jeudi 21 février 2013

Foulard en poésie ...


Il y a tant de façons de porter un foulard, Hermès me l'a dit, cadeau de ma grand-mère ( ce qu'il me reste d'elle, elle le portait au champ ) même l'autre  :"Hache et aime !", quelle que soit la saison.
Full art s'écrirait-il avec ses deux ailes ?
Comme un beau bijou chair, point besoin qu'il en soit, avec quelques sous tu feras "pousse hier" ...
Beau et mien, je fais à ma manne y air ...
Juste un p'tit bout de soie pour entourer le monde comme un carré de miel ...
Un rêve de coton qu'on dit mouchoir de col aux fonctions hygiéniques, si tu l'as sous l'âme, hein, c'est-il pas sympathique ? 
Pochettes haussent tant ta poire qu'accentuent classes sociales.
"C'est l'ingéniosité des femmes qui organise les vies blessées", nous a écrit Colette. La courbe de ton corps ( de textile ) adoucit mon cou ( roux ) enroué.
Il est issu de légèreté, hôte home de l'hiver, bien fichu ou pas, il sait aller de l'extérieur vers l'inter rieur pour apporter sa touche de cool heure.
 Sa langueur aura la taille de vos mémoires ... 
Il dévoile par foi l'un des sens caché, parfois bien dangereux pour l'enfant asphyxié. Attention à ne jamais l'écharper...
Préférons le foulard qui croise un peu les jambes, pudique roulotté, qui protège des vents, des froids, des grands soleils, qui anime mentons, à la danse du front, féminisant le nez.
Hôte homme également, l'accessoire refoule de voies et de manières, le tube est à la mode !

Le portes-tu souvent, ami(e) des quatre vents ?

Châle heureusement vôtre

Tiens, quelques façons actuelles de le porter : 
http://www.bohemianchic.fr/foulard.html
http://www.lefoulard.fr
http://www.comptoirdufoulard.fr/
http://www.cosmopolitan.fr/,video-mode-25-facons-de-nouer-le-foulard-ou-l-echarpe,2510830,1520003.asp

Mais tu sauras mieux que quiconque le porter comme une reine (  ou comme un roi de coeur ), car il t'appartient de le laisser plisser dans le nid de tes veines ...


Veronica B, 21 février 2013.

Une façon pour moi de vous dire au-revoir, chers amis,  je pars bientôt prendre l'air des Alpes avec ma Toss ( me rapprocher de certains d'entre vous peut-être, sourire ) !
 Je vous salue de mon foulard d'amitié ! au plaisir de vous retrouver, de vous lire, de partager encore ...
à bientôt ! Je ne vous oublie pas ... 


mardi 19 février 2013

Une voix dans le ciel


L'hiver est en longue robe blanche, tout le gris du ciel est passé près de moi, avec un regard très noir sur moi, et la froidure du vent... Rose de toujours, je me sentais seule sous mon bouton ...

Mais ce nuage qui semblait fuir vint se pencher sur moi... J'ai cru entendre son souffle :


- Et bien, aurais-tu froid ?
- Tu es gentil, mais poursuis ton chemin, bel ami nuage...
- Je te prendrais bien dans mes bras, Rose, mais regarde, je n'ai pas de bras... Si je les retrouvais, je te bercerais, mon Amie !
- Tu me prendrais dans tes bras ? ...
- Ne sens-tu pas la chaleur de mon coeur ?
- Les nuages ont un coeur ?
- Les nuages ont un coeur...
- En tout cas, tu as une belle voix : une voix que je comprends ... une voix qui descend loin dans mon coeur et parle à mon âme ...
- Ah, tu trouves que j'ai une belle voix ? ... on ne me l'avait jamais dit, alors ça fait plaisir...
- C'est vrai ! Et si tu avais des bras, je suis sûre qu'ils seraient tendres sauraient me bercer... longtemps... longtemps... Mais nous sommes si loin l'un de l'autre... Regarde, tu es haut dans le ciel et moi contre le mur d'une maison paisible ...
- Je te donnerais bien ma place et moi je prendrais la tienne, un moment, juste pour voir... et nous pourrions voyager loin ainsi, loin dans le coeur de l'autre, partager notre monde dans le vert de nos coeurs ...



Veronica B, in Le coeur en nid vert ...



lundi 18 février 2013

La moutarde !

Partant de cette charmante citation, ignorante du baiser moustachu mais savourant le steak moutardé  : 
" Un baiser sans moustache est comme un beefsteak sans moutarde ..." Proverbe italien.

Amusons-nous un peu !
Après la moustache, mais sans le moutard, voici la moutarde !

La moue tarde à me monter au nez ...
Honey !
Au miel ? oui je l'aime
Que dis-je
On la déguste aussi au poivre

Blanche
Jaune
Noire
Je suis verte !

Amor
Ah
De Dijon !

Pas besoin de me relever !
Forte
Je le fais comme une graine

Broyée
A l'ancienne !

Je ne suis pas falote !

Mustum ardens
Je suis une graine
Qui pique et
Moulue

Qu'on dis mens, je monte à la tête en passant par le conduit nasal ! Olé !



Me ferez-vous la flaveur  ... 


samedi 16 février 2013

Ma Toss mon amour

J'ai trouvé dans un des mes livres sur les Bienfaits de la prière, cette merveilleuse prière pour nos chiens, de Beth Norman Harris, (traduite par Frédéric Lepage.)

La prière du chien

Traite-moi avec bonté, mon maître aimé,
car aucun coeur au monde
ne saurait en retour t'aimer autant que moi.

Que ton bâton ne torde pas ma volonté
car si, entre les coups, ma langue lèche ta main,
ta patience et ta compréhension
m'enseigneront plus sûrement ce que j'ai à apprendre.

Parle-moi souvent, car ta voix est la plus douce
musique du monde,
ainsi que tu le vois à ma queue qui te célèbre 
quand le son de tes pas
arrive à mon oreille avide de t'entendre.

Quand il fait froid et humide, s'il te plaît, laisse-moi entrer.
N'oublie pas que tu m'as apprivoisé,
et que me blessent désormais les éléments.
je ne demande pas de gloire plus grande que le privilège
de rester à tes pieds près du feu,
mais si tu n'avais pas de toit, je préférerais te suivre
à travers la neige et endurer le gel
plutôt que reposer sur le plus doux oreiller 
du plus chaud foyer de l'univers.
Car tu es mon dieu
et je t'adore de toute ma dévotion.

Garde ma gamelle pleine d'eau fraîche, car si elle reste vide,
je ne voudrais pas te le reprocher, ni ne saurais
te dire que j'ai soif, et que je souffre.
Nourris-moi, pour que je puisse m'ébattre et jouer,
obéir à tes ordres et marcher près de toi,
me tenir prêt et te protéger au risque de ma vie,
si la tienne était en danger.

Et, maître aimé, s'il convenait au Grand Maître de me priver
de ma santé ou de ma vue, ne me rejette pas.
Tiens-moi plutôt doucement en tes bras
tandis qu'une main experte et secourable
m'apportera le bienfait de la vie éternelle.
Et je te quitterai sachant jusqu'à mon dernier souffle
que jamais je ne fus
plus en sécurité que dans tes bras.


Samedi 16 février : Aujourd'hui, Toss va mieux, et mon chagrin s'estompe, elle a un traitement qui lui permet de tenir debout, de retrouver de l'appétit et de vivre sans trop tituber, ma fille chienne, je t'aime, on va profiter l'une de l'autre !

Ma Toss
Adorée
Tu es si mal ... T'en vas-tu doucement ?
Je te veillerai jour et nuit ...
N'aie pas peur, je t'aime tant ...
Je pleure toutes les larmes de mon coeur
ô saigne heure
Je suis si triste ...


Veronica, 15 février 2013.



mercredi 13 février 2013

Enlace un Valentin !

" Les lianes enlacées aux branches d'un châtaignier formaient le plus doux des spectacles ..."


Je t'aime pour toutes les femmes que je n'ai pas connues
Je t'aime pour tous les temps où je n'ai pas vécu
Pour l'odeur du grand large et l'odeur du pain chaud
Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
Pour les animaux purs que les hommes n'effraie pas
Je t'aime pour aimer
Je t'aime pour toutes les femmes que je n'aime pas ...
Je t'aime pour ta sagesse qui n'est pas la mienne
Je t'aime contre tout ce qui n'est qu'illusion
Pour ce coeur immortel que je ne détiens pas
Tu crois être le doute et tu n'es que raison
Tu es le grand soleil qui me monte à la tête
Quand je suis sûr de moi.

Paul Eluard, Le Phénix.


Inévitablement, notre société retournera au romantisme ?

Tu crois à l'amour at first sight ou à l'amour time after time ...
Et pour l'amitié, c'est pareil ? 


( Au pied de la cathédrale Sainte-Cécile d'Albi )


" Aimer, c'est se surpasser."
 Oscar Wilde

dimanche 10 février 2013

Rimes et chatoiements ...

à mon frère ...

J'ai vu ce petit ciel ( si elle, je la devine, je ne la connais pas ...)
Dans l'éclat de ses yeux
J'ai lu comme un doux miel ( mi aile, l'oiseau de son coeur s'envole ! )
Un puits d'Amour heureux ( que je lui souhaite ... )

Aime haut si on
Etait félin pour l'autre ...

Pour lui
Elle se ferait pelote
De liane
Se ferait petite maille et reine

Une chatte aux yeux de buche pour réchauffer son sang
Elle l'aimerait fidèlement
Ce serait chaud élan

Ouvrir enfin les rêves des grand lacs d'enfant ...

Une main qui dorlote
La tiendrait dansée
Bras
Pour qu'elle ne tombe 
Plus 

Susurrez-la ( marinez-la ... ) cette chanson d'amour qui coule entre vos veines
Prenez bien votre étang ( chacun son territoire et la confiance ensemble )
Sourire couleur châtaigne et petit bois de jour

Serai lange gardien de vos talcs d'amour ...
Si vous le voulez bien !


Veronica, 10 février 2013, Elle est tombée du ciel ...


vendredi 8 février 2013

L'écho-mère !


Ces deux-là ont plein de choses à se raconter, mais que se disent-elles ?


à toi de les faire dialoguer ...


Là-haut sur la montagne !

mardi 5 février 2013

L'intuition des femmes, III

Régulièrement, un chapitre à lire, relire, aimer, méditer de ce livre-phare de  Clarissa Pinkola Estés,
 La danse des grands-mères



Pour toutes les sympaticas brillantes et courageuses, les grands-mères, les Big Mamas, les tantes spéciales ... pour toutes les cordiales Bon Mamas et les humbles Mujeres Grandes qui ont épousé l'Amour en personne et donné naissance à cinq enfants indisciplinés nommés Paix, Espoir, Clairvoyance, Ingérence et Nature sauvage ... pour ces femmes honorées qui nous ont abreuvées il y a vingt, trente, quarante, cinquante, soixante, soixante-dix et quatre-vingts ans, qui ont répandu un fleuve de conseils et d'exhortations, qui ont mis dans nos poches des cartes au trésor soigneusement repliées pour que nous les emportions dans la nature sauvage ...pour celles qui nous ont mises au défi, aiguillonnées, incitées, poussées ... qui nous ont ainsi fait évoluer dans la bonne direction de façon à ce que nous puissions développer un peu plus d'âme ...pour la douceur de leur toucher, la tendresse de leur regard, l'originalité de leurs manières qui nous encouragent à innover et à faire montre de la même bravoure qu'elles ... pour leur voix qui chuchotait " N'aie pas peur, je suis là, ne perds pas courage, continue et maintenant resplendis, et maintenant jette-toi à l'eau, non, là ce n'est pas terrible, prends plutôt ce chemin, voilà, c'est ça ... pour leurs blagues complices et leurs goûts peu sobres, pour leurs comportements scandaleux et leur attachante dignité, pour savoir mettre des limites, aller jusqu'aux limites, élargir les limites étouffantes, resserrer celles qui sont trop lâches. Pour ces grandes vieilles femmes, ces dames, certaines vénérables en terme d'années, d'âtres âgées en temps de l'âme, mais toutes emplies de sagesse, qui jouent le rôle d'Etoile polaire pour les autres, juste en existant ...

Pour elles ...
Puissent-elles être toujours en sécurité, nourries de diverses sources, et recevoir des manifestations d'amour et de gratitude propres à conserver leur âme en fleur au-dessus du sol afin que tous puissent voir.
...

" Quand une personne vit pleinement, les autres en font autant"

Clarissa Pinkola Estés



Je n'ai eu ni soeur ni tante ni grand-mère ni belle-mère à m'aimer ... mais une mère veilleuse ...

A toutes "mémères nourrissantes", mes magnifiques aînées,  gouailleuses, élégantes, sérieuses, extravagantes et excentriques, mes lectures, mes rencontres d'un jour, d'une heure, mes intuitions, mes amies, mes âmies blagueuses blogueuses, mes petites vieilles préférées, sages et moins sages, mes d'jeunes à dorer, femmes de la maturité, à celles qui sans même le savoir m'auront apporté témoignage de leur vécu, de leur savoir bienveillant, toutes ces grandes d'âme ... qui par leur existence-même me donnent l'exemple et toutes ces choses qu'on porte au mens, au coeur, et au corps nous, les femmes ... 
Dans le bonheur et l'espérance de devenir un jour soi-même "grand-mère"passeuse, une femme, solidaire, au flanc beau maternel, main dans la main pour d'autres femmes en herbe ...
Eh bien dansez maintenant !

Servanne 

dimanche 3 février 2013

Les belles mains...

( Photo de John Tyman )

Mes mains 
                                                                         de Valeria Nkomeshya ( Zambie, 1962 )

Mes mains, ô mes mains 
Autrefois toutes petites, inutiles
Maintenant je vous appelle compagnes
Je suis une grande fille maintenant
J'ai léché vos doigts
Vous m'avez nourrie.

ô mes mains
Vous m'avez appris tous les arts
Grâce à vous je communique
Grâce à vous je coupe le bois
Mains chéries
ô fidèles compagnes.

Si je pleure 
Vous séchez mes larmes
Si je ris, vous applaudissez
Si je vois une amie, vous faites signe

Mes mains, ô mes mains
Vous grattez mes démangeaisons
Vous jardinez pour me nourrir

Mes mains, sans vous je ne suis rien
Mes mains, je promets de vous faire connaître
Je vais vous présenter au reste de mon corps
Car sans vous
Il est tout misérable

Avec vos dix fidèles serviteurs
Mes mains, vous êtes mon étoile
Mes mains, vous êtes "la tête"
De tout mon être
Je voudrais que le monde soit comme vous.

Valeria Nkomeshya


( Photo de John Tyman )

samedi 2 février 2013

La vengeance

J'ai réussi à mettre  
Un peu d'ordre en moi-même. 
J'ai tendance à me plaire

Triangle isocèle, in Euclidiennes, Eugène Guillevic.


Au club Sand Wich

La vengeance est un plat qui ne se mange pas 


Oeil pour oeil, dent pour dent ?



La vengeance est un plat que je ne mangerai pas ...




J'ai fermé l'angle droit
Qui souffrait d'être ouvert
En grand sur l'aventure.

Je suis une demeure
Où rêver est de droit.

Triangle rectangle, in Euclidiennes, Eugène Guillevic.