jeudi 19 décembre 2013

Dis-moi c'est quand ...


Dis-moi c'est quand ...
Qu'on va pouvoir ...
Trier des cailloux ...

Une jolie chanson 
Pour border le temps
Et le prendre en faim 
Triloculairement !

Oui, c'est croustillant
De s'arrêter
Et discutailler 
Main sur les jeunes houx

Jamais sans Jamait ?
Ou Jamais plus jamais ?
Il est toujours tant
De se dérouiller
Tout en quittant son trou ...


Veronica B, Pour une chansonnette matinale sur l'air adapté librement de la chanson d'Yves Jamait



11 commentaires:

  1. Triloculairement...
    J'aime ce mot d'élocution triple vivante qui donne à voir et à manger... dedans y a claire, même si ça l'épatant, ça s'adresse au niveau oculaire, mais aussi plus bas, en aérant les syllabes... rires...
    On dirait une gamelle à 3 étages pour t'sais, parer l'aimé... que l'on découvre peu à peu, émerveillé, comme on ouvre une boîte aux trésors...

    N'empêche que j'en connais qui , nonobstant l'exemple du contraire, commencent jeunes à être toujours en partance et qu'on ne sait jamais quand ils rentrent... à ne pas le prendre ce temps précieux de trier les cailloux... du coup, ils les gardent dans les chaussures !
    S'arrêteront dans le train peut-être... ou dans l'avion... longues heures... à trier peut-être...

    RépondreSupprimer
  2. Sein faunie aux coul'heures de l'eau tonne. Ah, trier les cailloux, j'ai quelque chose dans mes tiroirs qui y ressemble fort mais les cailloux ne pas les enfermer pour qu'ils vivent au grand air ...

    RépondreSupprimer
  3. Enfant, je triais les lentilles à la recherche des petits, tout petits cailloux... On me parlait alors de la soupe aux cailloux, elle me faisait rêver, cette soupe aux cailloux. Mais je ne trouvais rien de meilleur que la soupe au lait...
    BisesdeloulaitgouttedelaitloupetsonpoteOlait

    RépondreSupprimer
  4. Trier sans étriller...
    Bon voilà je m'y met..(je mime mais...)
    Tous mes amis de coeur,
    En ordre de grandeur
    Du petit au plus grand,
    Le temps de les aimer tant...


    Yves Jamait, une belle découverte pour moi.Merci! Je pars à sa découverte!

    C'est quand...c'est main-tenant ...un gros câlin!

    RépondreSupprimer
  5. C'est toujours très tentant de trier les cailloux et mon plaisir c'est de les choisir sur une plage...
    Je découvre Yves Jamait, quel plaisir!
    J'aime beaucoup vos différentes photos en haut de page, il y a tant de douceur.
    Mes bisous, Veronica.

    RépondreSupprimer
  6. ....C'est quand ? .... quand la chance honnête harangue hein .. dit la profonde heure des choses, l'enfaon soupire le temps qui borde à se re trouver à franc étrier, à étriller l'époux en tête, et trier la caille ou la poulette, la perdrix, et à deux mains... et prendre l'amen tenant en part-âge en trois loges accrochées aux étoiles.. la mère veilleuse enfant qui chante l'étape et veut entendre ce que lent ne dit pas derrière les mots, à femmes mets des très-ors de la vie assise par terre à regarder les cailloux....
    Merci chère Veronica pour Yves Jamait en découverte !!
    bisous du soir.
    Den

    RépondreSupprimer
  7. Moi j'adore toujours, comme ma fille, trier les petits cailloux… c'est rassurant de garder son âme d'enfant…
    Bonne journée et bonnes fêtes
    Bizzz Lolo

    RépondreSupprimer
  8. trier des cailloux sans jamais les jeter
    ce n'est pas casser du bloc mais rester commun roc
    et ces pavés ne sont pas que pour dépravés
    il faut poursuivre dans des travées
    à robben island le soleil et le sel, la poussière blanchie
    plus de poumons mais des branchies
    on a égrener les coups de pic et de pioche
    on s'attaquait à la liberté , anguille sous roche
    saison sèche et blanche
    des raisons de finir entre 4 planches
    un respect difficile à imposer
    dans la simplicité
    aucun souffle de liberté
    autre que celui d'un poème

    RépondreSupprimer
  9. non les petits cailloux blancs ramassés sur le bord du chemin
    ce n'est pas qu’une histoire d'enfant en guise de destin
    on se penche et on marque l'instant d'une flexion ingénue
    on renifle le sol et les odeurs de pas d'une façon têtue
    c'est que les traces en sont si ténues dans le flot continu
    il y a du quartz qui ne bat pas la mesure tandis que s"égraine

    RépondreSupprimer
  10. Ma chère Veronica,
    Merci pour le partage
    "Jamais plus jamais..."
    J'aime ces instants où la musique à le pouvoir de m'emporter ailleurs
    Je t'embrasse en tendresse
    azur

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !