mardi 5 février 2013

L'intuition des femmes, III

Régulièrement, un chapitre à lire, relire, aimer, méditer de ce livre-phare de  Clarissa Pinkola Estés,
 La danse des grands-mères



Pour toutes les sympaticas brillantes et courageuses, les grands-mères, les Big Mamas, les tantes spéciales ... pour toutes les cordiales Bon Mamas et les humbles Mujeres Grandes qui ont épousé l'Amour en personne et donné naissance à cinq enfants indisciplinés nommés Paix, Espoir, Clairvoyance, Ingérence et Nature sauvage ... pour ces femmes honorées qui nous ont abreuvées il y a vingt, trente, quarante, cinquante, soixante, soixante-dix et quatre-vingts ans, qui ont répandu un fleuve de conseils et d'exhortations, qui ont mis dans nos poches des cartes au trésor soigneusement repliées pour que nous les emportions dans la nature sauvage ...pour celles qui nous ont mises au défi, aiguillonnées, incitées, poussées ... qui nous ont ainsi fait évoluer dans la bonne direction de façon à ce que nous puissions développer un peu plus d'âme ...pour la douceur de leur toucher, la tendresse de leur regard, l'originalité de leurs manières qui nous encouragent à innover et à faire montre de la même bravoure qu'elles ... pour leur voix qui chuchotait " N'aie pas peur, je suis là, ne perds pas courage, continue et maintenant resplendis, et maintenant jette-toi à l'eau, non, là ce n'est pas terrible, prends plutôt ce chemin, voilà, c'est ça ... pour leurs blagues complices et leurs goûts peu sobres, pour leurs comportements scandaleux et leur attachante dignité, pour savoir mettre des limites, aller jusqu'aux limites, élargir les limites étouffantes, resserrer celles qui sont trop lâches. Pour ces grandes vieilles femmes, ces dames, certaines vénérables en terme d'années, d'âtres âgées en temps de l'âme, mais toutes emplies de sagesse, qui jouent le rôle d'Etoile polaire pour les autres, juste en existant ...

Pour elles ...
Puissent-elles être toujours en sécurité, nourries de diverses sources, et recevoir des manifestations d'amour et de gratitude propres à conserver leur âme en fleur au-dessus du sol afin que tous puissent voir.
...

" Quand une personne vit pleinement, les autres en font autant"

Clarissa Pinkola Estés



Je n'ai eu ni soeur ni tante ni grand-mère ni belle-mère à m'aimer ... mais une mère veilleuse ...

A toutes "mémères nourrissantes", mes magnifiques aînées,  gouailleuses, élégantes, sérieuses, extravagantes et excentriques, mes lectures, mes rencontres d'un jour, d'une heure, mes intuitions, mes amies, mes âmies blagueuses blogueuses, mes petites vieilles préférées, sages et moins sages, mes d'jeunes à dorer, femmes de la maturité, à celles qui sans même le savoir m'auront apporté témoignage de leur vécu, de leur savoir bienveillant, toutes ces grandes d'âme ... qui par leur existence-même me donnent l'exemple et toutes ces choses qu'on porte au mens, au coeur, et au corps nous, les femmes ... 
Dans le bonheur et l'espérance de devenir un jour soi-même "grand-mère"passeuse, une femme, solidaire, au flanc beau maternel, main dans la main pour d'autres femmes en herbe ...
Eh bien dansez maintenant !

Servanne 

48 commentaires:

  1. Très beaux textes, le sien comme le tien...

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi à chaque fois que je regarde des vaches paître dans un pré, elles sont toujours dirigées dans le même sens ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vaches sont soeurs, antre-elles ... Elles regardent dans la même direction, solidaires !

      Merci de ton passage Jeanmi

      Supprimer
    2. C'est marrant, hier j'ai lu ce commentaire et je n'ai pas osé répondre mais vraiment je pensais les mêmes mots que toi ... SOEURS et SOLIDAIRES, et je suis drôlement contente que tu aies écrit les mots que je pensais
      Merci pour ce très beau billet que je reviendrai commenter (les textes)
      là je voulais juste dire que la photo de ta bannière me plait énormément, les petits avec leurs mamans à brouter l'herbe tendre, se reposer, faire la sieste dans l'herbe tièdie de soleil ...l'eau d'un étang pour abreuvoir ... On se croirait au paradis

      Gros bisous ma Veronica

      Supprimer
    3. Ma chère Soleil, je te retrouve là-haut, je te cherchais dans le pré :) je sais où te trouver n'est-ce pas ... :)
      C'est beau alors que nos pensées se soient, soeurs croisées, au milieu d'un champ de vaches ...
      Reviens quand tu veux, tout le plaisir est pour moi ! Come hante au temps qu'il te plaira ...
      Tu as raison sans doute cet apaisement merveilleux vient de l'idée du paradis ...

      Gros bisou plein de tendresse

      Supprimer
    4. Oui, elles sont soeurs mais comme dans tout troupeau, il y a une cheftaine ! Et souvent elles suivent le même chemin et aux mêmes heures...
      Les toulousaines comme les normandes!!!
      A bientôt

      Supprimer
  3. Servanne de repos du corps touché le cerveau encore vif et les yeux pas rougis par une nuit trompeuse, j'admire la robe de ces bovidés impavides qui broutent alignés, comme tenues dans un champs magnétique, un champ qui magne l'éthique et fait front...commun dans l'adversité des hautes tiges tendres à souhait.
    Oui il y a des passages et des transitions, des transmissions et des transes missions, ce n'est pas que des rituels pour imprégner de la solennité de l'instant, mais il y a aussi des hommes et des pères fourbissant leur mémoire et que rien ne désespère plus que de ne rien transmettre, que deviendrait alors la parole perdue et ces grands témoins s'ils ne pouvaient recueillir et alimenter à une fontaine non des savoirs mais des sagesses le bon, le vrai et le beau pour que d'autres viennent s'y abreuver en découvrir la délicieuse fraicheur mais aussi retrouver cette force peu commune qui va couler encore pour des générations.
    Il est sur que ce flanc beau nous ne savons y rivaliser et il n'est point question de comparaison mais de complémentarité encore que l'amour d'où qu'il vienne, s'il n'est trop exclusif est toujours bienvenus.
    Je pense aussi au parrain que je suis d'un orphelin de père et de ces obligations impérieuses, proches de l'engagement, pour que sans reproches on puisse s'engager sur le chemin de l'accompagnement bienveillant et désintéressé, n'aspirant qu'à aider et guider sans trop conseiller, ce qui est déconseillé, car chacun peut et doit former son jugement à l'aune de son vécu et des valeurs transmises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Thierry, le front impavide dans la prairie tendre ...
      Ah les transes missions de ces femmes, tout à fait ça, en formes de rituels de passages, pour rendre la mémoire pérenne et donner un sens à l'histoire d'une vie, d'une famille, d'une communauté ... Les passeuses tisseuses de sagesse, par l'oralité, la danse, le verbe, le geste ... Et les générations pourront se succéder, avec chacune sa petite perle à l'édifice. Oui, l'amour humain ! est toujours le bien venu, d'où qu'il vienne mais qui mieux qu'une autre femme pour la comprendre et lui transmettre ...
      Toi l'homme accompagnera, de toute ta tendresse bienveillante cet autre petit d'homme, pas trop de conseils tu as raison, juste une épaule, une aide si nécessaire, un exemple ...
      Merci de tes passages riches de sens, cher bavard :)

      Supprimer
  4. C'est un texte magnifique de Clarissa Pinkola Estés et vos mots sont remplis de tendresse... J'ai tant de plaisir à les lire. A notre tour d'offrir à nos enfants tout notre amour afin de les rendre plus fort et qu'ils sentent sur qui s'appuyer en cas de besoin mais le coeur libre!
    Belle journée, Servanne
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Denise pour votre élan ! Le coeur plein d'amour et de respect vous transmettez à vos enfants, et autour de vous beaucoup de tendresse ...

      Belle journée, que la grâce des femmes reste sur vous !

      Supprimer
  5. nous les femmes
    femmes dans la vie
    la tourmente
    la paix
    nous portons une partie de la Mémoire
    nous portons la moitié du ciel
    à transmettre chère La 'Bel Rouge
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à cette moitié de ciel que tu transportes chère Label' Bleue !

      à toutes les immortelles d'âme, le corps partira mais pas la mémoire ...

      Je t'embrasse en retour !

      Supprimer
  6. J e n'ai pas pensé à La Fontaine en lisant ta dernière phrase mais à Victor, bob grand père :
    "Dansez, les petites filles
    Toutes en rond…
    En vous voyant si gentilles
    Les bois iront.
    Dansez, les petites belles
    Toutes en rond…
    Les oiseaux avec leurs ailes
    Applaudiront.
    Dansez les petites folles
    Toutes en ronds…
    Les bouquins dans les écoles
    Bougonneront.
    Dansez les petites fées
    Toutes en rond…
    Dansez, de bleuets coiffées,
    L’aurore au front."
    Je suis Nonna depuis 2 ans et 8 mois et j'espère être une passeuse comme celles que décrit Clarissa Pinkola Estés...
    Y aurait-il une promesse de bonheur chez toi ?
    C'est bientôt la fête des grand-mères, mais on n'a pas besoin de cette journée du mois de mars pour ce sentir mère grand !!!!
    Très belle journée à toi !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pensé non plus à La Fontaine en écrivant la dernière phrase ! sourire ni à Victor d'ailleurs ! j'ai vu les rondes de femmes se donnant l'âme, hein ... ! merci pour cette fraîcheur hugolienne chère Enie !

      Ah la douce Nonna ! bien sûr passeuse ... Heureuse mère-grand que le bonheur soit avec toi ! et tire la chevillette et la bobinette cherra !!!

      Que sera sera ! sourire
      What will be will be !

      Supprimer
  7. Merci Servanne pour tes mots si tendres, ce bel hommage à ces mères nourricières qui t'ont portées, alimentées au biberon de la sagesse, porteront encore la parole, abreuveront jusqu'à plus soif, dans l'anonymat ou l'exubérance ! A celles qui perpètrent l'accompagnement, guident, aident si nécessaire.. seront là simplement.
    Je découvre Clarissa Pinkola Estés.. magnifique..
    aux futures "grands-mères passeuses"..
    Je t'embrasse Servanne.
    Je te souhaite un bel après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le biberon de la sagesse et le lait Guigoz naisse pas ;)
      Oui, à celles qui seront là simplement ...

      N'as-tu pas lu son célèbre Femmes qui courent avec les loups, je te le conseille vivement, ça te plaira !

      Je t'embrasse ma chère Den, ton ned est précieuse aussi ... :)

      Un après-midi, saoule, à pluie ! meuh non, c'est pas vrai !

      Supprimer
    2. Non je ne l'ai pas lu, mais je vais suivre ton conseil : acheter Femmes qui courent avec les loups... et ainsi faire vivre la femme sauvage, et danser au clair de lune... Merci chère Veronica pour ton ned si précieuse !
      J'attends brasse très fort, meuh oui !
      Den

      Supprimer
  8. Tu n'es pas encore grande mère,
    mais tu es ma petite soeur de coeur,
    celle qui sait partager,
    et offrir et donner et passer
    ce que la vie lui a appris aussi.

    ♥ Bisous ma Vero

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci grande fleur de coeur ! je suis touchée ...

      Bisous ma Cathy

      Supprimer
  9. Je n'ai pas connu mes grands-mères et j'ai été heureuse tout le temps que mes filles ont pu les connaître. Je pourrais être mère grand mais les enfants décident et pas nous, le choix de donner la vie n'est pas une obligation héréditaire. Je n'ai aucun regret à avoir !
    Merci pour ces textes pleins d'é mots si on ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais j'apprends que tu as des filles, incredible ! :)
      Oui ce sont nos enfants qui décident, elle ( ta fille, ma fille ... ) a ce ... droit de décider sa vie, ses choix ou pas d'être mère à son tour ... ! Mais tu peux être passeuse autre mens, ce pendant, tu le sais ça ! par t'aime haut ... note amant ;)

      Merci chère Saravati !

      Supprimer
  10. Je cours à la bibliothèque chercher ce livre!
    J'ai beau-coup de re-co-naissance pour la bienveillance bien vaillante de ces m'aime-mères de pas-sage....

    Bonne journée!Gros câlinssss!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui cours cours, attends tu cours trop vite je suis estouflée moi ! rires

      L'art connaissance, le partage des idées des savoirs des sagesses ...

      M'aime mère oh oui

      Baume-air creux, dis !

      Supprimer
  11. Un bel hymne d'amour aux femmes, toutes les femmes...
    On est déjà le 8 mars? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Naisse pas ! sourire, On je prends de l'avance, il me tarde le printemps !!! :) on trouvera autre rose pour le 8 mars ...

      Sages femmes ou pas, savantes ou s'inventent, nourrices hier ou pas, toutes les petites flammes de notre vie quoi !

      Supprimer
  12. Moi je sais qu' un jour tu seras une " grande mère veilleuse "...
    Ce jour là tu récolteras encore plus d' amour que celui que tu as semé..
    L' amour est " infini "
    Plein de bises my " pretty girl "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci my sweety girl :) je rêve de l'être un jour, d'une manière ou d'une autre ...
      Oui, l'amour est infini !

      C'est la bouche pleine de sang :) qu'une petite vieille édentée, deux dents de sagesse en moins, t'embrasse ce soir ! :))

      Supprimer
  13. Quel magnifique ode et quels sublimes mots !
    Un pilier qui fait tenir debout des endroits vacillants ... un geste tendre, un mot rassurant et tout va mieux ..

    comme dit J.D. Salinger, l'enfance pour certains c'est une vraie saloperie
    même si , à première vue, ça a l'air d'un bonbon enveloppé de dentelle et de tulle...
    Une vraie tuile qui menace de vous tomber dessus si un coup de vent vient à passer, et que la pluie passant à travers la béance du toit se transforme en larmes en arrivant dans votre lit où vous attendez avec impatience que les jours passent ..... que la vie PASSE !

    Et puis, il y a les jours avec elle ...

    Il y avait aussi des jours de fraises saupoudrées de sucre ,de boucles
    d'oreille en cerises ...
    et les jours de visite de grand-mère avec son merveilleux accent et ses
    coiffures à la va-comme-je-te pousse ...les mèches blanches qui s'échappaient sans cesse du peigne et qui refusaient d'obéir à une loi
    qui décrête que les personnes agées doivent avoir le cheveu obéissant..

    Comme j'aimais ta coiffure, ma mère-grand ...
    Tu étais le bonheur, tu étais mon soleil ....
    et je te retrouve là bien cachée dès que la vie m'en laisse le loisir !!!

    Je me suis laissée aller à te parler d'elle, ma merveilleuse, ma fée...

    Solène









    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui et merci pour la grâce de t'aime haut ma chère Solène ... Sont beaux beaux ...

      Mais oui comme un seul geste tendre, un seul mot tendre, un seul regard tendre peut changer notre jour en joie en soleil en eau douce ...

      Et moi j'ai envie de donner encore plus d'amour à ceux que j'aime et qui n'en ont pas eu dans leur enfance ...

      Je la vois ta grand-mère, comme elle est belle de ses mèches rebelles ! Qui t'a rendu heureuse, belle, le temps d'un soleil qui a rempli ton coeur pour toujours ... ta mère veilleuse à toi ...

      Je t'embrasse, dentelle dans la bouche, sur le cas nappé des jours ...

      Supprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  15. Je suis restée scotchée un bon moment devant ta nouvelle bannière, ce paradis verdoyant peuplé de meuhmeuh vaches avec leurs petits ! J'aime les vaches et leur regard paisible, la vache symbole maternel par excellence. Pendant une trentaine d'années nous avons eu des voisines vaches, remplacées à présent par des vrais voisins, charmants. N'empêche je regrette quand même mes vaches. Elles arrivaient au printemps et repartaient à la mauvaise saison. Elles accouchaient seules sans l'aide de personne, vaillamment. Elles mangeaient des pommes cueillis à l'arbre et même la toile de tente de vacanciers imprudents :-) Et quand tu leur proposais une friandise (non pas un carré de chocolat) elles sortaient une langue longue comme çaaaaaaaaaaaaaaa ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Fifi pour tes bavards d'âge, ils m'enchantent, bonne mère ! sourire
      J'adore quand tu me parles de tes verts pâturages ! ah tu n'avais pas peur, elles non plus !
      J'aime tellement les vaches moi aussi, je les aime d'instinct, n'ai pourtant jamais vécu au pré d'elles, hélas, j'aime les regarder brouter patiemment, j'aime quand elles nous regardent de leurs beaux yeux ourlés, j'aime leurs mamelles nourricières et leurs petits à côté ...
      Celles-ci sont des toulousaines voyez-vous ! :) j'ai une tendresse particulière pour les bretonnes, mes oncles à sabots avaient des fermes à vache, j'en ai gardé l'odeur et le meugle aimant des jours d'été, je trouve celles de l'Aubrac si belles, bien du charme aux normandes et j'ai vu récemment des basques bien à paix tissantes !

      M'ont-elles fait penser à ces femmes porteuses et passeuses de vie, qui demeurent dans le pré des jours, siècle après siècle ...

      Supprimer
  16. Si tu as eu une mère veilleuse, tu sais tout des femmes ! Merci pour ton texte et celui de Clarissa Pinkola Estés !!! Je ne peux que signer des deux mains à ces hommages ! Elles ont parfois leurs mesquineries, leurs défauts, leurs redoutables colères mais leur tendresse est irremplaçable. J'ai eu une passion-dévotion pour la mienne, pourtant nous étions toujours en train de nous chamailler :-) Toutes mes rencontres humaines ont été un rappel de cette rencontre là et le serons toujours, je ne suis pas dupe :-) Et tant mieux, quelle tendre richesse en héritage que cette relation là !
    Je t'embrasse mère-veilleuse-toi-même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui je sais tout tout tout sur elles ! rires, meuh non, j'apprends chaque jour, je picore ici et là quand ça se présente et je savoure d'être une femme ... toute simple mais une femme ... qui a été aimée de sa mère, ( oui quel précieux héritage plus que toutes les richesses matérielles du monde pour moi )cela m'est une consolation pour celles qui ont manqué à ma vie, qui reste un regret bien sûr ... Mais deux merveilleuses enfants ( qui n'en sont plus déjà ) que j'aime plus que tout.

      Rho la la, pleines de défauts déco mères âges des boues de ris et des rosses colères ! la femme tronchonne t-elle mais sa tendresse est là, dessous, tapie qui ne demande qu'à jouer à l'infirmière ... :) je souris de t'imaginer te disputaillant avec ta moman.

      Les belles rencontres seraient-elles toutes maternelles ? même quand il s'agit d'un homme ...

      ô mère-veilleuse toi-même !

      Homère !

      Supprimer
    2. "même quand il s'agit d'un homme ." A première vue ce n'est pas évident, je te l'accorde :-))
      Mais pas seulement, un homme c'est d'abord un homme.

      Supprimer
  17. Grand mère n'ai pas eu et ne serai... c'est ainsi, écrit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Lou ne sois pas triste, tant de choses que tu passes, tu es une femme et quelle femme ! et de toi émane toute une alchimie particulière et précieuse pour celles qui t'aiment ou te côtoient ( féminité sensualité caractère espagnol ! olé :) générosité sensibilité maternité même ... )

      Je t'embrasse

      Supprimer
    2. Pis ( de vache ! ) tu as eu une formidable maman que je sache !!! :) bisous à maman Lou mantecaos !!!

      Supprimer
    3. Suis surtout pas triste, car ma grand-mère maternelle était une sacrée bonne femme, un peu genre Calamity Jane, et cela aurait été formidable de la connaître, mais la vie aurait été différente pour ma maman et forcément je ne serai pas là. Donc, pas de tristesse, surtout, surtout pas... et puis un jour je serai probablement une mammy d'adoption, et là ce sera formi, formi, formidaaaabllllle !
      Arnica sans modération, enfin... ;)

      Supprimer
    4. D'accord Dr Lou :) meuh non je prends des bains de mouche moi !

      Supprimer
    5. Elles aiment le bain les mouches ?

      Supprimer
  18. Sont Belles toutes ces femmes sous votre plume
    Belles avec un grand B

    Toss est une grande Dame aussi
    mais elle veut pas me donner sa photo

    Dis tu veux ma photo? mais elle commence à m'énerver celle-là

    Gros bisous à vous deux

    ♥ ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. B comme ... !

      Oh oui Toss, ma chère dame de compagnie, vieillit, ah ça me fait mal car elle ne peut plus manger ses croquettes du soir, ni ses noix adorées que je partageais avec elle dans la main, elle ne peut plus croquer ne lui reste que trois dents :( mais elle a bon appétit ne t'inquiète pas ! d'ailleurs elle attend son riz au jambon beurre carottes qui ne va pas tarder ...

      Je te fais un bisou hochant ...

      Supprimer
  19. Je crois qu'on va s'aimer...Encore plus...(tu as remarqué mon esprit tordu)
    Moi qui aurait tant aimer une belle mère après tout j'ai ma mère et je l'appelle toujours "Maman"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hou, vite un suppo et au lit, j'appelle notre amie qu'elle te borde et t'endorme !

      Meuh non pas esprit tordu, t'es comme un frère pour moi ! sourire

      Supprimer
  20. Bonsoir Véronica,
    Mon pas est lourd, ma tête aussi et pourtant je lis ta page, redécouvrant l'auteur que j'avais tenté de lire avec "Femmes qui courent avec les loups". Son approfondissement des êtres, de leurs ancêtres, son rapprochement avec les contes les plus connus m'ont réconciliée avec une saine complexité issue de questions qui se transmettent. L'extrait que tu as choisi et ta prose sont une caresse tout aussi intellectuelle qu'humaine. On ne cesse de donner, de transmettre jusqu'à la mort. A bientôt. Suzâme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Suzâme,

      Ton pas est lourd mais ton coeur est plein ...
      En plein conte de vie serais-tu ? comme une caresse douce, un baume à paix, sens ! cet air doux qui court dans le champ des possibles ...
      Te retrouver, tout simplement, plus libre et insouciante ...
      Mille pensées fleurissent ta soirée ...

      Supprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !