mercredi 14 août 2013

Les mains-mouettes ...

Comme un enfant, un billet va naître sur la mer ...
Comme une mer porteuse, mon coeur se sert et se sépare
L'areuh, naissance
En corps, encore, jamais trop tard ... 
Donner la vie, donner son vent
Antre fécond de l'été
Des versets de Ciel
Recueil sur le sable
Emouvant
Les pas sages et ...
Mouillés de la naissance
Les humeurs de mère 

J'entends ton appel et je t'heureux ponds.
Nos échos se lient, dans l'eau
Tendrement
Sans faire de poids
Morse et langue de mer
Je t'écoute 
L'aime hein
Légère
Ouverte
Emue
Les mains-mouettes ...
14 août 2013, Veronica B.




19 commentaires:

  1. Dans la vacuité du matin, calme et silence Cieux sortir délivre
    marcher dans l'avis vrai de la chère
    sur un sol vivant de vers, mouvant et doux comme un édredon de plume
    mais porteur comme somme y est d'amour dense...
    Regarder l'aime où êtes se nourrir du fond révélé...

    "Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ?" ( Mat 6-26 )

    Mieux ? Je ne sais...
    Les humains s'aiment, sèment... et leur moi sonne... parfois ils amassent trop dans l'aigre nié... mais Il les nourrit par foi, tous les jours...

    Deux chants se lient en échos au bord de l'eau, par delà l'océan
    même musique, paroles différentes, chacune sur sa falaise,
    mais en art mot nids

    http://www.youtube.com/watch?v=_f5spy3-9XM

    http://www.youtube.com/watch?v=YpD42U7-zSQ


    RépondreSupprimer
  2. "Naître d'eau et l'Esprit"

    RépondreSupprimer
  3. Le vent doux d'août d'où qu'il vienne...
    m'AMEN une pro-messe de nouveaux-thés ...ah partage j'ai!
    Fini l'a-mer à boire!

    Comme ça m'en-chante quand je ta-compagne en douce-heure....

    RépondreSupprimer
  4. C'est l'heure du nouveau thé bouille au néant qui carillonne dans mon salon
    mais le beau thé devine où il se trouve ni sur le canapé ni dans la chaise longue, presque ami d'aout le doute a mis tout sens dessus et dessous
    mais avant que de s'envoler comme poignée de sable je pense à ces oiseaux pas vraiment marins mais marrants pour le coup surtout avec Gaston qui l’agrafe...

    RépondreSupprimer
  5. Votre texte est très beau ma chère Veronica tout comme la mer et ce beau sable jouant avec la lumière sont une belle invitation...
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  6. La mer et la mère dans un seul mouvement ! Ta photo est magnifique !

    RépondreSupprimer
  7. J'aime bien l'idée de l'île-jardin, que tu as su transformer en un petit paradis mais de part la vie il y en aura d'autre, un en tout cas, car le monde est plein d'archipels comme ta merveilleuse photo nous le rappelle...
    Avec amour...

    RépondreSupprimer
  8. ... Très beau ton texte Veronica.. la mer, et la mère veilleuse en écho se parlent et alunissent sont dans le calme et le silence de l'eau et du sable doré.... émouvant... à regarder l'âme où êtes ou le ballet de Jonathan Livingston le goéland s'envoler en allégorie vers tes "mains-mouettes" ouvertes à la féconde été et à la brise de mer..
    Merci pour la douce-heure de tes mots.. !
    je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
  9. ...Merci pour la douceur de la musique de Vangelis... si bien choisie..
    bisous
    Den

    RépondreSupprimer
  10. Il y avait les mains papillons
    qui jamais ne baissaient pavillons
    mais baisaient le sol loué

    il y avait les mains colombes
    qui se fondaient et se confondaient
    avec ce baiser de paix partagé

    et de ce théâtre d'ombre qui éclairait
    en contre jour bien des réalités
    surgissait de profil quelques vérités

    Il y avait les mains sales
    qu'on s'empressait de bien laver
    pour lever les doutes et conserver la candeur

    il y avait les mains troublées
    qu'il fallait calmer
    pour qu'elle restent en place

    et que dire des mains pieuses
    qui jointes dévotement
    faisaient briller les yeux

    RépondreSupprimer
  11. La où nait sens
    la vérité ne croupit pas

    RépondreSupprimer
  12. Par toi, nous sont ouvertes les portes du jardin,
    Guide-nous en chemin, Etoile du matin.

    RépondreSupprimer
  13. J'aime la mer comme toi. Je ne sais pas en parler de façon aussi poétique, mais elle me fait du bien, comme la montagne d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  14. Quelle magnifique photo où l'horizon se penche, comme pour venir vers nous. Amitiés et merci pour l'originalité de tes coms chez moi.

    RépondreSupprimer
  15. Quand l'amer s'étire, la douce heure vient en robe et la vie.
    Je tant vois des tas de mains mouettes en signet d'heures qu'on n'ait sens.
    Des chats loupes de baisers ambrés !

    RépondreSupprimer
  16. Toujours aussi douée Véronica...avec" tes mains mouettes " tu transpires tes souvenirs d' anges heureux...!!
    Comme le ressac , en ce moment tu es ballotée d' un ciel à un autre , celui qui s' ouvre vers un autre horizon...:-)
    Créer , toujours créer ...un " mer veille euh " programme ...
    Plein de bisous serins sut tes mains mouettes

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !