vendredi 8 février 2013

L'écho-mère !


Ces deux-là ont plein de choses à se raconter, mais que se disent-elles ?


à toi de les faire dialoguer ...


Là-haut sur la montagne !

50 commentaires:

  1. Elles disent: "L'aut' là-bas sur son blog, elle parle des plantes sauvages et elleest même pas foutue de se souvenir de notre nom!"
    Comme de celui-de cette musique que j'aime tant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ Ah oui tu veux parler de l'aut' là, la Servanne dans son jardin, pfff, elle connaît même pas le nom des montagnardes que nous sommes, j'te jure ces filles des villes, ça vaut plus rien !
      _Attends je vais demander à la mère Lou, p'tête qu'elle sait elle, ou l'aut' la mère Pomme qui possède plus de mille plantes toxiques dans son herbier, même qu'elle a empoisonné quelqu'une l'aut' jour si si j'te jure mais c'est une aut' histoire !!! ahahahaha

      Supprimer
    2. J'en connais deux qui ont passé plein de temps, à la nuit tombée, à se raconter dans un appareil qui n'était pas rose comme celui d'à côté... ;) (pas de berçeuse, nonnonnnnonnnn)
      Pour la fleur, je cherche et recherche, il y en a qu'une qui pourrait être mais je vais demander à Pomme : la vesce des montagnes ???

      Supprimer
    3. Mais les filles... C'est Pomme qui pose la question... alors si vous lui demandez pour la réponse, forcément elle saura pas...
      C'est le Kafka dans l'herbier!

      Supprimer
  2. Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir de l'autre côté de la vallée ?
    attends, attends, aide-moi, sous ma jupe monte le son de la Symphonie sur un chant montagnard, "Cévenole", qu'il nous enveloppe, et dansons, dansons sous la brise...la,la,la,la,la, danse ma soeur... oupee ! on a libéré la danse sauvage qui est en nous, oupee ! allez ! danse, danse ! c'est bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _Si si je le vois bien venir !
      Mais dansons en attendant le jour, oui, dansons ensemble la Cévenole ! la femme sauvage est libérée dans le silence tout est peuplé !
      _Qu'est-ce que tu nous demandes petitou ?

      Supprimer
  3. ma robe est toute chiffonnée elle dit !
    mais non t'es belle, le mauve te va si bien !
    t'as vu le serpent là-bas ? elle dit, je me demande la tête qu'il a !
    inventes-lui une tête de serpent à sourire....
    le sourire c'est toi qui me le donne elle dit ! tu crois qu'il a une sonnette ?
    un serpent à sonnette ? tu rêves....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ Ah oui le beau cerf ! qui pente qui pente ! je l'aperçois sur le chemin ...
      _ Dansons la danse des serpents veux-tu ! Regarde comme je me tortille dans le vent souple !

      Supprimer
  4. Dis, depuis quand tu n'as pas revu Cathy ?
    Au moins deux ans, peut-être même trois !
    Ah oui, aussi rare que l'edelweiss !
    Vivement l'été prochain qu'elle revienne nous tirer le portrait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ Oh mais si on m'a annoncé la venue prochaine, pour cet été je crois ! de notre amie Cathy ! Chic on va la revoir, elle qui aime tant la petite montagne, on lui montrera notre nouveau chalet, hein Lucie ! Je préparerai un bouquet d'aide elle veille si ! elle les aime tant ! Elle nous prendra en photo à côté de nos amies les vaches ...

      Supprimer
  5. __ Il paraît que... Guy Mauve rame-au-lit!
    __Une vraie mauve-y-êtes seul-lui-las!
    __J'ai une petite pensée pour A-lys...car on dit que son lit-là sent mauve-hey!
    __Je partage ton point de vue!

    Quel plaisir de co-m'aérer avec toi Veronica!Merci!
    Bonne fin de semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ Guy rame en corps au lit ? oh le pauv' gars, m'en parle pas mais dis-moi, chère Folie ! tu devrais lui mantrer toi, c'est bien clair non, l'est pas mauve et le type ...
      _ Ouais, ch'ai pas trop, j'suis banc tranquille comme ça, moi les rameaux l'eau, j'ai déjà donné, je préfère ta coupe Annie !
      _ Et quel beau pont de vue Dame !

      Tout le plaisir est pour moi dans le com' et rage même ! :)

      Supprimer
  6. Ah vous êtes bonnes chères lianes ! Je reviendrai vous répandre ! C'est dans l'air ! le bon air des collines !

    RépondreSupprimer
  7. _Parle à ton écho, il te répondra !

    RépondreSupprimer
  8. L'une chante "Que la montagne est belle" , l'autre écoute et semble d'accord, d'ailleurs elle fredonne avec, tu ne les entends pas ?
    Bisous bisous chantants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si je les tends très bien ! le beau champ des montagnes ...

      Bisous bisous écoutants !

      Supprimer
  9. Pour le moment nous sommes tranquilles et au calme , il n'y a pas de vacanciers ....
    Bisousssss
    Thérèse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ Ah ça c'est vrai ça ! sourire Pourvu que personne ne vienne, on est bien dans le vent !

      Bisous soufflés !

      Supprimer
  10. Elles se comprennent sans paroles... Complicité. Appartenance. Question d'inclination naturelle... Elles se sentent entourées du même parfum...
    Et comme par absence de hasard, leur point de vue sur tout est assez proche...
    - Tu les vois ces 3 V du côté de l'avenir ?
    - Oui... au moins 3... y a pas à s'en faire : "La victoire en chantant nous ouvre la barrière, la liberté, guide nos pas..." et essaime nos pollens... Autant en emporte le vent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle belle inclination naturelle n'est-ce pas ! Quand je les ai vues j'ai pensé qu'elles étaient soeurs peut-être ou amies, puis y avait ce petit entre elles, le vois-tu ? les deux protectrices, des mères sans doute, qui se faisaient écho, bavardant de tout et de rien mais de l'essentiel surtout ...
      Je vois deux V et je vois l'étroit chemin mais parce qu'il est au loin, elles sont loin de la ville et des préoccupations citadines, et oui autant en emporte le vent ... ! et quel vent y avait ce jour là, un beau vent doux, sauvage et chaud et plus de trente degrés, on dirait pas, hein !

      Supprimer
  11. Etant donné leur position, assez élevée, dans le jardin des hauts de hurlevent, elles savent voir les choses avec pas mal de recul... mais bon... faut pas leur demander de prendre plus d'altitude que ça...
    Et puis y a quand même des jours où c'est le brouillard total, et où elles n'ont plus qu'à communiquer à l'aveuglette, en sifflotant dans la bise, ou à se faire de bousculantes bises quand le vent les précipite dans les bras de l'autre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ Léo de Hurlevent veut nous rendre visite ? Tu le crois vraiment très chère, qu'il daignera monter jusqu'à nous ? dans le plus simple appareil en plus, ah ... je vais me pâmer alors.
      _ Je te dis que ce n'est pas si haut, il prendra sa monte-hure et ses plus belles bottes, celles de sept lits eux tu vois ...Nous aurons toute la nature pour nous et n'oser bas ! vert-tige de l'amour ! en haut les corps ! le dais cor en vaut lâchant d'elle, non, Joséphine ? Non non foin de masque ni de loup ! les dessous sont toujours chics chêne-houx !
      _ Même dans le brouillard, je le verrai venir ! Je l'attendrai Milan !

      Supprimer
  12. Ah! Ah! Ah! voilà des épilobes en plein dialogue!

    L'une dit : Viens, viens sur la montagne, il fait si bon!!!

    L'autre : là-haut, y a peut-être le méchant look!,

    mais, le cul du berger sentira toujours le thym...rai tort queue, la preux mie hier!

    Alors, elles s'en allèrent avec leur robe prime saut hier courir le gui lle doux

    Mais, cette histoire mérite un épilobe, heu, je veux dire un épilogue : les deux charmes hantes trouvères un bô saigne heurt...poète poéte qui leur chanta "Petite Fleur"...

    Je t'embrasse bien fleur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _Ah voilà Dame Claudie qui nous a reco nues !!! oui nous sommes les épilobes !!! tiens apprends ça Pomme :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89pilobe_en_%C3%A9pi

      "Elle est savante et gui yeux rette ! Elle n'a pas peur du grand mais chant loup !!! Elle chante déjà et sa chanson a l'air un peu coquine, cette d'âme ! Invitons-là, telles des trouve-air ! à valser avec l'aube eau saigne heure, quand c'est si beau les couleurs qui s'ouvrent ici qu'on dirait des mares de son ...

      Petite fleur petite fleur, descends !

      Je t'embrasse bien fleur m'oiseau-ci !

      Supprimer
  13. Comme ils sont beaux ces " bédélous " dit la belle Séraphie à sa fidèle Rosalie..
    C' est ça leurs noms...!! et les voilà parties :

    Tu te souviens
    Dans le cantou
    Quand on se disait tout..?

    Tu te rappelles
    Comme on égrenait
    Près du feu le chapelet..?

    De toi à moi
    Rappelle-toi
    Les vers à soie...:-))

    Oui , après l' école
    Branches de muriers
    il nous fallait chercher...

    Respires-tu encore
    Le goût des jours
    Qui ne sont plus..?

    Allez , poutoux à tous...:-))


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ Oh Dame Mathilde nous a reconnues aussi !!! Nous sommes les soeurs jumelles, de vraies bédélous !!! Séraphie et Rosalie !!! :)))
      Oui je me rappelle bien les vers à soie après l'école, les papillons après les taons ! meuh non on ne prononce pas "on" mais "en" ! Je veux respirer en corps le goût des jours qui n'est plus, celui qu'ensemble on a bu, au pré de l'étang, t'en souviens-tu ...

      C'était
      Les dames de la haute
      Sa voix

      Gros poutoulousain !

      Supprimer
  14. Elles sont au delà de la parole humaine et écoutent en silence l'histoire sans fin que leur raconte la nature ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qui est beau dit Ariaga ...

      Au delà de la parole humaine
      Le silence des fleurs
      Parfume la montagne

      Supprimer
  15. Un berger, nommé David passa devant les fleurs mauves sans daigner les regarder.
    Qu'il est fier celui-là !

    Chut, il aurait pu nous cueillir pour nous offrir à sa belle !

    Je préfère encore mieux finir mes jours dans le chalet de Veronica qui est venue passer quelques jours dans notre montagne !

    Oui, elle sait apprécier notre beauté et puis elle adore le mauve et le rose d'ailleurs !

    Attendons, elle va bientôt passer par ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là voici ! :)

      Un grand sourire au coeur et des brassées de Joie ! à vous offrir chers liens et lianes de passage sur notre terre ...

      Amitié martienne !

      Supprimer
  16. -Ah, quand j'étais un peu plus jeune, je les ai gravi à pieds et à vélo ces montagnes ! Des paysages que quand tu rentrais tu en avais plein les mirettes pour plusieurs jours. Ça tirait un peu les mollets, mais ça valait un régime minceur. Et puis tu pouvais raconter tout ce que tu voulais aux vaches, au vent ou aux rapaces, ils te laissaient parler sans t'interrompre et sans te contrarier. Tu suivais le fil de ta pensée et t'en découvrais des choses, sur la vie, le sexe, la mort, le manque, l'amour, enfin tout. Pas besoin d'images trafiquées ...
    -Il faut bien vivre avec son temps.
    -Ouais, les gens qui prétendent vivre avec leur temps, il n'ont plus le temps. Ni de le prendre, ni de le perdre. Le temps est bouffé d'avance ! Mais on ne peut pas vivre hors du temps, alors il faut tout de même, de temps en temps, courir après le temps, pour ensuite pouvoir goûter le temps, oh, juste le temps d'une petite conversation, comme en ce moment où je vois que je vous fais perdre votre temps, mais c'est pas souvent qu'on se voit comme ça et qu'on peut bavarder, parler de la couleur du temps, sans constamment regarder sa montre ou son portable. Ah, la petite a rendez-vous avec sa prof de chant ? Ah ben, je vous laisse alors, scusez ! Contente quand même de ce p'tit temps. Allez je vous embrasse bien fort, je suis pas froide, moi, non ! A la prochaine, mon amie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ A vélo ? dis donc tu étais vaillante comme disait mémé Jeanne ! Oh que oui, la marche, le meilleur des régimes, des respirations, une cure de joues/vent ce ciel dans la tête, si bon pour la joie intérieure qui chasse les petites dépressions ... Apprentissage vénérable des essentielles de la vie !
      _ Vivre avec son temps, qui nous bloque souvent loin de ces grands espaces libres et purs ... Que j'aime quand tu viens perdre ton temps chez moi ou chez nous, sans penser à rien d'autre qu'au bonheur de l'instant, ainsi on aura bien vécu n'est-ce pas ma chère Lily ... Je ne suis pas contre, au contraire, donnez-m'en tant et tant, je l'aime avec vous ! A la prochaine mon amie !

      Supprimer
  17. Bon jour chère Véronica

    Que se disent-elles ou que distillent-elles ?

    A l'évidence ces deux tourterelles touristes s'aiment et plus encore devant ce merveilleux paysage. On s'échange les pistils et des mots doux dans une belle insouciance.
    Savent-elles que ce beau paysage peut un jour devenir sombre, qu'un vent violent peut s'abattre sur lui, que les roses ont des épines et que la vie n'est pas une ligne droite.
    Qu'importe l'essentiel est de vivre l'instant le plus intensément.

    Je te souhaite une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. _ Bon jour cher Yanis, ainsi vous aussi êtes venu jusqu'à nous, c'est gentil !
      _ Pour le plaisir de distiller la poésie, de ces mers veillées en paysage, en horizon déployés ... Tous les pollens de la vie volent vers nous, qui nous nous font la plus belle des éthers-nuées ! Mais parfois, l'eau rage et se met en colle-air ! Les plantes sortent leurs griffes, les orties piquent nos landes-mains ...
      _ N'y pensons pas voulez-vous, cueillons dès roses, jour du I, In comme intense I comme ivresse I comme Imaginaire ...

      Supprimer
  18. L'écho ment à tout heure il nous renseigne à peine
    su d'où vient le signal quand il nous parvient
    le duo n'est pas qu'en opposition
    il peut être symétrique dressées mais pas pressées
    qui parlerait d'herbier alors que cent heure de conversation
    n'y suffiraient pas
    confrontées mais pas affrontées
    elles se cherchent et se trouvent des atomes crochus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les atomes crochés, oh un petit texte mien auquel tu me fais penser ...

      Ah tous ces "comment ..." que l'on pose sur la table des jours.
      Ne plus penser, le temps d'une source, le temps d'une herbe, le temps de vivre, tout simplement quand l'un se tend ...
      Et l'écho d'une voix au loin se fait en tendre ... Tendre est la musique and tender is the night

      Supprimer
  19. Mouvements matinaux

    Le jour pointe à peine et dans cette demi-clarté je viens m’évader
    Les contours du lointain se distinguent en flou et en mordoré
    C’est l’heure du chant des oiseaux dans toute sa netteté.

    Le vent du matin emporte mes rêves vers des espaces lointains
    Ma conscience balbutiante se raccroche à des souvenirs certains
    Qu’importe l’heure c’est une douce sensation de devin.

    Les secrets de la nuit peuvent se refermer et la vie reformer
    Avec le début d’une toute petite et humaine activité
    Les ferments de ce qui va bruire toute à l’heure d’été.

    Bercé encore par un rythme lancinant qui m’agite la tête
    Je ne pense pas encore à savoir si ce sera un jour de fête
    Je me dis que c’est peut être un peu trop bête.

    Raviver en moi par vagues successives une énergie nouvelle
    Reconstituée sur la couche, l’occasion est vraiment trop belle
    Il faut mettre en mouvement cette machine éternelle.

    Je me dis que c’est aujourd’hui samedi le moment du renouveau
    Sans chercher à manipuler aspirateurs et plumeaux
    On peut chercher à mettre de l’ordre dans un calme serein
    Celui qui nous permettra enfin de nous sentir bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme il est beau, plein délié ton poème cher Thierry, ça change de te lire ainsi, c'est plus bercé pour reprendre ton mot, plus poétique, moins intellectuel et ça te va bien aussi !

      Aujourd'hui c'est dimanche
      J'ai la chance de ne pas la faire ( la manche )
      La traverserais-je un jour ?
      En attendant, se remonter les manches pour gagner ( mériter la confiance du ) le jour ...

      Supprimer
  20. Une belle promenade dans ce paysage.
    Où est-ce?
    Oh oui, la nature ne sépare pas les choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les Pyrénées cher Laurent.

      La nature réunit ceux qui sèment ...

      Supprimer
    2. Tu as dû te régaler de fromage de brebis,

      Supprimer
  21. Dis donc, tu as vu, Celestine la bas, tout au fond du paysage
    -la grande aux yeux bleus?
    -oui, tu as vu, elle avait perdu le chemin, heureusement qu'on était la pour lui rappeler la couleur du monde
    Et les émerveillements dont on saupoudre les matins...
    -tu as raison! Quand je pense qu'elle a failli ne pas nous voir...
    -empêtrée sans doute dans ses pièges de l'âme.
    -bon, l'essentiel est qu'elle nous ait vues
    Faisons lui signe. Hou hou! Sens tu le vent doux d'aime haut?
    -ah les filles, il a soufflé sur ma joue la caresse du renouveau, merci!
    -allez viens te poser au creux de l'été, il sera bientôt là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien heureuse que Célestine ait retrouvé la couleur des jours qu'elle sait si bien promener sur sa table de nuit ... Bientôt, en corps, l'heureux nous/vos, tous ces partages dociles en ce creux des saisons nouvelles ... Le printemps reviendra animer les collines et le vert épine-art parsèmera d'amour le secret des jardins ...

      Supprimer
  22. est ce que cela ne va pas de paire avec l'écho logis ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certainement ! sourire

      Echo
      Logiquement
      La mère

      Supprimer
  23. je ne connais pas ces fleurs
    des fleurs de hauteur
    modestes
    bleues
    elle regardent vers la mer
    loin
    au delà des nuages
    elle aimeraient rencontrer les fleurs des rivages
    elles vont se prendre par la feuille
    et descendre à la mer

    bises bleues la Bel'Rouge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la Bel 'Rouge, elles sont bleues mauves et modestes, j'aime leur regard, souple comme un roseau, mais un roseau qui panse quand on veut bien les voir, ne pas passer à côté d'ailes sans les regarder ... Elles sont la ponctuation douce des montagnes, le sucre dans l'horizon, la verticalité qui courbe un peu, elles connaissent la solitude et l'espoir des sourires, aimeraient voir la mer ! rapprocher les lacets, faire danser la rivière ...

      Bises roses à la Bleue !

      Supprimer
  24. Ne se disent-elles pas qu'elles sont libres ?
    Bon dimanche à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, elles se le disent bien ... Elles aiment le vent qui meut sur leur tête d'eau-cil ...

      Beau dimanche à vous, le bonheur à l'âme, hein ...

      Supprimer
  25. - C'est leurre ma fille, je m'en vais...
    - Maman, il n'est pas encore temps
    dis-moi la vie, les vers, le vent...
    - Les paysages te diront mes secrets
    Te voici depuis longtemps sur mes traces
    toi, que j'ai portée comme trésor.
    - Maman, il est trop tôt, tu as ta place
    là, dans mon coeur, refuse le sort!
    - ma fille-fleur, il n'y a qu'une existence
    pour nous unir à l'infini.
    - mais si tu pars, s'arrêtera la danse
    de nos coeurs épris depuis ma naissance
    - Je pars mais dans ce champs immense
    restera les parfums de mon esprit."
    Un peu triste ce dialogue qui m'est venu spontanément. C'est bien la première fois que j'aborde le sujet de l'amour face à la mort. C'est à fois grave et serein. Bon dimanche!

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !