jeudi 23 mai 2013

Il y avait un jardin ...

Georges Moustaki vient de s'éteindre ...
Je choisis, pour lui rendre eau-mage, sa chanson Il y avait un jardin ( tiré de son album éponyme de 1971 ) que je trouve si belle ...



C'est une chanson pour les enfants
Qui naissent et qui vivent entre l'acier

Et le bitume, entre le béton et l'asphalte
Et qui ne sauront peut-être jamais
Que la terre était un jardin

Il y avait un jardin qu'on appelait la terre
Il brillait au soleil comme un fruit défendu
Non ce n'était pas le paradis ni l'enfer
Ni rien de déjà vu ou déjà entendu

Il y avait un jardin, une maison, des arbres
Avec un lit de mousse pour y faire l'amour
Et un petit ruisseau roulant sans une vague
Venait le rafraîchir et poursuivait son cours

Il y avait un jardin grand comme une vallée
On pouvait s'y nourrir à toutes les saisons
Sur la terre brûlante ou sur l'herbe gelée
Et découvrir des fleurs qui n'avaient pas de nom

Il y avait un jardin qu'on appelait la terre
Il était assez grand pour des milliers d'enfants
Il était habité jadis par nos grands-pères
Qui le tenaient eux-mêmes de leur grands-parents

Où est-il ce jardin où nous aurions pu naître
Où nous aurions pu vivre insouciants et nus
Où est cette maison toutes portes ouvertes
Que je cherche encore et que je ne trouve plus.

Georges Moustaki.

23 commentaires:


  1. Coucou Veronica

    Je ne savais pas ...Pour Georges Moustaki
    Merci pour ce très beau texte de Georges Moustaki et cette belle chanson ... Il me donne des frissons ce texte tellement cela se vérifie de jour en jour ... Les jours passant ...et une jolie photo de roses pour lui rendre hommage
    Merci Monsieur Georges pour toutes ces belles chansons
    Gros bisous pour toi Veronica et des caresses à Toss

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai tant aimé et écouté ce grand jardinier des coeurs....

    Merci Veronica.

    RépondreSupprimer
  3. Une belle image, une belle chanson, un bel hommage...

    RépondreSupprimer
  4. Oui j'ai hésité, car si symbolique. Regrets comme une sensitive qui referme ses "antennes"... pour se protéger.

    RépondreSupprimer
  5. Une voix que l'on oublie pas, ni ses chansons ! Il a accompagné ma jeunesse.
    Que nos mercis et notre tendresse l'accompagne !!!

    RépondreSupprimer
  6. Celui qui disait doucement ses révoltes, qui détestait les frontières, qui...et qui...
    Merci.

    RépondreSupprimer
  7. C'est un très bel hommage, Veronica, fleuri à souhait pour cet artisan des mots, poète et chanteur. J'aime aussi cette très belle chanson et combien de fois ai-je écouté Georges Moustaki.
    Merci Veronica

    RépondreSupprimer
  8. Dans Moustaki du plus loin que je me retourne et me reporte, je rapporte le souvenir d'un homme posé à la voix douce , la moustache fournie, la barbe hirsute, la chevelure en bataille et une poésie qui apaise, une voix chaude comme son pays d'origine et presque une allure de pope pour une chanson que ne saurai dire de variété mais variée et d'auteur, il n'était pas, dans mes souvenirs du moins, le révolté qu'était Ferrat mais il en a passé des caps et donné des galas, s'est produit guitare au poing et fleurs en bandoulières.
    Alors oui le pâtre grec était bucolique sans chanter Ovide et il a dévidé sa pelote de mots, égrené ses chansons dans le vent d'Attique , Hélas il nous quitte , Hellas son pays de cocagne ruiné et miséreux, il nous apporté joie et réconfort dans les veillées et les contreforts des montagnes .

    RépondreSupprimer
  9. Et pour lui le jardin c'est le paradis puisque je crois que ça se dit paradaisos

    RépondreSupprimer
  10. Il s'en est allé le "Métèque" et sa solitude. Bel hommage.

    RépondreSupprimer
  11. Ah oui!! Je l'avais oubliée ... c'est lui que nous n'oublierons pas

    RépondreSupprimer
  12. du bel hommage
    Véronica

    ses mots jolis vont bien
    dans ton jardin...

    RépondreSupprimer
  13. Voilà un poète qui nous chante avec une infinie douceur et tristesse ce qui constitue notre paysage essentiel pour vivre et rêver; ce qui est à préserver, coûte que coûte, pour que vivent nos enfants, nos petits enfants ... En moins d'un siècle, nous avons profondément modifié l'écosystème de ce magnifique jardin qui nous avait été transmis par les générations précédentes et nous l'avons souillé, pillé, oublié, abandonné. J'ose croire que tout n'est perdu, que nous allons nous ressaisir, que suffisamment de voix vont nous ramener auprès de l'arbre et de la source, auprès de l'enfant et de ses rêves, auprès de l'oiseau et de la cagouille ... Merci à Georges qui avait beaucoup en lui de l'autre Georges. J'espère que tous les deux trouveront désormais les chemins d'un autre jardin !

    RépondreSupprimer
  14. J'aime beaucoup La longue Dame brune, et puis aussi Ma solitude...

    "Non, je ne suis jamais seul
    Avec ma solitude

    Par elle, j´ai autant appris
    Que j´ai versé de larmes
    Si parfois je la répudie
    Jamais elle ne désarme
    Et si je préfère l´amour
    D´une autre courtisane
    Elle sera à mon dernier jour
    Ma dernière compagne..."

    Bonne soirée chère Véro, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  15. Merci encore de doux mots chère Veronica, et quel hommage, mais bien mérité, car cette homme étaient la bonté même :-) discret mais si humain :-)
    Bisous de Marie

    RépondreSupprimer
  16. Je remercie infiniment Georges Moustaki pour ses chansons si profondes qu'elles restent blotties dans ma tête au point de les fredonner très souvent. Je l'écoute depuis mon adolescence et sa célébrité lui donnera cette éternité qui est si juste aux artistes et poètes qui ont donné leur âme au public comme lui. Suzâme

    RépondreSupprimer
  17. Ton jardin rend un très bel hommage à un artiste de talent qui a écrit tant de chansons magnifiques ...
    Elles ont bercé mes jeunes années et c' est un plaisir de le lire en l' écoutant...:-))
    Malgré tous ces messages d' ici ou là tout le monde n' a pas compris que notre terre est en grand danger...
    De tout coeur je t' embrasse jolie madame

    RépondreSupprimer
  18. Très bel hommage à ce métèque du coeur que j'adorais écouter! Toutes ses chansons me parlent et me font frissonner..

    Perte d'une être cher! je l'aimais tant..

    En complicité avec toi, chère Véronique!

    Je t'embrasse fleur

    RépondreSupprimer
  19. Je lui rends hommage aussi, a ma façon aujourd'hui...

    À l'heure où tous les bruits de la ville se taisent
    Un verre de thé noir à l'ombre d'un café
    Un peu d'herbe qui brûle sur un feu de braise
    Le paradis perdu est enfin retrouvé

    RépondreSupprimer
  20. je suis triste aussi
    triste triste
    ce métèque ce milord m'accompagnera encore longtemps
    tendresse La Bel rouge

    RépondreSupprimer
  21. Poète nonchalant créatif, artiste multiple, talentueux..
    avec lui toute une époque disparaît, notre jeunesse..
    mais il reste ses chansons...
    Merci Veronica pour ton hommage au Jardin d'Aime Haut
    Je t'embrasse
    ..."elle ne fait pas semblant de vivre".. "elle ne demande pas, elle prend"...
    "elle aime"....

    RépondreSupprimer
  22. j'ai pleuré pour son départ,il m'a accompagnée pendant tant d'années...
    merci pour ce bel hommage.

    RépondreSupprimer
  23. Au mage saisissant dans les mots images au vol la beauté mais jamais otage pour exprimer la rage , il aura connu peu d'orages mais combien de désespoirs quand tous ses grands interprètes l'ont quitté, il fut passeur/pasteur de mots, rassemblant patiemment son troupeau et jamais à court d'idées qu'il n'aurait pas eu le gout de gaspiller, il a grappillé de ci de là et notamment au brésil auprès des bossa noviens une nove langue de poètes qui devait beaucoup aussi à la bibliothèque d'Alexandrie, une biblio quête infatigable par les routes et les scènes où sans être une bête il s'est imposé et glissé dans des habits familiers, orthodoxe sans doute mais avec sa patte , la douceur incarnée et le mile en bouche, il ne nous faisait pas dormir comme des souches , je pense au beau film d'angelopoulos
    l'apiculteur, et me dis que Moustaki a su émulsionner nos vies d'émotion partagée et nous faire visionner dans une projection mentale digne des plus grands bien des paysages et des pays sages faisant appel au meilleur de l'homme, la bonté et la simplicité.

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !