mardi 10 septembre 2013

Accompagner ...

à mon beau-père, pour ses 70 ans.

Quand le lion s'affaiblit ...
Et même si nos sensibilités n'ont jamais été proches
Même si je n'aime pas parler d'elle tout le temps
Qui me rappelle les chairs aimées ...
Je vous écouterai jusqu'au bout
Tous ces détails de l'intimité blessée
Celle du coeur aussi ...
Vous voulez vivre en corps
Malgré la maladie qui court dans vos veines
Depuis si longtemps
Quand la santé sang mêle
Ce n'est pas rein
De vous l'enlever ...


Veronica, "La maladie descend", septembre 2013 



17 commentaires:

  1. Beau, émouvant... et avec cette chanson, encore plus...
    Apprivoiser,ajuster les longueurs d'ondes, se rejoindre du côté des blessures, se faire écho comme en miroir, au-delà des différences...

    RépondreSupprimer
  2. Les lions qui faiblissent
    Les chênes qu'on abat,
    La vie qui passe , la vie qui glisse
    L'automne vient, l'hirondelle va
    Et l'Univers est toujours là

    RépondreSupprimer
  3. Écouter,coûte que coûte...
    Tendre une oreille tendre
    À tous les maux d'hiver
    Malgré la faim sans fin
    De partager les-mois...
    Être là sans être las
    Aide humaine-y-taire
    Avec beau-coup d'amor
    Apprivoiser la mort....

    Gros câlin qui ta-compagne!

    RépondreSupprimer
  4. Oui, pas facile d'apprivoiser la mort d'un très proche sans culpabilité quand les mots n'ont jamais été dits...
    Se rejoindre quelque part après le départ...
    Émotion
    Bises émues

    RépondreSupprimer
  5. Ces corps qui deviennent intimes, ces mots.
    Une paix apparente.
    Une peine qui s'entend.
    Muchos besos

    RépondreSupprimer
  6. Si émouvantes réflexions en des moments si difficiles.
    On n' est jamais préparé à ça...
    La mort nous marque à vie...
    Très près de toi , de vous , durant ces jours sombres...
    Bises bien tristes

    RépondreSupprimer
  7. Jamais facile d'accompagner ceux qui aiment et qu'on voit vieillir, devenir si fragiles, avoir si peur pour eux, ou pour nous...
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  8. être là
    les oreilles
    le cœur ouvert
    l'autre est si seul dans ces moment là
    être là
    je t'embrasse La Bel rouge

    RépondreSupprimer
  9. Merci à chacune ...
    Pas la mort, en corps, la longue maladie qui s'accélère, et tous ses visages à accepter, dans la chronicité, c'est difficile, tout en nous préparant à notre propre condition ...
    Et même quand pas d'amour particulier, savoir être là, passer outre les années d'indifférence, " au delà de nos différences", parce qu'on a besoin de vous, que vous savez écouter, faire parler, compatir.
    L'aime haut pour le dire ... pour apprendre à mourir ...

    Merci, je vous embrasse dans un beau sourire de vie !

    RépondreSupprimer
  10. ...Tu chemines avec, Soeur d'Âme, l'accompagnant, ...le soutiens, le guides pas à pas, feuille après feuille, l'entoures.. cum panis.. celui qui partage le pain, le corps qui peine, la parole blessée.. à sa mesure, sa portée, son rythme, vers lui-même, vers l'infinitude de soi.
    Je t'embrasse Veronica et t'enveloppe de ma plus grande sollicitude .. par la pensée.
    Den

    RépondreSupprimer
  11. j'aime infiniment la démarche que tu entreprends .... tes yeux sont grand ouverts, tes mains se tendent avec tendresse et ton coeur est là ...
    Je suis avec toi, soeur de coeur...
    Solène

    RépondreSupprimer
  12. Tu es pleine d'amour, et cela se ressent. L'amour le plus difficile a donner est celui qui dépasse les éventuelles d'idée soins pour se concentrer sur les valeurs communes.
    Il a bien de la chance d'avoir de ta part une telle écoute. Et en même temps, je ferais exactement pareil pour mon beau-père.

    RépondreSupprimer
  13. Mon quotidien avec les hauts et les bas...

    RépondreSupprimer

  14. C'est beau, généreux

    Savoir accompagner malgré tout, toutes nos différences
    nos ressentis, nos vieilles colères,
    savoir être là, au bon moment
    quand la solitude devient angoisse
    quand le corps et le coeur souffrent en silence
    Ouvrir la porte et rester un moment
    juste pour écouter des mots, des silences
    un regard, un sourire, une larme
    juste être là

    Bravo ma chère Véronica pour ton beau texte, tu vois ça me parle

    Merci aussi pour ton passage t'es toujours là dans les premiers commentaires
    moi je ne vais plus sur les blogs, je n'ai plus le temps

    Mais ça va revenir bientôt je l'espère

    des bisous à Toss

    je t'embrasse petite fille du sud




    RépondreSupprimer
  15. Vous savez que je peux comprendre.
    Avec vous...
    Maia

    RépondreSupprimer
  16. Les vieux lions sont trop seuls
    serait ce encore l'auréole de leur crinière qui effraie ?

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !