mardi 4 juin 2013

Quand l'adulte erre ...




Quand l'adulte erre
Au flanc du jour
Au petit bois
De ses amours
Sans trop savoir
Quelle est sa quête
Son argument
Son panse bête

Pusillanime
Jaloux secrète
Passionnément
Un jus velours
Ce mens bout-rime
Feu fou dévête
L'amant sauvage
Creuse le crime

Monde venus
Dessous dessus
Vagabondage
Le matin lourd
D'avoir voulu perdre la tête
Filant un Dieu 
Aveugle et sourd
Le vague à l'aime
Qui se débine

Il cherche en corps

Quand l'adulte erre
Sur le retour
Au grand soleil
De ses labours
Sans trop savoir 
Ce qu'il rachète
Aux pierres de l'âme
Son coeur grisé
 Va décachette 
L'enfant naufrage 

Veronica B, 3 juin 2013,  in L'Amour dans l'Air.


17 commentaires:

  1. L'adulte erre
    Et moi qui ne le serai jamais,
    J'adule la Terre...
    Qui me le rend bien...

    RépondreSupprimer
  2. Fini lent-chant-te-ment
    Pour cause d'adulte taire.
    Trop de trompes-rient
    C'est la mort de l'amor...

    Il a fallu lent-quête
    qui a rêve-ailé le mot-bile
    car ce n'est pas la première foie
    Qu'on tue pour l'irrite-âges

    L'amour toujours l'amour...naissent pas Veronica!
    Câlinsss!!!


    RépondreSupprimer
  3. Comme la longue errance de l'Homme de la Mancha...
    "Sans amour, sans amour,
    Sans amour à venir,
    Sans amour, sans amour,
    Qu'est-ce que vivre veut dire?
    J'ai le vide au coeur,
    Le vide au corps,
    Sans amour, sans amour,
    A quoi me sert?
    Sans amour, sans amour,
    De vivre encore?
    Sans amour, sans amour,
    Sur les ramblas,
    Être fils de roi,
    Cueillir des filles,
    S'offrir l'enfer?
    Mais suis comme toi
    Fils de misère,
    Et des ramblas,
    Y en a guère
    Dans La Mancha
    Sans amour, sans amour,
    Sans amour à venir,
    Sans amour, sans amour,
    Qu'est-ce que vivre veut dire?
    Je vis sans fleurs,
    Je vis sans fleuves,
    Sans amour, sans amour,
    Les hommes pleurent,
    Sans amour, sans amour,
    Les femmes pleuvent,
    Sans amour, sans amour,
    Sans amour, sans amour."

    jacques brel

    RépondreSupprimer
  4. Très beau texte. On s'émeut, le trouble est si bien dit.

    RépondreSupprimer
  5. Las d'ulcères aux ans tournures, le corps se tait, sein trop serré, et quête qui peut le délacer, pour inspirer sincérité.
    Las d'ultimes atomes crochus de venin à vide d'avoir par trop mordu, les vœux de l'âme hein cueillent pomme de concorde et de vie dense.
    L'adulte erre, aimant, songe à la douceur d'aller là-bas vivre ensemble, au pays qui lui ressemble...
    Là d'ultramontains épanouissements... là tendent leurs bras...
    Est-ce perron d'une ère nouvelle ?
    Est-ce père d'une identité retrouvée ?
    Vas dans le pays que je te montrerai...
    Est-ce taire promesses d'autrefois ?
    L'errance, les explorations, les traversées du désir, un nu âge pour tapis, mèneront peut-être au-delà des jours dingues au roy'homme délicieux.

    RépondreSupprimer
  6. poème plein de sens,

    mais, sommes tous plein d'errances,

    pas toujours si rances...

    quant à l'amour lui est

    mystère...

    bisous Miss

    RépondreSupprimer
  7. Je m'oppose à l'air rance.
    Pourvu que le parcours me nourrisse autant qu'il me dénude.
    Je veux arriver au fond du bois, malgré la violence du soleil et les secrets de la brume, reine de ma vie.
    Oh ! Véronica, ton poème est intense et dit tellement de choses.
    Il donne envie de s'affranchir du temps. Je t'embrasse. Suzâme

    RépondreSupprimer
  8. ...des mots puissants dans l'espace rassasié... quand la passion s'est enflammée, carapatée en douce, en corps meurtri, quand les trompes rient osées glas, quand les U serrent le coeur des dents, quand je traverse tes allées...dans une minute d'essence excessivement profonde délivrée de la prise sur soi..

    Belle journée ma chère Veronica.
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
  9. les adultes errent cela se sait ... le désir est là cheminant de concert avec
    le corps et le coeur .... chagrin, plaisir, douleur, extase ....
    mais moi, Véronica, j'échappe à tout cela car je ne suis pas adulte ...
    Que la journée soit belle pour toi
    Solène

    RépondreSupprimer
  10. l'errance quel joli mot
    qui chante les ailleurs
    il y a de l'air dans ce mot
    légèrement il flotte
    belle belle journée Label Rouge

    RépondreSupprimer
  11. Je savoure tout simplement vos mots ma chère Veronica... C'est si bon de vous lire.
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  12. Mais qui adule terre
    n'oublie jamais
    la mère nourricière
    qui tend une souricière
    ne se prend pas
    pour dieu le père
    au rang des tours
    qu'il a dans son sac
    et dans le secret de ses atours
    point de bavoir
    juste une requête

    sans souci de conquête
    parfois dans le vide il tempête
    mais ne sait tempérer son ardeur
    il délace et enlace
    parfois sur la couche se prélasse
    séduit et puis abandonne
    ce don du jus an
    n'est pas celui d'un géant
    il est changeant
    en plus d'être fougueux
    il a trop de hâte
    dans la con sommation
    et se jette éperdu
    il n'est jamais au milieu du guet
    et s'il se détend
    n'oublie pas la frime
    de rigueur avec la vigueur
    l'amable n'a pas de passepoil
    c'est presque un coquard d'as

    l'art est mis avec Artémis
    et s'il se sent touché
    il se préfère couché
    dans le plus simple appareil

    mais sur les rides du temps
    il ne sait ce que le vide lui apporte
    à part ces étreintes furtives
    cet éreintement des sens
    ce tintement des tempes




    RépondreSupprimer
  13. Des sires se sont donné des buts
    ils ne tiennent pas en cage
    un rien et les voila qui enragent
    des sbires châtient peu leur langage
    et les voila troussant des tissus écrus
    est il besoin d'avoir une allure de ruffian
    et de se comporter en malotru

    Les adultes se cherchent encore un horizon
    cela entraîne parfois force horions
    mais c'est dans leurs rayons

    au jeu de l'inconstance et du marivaudage
    il y a des volages sur l'échafaudage
    ça donne une construction impromptue
    des dialogues interrompues

    renouer le lien avec soi
    ce n'est pas froisser la soie
    ce peut être la confrontation
    peau contre peau et crane contre crane
    à trop frotter on risque le parquet

    les constats existent
    le mensonge et la tromperie

    RépondreSupprimer
  14. Magnifique ... Que dire de plus ... Touchant et si réel :-)

    Bisous tout doux et bonne nuit acheté Veronica

    Marie

    RépondreSupprimer
  15. Merci, chers liens et lianes, pour vos ressentis qui me sont toujours plaisants et précieux.
    J'écris beaucoup en ce moment, la muse n'est pas rance encore ... sourire

    Avec mon amitié
    Veronica

    RépondreSupprimer
  16. Je me demande si, finalement, les plus belles quêtes ne sont pas celles qui n'ont pas d'objet. Beau poème. Amitiés.

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !