mardi 23 avril 2013

La paix à l'aronde ...

Des nous veillent au jardin ...
Comment vous dire, amis, la chose difficile qui est d'accompagner le coeur dans la douleur de proches esseulés, malades et séparés ... S'isoler dans les ombres en cheville de peur ? Ne plus manifester le grand cri d'exister ? Ou oser revenir, à l'école des ondes, déposer une paix, bénir une colombe, partager la doufleur ... Le tremble de mes veines.
S'asseoir simplement, regarder, pied du tronc, rose du mois d'avril, la banquette moelleuse des tulipes heureuses qui balancent, en ruisseau, leurs têtes mélodieuses, aux bras d'un cerisier ... Juste les caresser, se sentir consolée, la beauté dans la main. Plus forte pour demain. Se donner le droit d'être contemplative ... Ne plus tant se presser. Presse-moi un instant contre ton coeur de merle... Mais un merle mots-coeur. J'ai besoin d'affection.
Encore du soleil sur la peau des joues pour retourner au goût de vivre,  de choisir, de longer ... le coeur des autres, de s'ouvrir en corps, de soutenir autan d'aimer. Le petit vent jardine des airs qui nous dessinent le ciel, l'oiseau, la rose ... les soucis de côté, Azèle porte une robe en chapeau de soleil. Une rose Marcèle martèle un art de mai, déjà ? me direz-vous, oui, car ici, la pulpe de la terre si rose et amoureuse n'attend pas à l'été, pour cueillir l'aujourdhui, "l'enrose de la vie" ... Tous les boutons qu'Alice ( au pays des mares veille ) nous prépare à l'exprim'. Moi je serai Fernande, moi je serai Edith, les roses s'impatientent le temps d'une chenille. Je serai papillon, perle des buddléias entonne la mielleuse !
 Je suis une sensible, de l'haut de là des sens, aurais-je été moi-même avec moins d'empathie ... Amis-chairs, plus beaucoup de mots à vous offrir pour le moment, l'aime haut pauvre, ni trop de rires à laisser s'envoler, je garde au chaud, je garde beau pour quand ça reviendra. La confiance est un nid, une plume bien ronde qui abrite le coeur.
J'écoute la chanson ... douce, des oiseaux de printemps, ils me parlent d'amour à l'aronde apaisée ...

à bientôt, 
Je vous pense
Veronica B, 23 avril 2013.         


25 commentaires:

  1. Ton coucou comme le coucou entendu la semaine dernière me fait du bien poète voyageuse !
    Me re-voilà, me re-voilà !!! Chantait le coucou dans le haut chêne et mes bisous s'envolent vers toi petit coucou...
    Reviens quand tu veux petite hirondelle ! Je t'attends

    RépondreSupprimer
  2. Fidèles hirondelles - Sully Prudhomme
    Extrait
    Comme toi, mon âme s'élève
    Et tout à coup rase le sol
    Elle suit avec l'aile du rêve
    Les beaux méandres de ton vol.


    S'il lui faut aussi des voyages,
    Il lui faut son nid chaque jour,
    Elle a tes deux besoins sauvages :
    Vivre libre dans l'intense amour.

    Un beso, doux comme le souffle du printemps, comme un petit coup d'aile d'hirondelle.

    RépondreSupprimer
  3. Avec ton billet doux, tu nous offres un gros bouquet composé de mille fleurs des quatre saisons.

    Prendre
    les chemins de traverse
    cueillir
    des sourires de-ci de-là
    soigner
    l'hirondelle à terre
    faire
    le plein de mots
    etc etc
    VIVRE en somme ...

    à bientôt Véronica et une caresse à Toss

    RépondreSupprimer
  4. J'aime que tu me penses, c'est tellement rare des êtres qui pensent les autres. Ton texte m'a beaucoup touchée, il est une manifestation de l'alchimie du quotidien, la plus belle je crois. Amitiés.

    RépondreSupprimer
  5. Il est des moments où l'on doit convoquer toutes ses forces,et les concentrer sur un point et je comprends que tu vives un de ceux-là.
    Plus trop de mots, mais ceux que tu nous donnes pour nous faire patienter sont sublimes.
    Garde-toi, chère Véronica.
    Nous aussi, on te pense.

    RépondreSupprimer
  6. Malgré tout elle danse " ma petite hirondelle " et remonte toujours vers un ciel tout bleu...qui reviendra...:-))
    Ton texte est magnifique comme toujours...
    Il est très salutaire de se laisser courir , de se laisser porter par des " mots-coeur " les nôtres...:-))
    Je pense fort à toi , comme le dit Célestine " garde-toi "...:-))
    Tendresses d' un merle " mots-coeur " qui t' offre de t' abandonner à la magie de l' instant-printemps , celui dont tu as besoin....

    RépondreSupprimer
  7. Parfois, la petite hirondelle a besoin de se reposer, de reprendre son souffle et c'est ce que je vous souhaite de tout coeur, ma chère Veronica. Vos mots sont magnifiques et me touchent beaucoup. Vivez le moment présent.
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  8. Juste pour te te dire que tes mots sont sublimes ! Merci
    Prends soin de toi, tu as besoin de cette pause pour te ressourcer ...
    Je n'ai pas de si jolis mots, mais je t'envoie pleins de bisous remplis de lumière :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme d'habitude j'oublie de signer :-)
      Marie

      Supprimer
  9. che bella questa tua casa tra i fiori, porta letizia

    grazie e giorno felice
    Ventis

    RépondreSupprimer
  10. beaucoup d'empathie dans ton texte émouvant qui nous concerne tous à un moment ou à un autre ! bises complices

    RépondreSupprimer
  11. ben moi j'aime pas du tout ce que je lis...

    RépondreSupprimer
  12. Ma chère Veronica,
    Je lis tes mots qui me touchent.
    Prends soin de toi.
    Enveloppes-toi de la tendresse du soleil
    Berces-toi des caresses du vent
    Et regarde le ciel
    Elle s'envolent à l'instant
    Mes pensées d'amitié tendre
    Pour toi
    Azur

    RépondreSupprimer
  13. Dans la tristesse, tu nous tisses de jolies tresses de douceur, de confiance et je pense d'amitié. Cela nous aide à vivre plus complètement, avec ce manque au coeur, avec cet élan vers l'intérieur où se niche la grande énergie de la vie, qui est accueil et bonté, ouverture et don. Je t'embrasse en pensées envolées vers toi.

    RépondreSupprimer
  14. Je te "panse" aussi, douce veronica ........et te pense infiniment : sabine.

    RépondreSupprimer
  15. Je te "panse" aussi, douce veronica ........et te pense infiniment : sabine.

    RépondreSupprimer
  16. des mots de printemps, des mots de soleil, des voyelles qui s'envolent
    pour panser les maux ...
    de la couleur et du ciel bleu pour toi chère véronica !

    RépondreSupprimer
  17. Hâte promène et conte et anime ton seul oeil
    tes pas en cil-anse du si aile aimant au corps du vent des d'âmes soeurs en langue lisse,
    quand tes mots délices si eux respirent cachés l'attache du tant qui défile et nous abreuve affluant comme l'eau de chair
    Cybèle
    le lent des rus hisse haut ou de ton nid vert que tu soignes autant que les maux,
    quand l'aronde d'aile volète ici, là, en chantant doux, et accompagne l'isole,
    cherche à asseoir au creux de l'écorce la beauté de tes mains sur la peau des arbres, le coeur d'autres oui, dans l'haut delà, les soucis en moins pansés.

    Je t'embrasse et t'envoie une brassée de fleurs tressées.
    Den


    RépondreSupprimer
  18. La ronde de l'aronde quand l'aronde fait la queue pour avoir sa pitance ou quand elle se profile mais pas seulement dans le ciel

    RépondreSupprimer
  19. Bon jour,
    La musique est entrée en douceur avec tes émots du coeur qui ne sont pas pétales que deux doigts même délicats détachent mais quelque chose qui reste, flagrance de la vie lorsqu'on écoute ses douleurs autant que ses joies. Ton âme attentive aujourd'hui à nouveau goûtera l'ivresse des saisons. Merci de ton partage. Suzâme

    RépondreSupprimer
  20. Prenez soin de vous. Les mots et la poésie sont des appuis inestimables.
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
  21. Une pensée tout douce de Marie qui t'envoie pleins de bisous remplis de réconfort sincère :)

    RépondreSupprimer
  22. Des moments difficiles...toutes mes pensées t'accompagnent
    Bisous bisous réconfortants

    RépondreSupprimer
  23. Un grand merci, chères âmes de choeur ...

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !