samedi 7 décembre 2013

Le pied d'Estelle ...

" Et voici, en robe de moire, la dame châtelaine qui contemple à son balcon la belle nuit étoilée et le beau lac endormi. "
Aloysius Bertrand in Gaspard de la nuit, 1842

Je cherche une armoire; s'appellera Estelle, croira en sa bonne étoile d'art moire ...
Je l'étofferai de mes chiffes, chemisiers, pantes, robes de lune.
Je l'ouvrirai sous vent, au pré de ma fenêtre, souvent pour voir s'envoler ses parfums,  tabac lointain, rose fougère, plis de lavande et petit foin, landes mystères, précieux jasmin, dans les méandres de son bois ...opale hisse ambre et lambrissée ...
Verticalement pleine, avec des pieds chants tournés d'antiques étés, me fera voyager matin, histoire de rhum, de meuble aimant et foire de mai. J'y rangerai mon lange de saison, ma plume, ma liquette, une robe de chanvre et des corsets d'hiver.
Elle ne bougera plus, d'âme de service. Servante d'autel, âme et pieds. Nous serons amies pour laver. Je descendrai faire ma machine, elle m'attendra jusqu'à l'essor âge, celui où l'on monte pour ne plus ... heureux des cendres. 
Je l'adosserai à ma câline, pour mieux venir en son miroir ... Je cacherai sa clef dans les champs. Elle m'ouvrira toujours sa porte. La porte étroite.
Art, déco ou des corps home, lingère ou bonnetière, à pans de riz ou fête en chêne, vitrée ou bien cachée, de bois blond ou foncé, peinte ou unie, blanche ! qu'importe sa couleur pourvu que j'aie livrée ! pour l'heureux change. Mais j'aimerais mieux pas d'Enfer forgé ( voeu : monter au ciel moi ! )
Aujourd'hui, l'armoire a bien mangé ... A t-elle vieilli ? a pris du coffre et du plaqué, s'est dépouillée, s'est allégée ... 
Moi j'aime dedans y mélanger : vaisselle de femme y, livres et soupières, bibles l'Haut, coussins velours et petits pois, taies d'eau rayée,  l'être d'amour, cent heures d'ouest veillées du sud, même mon temps d'hier ... tout sauf des armes ! qui fut sa fonction première et j'aime tant, auvent, la serrer dans mes draps ...

Et toi, chante-moi ton armoire ...

Veronica B, De près cieux, mes langes ... 7 décembre 2013.

 ( Intérieur avec deux femmes près d'une armoire à linge, Pieter de Hooch, 1663, Amsterdam )

37 commentaires:

  1. Je me souviens avoir visité Poul fetan dans le Morbihan,
    Ce qui m'avait séduit en écoutant l'interprète, c'était la dot que recevez la mariée, une armoire avec son trousseau entier. Le linge bien amidonné, ordonné.
    Un petit village breton paysan dans les années milieu 19éme siècle.
    J'aime bien ton texte, il y a beaucoup de lucidité dans ton âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Laurent,

      Les filles aisées ( par leur dot ) t'ont toujours séduit ? Moins les bergères ? ( sourire )
      J'aime que tu évoques ton souvenir breton ... me rappelle les armoires de mes grands-mères bretonnes, les deux avaient des lits-clos transformés en vaisselier, vaisselier devenu fourre-tout par la suite, armoire à nappes, et draps divers. J'adorais les ouvrir ( enfin juste un, l'autre je n'aurais jamais osé tant ma grand-mère était intimidante ) et imaginer le lit avant où les paysans dormaient, paysans, hobereaux, ou autres beaux nez rouges ...

      Sinon, j'aime tant mettre mon nez dans une armoire ancienne, familiale, avec à l'intérieur du linge plié, lavandé, lourd de vie et de vécu ... Mais ça n'arrive pas si souvent ! Et les grandes armoires ne rentrent pas forcément dans nos intérieurs modernes ... A l'heure du dressing parfait ! et du tout pratique ( oh ça ne m'attire pas vraiment ) je recherche la poésie du personnel, de l'endormi dedans, du gardé, du mystérieux ...

      Merci pour tes mots, vraiment gentil.
      Beau dimanche avec Augustin peut- être !

      Supprimer
  2. J'aime qu'elle soit mienne. Partagée, elle n'est que fonctionnelle, armoire à ranger, point barre, penderie !
    Personnelle, entre l'Hélène, les choux z'emboîtés et les full art, elle devient grenier, boîte à trésors, pharmacie, parapharmacie, biocop, salle de muscu et de relaxation, salle d'attente pour surprises et offrandes, hall de gare avec les billets de voyages à venir, épicerie fine pour agrément thés les roses ou les pivoines aux cœurs feutrés, et lutrin bien sûr...
    Elle était déjà là, blanche, frigo niche plein Nord... fermée, comme un igloo, elle m'isole du froid... je l'ai entourée de mangue... et lui ai confié notre jeunesse de Bruges...
    Je ne sais pas comment elle s'appelle, peut-être Mylène, vu que c'est ce que j'y mets... mais elle porte toujours en son sein quelques Stelle, même si la plupart des cieux étoilés, des l'être, d'aime haut, des bises joues toc toc, de l'opéra et départs fins sont chez la voisine, la commode aux rennes et aux aurores australes.

    Au vert, dans le boudoir de Madame, y a celle du Sud... champs de coton, roses et fleurs du Mékong... aujourd'hui, 3 gondoles y sont entrées, qui attendent la Ste Odile pour faire voguer les seiches en rondeurs d'amandes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel plaisir de te lire, chère liane, de vous lire, chères liens et lianes ... Le dedans de vous, de ce qui vous tient à coeur, au fond de votre bois, parfois, de votre lin, je ris et je souris ( surtout quand elle remarche ! ).

      Ton armoire est ton grenier précieux, où tu antres et entres poses tous tes trésors de Vie ... Ouvrir en elle son regard, c'est la paix sente, c'est heureux l'axe en ses étages ...et cette épicerie fine que je devine, full of senteurs de fanes et autres suites gourmandes.

      Froide elle n'est point ta Mylène, chaleureuse c'est sûr et tendre à te garder tous tes secrets ... et tes airs hope qui paiera bien l'attente entre Verdi, Mozart et tous les revenants ... Ah la voisine, cette commode aux rennes, si facile, toujours de la peau-nid chez toi ...
      Le sud bien sûr est là, frôlant l'Asie et tous les contes in en tes mondes qui s'offrent.

      Je te gondole une pensée tendre !

      Supprimer
  3. ...En vallée et mont, l' Art moire en chant et en musique en bas rauque s'arrange est soudée range et s'emmêle au grain du vent auprès de mon bonheur du jour.ou ma commode oui lippe. Je l'Art range sous vent et sous son aile je retrouve et j'allège Mamy moire d'avent-hier, d'où erre, d'au jour d'hui, où je cache mes très-ors de femme-femme de la Belle Hélène et de soi-même, pas des go, mais de mat-y-hier fine, les cas d'eaux à venir, les mots d'en faons, d'accroche-coeur, l'aime haut d'âme où ?, d'Electre, de peaux et si, de lave-onde, des saintes heures... pas dans le pan de riz doux s'évadent emportés par un souffle d'air ou d'haut, je n'sais... ferrailleur, me souvenant en usant l'heure tardive quand Art rive le souard assise en plumard j'oublie ce tant intemporel qui passe comme le vent et laisse ses cendres de fumée pour devenir jeune...
    ....

    J'ai remisé l'Art moire.
    L'ai reléguée aux oubliettes.
    Suis en froid avec L.
    M'organe-hisse et haut outrement...
    Cherche hausse, si, une embellie, une étoile d'Avent.
    Pour ranger mi-yeux mèches ose et moi.... !

    bisous tardifs.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Den, tout se lie chez toi, en elle ...
      Merci pour ton conte de moire, je la lis bien aussi ...
      Je te vois caressant ton bonheur, du jour ou de la nuit, repassant tes pensers qui s'envolent vers lui, vers elles, vers eux et lui, ton trésor angélique ...Tu lui gardes, amoureuse, des cadeaux de grand-mère, des bonnets de tendresse, certitudes de liesse et de fidélité.
      Ta matière ( grise, sourire ) est fine, ça sent bon la lavande et le savon de lange dans ton armoire heureuse. Même la poudre de ris et les paillettes aux yeux !
      Ta jeunesse, heureuse, vient, te prendre par l'âme, hein et tu revis souvent tes heures familières ...

      Mais, rupture de rythme.
      Toi, tu es la décideuse
      Finie la nostalgie
      Le présent n'attend pas ni le petit bonhomme aux grands yeux que pour toi !
      L'étoile est toujours là qui te guide et t'accueille.

      Je t'embrasse très fleur !

      Supprimer
  4. D'armoire-ri je n'ai point...

    Perdues mes dents-telles
    Données mes robes rapt-tissées
    Gardé mon châle-heureux
    Dans l'attire-voir duo
    J'ai un coffre au très-or
    Pour mes sous-venir
    Des étages-gérent
    Pour tous mes dé-lire
    Mes rêves sont dans ma va-Lise
    Et mon coeur dans les nues-anges....

    Câlinsss!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Claire, hier tu as bien ri, pour tant et tant d'humour que tu portes en ton sein ...
      Hausse hein de tes ivresses, au creux de tes câlins, dans tes becs becs de livres et tes d'elle lyre sans fin ...
      Merci pour ton étage, tu as troussé tes robes, raccourci tes attentes mais ton châle de liane est tissé faim, faim, faim ...
      Comme ton coffre est rempli ! Mille savantes offrandes !
      Ta valise est légère de tant d'amour offert !

      Rêve si beau si Haut, ton dentier balancé !

      Lumières !

      Supprimer
  5. Chère Madame

    Le souvenir vous vacille bien ...
    Quand au son d'une armoire
    La jeunesse revient
    Les robes de l'histoire
    Le parfum d'un couffin
    Les roses de mémoire ...


    Quel plaisir de vous lire chers amis, au fond de vous se cache, en bois de rose tendre, une porte secrète dont vous avez la clef ...

    RépondreSupprimer
  6. musique douce et apaisante qui crispe moins que le crissement des ferrures
    plusieurs vieilles dames en leurs habits lustrés par le temps et la patine
    pas servies de rapine , une vraie louis quatorzième dans son jus mangée aux vers
    et mise au vert, si lourde et indémontable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.freres-allot.com/mobilier-meubles-style-louis-xiv-s-1.html

      Une de celle ci ?

      Supprimer
  7. Moi je me rappelle, je devais avoir 9 ans :-) ... Lorsqsye j' allais au village de mm a maman au Portugal, je retrouvais mes copines pour aller garder les chèvres dans la montagne ...
    Le soir, nous ouvrirons le placard, car le lit était a l' intérieur ... Oh douce Veronica, des jolis souvenirs me reviennent ... Des petites maisons en pierre qui renfermaient tant d' amour à l' intérieur, le linge se mélangeait avec le garde-manger, le savon ... On se dit, oyahh, cela ne devait pas sentir bon ? Mais en fait même à l' étroit avec le strict minimum, ce furent mes plus belles vacances ... L' essentiel était présent, la joie d'être ensemble et partager des moments inoubliables ...
    Bisous tendres et à bientôt ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée pour toutes les fautes, si tu peux corriger, merci !!!

      Supprimer
    2. Je ne vois point de fautes, ma petite Marie, je vois, avec bonheur, et je cueille, heureuse de si doux souvenirs ... qui me mènent chez toi, dans ton pays soleil, c'est si beau de t'imaginer "aller garder les chèvres dans la montagne" de ton sud ! Toi aussi tu as connu le lit clos alors, la maison de pierre, le garde-manger.
      Dans le strict minimum, le bonheur se lovait, comme j'en suis certaine ! Il était là le bonheur et y restera ... Merci pour t'aime haut si vrai, si essentiel !

      Un panier tendrement tressé garni de bisous frais et roses :)

      Supprimer
    3. Je les cueille avec amour tes bisous frais et roses ma douce Veronica ...
      Tes mots me touchent profondément ... Mais ça tu l'a déjà compris depuis longtemps, n' est ce pas ;-) ...
      Toute ma tendresse ♥

      Supprimer
  8. "Il y a une armoire à peine luisante
    qui a entendu les voix de mes grand-tantes
    qui a entendu la voix de mon grand-père,
    qui a entendu la voix de mon père.
    À ces souvenirs l’armoire est fidèle.
    On a tort de croire qu’elle ne sait que se taire,
    car je cause avec elle. " Francis Jammes
    Dans la mienne, douces reliques de femmes inconnues penchées sur un carré de fin tissage, brodant et ajourant, bonnets,culottes et draps de fils, de métis, bourdons et jours de Venise. Odeurs mêlées de lavande et savons, oranges armées de clous de girofle...
    Souvent, j'ai rêvé devant une belle armoire ancienne, haute et de bois d'arbre, de planches robustes et de portes solides... dans le dépôt Emmaüs, près d'ici... Il y a souvent le choix à des prix défiant toute concurrence. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as rapporté de tes beaux voyages précieuses reliques et doux dessous Venise ... Je mettrai un savon de bois d'orange au plafond de la mienne pour voir danser sa veine ! et d'aigle-loup de giroflée pour faire entrer le jardin ...
      Oh je sais combien Gaillac fourmille de plaisirs anciens ! sourire et que la chine est chez vous de haute renommée dans tout le garonnais toulousain ...

      Bisous vielle Haut

      Supprimer
  9. la mienne date des années 20 ,je crois,elle était à ma grand mère,née en 1899...j'y cache mes passions,pour les rideaux ,les foulards(que je ne met pas),les vieux pull usés jusqu'à la corde,des chapeaux en feutre ,en laine (que je ne met que la nuit)des chiffons précieux,des souvenirs de morceaux de vie...Je l'ai démontée trois fois déjà,pour partir ailleurs,très récemment encore,cette fois ci elle a failli rendre l'âme,fatiguée qu'elle était....Comme moi...mais nous avons résisté une fois encore....Merci Veronica,pour ce beau texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes couleurs de mots sont très belles et parfumées au lange du temps Soudoukou ...
      Oh dans celle de ma mère aussi, cette passion pour les rideaux portés ( aux fenêtres ) ou jamais, mais chêne-houx, on garde les vieux rideaux, qu'on regarde de temps en temps ... C'est drôle, je n'ai jamais su user mes pulls, je dois en avoir trop, pas d'effet main en plus, sauf si, deux que j'ai gardés au fond de mon coeur et de mon armoire, ceux de mes grands-mères, qui les envoyaient par la poste, pour mon anniversaire, quand j'étais une enfant. L'armoire nous les conserve ces si doux souvenirs ...
      Au moins la tienne se démonte ! ce qui n'est pas toujours le cas pour les armoires anciennes ... Cette fin si belle, cette résistante au temps, par Amour de la Vie ...
      Merci à toi de venir t'exprimer en mon petit jardin, cela me touche.

      Supprimer
  10. je viens te faire un bonsoir du dimanche , et te remercier de tes si beaux et gentils commentaires que tu laisse chez PSV , quelle est belle la musique que tu as choisi ce soir , elle est douce . je t’embrasse, Hutte .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, chère Hutte, tu es toute tendresse avec ton PSV ...
      Je vous embrasse bien affectueusement.

      Supprimer
  11. Le pied d'Estelle me fait, à l'heure, à la main estrelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, chère ménestrelle, aimez-vous la musique du jour ? J'ai très envie de réécouter Angelo, dans le nouveau jardin, en dansant, seule et V, sous les arbres la nuit ...

      Supprimer
  12. Les portes sont grinçantes, mais pas aigries non ! Juste comme un soupir, comme on ouvre la porte des secrets, un peu à regrets. Elle sent la vieille confiture, le linge un peu jauni, l'humide y tait du vieux papier qui recouvre ses étages, erre. Elle sent un peu la violette aussi, comme les cheveux de ma grand-mère, dont quelques fils brillent au fond du petit tiroir dont la clé est perdue. Et puis elle a gardé sur les portes le parfum de l'an caustique, le bois craque un peu mais porte fier, elle a presque 150 ans ! Encore un si joli texte, douce Véronica, merci pout tes mots. Je t'embrasse Myette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme ... heureuse ... de te lire ... chère My ...

      Ta musique me manquait un peu mais je ne le dirai pas car j'aime trop ta liberté ...
      Ah cette confiture que je sens ! et le linge blanc jauni et ce vieux papier, dans la mienne aussi ...
      Les cheveux de ta grand-mère, ça me rend nostalgique, une armoire ne l'Estelle pas toujours un peu ... Tu as perdu la clé, on a bien fait.
      L'armoire de bois aime le chiffon doux qui fait briller son coeur ...
      Et ce son que tu m'offres, tous les sens sont à l'écoute de son bel ange ...

      Je t'embrasse, très heureuse de t'aime haut ma Myette ...

      Supprimer
  13. L'armoire fermée
    délicieusement ouverte
    au mystère et aux songes...

    Douce soirée et une caresse à Thoss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau ...
      Merci Poète !

      J'ai ouvert mon armoire
      Un papillon de rose
      Joie

      Supprimer
  14. Admirative je suis!
    Bravo et merci de jouer si élégamment avec les mots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre visite, Kenza !
      Elle me fait très plaisir...

      Elégance d'un mot
      Le coeur comblé
      Rougit

      Supprimer
  15. Pour moi, c'est un regret de ne pas avoir d'armoire avec son histoire, histoires de parents, grands-parents ou tantes... car j'aime les armoires en bois même vieilli avec des trésors et des senteurs que l'on découvre en faisant tourner la clé. Je me contente donc d'autres armoires mais elles ne remplaceront jamais l'armoire de famille.
    C'est en compagne de cette douce musique que j'ai lu vos mots. Merveilleux!
    Bisous de belle soirée ma chère Veronica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, chère Denise, peut-être ce "rêve-regret d'armoire" suffira t-il à vous émerveiller de cette clé qui tourne, près de vous, mère veilleuse ... L'armoire de famille c'est aussi celle que l'on porte en son âme ...

      Belle journée qui tourne le doux chant de lac-lai ...

      Supprimer
  16. Des armoires, veronica, j'en ai plein ....toutes creusées dans la pierre des murs comme "grottes enchantées" !
    Certaines pour la vesce-aile, d'autres pour les draps en robe-haie de lave-lande ..............

    Art-moire ........vrai tissu de légende !

    Ton récit est aussi ...légende, lait-chanvre ...................doux et parfumé à soûl-haie : sabine.

    Ouvre ton art-moire, ôtes-en gants et bonnet de laine, et viens sur ma page "écouter le vent" ....Peut-être t'invitera-t-il au bal de l'hiver .........?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Habites-tu dans une grotte chère Sabine ? je pense que oui, avec les arts qui règnent et tissent
      et toffent précieusement ton chemin ...

      J'ai ôté mon bonnet de l'aine
      Ma couverture de grande mère
      Il faisait moins froid au jardin
      J'avais appris art et chauffe et ...

      Je viendrai au bal de l'if air ! Puis-je apporter mon pot de ciel ?

      Supprimer
  17. Déposer une pensée... vite
    Je ne devrais pas être là... mon patron n'aimerait surement pas.
    Mais chut...
    Alors vite
    Je file
    Sans oublier de t'embrasser
    Heureuse de te retrouver dans ton jardin bonheur
    azur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh moi aussi, ma chère Azur, quelle joie de te lire !

      Pensées heureuses et douces.

      Supprimer
  18. Lézard moire parfois qu'on tient de doux secrets ! La tienne ne fait pas exception, même si elle ne se dort pas au soleil :-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les doux se créent et se faufilent dans leurs méandres ... Naisse pas ... sourire

      Supprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !