samedi 6 avril 2013

Ton année 1987 !

Que faisais-tu en 1987  ? 

En musique, dont j'ai toujours été dingue, entre autres, évidemment numéro 1 dans le monde entier, The joshua tree de U2 et son With or without you que l'on a tous chanté ...J'écoutais le très bon album Nothing like the sun de mon chanteur pop rock favori StingSuzanne Vega faisait connaissance avec Luka, moi je regardais à la télé le grand Prince ( qui apprenait qu'il était atteint du sida
) et je rêvais sur son incroyable et long slow Purple rain, je dansais dans ma salle de bain sur Who's that girl de Madonna et sur Bad de Mickael Jackson, je kickais sur INXS, Kim Wilde just  Keep me hanging on, je murmurais le langoureux slow One more try de George Mickael.
En France, tandis que je préparais mon bac, j'avais La fièvre dans le sang d'Alain Chamfort ! C'était La ouate de Caroline Loeb et La Bamba de Los Lobos !  Vanessa Paradis prenait Joe le Taxi et Guesh Patti Etienne ! France Gall chantait Babacar, Francis Lalanne savait qu'on se retrouverait , Julien Clerc chantait Hélène tandis que Mylène Farmer savait Sans contrefaçons qu'elle était un garçon ! Dalida et Fred Astaire quittaient cette vie ...



56 commentaires:

  1. En 1987, jolie cigale, vous dansiez, vous écoutiez tout cela ? J'en suis fort aise...
    Moi, j'étais en phase fourmi et je bossais, intensivement pour passer mon CAPES...
    Peu de musique... je laissais les top 50 à mes jeunes frangins et frangines... mais de super souvenirs (récemment ravivés) de mes rendez-vous hebdomadaires avec le Cycle Shakespeare, en VO sous-titrée, sur FR3 ( c'était "au programme", donc sans complexes... ), j'en ai encore les images et la musique de la langue dans la tête...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Phase fourmi travailleuse, je vois ! sourire
      Oui j'écoutais énormément de musiques mais je préparais sérieusement mon bac, année studieuse également, surtout la philo que je découvrais pour mon grand bonheur ... et la découverte du corps aussi ... Belle année !!!
      Evidemment je connaissais tout le top 50 ! rires, on fait ce qu'on peut naisse pas, "le cycle Shakespeare en VO sous-titrée, tu avais déjà tellement d'avance ! :) En fin d'année, je re/découvrais Balzac et j'adorais ...

      Supprimer
  2. Oh la la... En 87, je bossais comme une folle, occupée à promouvoir des escarpins hors de prix dans le Triangle d'Or... Et du coup, je ne sais plus rien de ce qui se faisait en ces temps révolus, à part la Mode, la Mode, la Mode...
    Je me détruisait le teint et l'estomac pour des "vestiaires" livrés à temps ou pas et me les redétruisait quand les dits "vestiaires" ne paraissaient pas dans les Vogues, Marie-Claire ou Elle pour lesquels ils avaient été commandés et c'est probablement en 1987, que je suis partie aux States avec une clavicule cassée de la veille, pour voir ce que bricolaient nos deux guignols de représentants à la veille d'un show important... et c'est cette année là que j'ai découvert NY et le Waldorf Astoria.. et que la clavicule fracturée m'a valu de découvrir la morphine.... Je te rassure... je n'y ai jamais repiqué...
    Oh, bonté divine, quand je te lis, j'ai l'impression d'être passée à côté de la vraie vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais c'est passionnant tu veux dire Alma !!! C'est génial ! bon pas pour ton teint et le stress je comprends ... Quelle femme ! quelle vie ! ça te va si bien ...:) Tu dois avoir un chic fou ! J'ai hâte de voir ça ... :) Mais non, moi c'était une autre vie et la jeunesse ! ah j'ai aimé mes 18 ans !

      Supprimer
  3. En 1987, cela faisait un an que j'avais quitté un beau matin, la garnison.
    Enfin, je savourais la liberté, la vie civile, j'étais jeune et en bonne santé. Mais étant amoureux, habitant Lanester banlieue de Lorient, n'ayant pas de travail fixe, je vivotais comme apprenti assureur pour le placement de contrats à la con pour faire peur aux gens. Un calvaire pour faire les courses, payer le loyer et boucler les fins de mois. Ne pouvant plus faire face à la situation financière, je m'étais réfugié chez mes parents qui habitaient à l'époque en Dordogne. J'allais vite déchanté dans mes déboires amoureux. Ma première rupture sentimentale avait sonné un mois de novembre et si la faculté d'un homme est d'allé jusqu'au bout de ses rêves, je me demande si depuis ce temps là, j'ai remonté à la surface...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà tu entamais ta "carrière" de "grand amoureux rêveur" sourire
      Je me doute, n'était pas si facile ... C'est beau en tout cas, car tu n'as pas changé, tu es resté fidèle à toi-même ...

      Supprimer
  4. En 1987, j'avais 42 ans, le bel âge pour une femme en pleine possession d'elle-même, je crois.. Mes filles 12 et 18 ans, un mari aimant. Une femme heureuse, j'étais ! Je recommençais à travailler. La musique, les livres, l'écriture en silence, habillaient notre intérieur feutré d'amour partagé entre famille et amis.... entourée... Le bonheur se molletonnait au chaud sur mon chemin
    ouatiné !
    Je t'embrasse Veronica, avec les yeux de mes nuages gris aujourd'hui ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle tranche de vie que tu donnes là ... Un bonheur entier ... La vie passe mais les souvenirs, heures eux souvenirs ... demeurent ...

      Je t'embrasse Den

      Supprimer
  5. En 1987, cela faisait un an que j'avais quitté un beau matin, la garnison.
    Enfin, je savourais la liberté, la vie civile, j'étais jeune et en bonne santé. Mais étant amoureux, habitant Lanester banlieue de Lorient, n'ayant pas de travail fixe, je vivotais comme apprenti assureur pour le placement de contrats à la con pour faire peur aux gens. Un calvaire pour faire les courses, payer le loyer et boucler les fins de mois. Ne pouvant plus faire face à la situation financière, je m'étais réfugié chez mes parents qui habitaient à l'époque en Dordogne. J'allais vite déchanté dans mes déboires amoureux. Ma première rupture sentimentale avait sonné un mois de novembre et si la faculté d'un homme est d'allé jusqu'au bout de ses rêves, je me demande si depuis ce temps là, j'ai remonté à la surface...

    RépondreSupprimer
  6. En 1987, je travaillais, infirmière dans une clinique qui aujourd'hui est fermée. Année de bonheur et de souffrance, naissance de mon 2ème fils et son décès à 4 mois de mort subite, nous sommes foudroyés. Et puis petit à petit, la vie reprend le dessus et puis, quelques années plus tard, deux petites filles sont venues panser nos blessures, mais sans jamais les refermer.
    Bisous bisous de tristesse et de bonheur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée pour votre si grand chagrin ... Comme je comprends ...
      Tu as fait une si belle famille !!! tes enfants adorés, ta maison et ton mari bien aimé ! Quelle force !

      Bisous bisous de vie chère Sylvie !

      Supprimer
  7. Merci pour ces moments de vie de vous que vous m'offrez avec tant de simplicité/sincérité ...
    Je les reçois très touchée par toutes nos vies qui étaient si différentes ( chacun dans son histoire ) et se rejoignent aujourd'hui ...

    Je vous répondrai chères âmes ...

    RépondreSupprimer
  8. 87 ? Je me reconstruisais dans un nouveau boulot, après un épisode sévère de harcèlement moral au travail. Je m'investissait de nouveau (quelle idiote ) : le plaisir de travailler, de retravailler... Un désert sentimental mais des ami(e)s, oui plein d'ami(e)s. Sinon, pas de souvenir particulier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En 87, je faisais mon premier bébé...

      http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2009/04/mon-fils.html

      Supprimer
    2. et moi je devenais tata pour la deuxième fois d'un adorable garçon, en octobre j'avais 18 ans j'étais en BEP de secrétariat comptabilité (je me demande pourquoi encore maintenant ) et voilà quoi ,

      Supprimer
    3. Coucou les filles, vous m'avez pris la place pour répondre, ne vous seriez-vous pas trompées ;)

      Lou, Beau ton investissement, être vraie et se donner ... évidemment au boulot ... quand on tombe sur ... Ah l'amitié, l'amitié qui remplit l'amitié qui nourrit l'amitié qui partage l'amitié qui rit !!! Pour l'amour, tu auras toute la vie ...

      Supprimer
    4. Célestine,

      C'est tout simple, c'est si grand ! sourire

      Supprimer
    5. Hutte des Bois

      Ah pas toujours simple l'orientation n'est-ce pas ... C'est beau quand tu parles de la tata que tu es ...

      Supprimer
    6. Oui je ne suis pas maman mais Tata 8 fois et même si je ne les vois plus aussi souvent que je voudrais je les aime , ils m'ont apporté beaucoup de joie et de bonheur et de bon souvenirs car ils sont grands maintenant la plus part sont adultes , 27 26 25 23 18 17 16 15 . Sinon pour l'orientation , depuis ma naissance j'ai toujours été plus ou moins désorientées , je le suis toujours dans tous les domaines !

      Supprimer
  9. En 1987, je serai poète, esthète, arpète, sûrement pas pharmacien ou plombier.
    " esthète.? Ce n'est pas un métier, m'aurait dit mon père."
    " mais père, c'est long et difficile décrire des vers pour faire sourire de jolies dames, obtenir, un sourire peut- être un baiser."
    " certes, répondit-il. Allons, cesse de jouer. Ta mère appelle pour le dîner."
    " dîner...en 1987 ? Pensez vous que ce sera la fête, sans cesse, sans arrêt ?""
    En 1987, j'aurai ....te-cinq ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant poète/esthète, beau métier serait non ... sourire
      En 1987, vous auriez ... trente cinq ans ? rires


      Hélas les poètes hommes (étaient des amis, nous nous comprenions ) ne me charmaient pas( pour être amoureuse ), j'ai reçu quelques vers galants à l'époque, des courriers du coeur bien cousus, n'étais pas plus charmée par les "bad boys" d'ailleurs, les scientifiques me troublaient davantage, les hommes cultivés et plus âgés aussi ... Je rêvais beaucoup, charmais beaucoup, j'étais neuve et jolie ! sérieuse aussi. Ah la belle jeunesse pleine de promesses !

      Supprimer
  10. En 1987, je travaillais dans une banque. Nos enfants volaient de leurs propres ailes. Avec mon chéri-époux, nous partions en vacances d'été. Des vacances simples avec un petit bus camping pour découvrir la Camargue et ses environs entre autres. Les week-end d'hiver, nous faisions du ski. Le bonheur! Nous écoutions tous les chanteurs de l'époque et certains, nous les passions en boucle.
    Je vous embrasse, Veronica!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regardez Denise, cette belle roulotte pour vous, pour remonter le temps de vos heureuses vacances en amoureux ! non, sourire
      Autre belle tranche de vie que je savoure pour vous ...

      Je vous embrasse Denise !

      Supprimer
    2. Cette roulotte est magnifique ma chère Veronica et pleins de souvenirs sont encore dans mon coeur. Je savoure!
      Mes bises voyageuses!

      Supprimer
  11. Toujours le parfum coloré d'Aime Haut chez toi belle amie... des douces pensées amicales en passant et des bises ! Souamie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma chère Souamie !!! tu es là, en corps ??? sourire
      Merci d'être passée au jardin, ça me fait tant plaisir !!! Comment vas-tu ? Vis-tu toujours chez les Harry et Joie ???

      Je prends tes pensées et tes bises et t'en renvoie un plein panier tout frais !!!

      Supprimer
  12. En 1987 j'étais redevenu célibataire depuis quelques mois, face à une liberté encombrante je cherchais ma voie et j'allais croiser celle qui allait devenir mon épouse et la mère de mes enfants. Je profitais de la vie et m'initiais dans mon métier à l'analyse de décision opérationnelle, j'allais au mariage d'un ami de 20 ans perdu de vue depuis, je faisais encore beaucoup de sport et je sortais beaucoup, j'avais encore le temps de m'intéresser à la musique et je connais à peu près tous les titres que tu cites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me fait plaisir que tu connaisses comme moi le hit parade, Thierry ! sourire
      C'est toujours incredible et sacré quand un homme parle de "son épouse et la mère de ses enfants"
      On dirait que "la liberté encombre" parfois au lieu de rendre léger ...

      Have a good and rainy day hélas !

      Supprimer
  13. Abondance de photos ne nuit jamais au blog'
    Un angle bleu, une mèche de couleur, un dégradé de gris.
    La belle dame est là et le chaland la regarde.
    Steppes du nord. Beau sud ouest.
    Mystère et beauté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous croyez ? c'est votre adage, sourire
      On se fait plaisir comme on peut n'est-ce pas ...
      Un "admirateur bienveillant et charmant", c'est toujours agréable, merci. ( ça ne fait pas deux mâles )
      Oui, je suis "une espèce en voie de disparition" à tout niveau d'ailleurs !

      Connaissez-vous la fabuleuse citation de mon cher René Char ...

      " Comment vivre sans inconnu devant soi" René Char

      Supprimer
  14. J'avais 13 ans... je me souviens bien de ces chansons ;-)
    Bon dimanche, Bizzz Lolo
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu étais petite ! c'est trop mimi, sourire :)))

      Beau lundi sweet Laure !

      Supprimer
  15. En 87, j'étais dans la joie d'une deuxième naissance,
    Un garçon qui a poussé comme un petit champignon.
    Je ne crois pas que j'écoutais beaucoup de musique à l'époque.
    Travailler, pouponner, respirer ...
    Ah si, pendant la grossesse j'ai beaucoup écouté Georges Zamfir à la flûte de pan. J'aime particulièrement Mémory.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Lily pour cette année de toi ... Oui, j'aime aussi G Zamfir à la flûte de pan qui fait partie des mélodies en memory qu'on écoute toujours et qui restent, nostalgie ...

      Supprimer
  16. Je me demande comment tu fais pour te souvenir de ce que tu faisais en 1987. J'ai un oubli du passé quasiment maladif alors j'admire ! Je me souviens d'événement ou de "moments" importants mais c'est comme si c'était aujourd'hui. Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Ariaga, ne crois pas que j'ai la mémoire des dates, du tout ! la musique je la connais oui, pas mal mais la date précise non !!! j'ai des références pour ça ;) alors n'admire pas ! rires, il y a des années qui nous marquent davantage pourtant non ... tu vois, tu te souviens précisément de ces moments ...

      Amitiés !
      Présent !
      Prés'aisance ...

      Supprimer
  17. Ah c'est dommage...je pensais cliquer et entendre !!! Sinon 87 pour moi c'est deux ans avant le bicentenaire de la révolution française...;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi aussi, presque hélas ! Rire ! Commencer sa carrière de prof d’histoire en plein bicentenaire, y presque de quoi s'en dégoûter... overdose de cocardes, de Bastilles et de carmagnoles... les autres histoires en passent presque à la trappe !
      Heureusement que les programmes changent, et redeviennent mieux dosés, quand les bicentenaires s'éloignent...

      Supprimer
    2. Bienvenue Aslemin Button !

      Je comprends ta déception !!! rires, j'aurais dû pour parfaire mon billet, en effets, je n'ai pas eu le temps désolée ...

      Ah voilà une information exacte et d'importance ! que ne l'ai-je précisé !!! :)

      Au plaisir ! et merci de ta visite !

      Supprimer
    3. Mariane,

      Je suis heureuse d'apprendre que les programmes d'hist-géo ( après j'ai haut les cocardes et autres Bastilles ) sont mieux d'oser ... ! rires

      Eloigne-toi de tout mais pas trop ! sourire

      Supprimer
  18. Pardonnez-moi pour le retard dans mes visites chez vous ...Dès que je pourrai ...

    RépondreSupprimer
  19. Et bien, moi qui suis incapable de me rappeler ce que j'ai fait la minute qui suit la précédente... Chapeau bas !...^^ Bises chère Veronica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non cher Phène ! sourire

      Je vous souhaite une belle journée de printemps !

      Supprimer
  20. J'écoutais tout ce que tu écoutais et je chantais!!!! Et pourtant ma vie était bien remplie à cette époque!!!
    Très bonne journée Veronica!
    Grosses bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous chantiez ! j'en suis fort aise ! et bien dansez maintenant ! :))))

      Très beau day à toi chère Enie ! plein d'oiseaux et de fleurs de chant !!!

      Supprimer
  21. En 1987 j'étais en BEP et j'écoutais toutes ces chansons aussi, surtout à l'internat pour que la semaine soit moins longue ;)
    En ce temps là je partais un mois en été au Portugal chez ma grand-mère avec mes parents ... que de souvenirs inoubliables ...
    Merci Véronica pour ce retour en arrière ;)
    Douce journée et gros bisous tendres !
    Marie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tes doux souvenirs inoubliables ... Nous sommes de la même génération alors petite Marie :)

      Entendre : gros bisous !

      Supprimer
  22. En 1987 j'avais un petit garçon de 7 ans, on commençait à parler des morts du sida et je tremblais pour sa vie de futur adolescent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la génération sida, je sais ... Nous a tous marqués les débuts ... Tellement dur et triste et l'opprobre pour la communauté homo notamment ces années-là ...
      Ton fils est grand maintenant !
      Merci de ton passage Christiana !

      Supprimer
  23. En 1987, j'écoutais Jean Jacques Goldman en boucle
    J'étais amoureuse et persuadée qu'il était l'homme de ma vie..il ne le serait pas
    Je partais 2 en vacances chez mon oncle qui avait hôtel en Charentes...deux moi deux bonheurs..j'avais cette chance là
    En 1987,
    Je me demandais ce que j'allais faire plus tard
    Je n'étais pas très sur de moi
    J'allais bientôt passer mon bac
    Je rigolais pour n'importe quoi
    En 1987
    Mon dieu...que c'est loin déjà :)

    Mille souvenirs qui me reviennent
    Merci ma chère véronica
    Je t'embrasse

    Azur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "J'étais amoureuse et persuadée qu'il était l'homme de ma vie." C'est beau comme on y croit dès la jeunesse ! sourire
      Moi "amoureuse" d'un plus grand que moi de ... sept ans, mais ne me conviendra pas non plus ... le temps d'une passion, le corps, les baisers, la découverte ... Années d'insouciance, on est belle, immature, on reçoit des bouquets, on sourit, on poursuit ses études littéraires, on adore lire, on séduit, on a la vie devant nous ... J'étais sûre de moi ! l'angoisse viendrait quelques années après avec la maman que je deviendrais...

      Comme nos souvenirs se rassemblent ma chère Azur ... sourire
      Merci de tes mots, je les ai savourés ... Oui, tout passe si vite mais on n'oublie pas ...

      Je t'embrasse aussi

      Supprimer
  24. J'écoutais aussi la même musique et Zamphir aussi, c'est si doux; en 1987, je vivais avec un bel italien à l'oeil de velours avec la guitare et tout! nous menions une vie de bohème! pleine de joie, d'amis et ... d'imprévus! je "travaillais" ,t'as vu les guillemets, dans un théâtre itinérant de marionnettes à fils!j'étais éclairagiste ( son & lumières) et aussi restauration des marionnettes ! la belle vie! quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Gwen, la roulotte te va tellement bien aussi !!! Quel joli tableau tu nous brosses là, je vois bien ... ton hidalgo à l'oeil de velours et guitare, tu fondais ... sourire Tu devais être belle comme une fleur des chemins que vous empruntiez ! La vie itinérante ! c'est chouette ! je n'ai jamais connu la vie de bohème ... Pourtant le beau aime beaucoup !!!

      Supprimer
  25. 1987 ? Oh, c'est bien loin tout ça... Je crois bien que je sortais d'une longue période dépressive (pas encore 25 ans et une dépression nerveuse)... ça ne fait pas rêver, hein... La vie, quoi.

    Bisous la belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma pov' chérie, mais oui c'est la vie aussi, la jeunesse n'est pas toujours rose et douce, on se cherche, on a mal, on est mal dans sa peau parfois, pas simple pour tout le monde ... Mais la vie nous donne de progresser, on apprend à se connaître, on accepte, on dépasse, on fait de belles rencontres ...

      Je t'embrasse fleur fleur ...

      Supprimer
  26. Je ne sais pas ce que je faisais en 1987 (je ne sais même pas ce que je faisais hier ...) mais en tout cas, ce que je peux te dire c'est que j'étais JEUNE et BELLE ! LOL ! Bizzzzzzzzzzzzzz

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !