samedi 11 mai 2013

Sous le jupon, la table et ...

"En mai, fesse qu'il te plaît !"
Prendre  panier, j'eus pont de mai  ...

Assez des pantalons divers ... jeans et autres leggins, vite le retour des jupes au nez ! au petit vent d'aimer, et jupons, des sandales ouvertes, du monde au balcon, fenêtre sur coeur ...




"Quand les roses fleurissaientsortaient les filles - On voyait dans tous les jardins danser les jupons ..."

Quand les roses, Salvatore Adamo 


"Elle portait d'amples et orageux juponsvolants et autres dessous que je ne saurais nommerTout cela se soulevait en moutonnant et froufroutant ..."
Molloy, 1951, Samuel Beckett



"Le fuchsia non plus n'est pas muet. Son bouton rougeaud ne divise pas ses quatre contrevents, ne les relève pas en cornes de pagode sans un léger claquement de lèvresaprès quoi il libèreblancrose ou violet, son charmant juponnage froissé."

Gigi, 1944, Colette






"Ceux qui la suivaient, qui la regardaient trotter avec ses petits pieds, et qui mesuraient cette large croupe dont ses jupons légers dessinaient la forme, doublaient le pas."
Le neveu de Rameau, 1762, Diderot



"Il considérait avidement toutes ces affaires de femme étalées autour de lui: les jupons de bassin, les fichus, les collerettes, et les pantalons à coulisse."
Madame Bovary, 1857, Flaubert



«Plutôt la mort que le déshonneur»Mais l'honneur ressemble aux jupes des femmes. Il se porte long, il se porte court, il se porte large, il se porte étroit, il se porte avec des jupons, il se porte sans culotte."

La paix des profondeurs, Adouls Huxley






Lettre à son fils, Rudyard Kipling


"Les jupons blancs de toutes les longueurs, le jupon qui bride les genoux et le jupon à traîne dont la balayeuse couvre le sol, une mer montante de juponsdans laquelle les jambes se noyaient."

Au bonheur des dames, Emile Zola



"T'es une bonne femmebégayait-ilFaut que je t'embrasseMais il s'emberlificota dans les jupons, qui lui barraient le chemin et faillit tomber."

L'assommoir, 1878, Zola




51 commentaires:

  1. Son voile qui volait, qui volait...
    Son voile qui volait au vent...

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. C´était une jeune fille qui n´avait pas quinze ans {x2}
      Elle s´était endormie au pied d´un rosier blanc

      {Refrain:}
      Son voile par-ci, son voile par-là
      Son voile qui volait, qui volait
      Son voile qui volait au vent

      {au Refrain}

      Elle s´était endormie au pied d´un rosier blanc {x2}
      Le vent souleva sa robe, fit voir son jupon blanc

      {au Refrain}

      Le vent souleva sa robe, fit voir son jupon blanc {x2}
      Et d´autres choses aussi de bien plus séduisant

      {au Refrain}

      Et d´autres choses aussi de bien plus séduisant {x2}
      Heureux, heureux celui qui sera son amant

      {au Refrain}

      Heureux, heureux celui qui sera son amant {x2}
      Il aura le plaisir de lui prendre souvent

      {au Refrain}

      Il aura le plaisir de lui prendre souvent {x2}
      De ce que je veux dire : la boucle de son ruban

      {au Refrain}

      De ce que je veux dire: la boucle de son ruban {x2}
      Malheur à vous, Messieurs, qui pensiez autrement

      Son voile par ci, son voile par là
      Son voile qui volait, qui volait
      Son voile qui volait au vent
      Son voile qui volait
      Qui volait, qui volait au vent!

      Oh mais c'est la chanson de Robert l'Herbier, Alma !

      Bisous en jean !!!

      Supprimer
  2. Rétines et pupilles, les garçons ont les yeux qui brillent
    Pour un jeu de dupes, voir sous les jupes
    Des filles.
    La vie tout entière, absorbée par cette affaire
    Par ce jeu de dupes, voir sous les jupes
    Des filles.
    Elles, très fières sur leurs escabeaux en l'air
    Regard méprisant et laissant le vent
    Tout faire.
    Elles, dans le suave, la faiblesse des hommes, elles savent
    Que la seule'chose qui tourne sur Terre
    C'est leur robe légère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais c'est ma spécialiste de Souchon ;))))

      Je chante un baiser ... je chante un baiser osé ...

      Osez osez Joséphine ! Tiens un peu de ce grand-là aussi ...

      Je pense également à la chanson de Cabrel qui revient avec le temps du cerisier et bientôt ces chairs cerises rouges !!! La robe et l'échelle !

      http://www.youtube.com/watch?v=DQx6KyFZ9B0

      Supprimer
  3. Quand on joue avec la vertu en titillant les vertugadins, le gadin n'est jamais loin, qu'on soit rustre ou dandin, pas besoin de monter sur les gradins pour en prendre pour son grade, il faut dire qu'à s'abaisser on dégrade sa note de cœur et de corps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne jamais dégrader la note de coeur et de corps, bien en choeur, chanter : As-tu têtu, la verte, la gracieuse, qui porte la jupe longue et pudique ...

      Supprimer
    2. Dégrafer le jupon froufroutant c'est tentant mais il faut déjouer des pièges et trouver un accord, pas mineur, sur la ligne de cœur pour autoriser le corps à se mobiliser

      Supprimer
  4. Saisir l'espace d'un instant la beauté fugace de jambes fuselées , admirer le genou surtout s'il n'est pas couronné et la finesse des attaches, le potelé d'un mollet c'est un ravissement d'esthète et pas du voyeur l'isthme déformé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les esthètes ont bien le droit de s'en donner à joie-yeux, naisse pas !
      Jusqu'au jeune houx, pourquoi pas.

      Fussent-elles ailées ou pas, les femmes à l'allure angélique ont sous vent le coeur en printemps dès que le soleil est là, dès que le brin thym revient ...

      Ah pas de voyeur isthme ! rires

      Beaux les regards timides des hommes en res-paix ...

      Supprimer
    2. Tout à fait Thierry ! sourire

      Supprimer
    3. Laisse serre tête tranquille et aussi porte jarretelle car le plissé donne du tombant mais au point de s’assommer en assenant des bas alités, Fustel de Coulanges n'est pas avaricieux mais fréquente t il la contre allée ?

      Supprimer
  5. Huxley l'aurait surement eu à la douce (Aldous)et quand je pense qu'on vient juste de supprimer un arrêté du 19 ème siècle qui interdisait aux parisiennes de porter des pantalons !

    RépondreSupprimer
  6. Au bonheur des dames et à leur bon plaisir qui peut animer comme ranimer le désir tout en restant dans de juste proportion pour éviter le saut Quantique (de Mary) car on peut prendre des raccourcis pour aller plus vite mais à trop remonter (et pas que dans le passé) il n'y a plus secret ni mystère là où la démarche suggestive (pas que subjective) laisse à penser et parfois à fantasmer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mystère, toujours
      La femme sait le cultiver, le culte hiver, le culte était ...

      Supprimer
  7. Dans le prolongement du billet "table", juponnée ou pas, découvrez les ExpérimenTables de Caroline Champion !

    http://exploratricedesaveurs.com/2009/10/20/experimentable-definition-et-manifeste/

    RépondreSupprimer
  8. C'est délicieux ce que tu nous racontes là et je l'ai dégusté comme quand on mange une glace dans un petit vent qui soulève un peu la jupe. Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravissant ce que toi tu me réponds/répands là !

      Amitiés chère Ariaga !

      Supprimer
  9. Oh c'est très chouette de lire tout cela ! Merci et très bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon dimanche à vous, Bonheur, au petit vent de mai qui fait tourner la fête !

      Supprimer
  10. Tes azalées en jupons, juponnent joliment dans ta bannière !
    Moi, c'est "bisous en jean" comme toi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aujourd'hui, sera "bisous en robe de chanvre" et beau nez de jour ! :)

      Mettre la jupe fait venir le printemps !!!

      J'aime tant les jupons blancs !

      Supprimer
  11. Merveilleux billet en froufrou chère Veronica! C'est frais, gai et léger. J'aime beaucoup et vous lire et un immense plaisir.
    Merci pour la chanson, les citations et vos superbes photos. Tout cela représente la vie :-) et la vivre pleinement.
    Je vous embrasse en rose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En rose, je vous salue, chère Denise.
      Je juponnerai mon guéridon de vert avec de petites fleurs roses ... pour qu'il vole au vent ! sous le fleurisier, je poserai deux tartes offrent aise ... Nous les sablerons ensemble voulez-vous ...
      Merci pour vos charmes en passage, toujours, je vous embrasse !

      Supprimer
  12. Ce n'est pas encore demain que je mettrai mes jupons, petit patapon !!!! Encore trop de courants d'air froids, attendons sagement que les saints de glace soient passés !!!
    C'est-y pas malheureux ma pôve dame !!!!
    Bises dans les azalées!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. air on
      Héron
      Petit pas
      Tapons !

      Voui voui voui
      Le soleil va rêve hennir
      et tu l'auras dans le dos
      l'essaim de face !!!

      Bisous dans l'air au dos dindon !!! rires

      Supprimer
  13. Joli billet cher Veronica ... Des mots si doux mélangés aux couleurs de la vie :-)
    Bisous fleuris en espérant que le temps nous permettra bientôt de ressortir de nos armoires ces petites robes légères qui nous rendent si joyeuses :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était Marie :-)

      Supprimer
    2. Merci jolie Marie pour tes tendres couleurs ...

      Oui que nos jupes, robes et autres culottes de fille ne moisissent pas dans les armoires !

      Bisous à volants roses :)

      Supprimer
  14. Vole-âge voilage!!!
    Cachette qu'achète la timide intime-y-tente
    Comme vol-au-vent pour soupe-pire-en-chanté...
    Vienne l'allégère-été!!!!
    Ne porter que sa peau,sabots et chapeau...

    Bonne fin de semaine Veronica.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jupon, l'attente ...

      Vienne et vive la l'allège air été, oh oui ! on l'attend ! ce petit vent chaud qui fait rire l'égard son !

      La peau
      ça beau !
      et chapeau de piaille !!! :)

      Bon dimanche, à toi, sans te presser

      Supprimer
  15. Tant de froufrous... nous donne le tournis ;-)
    Bon dimanche à toi
    Bizzz Lolo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un petit côté derviche tourneur, je suis bien d'accoeur !

      Bon dimanche sweet Lolo femme !

      Supprimer
  16. Le rose ... couleur de l'amour , du temps , de la vie ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux vivre sans rose ...

      Merci de ton passage plaisant !

      Supprimer
  17. J'en ai plein mon panier.
    J'eus pont de mai avec le tout ( ça fait peut-être un peu clown... mais oui, y a de ce bonheur là... ) : féminité vol hantée, monde au balcon, fenêtre sur cœur ouverte en grand, fou l'art, fleurs, ris, legs in, roses au jardin d'encens, dessous chics, verts hauts remplis d'or fluide, souvenirs de Madame Bovary, de Clair de Terre, vieux jean, Paix des profondeurs, Bonheur des Dames, Pape au Tage joyeux, Ce fleuve qui nous emporte, tulipes en coupe ostensoir et en assiette, marguerite en sabot, en cheveux, en cuisine et soie mousseline, basse quête de l'humilité ascensionnelle aux pieds de sel de/que la Vie...­

    Il ne manquait que le dernier Zola... mais c'est normal, pas la moindre page assommante ni la moindre raison de se désoler, rien ne barrait le chemin, rien ne menaçait de faire tomber, tout était clair, simple et doux, la vie de bégayait ni ne s'emberlificotait...
    Pourtant, bonnes femmes et femmes bonnes... alors console-toi cher Émile, là, on en était plutôt aux promesses printanières de Germinal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel beau mois de mai alors dans ton panier plénier ...
      Ah même le pape au Tage joyeux ? sourire
      Le printemps germa jusqu'au doux final ...

      Merci pour ce joli texte
      Bisous à la paix.

      Supprimer
  18. J'adore le "Jupon vole" de Rika !
    Bisous endimanchés ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais depuis Rika a pris sa valise ! est repartie ! :)

      Bisous et beau mad air !

      Supprimer
  19. Oh Coquin de sort... tout ça me fait tourner la tête.... aurait pu dire César à Escartefigue, M. Brun..Panisse... ou Marius.. dans la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol !
    Merci Veronica de nous ravigorer le coeur et le corps rajeunis avec le jupon vole de Rika Zaraï... !
    bisous décoiffés par le mistral qui souffle très fort aujourd'hui chez nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Niasse pas que ça marche ! Que ton soleil est revenu parfumer ta Provence ma Den ...
      L'âge aidant la tête ... tu sais bien ...

      Bisous coiffés à la bretonne rose ! ;)

      Supprimer
  20. En jupon, avec ce froid de gueux... oh misère !
    Je proteste, je crie à l'arnaque... le mois de mai est une promesse de printemps (avec chants d'oiseaux, fleu-fleurs et tout le toutim) mais sans chauffage, hein !
    Cependant, à l'intérieur (du jupon) on se sent plus légère, plus jeune, plus bondissante... La féminité retrouvée, affichée, le galbe de la gambette dévoilé, les couleurs plus douces, plus gaies, la fantaisie assumée...
    Vol-hanté, vol au vent, cerf-volant ou cerveau-lent... hihihi... le printemps rend dingo. Et tournent les jupons qui font tourner la tête des messieurs...

    Bisous envolés à peine posés enjuponnés d'amitié.

    Oursonne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvres gueux que nous sommes ...
      Il n'arrive pas jusqu'à Nantes le toulousoleil ? :)
      Qu'enfin le chauffage soit naturel ! de plein pied ! les pieds nous ... La couleur ça s'hume ! Même avec un cerf-veau lent, comme il laid on l'aime ...

      Moi aussi, je pense à toi et t'envoie mes bisous pleins de frou-frou d'âme !

      Supprimer
  21. Si tu savais comme je l' aime mon pantalon...et comme je rêve de contempler jupons et ballerines de toutes les couleurs...mais ça restera encore un rêve la semaine prochaine..:-((
    Il fait un froid de gueux , le feu brûle dans le cheminée et j' ai ressorti mes chaussons fourrés tellement je suis gelée...:-((
    J' ai tout de même mis du rose en mon jardin , sur mes fenêtres des p'tites fleurs tremblent en cherchant le soleil :
    Dis ,quand reviendras-t-il..?
    Dis , au moins le sais-tu ?
    En l' attendant plein de doux bisous châle heureux rien que pour toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu préfères porter le pantalon à l'or ma Thilde ... Tu n'as pas tort ! les jupes froissées, langues d'été, c'est facile à nettoyer pourtant, pas besoin de repassage !
      Mais j'aime aussi les paons-talons tu sais, d'ailleurs j'en ai moins aux talons des coqs de village ;)

      Comme j'imagine ton feu brûler dans la cheminée, comme je sais aussi que tu attends la chaleur bien méritée, dans ton beau pays ... Que les roses tremblent moins, même si le font en choeur ...

      J'espère qu'il arrive !
      Bisous tendresse en jupe blanche longue, bal-rimes noires et veste rose pâle ...

      Supprimer
  22. Jupon de rêve pour solitaire
    De couleurs en secrets
    sa main l'effleure et libère
    dentelles vraies.

    Une femme se cache en-dessous
    Il cherche son désir.
    Jupon de rêve jusqu'au cou
    Et vire et revire...

    Petite improvisation du jupon de Suzâme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hou comme c'est sensuel tout ça ma Suzâme !
      Merci pour ce morceau de dent'elle secrète !

      Le jupon de Suzâme, m'en écriras-tu la suite ?

      Bisous plein panier !

      Supprimer
  23. Sur le retour, en un lijo lagevi toislo, une ronde de belles dames en couleurs et sept jupons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sept d'un coup ?
      Quel essaim de dames !

      Bisous multicolores !

      Supprimer
    2. Non, l'un en deux sous de l'autre... ;)

      Supprimer
  24. Que ce billet fait du bien! ces jolis frou-frous qui volent au vent, ces jupons aux couleurs printanières font du bien au moral...j'aime les regarder...je ne les porte plus...plus assez mince...mais sur un panta-court laissant apparaître une cheville mutine, un joli chemisier, une tunique volantée et le tour est joué. Vite, vite un peu de soleil et de chaleur et je me lâche. Bises, ma Veronica. Je pense fort à toi malgré mes absences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu es gracieuse en pantacourt chemise longue, un peu de goût et de grâce ( même la graisse est belle alors ) et le jour est noué ! Tu as oublié le parfum ?!

      Bisous tendre liesse de femme !

      Supprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !