jeudi 21 mars 2013

L'image partielle

 Par ciel aimant ...

...Quand on y réfléchit, on se fait tous une image partielle de l'autre, en particulier de notre lien, de notre liane, celui, celle qu'on ne voit pas, qu'on imagine seulement avec notre intuition, notre sensibilité, nos préjugés aussi. On se fait "une idée" de l'autre. Je m'entale de toi. Jeu mental, je rêve ? Image virtuelle, image partielle ? Une image nous naît à mesure de la connaissance, erre-connaissance qu'on a de son être, de son âme, de son coeur. L'image n'est pas véritablement physique, un peu comme une silhouette floutée marcherait de vent, nous. Et puis l'éclipse. On croyait savoir, on croyait la voir...On se retrouve dans le flou et le noir. L'idée de l'autre est cette chose qui nous habite et nous relie, en humanité. En pensant l'autre, on lui donne un chemin d'existence, il/elle est. Comme une haie-toile dans le ciel, se dessine l' image : "l'image par ciel" ... En fait tout se passe comme si porter, garder cette image partielle de l'autre cela préservait sa liberté, sa singularité, son autonomie d'être. Quand je pense à l'autre, je regarde le ciel, je vois son ombre qui passe ... L'autre est cette présence en et pour moi, un miroir, un exemple, une autre "pousse humaine" empruntant l'aube verte. Il est le vivant animé que je ne saisis pas complètement. De ce mystère rémanent, je fais mon bonheur et ma quête car il me plaît de l'interroger comme je m'interroge sur moi-même, de partir à la recherche de son être profond, au delà de l'enveloppe matérielle. Ad vitam aeternam. Si aile de printemps, l'oiseau chante léger. Avec mon calame, penchée pour mieux te voir, j'écris sur le roseau...  Je fais un voeu pascal. Pas de jugements partiaux. Accepter, aimer cette image partielle c'est ne pas peser sur mon frère humain, c'est accueillir ce qu'il me donne comme une robe blanche tourne dans le bleu. Même si je ne vois de toi que la moitié de ta richesse, même si je me leurre à moi t'y es, me complaisant dans mon nid-mage ; ne pas accéder à l'image entière, me fait travailler en humilité. La vérité c'est ça, légèreté, solitude, humanité, travail ; j'amende la terre pour continuer d'avancer vers l'autre et partager, sans attendre en retour. Toujours antre-ciel-éther. Alors, dans ta main, si tu regardes bien, dans le creux de l'âme hein, lève un peu plus les yeux, un seul oeil suffit ( ou ton soleil intérieur ) peut-être verras-tu apparaître l'autre idée de l'étoile ...


Veronica B, 21 mars 2013, in Le printemps en images.


62 commentaires:

  1. on ne connait jamais vraiment l'autre qui est comme un nuage et nous surprend à chaque souffle du vent ! penser et imaginer un autre, c'est
    peut-être s'approcher de son âme, de son coeur, de sa lumière , l'enveloppe est sans importance! ce qui compte c'est le rayonnement
    qui peut passer même par cet écran ! la preuve...
    bonne journée Veronica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Marty,

      Merci.
      Je garde de toi cette "lumière", ce "rayonnement" sensible, la beauté qui se partage.
      C'est fou comme les ondes peuvent émettre ( aiment être ... ) de rayonnement ! sourire.
      Ici, la gravité, la recherche du beau, du sensible, de la surprise, il y a la magie que l'on aime offrir ou trouver, le mystère qui nous fascine et nous attache ...
      S'approcher de l'autre oui, juste un peu à la fois pour essayer de le connaître un peu, à la fois pour le laisser vivre sa vie, libre, de nuage ...

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  2. Une bien jolie réflexion que tu nous offres là, Véronica, sur nos liens et nos lianes sur cet être "par ciel" que nous "rencontrons" par cielement dans nos échanges joyeux et pour le meilleur de nous mêmes le plus souvent. Nous nous devinons un peu...beaucoup...et tant mieux si "pas du tout" nos manques, nos défauts, nos limites, notre humaine complexité pas toujours joyeuse. Comme des clins d'Dieu pour nous encourager dans ce que nous avons de beau :-) Ton bouquet de tulipes à droite m'enchante, chère liane en poésie et beauté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Fifi,

      Merci.
      Oui Fifi, ce miroir que l'autre nous renvoie ici, souvent valorisant, parfois dérangeant peut-être ou éclairant, c'est ce qui nous fait du bien, nous console et consolide aussi, nous apprenons sur nous chaque jour tu ne crois pas. Nos "échanges joyeux", le ciel se couvre de sourire, de rire, qui nous fait trouver la vie plus joyeuse, surtout plus en fraternité et plus nous allons vers cet autre, plus nous devrions devenir humbles, dans cette immense famille qui nous ressemble, avec ses fragilités, ses singularités, ses tentatives vaines parfois mais pas toujours pour se rapprocher du ciel et du beau ...
      Il est peut-être plus facile de se livrer ici, sans l'enveloppe charnelle, qu'à son voisin, souvent plus jugeant ; la proximité géographique et physique, la non connaissance de l'autre avec ses a priori ( qu'on ne cherche pas force aimant à connaître, à aimer ) la peur sans doute, le "rangement dans des cases sociales ou pré établies sans vouloir aller plus loin ) le fait de se tourner plus aisément vers " des frères d'élection" qui nous ressemblent en goût, en sensibilité, de se choisir "une famille de coeur et d'âme" quand la nôtre est absente, défaillante, l'envie d'aller à l'essentiel de ce qui nous porte et nous anime au plus profond ... tout ceci pour signifier que le chemin des liens et lianes, le voyage vers ces êtres qui nous touchent, par ciel aimant, est beau, est nourrissant. Cheminer vers l'autre c'est l'accueillir en essayant d'ouvrir plus grand le bras, avec nos limites, nos pudeurs et notre désir d'avancer.

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  3. Et puis un jour, il y a la rencontre...
    (D'après lou, tu es une spirituelle, d'ou te viens tous ces ...?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Laurent,

      Quelle rencontre ? Je n'ai rien vu moi !
      Ah bon, tu as besoin de l'autre pour te faire une idée de moi ?
      Je souris, j'ai confiance en Lou ... comme ça on parle de moi par derrière !!? ;(

      Tous ces quoi ?

      Beau lundi à toi !

      Supprimer
    2. J'ai une bonne idée de toi, c'est pour ça que je parle de ceux que j'aime...

      Supprimer
  4. quand quelque fois nous sommes étrangers à nous même...comment faire avec "l'autre"?...bonne journée Véronica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Nadine,

      C'est juste, mais étant "étrangers à nous-mêmes" nous comprenons, nous acceptons alors peut-être mieux les "absences" de l'autre, ses besoins propres, ses silences ...

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  5. Ly Anne, image née par le presse sentiment dans sa robe parfaite comme le fragment erre, inachevé, dénoue en nous les noeuds coulés, liés, des liés.
    L'hymne age se précise âme sûre que les mots et les maux jetés là sur la page claire en "terre-happy" se carapate la belle vers d'autres lits-in, lits-yeux, vapeur eux, voilés et hésitants, passe ombre et derrière l'estampe figurée or naît, au loin attachée au ciel par un brin temps de soi re lance le miroir miss terre inter loqué à l'apporte de ce que l'on offre d'amour grand ou petit, demeure caché, inachevé, en totale solitude suspendue aux liens aux Net bô et en luminés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Den,

      Je te lis bien, pleine des lys que j'ai respirés longuement.
      Nous sommes l'inachevé et le plein de vouloir ...
      Une porte entrouverte où l'ombre se dessine, en s'effaçant haut loin ... La plage désertique ... Le visage renaît, entre l'amour bâille et ... sourit la solitude qui "ne se sent plus seule" mais un chant dans le ciel, un tout petit village, même un champ, seul aimant et c'est l'herbe joyeuse ! une leçon de choses, la lumière d'un jardin ...

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  6. Je prierais à je-nous,je la-vous,
    pour avoir des elles (je n'ai que des eux...)
    Aller de toi en toi,d'il en ils,
    mire-voir l'autre qui main-vite à me des passés...


    J'ai les yeux des nuages pour voir dans ton jardin...
    Bonne journée Veronica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Claire

      Tu es bien
      Rêve
      Nue
      De tes pays lointains
      Portant tes paysages et ton ciel en partage
      Miss
      Terre
      Rieuse
      Flamme
      Tu secoues l'univers !

      Et je garde ta si belle phrase au coeur : " J'ai les yeux des nuages pour voir dans ton jardin". Merci

      Va, vis et demeure !
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  7. Ce Laurent, il faut faire attention lorsque l'on se confit ;) car le confit ne danse point mais...
    Qui suis-je ? dis-moi miroir oh mon miroir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Lou

      L'as-tu bien cuisiné home oint ? rires, avec des p'tits oignons et un bon peu de vin !!! :)

      Oui, nous cherchons enchoeur l'autre voix de nous m'aime ...

      Je t'embrasse

      Supprimer
  8. Le monde d' aujourd' hui nous apprend à nous méfier de tout...
    Le mot confiance n' a plus le goût d' autrefois...du moins le croit-on...!
    Avec toi , je redécouvre ce petit truc que j' aime et qui parfume mes jours : le vrai , le beau...je respire avec bonheur ces échanges sans cesse renouvelés...indispensables ils me sont devenus...je suis sure que tu me crois..:-))
    Souvent il m' arrive d' imaginer l' âge de chacun ici et là rencontrés...Il paraît que l' âme ne vieillit pas , elle est toujours au printemps et c' est bonheur de la sentir ainsi , sans une ride..
    Ensemble je le sais , nous marchons sur le même chemin...
    Nous donneras-tu toujours " l' âme-hein"..?
    Merci pour tes rayons de soie qui traversent tous les nuages..:-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Mathilde,

      Avec tes mots à toi, spontanés, qui se posent, comme tu me parlerais, oui, je te crois. et tu sais quoi ?

      Qui a cru, croira ...
      Qui a crû, croîtra ...
      Tu ne crois pas ? ( sourire )

      Si l'autre qui vient des ondes, peut nous laisser même un "parfum" se posant sur nos jours, alors c'est véritablement magique et beau ...

      Peu importe l'âge oui, les âmes se rencontrent bien au delà ... Ce qui compte : marcher " sur le même chemin".
      J'aimerais tant pouvoir te dire que je te donnerais toujours la main ...

      Merci pour tes mots qui ont voyagé directement jusqu'à mon coeur.

      je t'embrasse.

      Supprimer
  9. C'est en compagnie de cette belle musique que je contemple ce ciel, ces magnifiques nuages qui prennent des formes de visages diffuses et chacun y voit à sa façon comme son coeur le ressent.
    Vos mots sont très beaux...
    Bel après-midi ma chère Veronica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Denise,

      Oui c'est cela, quand chacun est libre d'imager, de ressentir, de percevoir et d'aimer "comme son coeur le ressent".
      Merci pour vos mots et votre regard chère belle d'âme. Que douce soit la lumière diffuse.

      Je vous embrasse.

      Supprimer
  10. Beau billet sous tous rapports, bien observées les humaines relations, bien écrit en ciel sur blanc.
    Oui, sorry, j'ai encore un peu le ton "validation sur bulletin scolaire" : c'est l'effet "sas de transition" au retour des conseils de classes...
    Mais en fait, ton billet, depuis la mi-journée m'a bien séduite et inspirée...
    ( suite au prochain n° )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Mariane,

      Ton ton "retour conseil de classe" m'amuse !
      Mais si tu es séduite alors ... C'est que j'ai une bonne note ! rires

      Merci.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  11. Ça me plaît ce droit au mystère, cette possibilité de donner s'Aime Haut, par Ciel aimant inspirés par les tiens, en Anonyme.


    "Sur cette planète immense, la pleine Lune est un évènement si rare.
    Long d'en faire le tour...
    Éblouissement lunaire.
    Ensuite tout est noir. Black out. Une vibration telle que les images s’effacent.
    C’est pourtant si simple de se souvenir : Stop – Menu – Choisir le chapitre – Lecture – Pause - Image par image. Savourer le film... le revoir vingt fois...
    La télécommande ne marche plus. L’image se brouille. Le courant est trop fort. Le cœur risque d'exploser !
    Effet secondaire de la rareté : cette nouvelle dimension vibratoire.
    Il n’y a que les étoiles pour dire ce clair de Lune. Les étoiles qu’on ne voit pas, celles du fond, celles des confins de l’Univers...
    Il n’y a que les math pour dire ce bonheur. Méga, giga, myria, + l’infini, puissance 10, 500 %, 3.10 8 m.s-1 , vitesse de la Lumière.
    - Maman, ça existe plus que le Cosmos ?
    - Non, le Cosmos, c’est TOUT .
    - Et ben alors moi, « deux Cosmos » !
    Voilà . C’est ça : « 1000 Cosmos » ! « n Cosmos » !
    Presque abstrait... quand les émotions deviennent scientifiques !
    Où caser tout ça ? ! Pour l’instant, ça reste roulé en boule, compacté dans le plexus. Les tripes affolées .
    Réflexe de sécurité : tout débrancher, ravaler la Lumière, enfermer l’étincelle dans l’écrin du cœur.
    Pause, attendre. Que la peur se calme.
    Attendre, taire l'une, décroître jusqu'au cheveu d'or, se faire nouvelle, reprendre à « tendre », doucement, en croissants légers... Vivre cela.
    Sans peur, vivre cela.

    « Rapprochez vos cœurs et éloignez vos tentes » disent les Touaregs...

    Et puis, longtemps après, revoilà sa moitié, mise en lumière.
    Terre-Lune face à face, à demi dévoilées ( l'autre côté reste secret à tout jamais )
    On se retrouve, on se reconnaît on s'éclaire autrement et on se redécouvre. Tellement nouvelles, tellement changées, tellement les mêmes... mais ça, je ne connaissais pas ... ça, est-ce toi ?
    Instant de panique. T’avais-je perdue de vue ? Combien d’épisodes ai-je loupé ? J’ai pas les cartes de ce nouveau continent sur ta planète... Instant de vertige.
    Mais encore plus de curiosité, encore plus d’enthousiasme.
    On s’ouvre à l'autre, on la mire et l’admire, on l’accepte avec tout son mystère, sa différence et sa part d’inconnu...
    Un trésor non évalué est tellement plus précieux. On est si riche de ce qu'on ne possède pas, de ce qui n’appartient qu’à l’autre...
    Amour recueilli mais non cueilli. Juste un reflet de l'une dans une flaque-ciboire, provisoire.
    Communion, pas comme union.
    Participer au mystère, laisser cela fondre en soi... trouver sa place...
    Il y a ce clair de Lune, et les étoiles brillent pour nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai plus beaucoup de mots ...
      C'est très beau, merci. Ton texte, original, originel et personnel est si riche ...
      Je partage ta pleine et demi- l'une ... Avec le croissant, ce qui grandit doucement, parce qu'on le grette, on le guette pardon.
      Avec ce clair de ... quand brillent les étoiles qu'on touche avec le coeur ; ça fait un peu mal aux yeux de regarder l'étoile mais l'on sait qu'elle est trésor au ciel. En fait, l'amour éclaire de tout son beau Mystère par delà les années Lumière ...

      Merci encore pour le joyau d'aime haut.

      Supprimer
  12. Un texte plein de philosophie pour ce jour de printemps...
    Printemps dans ta photo de présentation car ici, gel, neige, froid, l'hiver est toujours là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christiana !

      J'espère que le printemps n'est plus très loin maintenant ... !

      Pensées du jardin en giboulées de mars !

      Supprimer
  13. Des mots beaux qui flottent dans l'air en suspens...écho...ils se faufilent dans mon âme et atteignent mon cœur.
    Je t'embrasse chère Veronica
    Azur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Azur,

      Merci pour tes mots là, si doux pour les miens ...

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  14. Heureusement que chacun a son jardin secret ! Une image partielle permet de garder notre indépendance tout en allant parfois faire un petit tour sur les sentiers de l'amitié. Mais comme chacun a à la fois son avidité et ses particularités, qui peuvent déranger, on y va doucement. En attendant des retours qui nous comblent parfois. Et nous déroutent d'autres fois. A un degré de connaissance et d'affinités, on accueille le lien en profondeur. Beau samedi printanier sous un ciel mitigé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Lily,

      J'accueille tous tes mots avec plaisir. Je partage un peu de ton ciel, percevant pareillement le paysage et ses jardins, tous ceux qui se créent, au fil du temps, des affinités et de la confiance.

      Merci.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  15. Très occupée, je ne vous oublie pas ...
    à bientôt chères âmes !

    RépondreSupprimer
  16. Chère Véronica, ton beau billet me touche beaucoup, car il est tolérant et généreux envers l'autre, le proche, mon prochain...
    Je viens d'apprendre que Dzovinar du blog "La ou règnerait l'harmonie", a été atteinte d'un malaise vagal. Je te recommande son très beau billet qui nous amène à réfléchir que ce qui arrive à l'autre, peut nous atteindre aussi.

    Douce soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Yanis,

      J'essaie juste d'ouvrir mon coeur. Je n'ai pas en moi, toujours, que de beaux sentiments hélas, mais "ceux qui regardent vers le ciel" reviennent fleurir mon jardin et le rendre plus doux, pour les autres, "les pensées négatives, celles qui jugent, qui enferment, qui éloignent et font du fiel au coeur au lieu du miel, je les chasse.
      Je ne connais pas la personne dont tu me parles, pourras-tu me donner le lien ...
      Combien de fois j'ai été touchée par tel ou telle sur nos espaces qui était en souffrance et cherchait la main fraternelle, le regard bienveillant, le mot qui rassure ... Alors oui, aller à la rencontre du ciel de l'autre, par delà toutes les barrières qui nous séparent souvent, cela nous rend meilleur je crois aussi.

      Merci.

      Beau nouveau jour de vie à toi.

      Supprimer
  17. Tant mieux que tu sois occupée, ainsi tu échanges, encore et encore... Sans rien "attendre en retour" et oui c'est comme ça qu'on y laisse moins de plumes :(
    Je t'embrasse douce Veronica, ton billet est magnifique :-)
    Marie


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Marie,

      Merci.
      Dans la vie, en général, on attend souvent trop de l'autre, même si d'une certaine façon c'est légitime, surtout si on pense donner beaucoup et être entier et sincère, on peut être déçu, blessé, par l'absence de réciprocité. La vie nous l'apprend, on a tous connu des peines de coeur, en amitié, ça fait mal, mais on se forge aussi comme ça, avec nos blessures, et l'on change même ... Avec le temps, une meilleure confiance en soi, on peut donner sans attendre beaucoup en retour et quand ce retour vient, c'est merveilleux.

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  18. Un ciel plein d'espoir, la musique de Chritina et tes mots, Veronica... Je suis bien, j'ai l'impression d'être sur la même longueur d'onde...
    Très belle fin de semaine !
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Enie,

      Ravie que tu sois bien ... que tu flottes sur nos nuages ... sourire

      Beau jour de vie à toi, ici doux comme le printemps ... Mon cerisier bourgeonne, les branches papillonneront bientôt !

      Je t'embrasse

      Supprimer
  19. A peine se connaît-on soi même, alors l'autre...une énigme à tout jamais. Un ciel nuageux, entrecoupé de belles éclaircies. Les moments d'osmose:mais ils sont si rares...Beau billet. Et splendide photo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Célestine,

      Peut-être qu'avec le temps, quand même, on apprend à se connaître un peu, à mieux saisir l'autre aussi qu'on a envie de connaître, d'heureux connaître, qui garde son beau mystère soit mais ouvre de "belles éclaircies", de l'eau transparente où s'abreuver à deux, dans l'amitié, le partage.

      Merci.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  20. Tu es magnifique! Je m'enveloppe parciellement des mots nus-âge et m'allège. A lever mon regard, je m'élève à nouveau avec des ailes nouvelles. Ton écriture est bonne à boire comme du lait de ciel. Je t'embrasse. Suâme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Suzâme,

      Allège-toi âmie et " va te purifier dans l'air supérieur" ...
      Le printemps est un peu la saison des "ailes nouvelles", non ? sourire ...

      Ah, je bois ton "lait de ciel " comme cadeau d'aime haut ! Merci.

      Have a sweet day.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  21. C'est si difficile de se connaître soi-même, et tout autant de connaître les autres. D'où l'inutilité et le danger de juger.
    J'aime la belle photo du ciel. Elle me fait rêver. Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Bonheur,

      Oui alors "le danger, l'inutilité de juger", on le fait pourtant, fragiles et médiocres que nous sommes. Apprenons à mieux nous connaître "nous m'aime" pour mieux reconnaître, accepter, aimer l'autre ...

      Merci pour la photo, je l'ai vue dans la ciel ...

      Beau jour de vie à vous, avec des fleurs sur le chemin ou sur votre table.

      Supprimer
  22. tes mots me touchent La bel Rouge
    qu'aimetons dans l'autre ?
    une image partielle de soiE ?
    sa partielle vérité
    sa pratique
    je crois en la pratique
    les mots oui bien sûr
    mais la pratique
    le sens de la vie
    je t'embrasse tendresse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Jeanne,

      Aime être de soi(e)
      Emettre
      Aimer
      De l'autre
      Sa vérité partielle
      La pratique oui la pratique la meilleure connaissance
      Remettre son ouvrage
      L'ouvrir et la fermer

      Vivre et tendre vers ...

      Merci.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  23. C'est "extra-or-dîne-air" ....car j'ai lu, entre autres, ces mots "haie-toile" et "aube verte", des mots-écho aux miens !

    Oui, je viens juste de te dédier un texte sur ma page (je savais qu'une "haie-toile" passerait un jour, m'offrant cette palpitante occasion ..............)et ce texte regorge de haie et d'aube !
    A croire que, pèlerines du ciel, nos cils-alouettes battent et marchent en mesure, au gré de ou d'un .......vent vin vie ...!
    Temps de mots où imaginer les essences et les rires ........

    Incroyable et merveilleux ces ondes dans l'univers, qui nous unissent et dessinent, de nos âmes, de sublimes arc-en-ciels par delà nos "panse-haies" !


    Tu y passeras quand tu veux ...il te suffira d'attendre la main de l'hirondelle !

    Ton texte, hors mis ces similitudes, m'interpelle infiniment ....
    J'ai envie de dire "Que ce monde vire-tue-ailes s'inspire toujours de cette somptueuse part-ciel que tu nous offres ici !"

    Un mot, un regard, un souffle, peuvent parfois briser une âme...
    Le fer de nos barreaux fait parfois mal aux mains de ceux ou celles qui cherchent à les rompre ....nous ne sommes pas toujours prêts à accueillir l'autre !
    Mais, dès lors que notre chemin nous l'enseigne, nous repartons ...plus léger qu'un oiseau !!!
    Tu l'évoques d'ailleurs si bien cette légèreté d'âme ........

    Lorsque je te lis, je repars sur mes divers chemins parcourus à pied ...tous les chemins se ressemblent humainement, qu'ils soient virtuels ou non ...!

    En partage et harmonie avec ton texte, je me permets de t'offrir ici une pensée de mon livre :

    " Le pèlerin peut-être fatigué mais jamais las, le
    temple devant lequel il aime à se prosterner est "La
    vie" !
    Cette vie faite de solitude mais aussi d’une myriade
    de paysages humains. Il lui arrivera de partir défiant,
    craintif, presque misanthrope. Mais il apprendra vite
    en marchant à ne plus glisser sur les bas-côtés de
    l’ignorance et cette sublime lumière, avant de
    l’inonder, l’éblouira à le faire pleurer !" (Sabine)

    Que ce printemps tout juste éclos te soit douceur et lumière : sabine.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Sabine,

      Sourire, MERCI ! Très touchée, c'est vraiment généreux ...

      Tu es venue te poser dans mon ciel avec tes pattes et tes ailes d'oiseau tendre.
      Tu as pris tant de chemins, le nôtre s'est croisé aussi. Tu as connu la lassitude mais tu as repris ta route, croyant en l'homme encore, en âme, malgré les craintes, la méfiance, mais la lumière oui La Lumière ! Tu as ouvert les bras ... légère légère, éblouie d'humanité ...

      Que ce printemps et ses mille fleurs, chacune singulière, te fassent sourire en corps et en choeur !

      Je t'embrasse en petite soeur de chemin !

      Supprimer
  24. Véronica, l'on ne connait rien de l'autre, il est mystère et heureusement qu'il en est ainsi.
    La relation avec l'autre périt d'être dans la certitude de sa connaissance.
    Les êtres sont effectivement comme les nuages, divers et changeants, tantôt gais tantôt tristes.
    Parfois ils restent, souvent ils passent.On croit les tenir et ils se décomposent.
    Ils sont impalpables et fugaces mais ils apportent l'ombre apaisante, la pluie qui rafraichit
    La femme que j'aime est un nuage:énigmatique, flottante, incertaine.chaque matin est une métamorphose.
    En toute amitié.Renaud.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Renaud,

      Je suis d'accord pas la "certitude de la connaissance ", d'ailleurs elle n'est jamais. Le mystère demeure, le doute nourrit l'amour, mais si l'image est trop noire, si l'autre devient trop opaque, "île d'eux meurt", je crois que pour aimer, en tout cas pour les êtres proches, ami ou amour, certes accepter les métamorphoses ! mais aller à la rencontre de cette "image partielle" de l'autre, apprendre justement à le connaître un peu, à le saisir un peu, voire à l'aider, à l'accompagner sur le chemin de sa propre connaissance. Trop de mystère tue le mystère. C'est très poétique l'autre aimé(e) entièrement mystérieux, aimer "les nuages qui passent là-bas les merveilleux nuages", les laisser libres, flotter dans leur monde, c'est beau et généreux ... mais on a besoin aussi de saisir, de toucher, d'entrevoir le coeur de l'autre qui s'ouvre à nous dans la confiance, ... connaître à deux des ondes de chic on se comprend ! on se retrouve ! on s'éclipse ! on s'aperçoit !

      Merci.
      Amitié en retour

      Supprimer
  25. Merci à chacun d'entre vous, je viens de vous lire ou relire attentivement ...
    Je vais essayer, juste un peu, par touches, de vous répondre, au moins vous remercier, car vous le méritez ; cela me touche tellement que je ne veux pas trop approfondir, merci de le prendre avec ...
    Ainsi cette part de moi qui aime tant donner, partager, cette autre qui a besoin de se retirer quand l'émotion est forte et touche, avec l'actualité, au plus profond...

    Je vous en brasse des vertes et des amours !

    RépondreSupprimer
  26. Cinq ans que nous nous imaginons, une amitié virtuelle s'est tissée! Ton texte me rappelle juste, que le mystère plane sur nos pseudos... Qui sont-elles, qui sont-ils ? Toi et moi, avons une certitude, un lien qui nous unit, cette île Rouge au loin dans l'Océan Indien! Bienôt le printemps :-) il tarde à venir! Je t'envoie mes amitiés bien épicées mais surtout vanillées. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Dodo,

      Toujours un point commun qui relie deux âmes. Le moyen est virtuel, l'image peut-être, mais pas l'âme ...

      Petite pluie de printemps sur terre rouge deviendra grand soleil ...

      Merci d'être et de demeurer par delà les ondes et les continents
      Je t'embrasse

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  27. Merci pour votre dernier article "l'image partielle" Je m’interrogeais sur ce type de relation, sans visage, sans regard, sans geste presque sans vie...

    Sans le soutien de quelques blogueurs je crois que j'aurais arrêté...

    Vos éléments de réponse me réconfortent dans le choix de continuer...

    Est ce un hazard si vous écrivez "Je fais un voeu pascal. Pas de jugements partiaux. Accepter, aimer cette image partielle c'est ne pas peser sur mon frère humain, c'est accueillir ce qu'il me donne comme une robe blanche tourne dans le bleu. Même si je ne vois de toi que la moitié de ta richesse, même si je me leurre à moi t'y es, me complaisant dans mon nid-mage ; ne pas accéder à l'image entière, me fait travailler en humilité. La vérité c'est ça, légèreté, solitude, humanité, travail ; j'amende la terre pour continuer d'avancer vers l'autre et partager, sans attendre en retour."
    Petit clin d'oeil, je m'appelle Pascal...je le prendre pour moi...J

    Bien à vous

    Pascal

    PS
    J'ai encore un peu de mal à écrire à tous vent, les choses qui me touchent...

    Les liens de mes doutes...

    http://parler-en-silence.eklablog.com/juste-pour-voir-a79619397

    http://parler-en-silence.eklablog.com/epilogue-ou-introduction-a80050163

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pascal,

      Que votre nom soit un doux voeu alors en ce temps pascal ... C'est vrai qu'au départ la "relation virtuelle" peut sembler inanimée ... Pourtant elle ne l'est pas ... Pas facile d'écrire " à tous vents" les "choses qui nous touchent", je le comprends ... Nous sommes pétris de doute mais d'espérance aussi ...

      Bien à vous
      Et merci de votre visite, j'espère que la "vie virtuelle" vous apportera un "bel/ un mieux être réel "

      Supprimer
  28. Mystère, secret ou simple discrétion de sécurité
    Amour et la voix d'Alagna sensuelle et ensoleillée
    Font belles chansons en VO veloutée
    http://www.youtube.com/watch?v=kxQR5cn_uPY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mariane pour la belle voix d'Alagna.

      Supprimer
  29. Hello ! ma chère Veronica.Je suis en pointillé sur les blogs en ce moment mais n'oublie personne de mes amis du net. Cette image partielle me parle beaucoup car il est vrai que nous donnons à voir à chacun une image partielle de nous, celle qu'il souhaite cueillir dans le bouquet de nos fleurs de l'intime. Je trouve cette quête exaltante et belle. Ainsi grâce à ces parcelles de vérité, nos amis cueilleurs nous renvoient en miroir ce que nous sommes vraiment et ainsi se façonne le puzzle de notre singularité. Merci pour ce beau texte qui ouvre la réflexion. Je t'enrubanne de mes pensées les plus primesautières en ce début de printemps verdoyant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Malou,

      Je le comprends et je le sais ... Je n'y suis pas beaucoup non plus.
      Oui, chacun cueille comme il veut, comme il peut l'image partielle de nous. Comme toi, je trouve "cette quête exaltante et belle." très beau ce que tu dis sur le puzzle de notre singularité qui se fait peu à peu, par l'écrit par le partage on s'enrichit on se nourrit, on grandit. Car nous donnons du profond de nous souvent. Audace et inconscience de le déposer ? ... Mais nous croyons, nous aimons la vie, nous regardons le ciel ...

      Ne saute pas trop de bon matin ! rires, j'ai peur que tu tombes. Mais le printemps fait des tapis de mousse tendre qui t'accueillera auquel cas ... sourire

      Merci.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  30. je suis si ignorante de celui (ou celle) que je croise un matin et que j'aime immédiatement -(enfin j'aime, je ne sais, je crois ..) mais un rien peut abimer ce nirvana - et le mal est fait ...
    toi que je connais depuis longtemps déjà , je sais que tu es vraie , et quand je pense à toi, à cette ombre fragile qui me suit tendrement, je te reconnais comme une soeur de tendresse et de vie ...
    j'aime l'idée que notre connaissance ne soit que virtuelle et que le reste ne soit qu'imagination pure ,qu'osmose profonde née de mots .... et pourtant,
    un peu de toi me manque bien sûr , le son de ta voix, tes pas sur des pavés ...
    mais le mystère est doux .... la miss terre est belle ...
    anonyme ou pas ... non, je m'affirme ...

    RépondreSupprimer
  31. Chère Solène,

    Autant d'amour que l'on croit "qu'on fiance" et qui s'abîment dans une vie ... Hélas ! L'être humain change et le mouvement autour de lui le fait évoluer aussi ...
    J'aime la fidélité à beaucoup de choses et beaucoup d'être que j'aime ou que je ne vois plus mais que j'ai aimés. Ainsi je suis peut -être cette "ombre fragile" qui te suit tendrement ... sourire, je sais comme tu aimes cultiver ce mystère, tu n'es pas la seule ... Tu veux préserver ton monde intérieur et tout le beau que tu imagines ... Peut-être que tu aurais peur de trop connaître ou que la réalité te déçoive, ou déçoive l'autre, belle idéaliste, esthète au doux coeur de rose ...

    Merci. je suis touchée par t'aime haut.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'oubliais !

      et plus que tout rêveuse ... sourire

      Supprimer
  32. Très touchant (tout chant ?) ces jeux de mots (je de maux ?) et une réflexion intéressante sur l'Etre. Qui sommes nous ???Christiane

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !