lundi 30 décembre 2013

Je m'heureux lève pour une année nouvelle !


Au fond de ma soupière
J'ai mis des voeux de coeur
A vous offrir légère
Pour filer le bonheur
  Velouter votre hiver
  Fleurir votre intérieur
    Eclairer vos déserts ...


Consommez beau la vie
Partagez l'amitié
Célébrez et louez
Au temps qu'il est permis !
Que l'année vous soit douce
Et que vos rêves poussent
Sur vos jours d'an-nuit

Bien à vous chers liens et lianes, 30 décembre 2013.
Veronica
Meilleurs rêves 2014 !

vendredi 27 décembre 2013

Y a quoi dedans ?


" Le nom, ce dernier soupir qu'il reste des choses" 
in L'Ensorcelée ( 1854 )
 Jules Barbey d'Aurevilly.


Pour un soupir
Dans ma soupe hier
Pour une roupie
Un bon fricot 
Dans la soirée
Pour un sourire
Sous la pesée
De vous poirés
Epieurs de goût :)
Rires
Et 
Espoirs
En nous opèrent
Repus
Purée !
ça c'est super ! 

( Que vos repas de fête soient riches de Présence ...)




Mais qu'ai-je donc mis à l'intérieur de ma soupière ?


jeudi 19 décembre 2013

Dis-moi c'est quand ...


Dis-moi c'est quand ...
Qu'on va pouvoir ...
Trier des cailloux ...

Une jolie chanson 
Pour border le temps
Et le prendre en faim 
Triloculairement !

Oui, c'est croustillant
De s'arrêter
Et discutailler 
Main sur les jeunes houx

Jamais sans Jamait ?
Ou Jamais plus jamais ?
Il est toujours tant
De se dérouiller
Tout en quittant son trou ...


Veronica B, Pour une chansonnette matinale sur l'air adapté librement de la chanson d'Yves Jamait



mardi 17 décembre 2013

Tendresse ...


Juste une photo pour aimer ...


Supplément dames :

L'animal d'homme, est-ce tiques :
As-tu un chien, un chat ?
Pourrais-tu vivre sans chien, nicha ? Et pourquoi ?


jeudi 12 décembre 2013

Bois de serf ...


Dites-moi mon maître

de tant de terre et tant d´eau
de tous vos voyages
lequel est le plus beau ?



Les têtes coupées en quatre
des grands et vieux tigres,
en tapis qui s´étirent
aux pieds de ta vie.



Sur les collines
au mois des grandes chasses,
dans tout l´espace
je marchais sans repos



C´est ainsi que le cœur gros, en boule
je tendais pièges et collets en foule
mais c´est un cerf magnifique
qui devant moi se dressa.



C´est ainsi que le cœur gros, en boule
je tendais pièges et collets en foule
mais c´est un cerf magnifique
qui devant moi se dressa.



Mon destin s´achève
La Mort est sur mon dos
tout ce quelle me laisse
je t´en ferai cadeau :



Mes deux grandes cornes
les bois des bêtes,
dans mes deux oreilles,
tu pourras boire,
aux demoiselles du miroir de mes yeux d´eau,
de mon poil lisse
fais-toi faire des pinceaux,



Si mes chairs te nourrissent demain
c´est ma peau qui te réchauffera
Et le plus grand des courages
de mon foie tu tireras



Et encore une fois, mon Seigneur-roi
Le corps de ton cerf te fera gloire
Chair résignée de l´histoire
Et en toi il fleurira.



Dites-moi mon maître
de tant de terre et tant d´eau
de tous vos voyages
Lequel est le plus beau ?
Lequel est le plus beau ?


Angelo Branduardi, Le don du cerf.


Me rappelle La mort du loup de Vigny et la leçon merveilleuse que nous donne l'animal, en vivant, en mourant ...
Je préfère admirer la biche au bois que sa tête ( même fausse ) sur l'étagère ou le mur du salon, comme c'est à la mode.

samedi 7 décembre 2013

Le pied d'Estelle ...

" Et voici, en robe de moire, la dame châtelaine qui contemple à son balcon la belle nuit étoilée et le beau lac endormi. "
Aloysius Bertrand in Gaspard de la nuit, 1842

Je cherche une armoire; s'appellera Estelle, croira en sa bonne étoile d'art moire ...
Je l'étofferai de mes chiffes, chemisiers, pantes, robes de lune.
Je l'ouvrirai sous vent, au pré de ma fenêtre, souvent pour voir s'envoler ses parfums,  tabac lointain, rose fougère, plis de lavande et petit foin, landes mystères, précieux jasmin, dans les méandres de son bois ...opale hisse ambre et lambrissée ...
Verticalement pleine, avec des pieds chants tournés d'antiques étés, me fera voyager matin, histoire de rhum, de meuble aimant et foire de mai. J'y rangerai mon lange de saison, ma plume, ma liquette, une robe de chanvre et des corsets d'hiver.
Elle ne bougera plus, d'âme de service. Servante d'autel, âme et pieds. Nous serons amies pour laver. Je descendrai faire ma machine, elle m'attendra jusqu'à l'essor âge, celui où l'on monte pour ne plus ... heureux des cendres. 
Je l'adosserai à ma câline, pour mieux venir en son miroir ... Je cacherai sa clef dans les champs. Elle m'ouvrira toujours sa porte. La porte étroite.
Art, déco ou des corps home, lingère ou bonnetière, à pans de riz ou fête en chêne, vitrée ou bien cachée, de bois blond ou foncé, peinte ou unie, blanche ! qu'importe sa couleur pourvu que j'aie livrée ! pour l'heureux change. Mais j'aimerais mieux pas d'Enfer forgé ( voeu : monter au ciel moi ! )
Aujourd'hui, l'armoire a bien mangé ... A t-elle vieilli ? a pris du coffre et du plaqué, s'est dépouillée, s'est allégée ... 
Moi j'aime dedans y mélanger : vaisselle de femme y, livres et soupières, bibles l'Haut, coussins velours et petits pois, taies d'eau rayée,  l'être d'amour, cent heures d'ouest veillées du sud, même mon temps d'hier ... tout sauf des armes ! qui fut sa fonction première et j'aime tant, auvent, la serrer dans mes draps ...

Et toi, chante-moi ton armoire ...

Veronica B, De près cieux, mes langes ... 7 décembre 2013.

 ( Intérieur avec deux femmes près d'une armoire à linge, Pieter de Hooch, 1663, Amsterdam )

jeudi 5 décembre 2013

Bercée ...

Prends le temps de prononcer les mots
Avec une becquée de plaisir et de pensée


Bercée
Comme un vers sait 
L'Haut
Naît
Dans l'aidera
Souple 
Des j'aime haut
Gémis
La taie des anges
L'eau
Venir home onde
Une nouvelle foi
Vois
C'est un cadeau
Verset qui pose et qui mélange 
Beau
Sur draps de côtes et mousse-peau
L'âme
En l'aube qui 
Te creusera
L'orée du monde
      Femme ...

Veronica B, 5 novembre 2013.

dimanche 1 décembre 2013

L'Ave du lavoir

Anse-temps de l'Avent
Ces baumes et Sages
Me gonflent le coeur et l'âme
Portée d'étang de grâce
La rivière est strophe-onde
Tu cherchais la clef en Haut
Mais c'est le Sol qui te l'a donné
Lilas
Pourtant, te mettre à genoux n'est pas si facile !
Et ces tuiles-orage te parlaient de Lui
Quand ses bronches soufflaient
Ave mare il y a
L'eau et les pousses de banc-boue
Le noisetier près d'un cultivar
Des chiffons de fleurs
Et du savon noir
 (J'ai pris quelques années de buis)
       La mansuétude, quel beau mot 
           Je le garde pour Toi
                                        Le temps de dire à Dieu ...


In L'Ave du lavoir ... Veronica B, 1er décembre 2014