samedi 16 mars 2013

L'eau dans mes mains ...

" Dans le domaine, chacun est à la recherche de ses coordonnées.
Ceux qui travaillent la terre ont des mains plus solaires.
L'eau dans l'étang est occupée à garder le temps.
Nous sommes tous d'ici. Nous semblons tous venir d'ailleurs.
Auprès de l'étang, ta main.
Le ver de terre aussi t'a donné quelque chose.
Nos veilles commencent au petit matin.
Je me suis respecté jusque dans les limaces.
Essaie de te souvenir d'une pierre en particulier.
Il y a de l'étang dans les yeux du cerf.
Il y a des branches qui se rejoignent à travers les chemins." 

Du domaine, Eugène Guillevic.


Etre entourée par de brillants scientifiques n'est pas toujours confortable
Moi, je vis dans un monde veilleur
Au coeur des mots
En bout de table
A la fois libre et solitaire
Entre le ciel et la terre
Du vent d'hiver au banc de mai
Je vais au pas
A l'ombre
Au trot
L'eau dans mes mains ... 
J'aime ma vie
Bien imparfaite
Si petite, toute petite
Juste une fleur d'Haut
Je ne suis rien
Mais je le sais ...

Veronica B, in Des chiffres et des mots, 16 mars 2013.


32 commentaires:

  1. On déchiffre des mots et on compte dessus pour au total atteindre Euclide sans se diviser mais sans oublier de deviser de concert dans la diversité qui ne manque jamais de se faire jour ensuite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les thés or
      Aime
      Je les bois
      Simplement
      Dans une tasse d'eau


      Supprimer
  2. " Chaque fois que ton coeur craque , tu prends ton dé, ta trousse à aiguilles , des mots ,encore des mots , bouts de bois , cabanes d' enfants , excès , accès de ciel , fièvres d' encre , une convoitise de bleu , sa mélancolie des jupes claires..
    Tu es l' ouvrier de l' amour...
    Maulpoix - La mer est un livre d' image-

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, ma chère Mathilde, de laisser là, simplement comme on laisse une page ouverte et profonde, la poésie bleue de Maulpoix, que j'aime tu le sais ...
      Pour le sens que je prends dans t'aime haut, dans les siens, et je garderai toujours oui "la mélancolie des jupes claires" parce que mon coeur est sensible, parce que mon coeur est rouge, parce que mon coeur est poète ...

      Oeuvrer à l 'amour
      Beaucoup chaque jour
      N'est-ce pas l'essenCiel
      Qui nous donne des ailes
      Pour poursuivre nos vols
      et les laisser voler ... ( ah ça c'est pas toujours facile ! sourire )
      Entourer nos aimés
      Leur remonter le col
      Un mot pour leur journée
      Ne pas compter son tant
      Courir, saigner pour elles
      Mais aimer
      Aimer à plein temps
      Sans se plaindre souvent
      Mais aimer
      Tout le temps ...

      Je t'embrasse de plein coeur ...

      Supprimer
  3. J'ai pensé à Victor Hugo en lisant ta dernière phrase :
    "Ami, chacun a son livre, et, voyez-vous, dans l'évangile comme dans le paysage, la même main a écrit les mêmes choses. Quant à moi, je pense que toutes les faces de Jéhovah veulent et doivent être contemplées, et cette idée règle et remplit toutes mes rêveries depuis vingt ans ; vous le savez, vous, Louis, qui m'aimez et que j'aime. Je pense aussi que l'étude de la nature ne nuit en aucune façon à la pratique de la vie, et que l'esprit qui sait être libre et ailé parmi les oiseaux, parfumé parmi les fleurs, mobile et vibrant parmi les flots et les arbres, haut, serein et paisible parmi les montagnes, sait aussi, quand vient l'heure, et mieux peut-être que personne, être intelligent et éloquent parmi les hommes. Je ne suis rien, je le sais, mais je compose mon rien avec un petit morceau de tout.

    Victor Hugo, Le Rhin, lettres à un ami, Lettre XXVIII.

    Les branches qui se rejoignent sur le chemin, l'image me plaît bien aussi !
    Belle soirée douce rêveuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma belle Enie, comme ce passage est beau, qui me plaît et me parle et me touche, je ne le connaissais pas ou ne m'en souvenait pas comme ça. Merci à toi aussi pour ce cadeau près cieux.

      Oui, autant de faces en nous qui se superposent, se mélangent, de pensées qui se croisent, s'envisagent, se dévisagent, se proposent, se complètent, s'immobilisent puis s'envolent de nouveau, se réalisent, se dessinent, se survolent ...
      Au fond la présence de l'oiseau, du nuage et de ces "grosses bêtes qui volent au bout du monde dans le ciel" sourire) et de la rose aussi assise dans le jardin "parfumée parmi les fleurs" ( la vie est tailleur aussi ) ... composent le ciel de ma petite vie ... heureux celui qui sait être libre et faire comme l'oiseau, dans son corps " qui sait être libre, serein ( ou un oiseau, serin, "ailé, parmi les oiseaux" ) , dans sa tête ... La vie est ailleurs dirait Kundera ..." Chacun a son livre, ami "

      Savoir rester à sa place
      S'en accorder
      L'aimer
      à sa juste saveur

      Rester humble
      Etudier
      Par foi

      Prendre de la hauteur
      Pour mieux se courber

      Accepter les lourdeurs
      De la vie
      En entier

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  4. J'aime suis accordée dans ton mont de veille heure
    Gemme haut choeur des maux d'encre
    Reléguée tu crois embout de table
    Spectatrice des uns tes proches (hein !)
    Mère de l'air infini et du domaine
    Tu chemines le lent des gens
    Vis ce que tu aimes en musique sacrée
    Grande d'Ame des autres ailes chéries
    Nénufar à lance hyène
    Nymphe des bassins à la source matrice-ciel
    Tu baignes ton visage à la surface de l'eau des temps,
    Mires tes mains, en corps
    Tu t'attardes sur la page Haut Jardin,
    Fleur parmi les fleurs odeur hante...
    Tu es tout,
    Je le sais !

    Douce soirée Veronica.
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Den,

      C'est d'une beauté ce que tu m'offres.
      Tu parles ma langue triple vivante à la perfection en toute simplicité, je te ressens si haut. Ce que tu dis me touche profonde aimant. Si ce que tu dis n'est pas que poésie, si tu le penses comme tu l'écris, alors ... sourire, je me sens si fière de l'être cette petite fleur du jardin pour toi et celles ( ceux ) qui m'apprécient ...Mes mains si blanches en ont vu de toutes les couleurs, comme la vie ! et ses cadences, ses leçons, ses visages et ses heures ...et tu me redonnes aussi "ce coup de pousse" dont j'avais besoin quand un peu de fatigue est là, de doute, d'angoisse surtout ... Je te lis, te relis encore et encoeur et je garde tout ce que vous m'offrez, en présence ...Un grand merci.

      Bien tendrement

      Supprimer
  5. En lisant les mots jaunes, je me retrouvais au bord de l'étang au cerf de "Que ma joie demeure" de Giono... y compris avec les précieux dons du vers de terre... nos alliés du développement durable pour une planète régénérée...

    Je suis du même bout de table : littéraire du service public avec eau dans les mains du service privé, pour les plats du pain quotidien donnés aux proches prochains...
    Les mêmes fleurs sur la table, au balcon et au coeur.

    Dis donc... qu'ils sont beaux les mots des lianes ce soir ! Merci gentes dames...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce sont de vrais cadeaux que je reçois Mariane, tu fais bien de le souligner, je vais leur répondre ... Mes lianes sont belles et précieuses ...

      Supprimer
    2. Ah, comme c'est bien que tu parles des "mots jaunes" sourire de Guillevic, ce grand poète breton qui gagne à être lu, relu encore et encore ...que je lisais beaucoup hier pour mon plus grand plaisir ... Là, tu vois, j'ai placé ses mots (faut savoir qu'il est un poète prolixe mais "scientifique" aussi, ce qui m'intéresse bien ( bien entendu on peut être scientifique et poète, ce n'est pas si rare que ça ) ( faut que j'arrête mes digressions moi ! rires) je disais donc, sourire, j'ai repris ses mots mais de façon exhaustive, et libre alors que pas du tout dans l'ordre dans le texte, je dois le dire? Mais en fait, quand tu le lis, tu peux prendre son mot en commençant par la fin d'un recueil, d'ailleurs j'aime bien commencer à lire par la fin c'est comme ça (sourire ) remonter doucement pour arriver à la source en passant par des chemins de traverse pour voir ce qui se passe, et quand ça se passe bien comme là, ça me plaît. Sam, ouvre-toi !
      Donc quel plaisir que tu aperçoives cette atmosphère à la Giono, c'est très juste. Merveilleux " Que ma joie demeure" ... oui et les vers de terre ... J'essaie d'en faire un chaque jour, cot cot cot ! pour la planète et le durable ... L'étang dû naisse pas ... les petits pois aussi sont très apaisants, le savais-tu, j'en dispose un peu partout ... Va savoir pourquoi ! ...

      "Je suis du même bout de table : littéraire du service public avec eau dans les mains du service privé, pour les plats du pain quotidien donnés aux proches prochains...
      Les mêmes fleurs sur la table, au balcon et au coeur."

      Merveilleuses trois lignes, une peinture décor, le son de coeur.
      Tiens la cloche sonne ... !

      Laudes
      En les mains
      Du service privé
      Louange à toi
      Saigne heure

      L'aime hein dans la bassine
      Même à contre-plongée
      Remettre son ouvrage
      Chaque jour de bonne heure
      Laper dans la farine
      La paix encore la paix
      Garder sa bonne
      Humeur !

      On n'imagine pas à quel point faire un bouquet de quelques fleurs, même pauvres et meilleures, dans un vase de hasard, un verre, un gobelet, un pot genre cul de poule ! rires, ça met de bonne hume heure, ah le parfum des fleurs, ça embellit tout, ça rend humble et veilleur oui, Bobin le dit si beau ! cf la bannière de Mathilde ma liane
      http://lescarnetsdemathilde.blogspot.fr/, elle-même si belle fleur qui pose les pétales avec tellement de coeur, de sensibilité ...

      Je t'enrose, comme une Grettine que je suis ! ( c'est une vieille d'âme de coeur à moi )

      Supprimer
    3. Les digressions, les parenthèses dans les parenthèses des parenthèses, l'art de diluer ( si maîtrisé par les cuisinières, les lavandières ( et les l'avant d'hier ) aux mains dans l'eau, les laitières à là... vers mer, canaux, plat pays, briques et ruelles ( je dirais même plus à s'avère mère nonobstant son look d'éternelle jeune fille à la perle ou de printanière botticellienne ), l'art d'enrichir le brouet, d'écrire 10 lignes sur 3 fleurs et de conter fleurette pendant des heures sans compter son temps... voilà qui ferait de toi une parfaite d'âme de compagnie, le partenaire rêvé des longues nuits d'hivers polaires, groenlandaises et arctiques...
      Cf. "Les racontars arctiques" de Jorn Riel.
      Une qui réussirait à tenir au chaud les coeurs, en haleine les oreilles suspendues, à l'écoute les yeux bleus des husky et noirs des "vrais hommes"... qui parviendrait à leur faire oublier la nuit, l'ennui, le froid et l'effroi... et à assortir s'Aime Haut aux milliards d'étoiles et aux volutes irisées des aurores boréales...

      Complètement d'accord : des fleurs dans un vase, ou dans un verre à liqueur, dans les parages, et le travail du quotidien perd toute odeur de corvée, pour se parfumer de plaisir et de créativité. Y en a toujours dans ma cuisine.

      Supprimer
  6. Un peu d'amertume dans tes mots et toujours toute la poésie de t'Aime Haut !

    " J'aime ma vie
    Bien imparfaite"
    L'essentiel est bien là !

    Bonne soirée chère Véronica !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chère Fifi !

      Non, pas d'amertume, tu sais je n'aime pas ni le café, ni la bière, ni les endives !!! pourtant j'aime beaucoup de choses !!! :)
      Sérieusement, un mélange de tellement de sentiments ... un peu de fatigue, la mélancolie du temps qui passe, beaucoup d'angoisse ( ah quand ça me prend ) de fierté, de vanité, d'humilité, de réalité, d'impuissance, de poésie, d'amour ...

      Merci d'être là, simplement.

      Bon dimanche !

      Supprimer
    2. Le pas" et le "ni" ça fait redondant ! tu choisis l'un ou l'autre ! rires

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Pourquoi me fais-tu un clin d'oeil ?
      ;)

      Supprimer
  8. Que la douceur de l'amour soit pareille à la douceur de l'eau sur les mains. Y a-t-il une température idéale de la douceur de l'eau sur les mains? Fraîche, elle réveille la vie qui se morfondait sans le savoir, tiède, elle transmets le bien-être, apprivoise les pierres et les mains rugueuses ou solitaires, chaude, l'eau gagne l'âme et la réchauffe sans la brûler. L'eau lisse est inlassable et comme elle choisit d'être la vague la plus haute, la plus forte, c'est pour embrasser les mains d'un corps entier qui la recherche et qu'elle stimule jusqu'à la passion des couleurs. Bisous. Suzâme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beau cette question de la température de l'eau sur les mains ... et la suite, je savoure t'aime haut d'eau !

      J'aime l'eau dans mes mains
      Quand je lave le sel
      J'aime l'ode en mes mains
      Quand je bénis la vie
      et la source de vivre
      Au printemps qui revient !

      Je t'embrasse dans l'eau lapée ...

      Supprimer
  9. C'est joli, l'eau de mes mains...
    Je pense que tu es une personne sympa même si à travers le blog, je ne te connais pas, une femme douce...Qui mûrit
    Comme dit Alma, dans les blogs, on a rien à vendre, à prouver...
    Ça nous fait aimer la vie de partager du quotidien...
    En quelque sorte si je n'avais pas de blog, je me sentirai plus profond dans ma solitude...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil tout ça Laurent, ça me touche. Une femme douce qui mûrit ... sourire, c'est pas faux ! :)

      Oui ça nous fait mieux aimer la vie encore de pouvoir la partager avec des êtres sensibles, qui nous ressemblent sans doute ...
      Et je pense que nous voulons nous faire du bien, de la bienveillance oui et pas de jugement, c'est ainsi que je conçois nos échanges si agréables et vivants malgré les ondes ! On est entre frères/soeurs humains et comme c'est beau de se sentir vivant !

      Belle soirée !

      Supprimer
  10. Après avoir lu les merveilleux commentaires, les mots d'Eugène Guillevic et les vôtres que rajouter de plus dans votre jardin où les fleurs sont reines tout en simplicité et j'aime "Ceux qui travaillent la terre ont des mains plus solaires"... c'est très beau. Et vos mains savent effleurer les douces fleurs...

    Je vous embrasse, Veronica.
    Bon dimanche entourée de fleurs si belles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau oui cette phrase du poète, vous avez les mains solaires ma chère Denise, en tout cas le coeur ...

      je vous embrasse, pleine de sourire et de tendresse ! Merci.

      Supprimer
  11. Tiens, pour la Saint Patrick, plein de trèfles à feuilles dans ton jardin bien sûr
    et puis 2 chansons sur d'humbles et douces femmes, des donneuses...
    Les paroles vont bien avec ton billet

    http://www.youtube.com/watch?v=IdeMkywlS54&list=AL94UKMTqg-9CkqUPl7Qjqzk9QPJrxnl0W

    http://www.youtube.com/watch?v=3ouqhCtIh2g

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Mariane pour la belle Sinead ! dont j'aime la voix et les ballades irlandaises qui m'émeuvent toujours au plus profond ...

      Les femmes qui donnent ont les mains vertes et des fleurs dans la peau ...

      Je t'embrasse ...

      Supprimer
  12. Merci douce Veronica ... Je me sens toute petite devant toutes ces personnes qui écrivent si bien ?
    Juste te dire de ne pas te sentir "rien" tu es une belle personne ! Même si je ne te connais pas, à travers tes jolies photos et tes mots en poésie, la vie me semble plus légère :-)
    Bisou jolie fleur et bon dimanche :-)
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute petite, pourquoi ? Non non ce n'est pas vrai.
      Chacun a quelque chose ... Un être vivant est unique. Il est particulier et beau d'être vivant et différent.
      Crois-tu que la petite violette ait moins de valeur que le grand lys royal ...

      Et tes mots me font tellement plaisir, si j'ai le bonheur de te donner un peu de joie, de légèreté ... j'ai tellement gagné ...

      Bisous petite fleur et douce soirée :)

      Supprimer
  13. elle coule bien l'eau de tes mains! la pluie me saoule! pourtant sans alcool!Bon d'accord, je vais Garder sa bonne Humeur ! bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont les giboulées de mars qui arrivent ! ça va tomber encore et enchoeur ! Après la pluie le beau teint tu sais bien !

      Douce nuit qui claquette Gwendoline ! sourire

      Supprimer
  14. Tu dis que tu es en bout de table , libre et solitaire ...
    savais-tu que je me tenais à l'autre bout de cette table solitaire bien sûr, libre ou pas selon lèse instants ...
    les jours courts, les jours longs , des jours où le monde m'appartient , des jours où vides sont mes mains - seule l'eau y est bienvenue ...
    si j'étais encore une enfant, je sauterais dans la prairie, heureuse d'être ...
    même si inachevée ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je le savais ... sourire

      Mais viens avec moi, sautons dans la prairie comme des enfants !
      Il est si bon de vivre !!!

      Bisous tout doux en toile de nuit rose !

      Supprimer
  15. Comme j'aime tes mots. Ils sentent bon la liberté d'ETRE SOI.
    Je t'embrasse de mon bout du monde :)
    Azur

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !