'août caniculaire qui m'a aidé à faire mon deuil du mois de juillet qui avait commencé en pleure...
    Le temps de vivre, cueillons-le quand il passe! Il passe si vite !
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime la saison qui arrive.
      Tant de rentrée ...
      Les nuits plus fraîches même si chaleur des journées.
      Je t'en brasse du tant d'amitié qui ne se gerce pas ;)

      Supprimer
  9. Ça fait plaisir de voir le jardin d'aime haut.

    RépondreSupprimer
  10. Tes mots trempés d'encre déliée
    M'enchantent belle d'Âme
    Tes mots comme un pinceau en calame
    Cheminent le lent de toi
    Le long de moi
    Et courent où l'allume-hier inonde tant mon temps
    Le temps est entrée par la châle-heure du môme-an
    A VIVRE à l'Aigre-brun
    A CROIRE par-(le)-chemin
    A PRENDRE la plume d'écriture le roseau le stylet
    A VOIR l'éblouissant infini
    A DIRE des JE T'AiME empêtrés d'éphémère
    Tu l'écris je le dis, le redis mère-veilleuse
    Merveilleuse souffleuse de vers truculents
    De vent turbulent comme l'Autant
    Le noir le blanc
    Autant en emporte le vent....

    Mais Veronica, heureuse-aimant, tu n'es pas l'Autant !

    Douce soirée dans la douceur de ce joli temps.
    Je t'en brasse.
    Den

    RépondreSupprimer
  11. Il y a si longtemps que je ne viens plus lire de jolies choses ici!
    Je suis heureuse de voir ce beau poème, signe que tu continues à écrire, tant mieux, c’est la meilleure des thérapies lorsqu’on n’a pas le moral et comment l’avoir en cette période folle?

    J’ai passé les deux mois d’été en corrections d’épreuves et innombrables allers/retours entre éditrice, première correctrice, deuxième correctrice de la première, maquestistes, équipe de marketing (on veut me lancer comme une savonnette), représentants des libraires, des journalistes, complètement dingue! Je n’aurais jamais cru qu’un petit et humble roman demande autant de travail à autant de personnes!
    J’ai enfin fini, ce qui me permet de revenir chez toi avant d’aller souffler sous d’autres cieux, dans ton pays très exactement. Bises.

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !