jeudi 17 janvier 2013

Les aventuriers de la vie !

" Le savoir, c'est ce qu'on vous apprend. La connaissance, c'est ce que vous apprenez par vous-même."
Marguerite Duras

J'aimerais savoir ... Je suis curieuse de toi, cher lien, chère liane.
Si je te demandais comme ça, à brûle pourpre oint :


 Que t'a dit la vie ?
( Que t'a t-elle appris,  globalement et ou dans le domaine que tu souhaites évoquer, par tes expériences, tes rencontres, ton histoire, tes épreuves, ton regard, que tu peux transmettre à ton tour ... )

"Ne donne pas de conseils à moins qu'on ne t'en prie."

" Si quelqu'un arrive à la connaissance, c'est bien souvent aux dépens de son bonheur."
Desiderius  Erasme


71 commentaires:

  1. En fait, la vie m'apprend tous les jours!
    Mais au fil des ans, la vie m'a appris à être tolérante, encore plus. Etre à l'écoute des personnes qui en ont grand besoin et j'en ai côtoyé beaucoup dans mon dernier poste... des chômeurs complètement perdus. Cela fait mal au coeur. Dire un gentil mot et voir le sourire de l'autre personne est une grande joie même avec son voisin. Tout cela ne s'apprend dans les livres, c'est le coeur qui parle.

    Le tout assaisonné d'un brin d'humour, d'amour et de tendresse.

    Je vous embrasse Veronica et votre photo de neige est merveilleuse ;-) Belle sérénité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Denise,

      C'est avec vous ( sourire ) que je vais commencer à essayer de répondre, avec celle que je suis aujourd'hui ...
      Je vous lis avec respect, attention, intérêt, comme chacune de mes lianes ...
      Hébé ! je ne peux encore dire "la vie m'a dit", vous savez, je ne suis qu'une petite fleur blanche, un arbuste vivace vivant dans le jardin, je dirai plutôt la vie m'apprend que, la vie me dit que ... et mon coeur me dit que ... Car comme vous, bien mieux que tous les livres au demeurant fort instructifs que j'ai pu lire, c'est dans ma relation immédiate à l'autre, étranger ou pas, que je me sens plus pleine, vivante et belle.
      Je sais, je vois, que vous êtes bonne, sensible, tolérante et tellement délicate, je sais combien l'autre a besoin d'amour, n'ayons pas peur des mots, encore plus quand il est dans la peine, le désarroi, la solitude et le rejet ... La vie me dit qu'un seul sourire peut changer un jour de pluie en soleil dedans ! Pour ce qui est des voisins, nous n'avons pas les mêmes ! sourire, il est des êtres qui rechignent à rendre le soleil des dents ! pourtant je persévère à être moi-même, ce qui ne m'empêche pas de râler intérieurement parfois au manque de réciprocité. La vie, qui serait un peu comme "mon petit doigt", me dit que si je baisse les bras, si je tourne la tête de ce qui me dérange, c'est sûr, rien de bon ne sera. On ne peut forcer les gens mais on peut, on doit rester soi-même.

      Comme vous dites si bien " le tout assaisonné d'un brin d'humour, d'amour et de tendresse. " !

      Ah, la vie m'a dit que sans humour, elle était trop dure !

      Je vous tendresse un bisou bleu comme la neige ! merci encore ...

      Supprimer
  2. Oups... "Tout cela ne s'apprend pas dans les livres"

    RépondreSupprimer
  3. C'était bien aussi, Denise, "tout cela ne s'apprend dans les livres"...

    Même si moi, personnellement j'ai énormément appris dans les livres...
    Cela dit, Veronica, si j'écris ici tout ce que la vie m'a appris et m'apprend encore, je crains d'y passer la nuit...A cette heure avancée je vais me contenter de cette litote: je ne suis pas peu étonnée de ce que la vie m'apprend!
    Quelle tête de litote, cette Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me demandes de t'en dire plus,je comprends et bien sûr, je me rends compte de ce que ma réponse a pu avoir de décevant de la part d'une amoureuse des mots comme moi.
      Mais c'est que l'amour de la vie que j'ai, qui m'inonde, m'enlace, m'envole, m'enserre, m'étreint, me sidère, comment en parler en respectant les limites d'un simple commentaire?
      Comment résumer un amour total et passionnel à quelques lignes, quand des millions de lignes, des kilomètres de pellicule, des tonnes de gouache ou de marbre, des milliards de mots n'ont pas suffi et ne suffiront jamais pour décrire ce mystère énorme et métaphysique qu'il nous est donné de vivre. Pour moi, la vie est un cadeau, elle m'a appris à l'apprécier comme un nectar. Pour moi la vie est un théâtre,qui nous pousse un beau jour sur le devant de la scène. Je n'en reviens pas: parce que c'est à moi, là, d'évoluer sur la scène, c'est mon tour, ma place dans la grande comédie, c'est mon rôle que je m'applique à jouer en donnant tout de moi même, c'est mon passage-éclair sur cette terre, un peu de poussière dans le vent qui constitue pourtant ce qui occupe toute mon âme et tout mon corps,depuis une misérable et merveilleuse poignée d'années et pour combien de temps dérisoire encore? Il faut que je saisisse cette occasion unique, parce que je ne ferai pas partie de la scène suivante, c'est maintenant ou jamais. Ce sentiment fulgurant d'urgence absolue, m'a appris à hiérarchiser mes priorités, les choses pour lesquelles j'accepte de me mobiliser, de rire ou de pleurer. J'ai appris qu'il n'est jamais trop tard pour faire le bien autour de soi, que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, que les petits ruisseaux font les grandes rivières, et que la beauté du monde se cache partout où l'on sait la voir, qu'on ne voit bien qu'avec le coeur, que la foi soulève des montagnes, qu'en chaque être il y a un trésor caché, que les mots sont des baumes quand on les utilise pour soigner, que le rêve est le plus puissant moteur des hommes, que dans les yeux d'un enfant il y a la promesse et l'insouciance, et que j'y puise mon énergie, comme je la puise dans les arbres, l'océan qui gronde et le vol des oiseaux sauvages, que la musique adoucit les moeurs et qu'elle est ma respiration, et que l'Amour est le seul air que je respire.
      j'ai appris tant et tant de choses et pourtant combien encore me restent à recevoir de cette sublime parenthèse que l'on appelle l'éxistence?
      Voilà, chère Véronica, pour faire "court", comment je pourrais résumer ma leçon de Vie.
      Je suis un être de rencontres, un lien, une liane.
      Oui, je te le redis, je ne suis pas peu étonnée de ce que la vie me donne en retour de tout cet amour.
      Je suis un être en perpétuel étonnement, et je sais qu' un coeur étonné ne vieillit jamais.Il s'arrête juste de palpiter un beau matin d'ambre et de rose.

      Supprimer
    2. Chère Célestine,

      Merci d'abord d'être revenue approfondir, ça, ça me touche !

      Je sens, j'ai déjà deviné, la passion dans tes mots ! Ton amour de la vie ! de son mystère, que je partage, avec plus de retenue peut-être, je veux dire que je me retiens de goûter à tout de la vie peut-être, même si j'ai le sentiment d'avoir déjà exploré certaines parties de moi et de l'autre, je suis de nature assez contrastée, je ne suis pas "j'aime haut" pour rien ! et la vie me dit que c'est dans l'harmonie, "la paix du cri" et l'absence de trop de passions, que je parviens à m'aimer le mieux, je ne suis pas une femme d'action, j'essaie de me donner autrement ... je mène une existence discrète mais qui me convient.
      Oui, la vie est un cadeau pour des "foetus de paille " que nous sommes ... Mais je n'ai pas le sentiment de jouer sur un théâtre ! ( ceci dit je te livre un de mes rêves jamais réalisés à ce jour, si ce n'est ici, rires, faire un jour du théâtre ... ) Qu'en fais-tu ? Un rêve clair ? J'ai longtemps été une rêveuse invétérée, j'ai même fait ( comme beaucoup de femmes ) du bovarysme ! entre poésie et muse, j'ai construit malgré tout mon petit monde, je me suis donné sans compter pour ceux que j'aimais ... je crois que j'étais un peu naïve mais aussi que je me complaisais dans de beaux leurres parfois ... mais j'ai changé, je rêve toujours mais moins d'abord, j'essaie d'agir davantage dans le sens qui me semble être le bon pour moi, pour les autres, la vie m'apprend que chaque jour est un jour nouveau, ni tout à fait un autre, ni tout à fait le même ! Ah, comme je partage ta vision de l'urgence de la vie ! C'est ici et maintenant que je vis ! mais c'est assez récent, des épreuves douloureuses personnelles et familiales m'ont fait prendre conscience de l'essentiel ...et j'ai appris oui ça je l'ai appris que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !
      Toi tu sens ta place dans l'univers, tu as ton rôle, un beau rôle à jouer, à tenir, avec tes priorités, tout bien hiérarchisé. Je me souviens un de tes billets où tu parlais de tes tiroirs, tout bien compartimenté ...
      Non, il n'est jamais trop tard pour bien faire, pour donner de soi, pour changer, pour apprendre que l'autre n'est pas si mauvais qu'on croyait, mais la vie me dit que certaines personnes sont toxiques pour nous et qu'il est nécessaire de faire du tri pour ne pas se laisser envahir ou détruire. La vie me dit qu'allégée du superflu ou de ce qui ne nous convient pas profondément elle pèse moins et sur soi et sur l'autre ... Que pour garder goût en elle, il faut en avoir senti tous ses parfums ... La vie me dit qu'elle se choisit chaque matin comme on choisit de faire la gueule ou pas.

      Supprimer
    3. Merci pour ce beau passage sur la beauté du monde et les yeux de l'enfant ... Je crois aussi en la beauté qu'il nous faut découvrir, cueillir, cultiver, je crois en l'émerveillement des grandes merveilles de la nature, et des petits progrès humains, qui associés, deviennent grands et améliorent le monde ! J'admire les chercheurs en médecine, les ingénieurs de demain et tous ceux qui enseignent, donnent, luttent et oeuvrent pour faire avancer le monde et reculer ce qui nous fait mal, ô nous frères humains ...
      La vie me dit qu'elle est une musique et que Bach m'a donné le goût du très haut ...
      L'existence comme une parenthèse sublime dis-tu, les petites lunes d'Erasme ( )
      Tu as raison de dire " pour faire court" sourire, j'ai essayé aussi de te répondre en faisant court ...

      Dans le jardin d'aime haut
      Merci d'être une liane
      Les unes et puis les autres
      Nous grandissons ensemble
      Grimperons-nous un jour
      Au somment des collines ?

      La vie m'apprend que c'est en donnant beaucoup et vrai que l'on reçoit beaucoup et vrai. Parfois alors cela effraie ! Alors il faut se terrer un peu, redevenir sauvage, j'en ai besoin aussi, entre ciel ! et taire ...

      Je garde tes derniers mots, tout en poésie, comme un chuchotement de rose ...Merci encore

      Supprimer
  4. Oui, il est tard comme le remarque Célestine. Mais je vais essayer de te murmurer à l'oreille la quintessence de ce que m' apprit la vie (et ce n'est pas fini car cet apprentissage là est continu jusqu'à la mort). Si je me retrouve beaucoup dans les propos de Denise, j'ajouterai une notion qui me paraît essentiel et qui rejoins un de mes posts récents sur notre rôle de parents. Je fus longtemps dans une action débordante où chaque problème devait trouver sa solution voire ses solutions. J'aimais l'adrénaline que je recherchais chaque jour, cela m'excitait beaucoup et faisait que je trouvais la vie intéressante.

    Depuis, à travers des expériences centrées sur l'écoute des autres, j'ai découvert combien l'écoute empathique et la reformulatiion pouvaient aider l'autre à trouver son propre chemin sans chercher la solution à sa place. J'ai découvert combien l'être était plus important que le paraître, moi qui ai si souvent chercher à me cacher derrière un masque de super woman, de winner comme on dit maintenant. J'ai découvert que montrer ses faiblesses, ses limites rendaient plus humain et adoucissait les contacts sociaux et amicaux. J'ai découvert combien les relations vraies avec nos semblables impliquaient authenticité, bienveillance et acceptation de la différence. J'ai découvert que la vie n'est pas nécessairement un combat mais aussi une alliance subtile de tolérance et d'amour de son prochain. J'ai découvert tout cela et me suis allée à lâcher prise et à laisser mon être intérieur cadenassé à se monter en plein jour pour mon plus grand bonheur et sans doute aussi celui de mes proches.
    Je m'arrête là car je pourrais en mettre des pages et des pages et je ne voudrais pas prendre trop d'espace. Je te remercie ma chère Veronica pour cette réflexion lancée ici. Je t'enrubanne de bises volées à la nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Malou,

      (Tout ceci est tellement sérieux, quelle idée ai-je eu de vous poser une telle question ! rires ) enfin, c'est venu donc j'ai écouté ma petite voix qui pousse qui pousse, la vie me dit qu'il n'est pas toujours bon d'écouter ses pulsions de l'inter rieur non ! sourire )
      à nous ! :)
      C'est beau quand même de pouvoir dire : La vie m'a appris que ... cela signifie que tu as vécu ! et que tous ceux et celles qui peuvent l'écrire prennent conscience d'avoir eu le bonheur de vivre ! d'aimer, d'apprécier, de goûter, de pleurer etc ... et que ce disant, être prêt à partager, à transmettre un peu de son expérience ... Tout le monde hélas ne peut pas le dire, toutes ces vies trop vite envolées !
      Ah, pardonne-moi toutes ces digressions ! le sujet est si vaste et passionnant !
      Je te découvre, une femme qui fut dans "l'action débordante", aimant l'adrénaline, frôlant le pouvoir ou l'ambition ? L'excitation oui je comprends qui rend un temps ou semble rendre la vie passionnante excitante pleine ! mais on dirait qu'on en revient n'est-ce pas comme si ce n'était pas là le vrai bonheur ...

      Je connais cette écoute empathique dont tu parles ... ma nature me l'a toujours ouverte, or j'ai appris à me protéger car quand on se met trop à la place de l'autre, si on est trop jeune ou ignorant de son propre chemin, on peut se faire très mal, écouter oui, savoir deviner l'autre pour l'accompagner sur la route, sachant qu'il fera le chemin lui-même, c'est tellement enrichissant et humain, nous rejoignons les mots de Denise. Je te vois derrière ton masque de winneuse, et je sens la vraie Malou, tu as évolué, tu as fait ton chemin et tu le poursuis, avec cette ouverture, cette envie de partager, de te montrer authentique tout en préservant ton intimité ... Je n'ai jamais vu la vie comme un combat en tout cas pas dans le mot, que je trouve trop agressif pour ma sensibilité ( je n'ai pas demandé à venir au monde, laissez-moi vivre en paix comme je le sens, avec les mots qui me ressemblent ) je lui préfère l'expression " la vie est dure" mais quand on l'aime fort, on a le sens de la survie et de ce qui est bon pour nous. Alors, en aidant son prochain, en s'ouvrant délicatement à l'autre, on peut grandir ensemble, à côté mais libre.
      Tu ne prends pas "trop" de place, je suis tellement heureuse d'échanger ainsi avec toi, avec vous, dans le respect du dialogue et le plaisir partagé je crois ... Même si je ne pourrai pas toujours faire ainsi, je parle de la méthode ! sourire et que du plus léger et du moins personnel devra succéder à du lourd pour l'équilibre, ne pas laisser, ne pas trop parler de soi etc ! :) merci encore.

      Supprimer
    2. Merci pour ta belle réponse, mon amie Veronica. Non, je n'ai pas frôlé le besoin de pouvoir ou d'ambition. Ce que je recherchais c'était la création, trouver des solutions aux problèmes, apporter des améliorations pour le bien de tous, toujours à la recherche du plus, d'une qualité meilleure... tu vois on est loin de l'ambition et du pouvoir (sourire) d'ailleurs le mot winner , je l'ai utilisé dans le sens de gagner un challenge, un défi mais jamais, au grand jamais en écrasant l'autre. J'aimais trop le travail en équipe pour cela et il faut alors avoir un grand respect de ses collaborateurs et collègues. Mais tout cela c'est le passé et dorénavant comme tu le dis très justement la vraie Malou est sorti de sa gangue, de sa chrysalide pour devenir un papillon libre, s'envolant vers plus de légèreté, plus de joie de vivre, plus de mansuétude pour son prochain (voir mon commentaire précédent).
      Regarde dans le ciel l'envolée de papillons multicolores porteurs de mes bises ensoleillées.

      Supprimer
  5. J'ai appris que si profond que soit le puits, on en ressort...
    Les chagrins peuvent être profonds, les blessures : violentes, les mots : dures, l'amour : absent, le corps : présent, l'attente : longue... Il y a toujours un jour, une minute, une seconde où la lumière et l'affection jaillissent. Il suffit de ne pas s'enfoncer trop, attendre, mais agir aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Lou,

      Comme c'est beau ce que tu dis en quelques mots Lou ... J'en prends toute la mesure et la profondeur ; et, quand je serai au fond du puits, je penserai à t'aime haut et j'essaierai de retrouver les pieds sur la terre en regardant le ciel. Je note la patience ...

      Je t'embrasse. merci encore

      Supprimer
  6. Ce que m'a appris la vie?
    Rien... "l'expérience est une lanterne qu'on porte accrochée dans le dos et qui n'éclaire que le chemin parcouru".... a dit quelqu'un

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Alma,

      Je comprends aussi dit comme ça ! Toi qui en as tant dans tes grimoires et ton herboristerie ...

      Prenons chaque jour comme il vient, la vie me dit qu'il ne faut pas trop l'analyser mais juste l'aimer telle qu'elle est ...

      Merci encore.

      Supprimer
  7. Ah, un sujet bien intéressant!
    Le savoir se trouve dans les livres, sur Internet, partout! La connaissance serait, je crois, l'assimilation, l'organisation personnelle que nous en faisons.
    Ne savons-nous pas des tas de trucs utiles et... inutiles...mais connaître, que c'est enrichissant!
    merci, Belle journée Veronica!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Colo,

      Merci. Avec Internet il est vrai, on peut apprendre tant de choses mais trop c'est trop, à force de chercher en surfant on peut se noyer dans le piège de la "non-vie", ou se tromper en croyant pour vrai une info intox, la vie m'apprend qu'il ne faut pas toujours faire l'économie de l'apprentissage réel et personnel en se déplaçant soi-même, en élargissant son horizon ! et organiser en triant les informations reçues ici et là, pour mieux les assimiler et s'en nourrir ensuite à bon escient. Connaître oui si belle étymologie que de naître ensemble à la connaissance, à l'apprentissage de vivre et de mieux vivre ensemble ...
      Merci encore ...

      Supprimer
  8. oh moi c'est très simple...le soleil se lève toujours un jour ou l'autre.Et que la vie,c'est comme le vélo,faut avancer si tu veux rester debout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Ovar,

      Oh ce petit vent frais dans le soleil de minuit qui passe avec ton vélo ! sourire
      Oui, encore une leçon de vie et de patience, savoir attendre, après la pluie, le beau teint ! ne dit-on pas que l'ode-pluie donne du rose aux joues ! et continuer son chemin ... Je nous vois tous sur ces vélos ( comme en Chine tiens c'est fou comme c'est impressionnant la première fois que tu découvres ces centaines et centaines de vélos qui avancent dans la même direction et sans se regarder en plus )gare aux chutes ! mais Lou me dit qu'on peut se relever ... ne pas avoir peur de tomber parfois, sinon on n'avance plus, on ne fait rien ...

      Merci encore.

      Supprimer
  9. Cantique chrétien très connu ... le chanter à l'ami(e), à l'amour ...

    Trouver dans ma vie Ta présence,
    Tenir une lampe allumée.
    Choisir avec Toi la confiance,
    Aimer et se savoir aimé(e).

    Croiser ton regard dans le doute,
    Brûler à l'écho de Ta voix.
    Rester pour le pain de la route,
    Savoir reconnaître Ton pas.

    Trouver dans ma vie Ta présence,
    Tenir une lampe allumée.
    Choisir avec Toi la confiance,
    Aimer et se savoir aimé(e).

    Brûler quand le feu devient cendre,
    Partir vers celui qui attend.
    Choisir de donner sans reprendre,
    Fêter le retour d'un enfant.

    Trouver dans ma vie Ta présence,
    Tenir une lampe allumée.
    Choisir avec Toi la confiance,
    Aimer et se savoir aimé(e).

    Ouvrir quand Tu frappes à ma porte,
    Briser les verrous de la peur.
    Savoir tout ce que Tu m'apportes,
    Rester et devenir veilleur.

    Trouver dans ma vie Ta présence,
    Tenir une lampe allumée.
    Choisir avec Toi la confiance,
    Aimer et se savoir aimé(e).

    RépondreSupprimer
  10. Vaste sujet que je découvre ce matin...l!! :-))
    La vie m' a dit tant de choses :
    Chez mes grands-parents il ne fallait pas faire ci, pas faire ça , ne pas se regarder dans la glace , ne pas se trouver belle ,se tenir comme il faut... ne pas ...ne pas...tâtouage de l' âme trop appuyé c' est certain...
    C 'était ainsi autrefois..:-))
    Etant jeune , le scoutisme m' a appris le goût des autres et l' envie toujours d' être quelqu' un pour quelqu'un...
    d' être comme il faut , quand il faut ,là où il faut , au moment où il faut...Pas toujours facile.!!
    La vie m' a dit aussi combien elle est précieuse et peut basculer en quelques secondes...elle réserve parfois de cruelles surprises aux quelles on n' est jamais préparé..C' est ainsi que j' ai appris la douleur, celle de perdre ceux que j' ai aimé dans des circonstances cruelles que jamais je n' aurais pu imaginé...:-((
    Malgré tout , ou peut-être grâce à tout , la vie est le plus beau des voyages...
    En poursuivant l' aventure de mes montagnes et de mes vallées avec toi ce matin et avec tous ceux qui ont croisé mes chemins j' ai appris que :
    " Si la vie est parfois méchante , l' écho répond toujours CHANTE ..."
    De tout coeur très affectueusement vers toi mes bisous enchantantés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Mathilde,

      Merci de me parler de la vie avec tes mots, tu sais comme j'aime. C'est drôle quand tu évoques "ne pas se regarder dans la glace, ne pas se trouver belle, se tenir droite etc " ... j'ai entendu ça aussi avec mes grands parents mais surtout si souvent mon papa ... et la foi que nous avons partagée lui et moi m'a beaucoup apportée aussi ...

      La vie me l'a dit aussi combien elle était précieuse et pouvait basculer en quelques secondes, ces surprises si douloureuses qu'elle nous réserve parfois, quand on ne s'y attend pas c'est vrai. Je suis bien triste pour toi de savoir que tu as vécu des circonstances cruelles. La vie m'a dit combien on pouvait souffrir dans son coeur, et même dans sa chair, et dans ses chers. La vie ne vaudrait-elle pas la peine d'être vécue alors ! Il est des êtres qui passent leur vie à souffrir, dans leur corps, dans leur esprit ... ! Comment le supporter ! ... Mais comme tu le dis si bien : "Malgré tout, ou peut-être grâce à tout, la vie est le plus beau des voyages" Il n'est qu'à voir la merveilleuse leçon que nous donnent tous ceux et celles qui ont souffert dans leur chair, qui souffrent en corps et qui malgré tout aiment la vie ! et continuent de rechercher ce qu'elle peut offrir de plus vrai, de petits bonheurs éphémères mais si doux ... à tous ces passeurs de vie, d'amour et d'espoir, je veux témoigner mon amitié, ma solidarité, ma proximité ...
      La vie m'apprend que nous sommes riches de toutes ces belles rencontres qui nous enrichissent toujours un peu plus ...
      Merci aux mots de nous permettre ces rencontres, ces croisements, ces partages ...Avec la même affection ...Je t'embrasse

      Merci encore.

      Supprimer
  11. Que m'a dit la vie ? Elle parle souvent par flashs, intuitions, fulgurance.
    Alors je ne vais pas faire de phrases, raisonner, expliquer, simplement écrire des mots, des verbes : Accueillir, s'émerveiller, prendre le temps, aimer, écouter, faire silence, être joyeux, communiquer, partager, marcher, arroser, caresser, manger en pensant à ce qu'on mange, rendre service, regarder le pauvre, lui parler, être proche de la terre et des oiseaux, des ânes et des savants, pardonner, ne rien s'accaparer, respirer, faire une cathédrale de son intérieur, laisser les personnes y venir, goûter la lumière et chanter, n'être qu'un petit flocon, être aussi le rouge-gorge qui regarde le flocon et puis lire le journal, regarder le monde en face, en parler avec d'autres, se tenir en prière, faire sa part ici et maintenant, balayer, cuisiner, conter et raccommoder ce qui peut l'être, avant que la dernière abeille ne meurre. J'oubliais, la vie est tirée par plusieurs chevaux et il importe pour chacun que les chevaux les plus vifs et rapides attendent avec patience et bienveillance les plus lents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ma chère Lily. J'ai trop aimé ton texte pour ne pas le souligner. En ce qui me concerne, j'ai sans doute parler d'un seul de tes chevaux mais tu as su, toi, de façon très synthétique, dire l'essentiel et je me retrouve totalement dans tes termes d'une grande sincérité, d'une poésie lumineuse, d'une authenticité profonde. Merci d'avoir ainsi clarifier ma pensée.
      Merci à toi, ma chère Veronica, d'avoir ouvert cet échange entre nous. C'est si enrichissant!

      Supprimer
    2. Chère Lily,

      Quelle belle idée que de le dire avec des verbes ... Oui, Malou a raison, c'est très beau, chacune le dit à sa marinière et c'est ce qui me touche infiniment ! ( je vais te le ressortir souvent ! ) glups, manière pardon !

      Accueillir, tout commence par là non, la relation saine à l'autre, accueillir l'enfant qui vient au monde, homme onde aussi, puisque l'enfant naît d'un père qui a donné son or, physiologiclement parlant je veux dire ! rires, c'est si beau l'amour quand c'est partagé ! L'accueil c'est la porte que l'on ouvre ou pas à l'étranger , à celui qui revient ...

      S'émerveiller, comme le verbe est beau qui s'étire dans un sourire, on découvre encore et toujours, on reste béat devant la nature qui s'offre généreuse et fidèle, en son matin naissant des brumes, et son soir dormant des lunes ... S'émerveiller d'être là en corps à écrire à un être que je n'ai jamais vu, que je ne verrai probablement jamais mais qui pourtant correspond avec moi, avec cette famille d'âmes volontaires et humaines ...

      Prendre le temps de répondre, même si on oublie parfois, même si on ne peut le faire tout le temps, prendre le temps de vivre comme on a envie ! ne pas se laisser guider sa route par une opinion commune qui ne nous ressemble pas.

      Aimer, tout est là en ce mot, La Fontaine nous a dit : Aimer, aimer, le reste est inutile. Pour moi, tout est là.

      Ecouter, les chants de la terre, nos grands musiciens qui nous élèvent l'âme, écouter l'autre qui pleure en silence ...

      Faire silence.

      Etre joyeux, oui rire et rire encore avec ou sans les dents ! sourire sans effort, même intérieurement ... c'est si bon d'être en joie et c'est contagieux !

      Communiquer, on n'a pas toujours envie pourtant, ni le goût, mais heureux qui communique ...! et ne reste pas tout seul avec sa peine ... être passeur de joie, être un homme joue à ...

      Partager, avec toi, avec vous, avec elle, avec lui, avec eux ...

      Marcher, même cinq minutes ! ou marcher plus longtemps, mais marcher dans le vent, sous la pluie, au soleil, rendre grâce à la vie ! avancer dans sa tête !

      Arroser son jardin ! arroser son ami(e) avec un compliment ! art oser un instant ... ! pratiquer l'art aux sages ...

      Caresser son chien, caresser une fleur, caresser sa main, caresser une épaule, caresser le silence, caresser son parfum ...

      Manger en pensant à ce qu'on mange, est-ce à dire que trop souvent on ne pense à rien ou qu'on s'éparpille en tête en mangeant, pourrais-tu comment tu manges en pensant à ce que tu manges, avec exemple à lappe oui ... Il est vrai que je suis une gloutonne ! et je mange trop vite ! on dit aussi "manger la vie parler debout" ! ça en fait des choses à penser et à faire ! rires

      Rendre service à une étoile, à son voisin ( même s'il n'est pas avenant ) à une personne âgée qui perd son chemin, à quelqu'un qui n'ose vous demander d'être "âme de service" ... Tellement important pour moi.

      Regarder le pauvre, lui parler ... sujet qui me touche beaucoup.Pudeur.

      Etre proche de la terre et des oiseaux, des ânes et des savants.
      c'est si beau que tu aies rapproché tous ces êtres Lily ! Tous ceux qui sont essence-ciel !

      Pardonner ... Pour la paix du coeur oui.













      Supprimer
    3. Ne rien s'accaparer. A l'heure du tout matériel, qui s'achète, pour remplir et creuser le lit des différences sociales insupportables ... Rester humble et savoir partager avec celui qui n'a pas ou trop peu pour vivre.

      Respirer, je prends un grand ciel dans ma poitrine, je me redresse et j'expire un petit souffle long et positif pour le corps et l'esprit.

      Faire une cathédrale de son intérieur. Tu pourrais développer ? l'expression est très belle. Se tenir droit. La vie est sacrée ... Que fait-on cependant des râles de l'inter rieur, hein Cat ? sourire

      Laisser les personnes y venir, d'abord en faire un beau lieu d'accueil, haut, vers le ciel, vaste comme le monde, profond comme le mystère, et laisser entrer les hommes qui osent faire le pas ... C'est un peu ça ? Il fait froid dans les cathédrales comment tu chauffes l'intérieur ?

      Goûter la lumière ... C'est beau, regarde ce vitrail là-haut sur la poitrine ! quelle belle lumière tout près de ce choeur ! j'en ai des hauts le coeur, un peu peur de l'intérieur, c'est noir quand même, mais on sent la puissance vivifiante de la lumière ...

      Chanter, chanter de bon coeur, dans sa chedou ou sa turevoi ! faire de la grisaille des chemins de voix ! c'est bon ça aussi !

      N'être qu'un petit flocon ... me rappelle un petit texte mien qui commençais par : "caresser un matin d'hiver avec un petit flocon de neige"

      Etre aussi le rouge-gorge qui regarde le flocon et puis lire le journal. La scène est délicieuse, tu es assise sur un banc, en plein hiver, le nid est plus blanc que vert mais l'oiseau a la gorge rouge, tu es cet oiseau qui joue avec le flocon en lisant le journal ...

      Regarder le monde en face. Terrible l'actualité ... En parler, d'autres le font mieux que moi, se tenir en prière, j'essaie par foi.

      Faire sa part ici et maintenant, dans la voie où le sort a voulu nous porter ...

      Balayer, vois-tu mon sourire, j'adore balayer ! même la ruelle je balaye !

      Cuisiner, conter et raccommoder ce qui peut l'être ! là tu me gâtes, sauf la couture, tiens je vais appeler mon Amy ...

      Avant que la dernière abeille ne meure ...

      Merci encore pour la patience, la bienveillance et pour ce beau geste qui consiste à se retourner pour attendre les plus lents, les plus petits.

      Supprimer
  12. J'ai appris la vie dans ses coups de roulis, balancée gauche, balancée droite, ses roulades, dans les jardins et sur les routes, "dans l'étang qui court", les chemins tortueux, graveleux, les rencontres caillouteuses, d'or et d'étain, dans les sorties de princesse, dans les robes souillons, sur les bancs étroits des écoles, dans l'essence-ciel des jours gris souris, dans nos similitudes, dans l'acceptation de nos différences, LA TOLERANCE, quand une porte non verrouillée à double tour s'entrebâille, dans le regard ami de enfants, dans la profondeur des entrailles du monde où une lampe reste toujours éclairée !

    De gros bisous Veronica..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Den,

      Je te vois dans une carriole, belle d'âme, traversant les chemins beaux, longs, incertains, en regardant autour de toi, même les tortues, elles, et les pierres qui parlent, je te vois dans ce car-os à la sortie du bal, je te vois pieds nus, vers à l'âme hein, courant sur l'herbe verte, les bras aussi elle, bleus.
      Oui, tolerare, supporter, la vie, acceptant ses failles, ses absences, ses travers, supporter donc les différences chez l'autre, regardant vers le haut, essayant de dépasser, en tout cas toujours de s'adapter afin de vivre tous, en bonne intelligence. Il faut s'exercer à être plus tolérant, cela s'éduque ... Du coup, on peut discuter ensemble, même si on n'est pas d'accord sur un sujet, même si on trouve que c'est trop, que c'est éloigné de sa propre conception des choses ou de la vie ...Etre tolérant c'est se mette à l'écoute des besoins de l'autre, c'est choisir de laisser doucement la porte s'ouvrir, en pratiquant l'accueil ... une main, un sourire, une lampe allumée ... il est quelques débats actuels qui nous rappellent combien la tolérance préservera la liberté de l'homme et le respect de chaque individu.

      Merci encore pour ce très bel hommage à la Vie.

      Supprimer
    2. Ami(e)s poètes !
      Je vous re connais par votre humane été plus que par vos traits, votre apparence..
      Cette mère veilleuse y voit sage entre les fils tissés de la toi le ce lit (hein !) qui nous re lit, toutes, tous..
      Mère si à toi notre Servanne de tous les rivages.. il nous reste encore deux mains pour tisser dans cet inter lude des virgules appuyées ou des musiques en chants et des interrogations écrites à soulever.. et ce tant imaginaire y reel on dit, vertu aile, mais je sais qu'il existe, a l'import anse que celle qu'on lui accorde, permet si bien de se nourrir de vos mots et de nos pleines consciences !
      et si dire n'est pas si aisé, même à l'abri entre les lignes, cachée, garder une part de mystère m'enchante, tout en conservant le goût du bonheur de vivre chaque matin, et aimer, aimer, aimer.. le plaisir du partage.
      C'est si beau ce que tu réponds à chacun,chacune d'entre nous, et si plein d'exactitude fine, ça en est émouvant.. sur nos pages attachées à trouver le mot juste et la sincérité qui s'y rattache, et profiter de chaque instant comme s'il devait être le dernier, n'est-ce pas ?
      faire sa part ici et maintenant, et écouter divinement Vox Angeli..
      échanger, partager, s'émerveiller comme s'émerveille le petit enfant, conserver en soi toujours le goût de la Passion, aimer toujours et encore ! tout donner comme on aime ; avancer et aussi faire silence pour mieux écouter, entendre !
      "faire une cathédrale de ton intérieur" merci Lily, l'expression est belle je trouve...
      Veronica, je traverse encore aujourd'hui des chemins beaux et longs, fastidieux parfois, mais je regarde ce (ux) qui m'entoure(nt), pieds nus, courant dans l'herbe,les bras au ciel, bleus, même les tortues car j'aime leur couleur verte, et les pierres qui me parlent.. sourire !
      Merci à toi d'avoir permis l'échange.
      Den

      Supprimer
    3. Merci de tout mon coeur chère Den ... Si beau ton passage encore ... Toute la joie fut pour moi !

      Tendrement
      Servanne-Veronica

      Supprimer
  13. Déjà, je savoure que les lianes répondent si vrai et honnête à un sujet si profond et perso, plutôt que de faire la pirouette.
    Les apprentissages sont assortis on dirait... La Vie aurait-elle un programme d'éducation nationale et générale ? Ne ferais-je qu'en apporter un signe supplémentaire par la réponse ci-dessous ?

    "Que t'a appris la Vie ?"
    A me connaître peu à peu, à en co-naître, avec parfois le risque néonatal.
    A peindre ma toile en y intégrant tâches et les accrocs, bleus et blues, qu'ils fassent partie du tableau, qu'ils aient part donnée et soient donc pardonnés.
    A l'écouter la Vie... à ne pas l'obliger à répéter en gueulant plus fort.
    A vivre l'aventure sur un mode plus soft, moins "sport de l'extrême", moins "Koh Lanta" qu'autrefois...
    A respecter les rythmes d'autrui, et mes besoins aussi.
    A accepter des limites, à en poser aussi... elles sont toutes provisoires et mobiles... La société est un beau cage à aubes épines où chacun fée le portrait de son oiseau... des barreaux s'effacent de temps à autre, ça chante de ci de là... ça signe, se signe, ça joue, ça pond et ça s'envole.

    Je savoure encore les beaux bouleaux dans l'air pur, le bel Y aux âmes soeurs planté au milieu et le merveilleux cantique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Mariane,

      Tu peux savourer oui, je suis heureuse, pas surprise mais très honorée de leur sincérité, du temps qu'elles passent pour leur rose, il neige trop pour faire des pirouettes, tu ne crois pas ? sourire

      Je te lis avec le même plaisir ! ce qui m'émerveille c'est que chacun(e) a ses mots, son "style de vivant", sa personnalité, ses croyances, son long apprentissage de vivre et comme c'est beau, ce naturel pour le dire et l'offrir sur la page vierge, être vivant c'est être spontané aussi ! toujours un peu le même et chaque fois nouveau ! ne pas avoir peur d'oser dire et transmettre peut-être, avec mille précautions ... ( Je pense à ceci que, si un jour, quand je ne serai plus là par exemple :) mes filles décidaient de parcourir à nouveau ces pages, elles verraient, elles liraient les beaux échanges de leur maman, les riches liens tissés au fil du temps, elles apprendraient de mes lianes, trouvant peut-être des réponses à leur question, qui sait ... )

      Peu à peu, le " connais-toi toi-même " et m'aime, car en t'aimant, tu aimeras les autres et tu pourras être une "sage-femme" ah les risques nez aux nattes, oh ! n'est pas sage femme qui veut ! mais naître avec oui, apprendre à accompagner, aider aux délivrances ...
      Je vois cette toile accrochée sur ton mur que tu peins, lentement, soigneusement, dans toutes ses couleurs, acceptant les plus sombres, trouvant les claires plus belles encore dès l'or que tu les as réunies, fondues, rendues à leur art-mot-nid natal, en donnant la part à chaque forme et paysage ...
      Ecouter ce qu'elle a à te dire, avant qu'elle ne fasse trop mal aux cordes vocales, au dos ou ailleurs mais on ne sait pas toujours bien l'écouter, tout le monde n'est pas vigilant ni apte à ... Garder son instinct de ciel bleu ... pour un instant de si elle, blues.
      Ah Koh Lanta, sourire, je me suis amusée avec ce titre car je ne me sens pas du tout aventurière dans l'âme, c'est un mot qui ne me convient pas, je ne m'inscrirai jamais à ce jeu mais j'ai plaisir à voir tous les travers ! et les grandeurs de la nature humaine ... Je n'ai jamais pratiqué les sports de l'extrême, la compétition, ni brigué les victoires et la gloire, je préfère le doux, le lent, le petit, le discret ...
      Rien ne sert de courir ... Très beau d'arriver à respecter les rythmes d'autrui, ces vases comme uniques en ... retour tu te crées un bel équilibre, apaisant pour l'autre qui se sent libre, bénéfique pour la relation. L'autre qui a ses limites qui ne sont pas les tiennes, le tout dans un mouvement perpétuel. Belle image que celle de la cage, le pré du voisin est-il plus vert que le nôtre, sa prison est-elle d'orée, son chant plus coloré ? Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux ...

      Ce merveilleux cantique, je le chante souvent, depuis l'enfance, quand je marche seule, avec ma Toss, autour de mon quartier, elle me donne confiance et chaleur ... surtout avec un ciel si bleu et la grâce des blancs bouleaux dénudés, l'Espoir en haut du coeur.

      Merci encore ...

      Supprimer
  14. L'avis en cas d'eau?
    Oui,je l'ai reçu la vie en cadeau!
    Cette source qui m'in-onde de "c'est bien fait!"
    Ce mys-sur-terre qui me transe-forme par l'admire-passion...
    Comme la vie ne fait que passer...elle m'a fait me des-passés...
    pour que je vois là venir,un avenir miel-heure.

    Gros calins revivifiants!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En cas d'Haut mais le parleur !
      Par la source qui t'in onde et le ruisseau qui roucoule ...
      Pleine d'admire passion tu es, belle Claire Fo le dire ! le crier à la terre anti erre ! découvreuse d' Emile Emile senti mental.
      Tous ces passés que tu présentes ... et toujours pour toi mes deux souhaits, à venir, miel heure.

      Merci encore ... Gros lincas sans lingots mais avec le coeur !

      Supprimer
  15. " Le jardin de la Vie "

    Mon jardinier
    m'a dit
    de contempler
    de planter
    d'arroser
    de patienter
    de cueillir
    d'aimer

    Belle soirée chère Véronica

    a propos, me ferais-tu concurrence avec ton jardinier en terre au grand chapeau qui ne lève pas la tête vers la fleur qui se penche sur lui avec bienveillance...




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est toi le jardinier poète qui écrit si beau la vie !
      Merci Yanis pour tes contemplations actives, ta patience sage, ton beau visage ( je le pense ) et tes cultures fécondes !

      Ah, tu veux parler de Manolo, mon mexicain stoïque ? Je te ferai un billet un jour oui ! il boude tout le temps le canaillou !

      Merci encore

      Supprimer
    2. Je t'assure que je ne suis pas très sage, mais le fait de FILTRER la vie avec l'Art, la contemplation, le silence, la poésie, fait qu'elle devient plus facile à vivre. Chaque jour il y a au moins une petite surprise de la vie, c'est comme les beaux galets, plus on en cherche, plus on en trouve, alors on ne devient pas sage, mais simplement reconnaissant.

      Je te souhaite une bonne fin d'après-midi,

      Un petit jardinier aux grands pieds.

      Supprimer
    3. Merci de repasser Yanis, je retiendrai ce verbe : Filtrer
      L'art est un merveilleux philtre d'amour aussi, non ... sourire

      Quand même tu es "un peu" ( d'ailleurs tu dis bien pas "très" ) sage mais ça, c'est parce que tu es poète ! :) ça aussi c'est un filtre magique et intuitif de la Vie ! Naître, Co-naître, re-connaître, heureux-connaître ... Je partage !

      Beau nouveau jour de vie à toi et belles petites surprises

      Une petite jardinière aux pieds moyens ! :)

      Supprimer
  16. " La recherche de soi est un long chemin.
    Au début, il n’est d’ailleurs pas de chemin. Seule règne une profonde ténèbres. ténèbres faites d’interrogations, de doutes, de fatigue, de haine de soi, de difficulté à vivre... Mais un travail d’élucidation et de clarification parvient à le repousser, à y faire naître une faible lueur. Alors des entraves commencent à tomber, des obstacles à disparaître, et un chemin finit par s’ouvrir. Il permettra à celui qui l’empruntera de se connaître et de vivre en bonne intelligence avec lui-même, les autres et le monde.

    Au long des trois premiers volumes de son Journal, Charles Juliet a relaté son cheminement. Dans ce quatrième tome, il poursuit sa quête. Mais la sérénité lui est venue, et ces notes où alternent instants de vie, rencontres, plongées intérieures, marquent un indéniable accomplissement.



    http://www.franceculture.fr/emission-du-jour-au-lendemain-charles-juliet-2012-01-17

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Francis pour Ch Juliet, j'irai écouter l'émission de France Culture.
      Mais à toi, la vie a t'elle dit quelque chose, je suis sûre que oui ...

      Merci encore ami.

      Supprimer
  17. Que rien ne dure, mais que tout renaît...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pastelle pour cette claire concision !

      Merci encore ...

      Supprimer
  18. Que la vie est un bien précieux et que jusqu'au bout il faudra lui donner du sens et de l'amour...Et être à l'écoute de l'autre, du monde et de soi-même en sachant que rien est définitif...
    J'aime le cantique que tu évoques et chaque fois que je l'ai chanté avec ma chorale, j'ai ressenti comme un frisson...
    Beau week-end !
    Ta bannière est magnifique !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Enie pour tes mots de vie à toi ...
      Je viens de mettre à l'écoute ce cantique qui va fermer doucement ce si profond billet, tellement sérieux ! on peut chanter ensemble si tu veux en marchant sur nos routes de vie ...

      Un frisson d'amour et de vie me parcourt ...

      Merci encore ...

      Supprimer
  19. Nous devrions vivre chaque instant comme si nous
    célébrions une fête et dresser chaque jour la table
    du bonheur, y mélangeant des grands tout et des
    tout petits rien, de l'or fou du soir qui tombe sur nos
    mots aux petits matins frais qui réveillent nos rires
    ...
    Chaque saison serait fée, et chaque bouquet un art
    d'aimer. L'insignifiance, même la plus infime,
    cèderait sa place à la beauté et nous deviendrions,
    dans la plus douce des déraisons, des magiciens du
    coeur ! (Extrait de mon livre "Citer la vie")

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sabine, j'adore ton prénom qui est celui d'une amie que je ne vois plus mais que je n'oublie pas. La vie me dit que l'on porte toujours en soi tous ceux qu'on a aimés même si et quand nos chemins se séparent... A tous ces beaux bouquets que nous pourrons faire et déposer à notre table chaque jour oui ! Me fait penser que ma petite m'a fait l'an passé le plus petit bouquet que j'aie jamais vu de ma vie, il est si petit qu'il tient, séché, dans une moitié de doigt mais il est si précieux ! Oh le beau livre que tu as écrit, magicienne du coeur ! Pardonne-moi mon retard chez toi, je suis en r'tard presque partout ! La vie me dit que j'ai droit de prendre mon temps ... :)

      Merci encore ...

      Supprimer
  20. D'abord j'ai eu la chance d'avoir des parents, frères et soeur, né dans dans un pays riche où l'instruction était obligatoire, gratuite.
    Nourri, logé. Enfance classique, j'ai joué.
    Des parents cools, pas autoritaire. Connu la vie de famille après la vie a fait le reste. (Je pense toujours a une phrase de Jean Gabin) "Quand on aime il fait toujours beau j'peux pas mieux dire il fait beau".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Laurent,

      Oh que oui tu fais bien de rappeler comme nous sommes chanceux pour la vie ! quand nés en France, instruits gratuitement ! (merci à tous mes profs ! (merci papa merci maman ! les premiers ) j'aime les profs !!!) de parents bons et aimants ( comme ils peuvent mais aimants ) nourri, logé, lavés de frais, l'enfance heureuse, sans trop d'argent mais le jeu, l'amitié, le rire. Parents peut-être trop permissifs et la vie ensuite à apprendre soi-même ... ça se sent que tu as été un enfant aimé, heureux et quelle force c'est pour toi maintenant !

      Merci encore ...

      Supprimer
    2. Quand je suis né, ma mère m'emmenait avec moi jusque dans les toilettes, de peur qu'on me vole. (J'étais son premier enfant,
      Ma mère n'a pas eu d'enfance heureuse. Si jusqu'à 8 ans avant l'arrivée de son beau-père. Son vrai père habitait seulement à 60 kilomètres de chez elle,lorsqu' elle a fait connaissance la première fois avec lui à l'âge de 15 ans.
      Donc automatiquement, l'enfance joue un rôle déterminant dans la construction de l'homme.

      Supprimer
  21. Déjà, je tiens à remercier chaleureusement chacun(e) d'entre vous pour la qualité, la beauté, la sincérité de son commentaire.
    C'est un vrai cadeau que vous me faites, merci de cet honneur, je suis heureuse de vous lire, de vous élire à chaque fois. Renouer avec vous chaque jour ou presque, en vous découvrant dans ce que vous voulez bien m'apporter, c'est beau.
    Chacun(e) avec ce qu'il est, je vous reconnais et je vous aime beaucoup.

    Je vous répondrai peu à peu ...
    En attendant, un beau weekend à tous ! avec le soleil dans le coeur.

    Veronica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu es comme un feu de cheminée un soir d'hiver...les langues se délient,on se sent bien...

      Supprimer
  22. La Vie m'a dit "silence" pendant l'enfance puis elle m'a dit "questionnement" à l'adolescence... Devenue trop pensive, la Vie m'a dit "expérience" et mon esprit a délivré son corps de jeunesse au gré des défis plus que des désirs... Alors c'est comme si la Vie m'avait dit: "Viens par ici, Liberté ne vaut pas Amour! Retiens ton corps du ressac, pire de l'écueil et ton esprit retrouvera la paix, l'écoute de l'autre !..."
    Ces mots n'ont pas valeurs de conseils, Véronica, alors ne les retiens pas! Pourtant j'ai mis quelques années avant de comprendre ses murmures inspirés. Et tu sais, sa voix aux mille mots sagestes, me charme encore. Ne sont-ils pas caresses du vent?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Suzâme,

      Ah tes sagestes, je les ressens ! Je devine les murmures que la vie a pu t'inspirer ... Toi, son Elue, Lui, Ton Elu ...
      Aimer et se savoir aimée ... Tu en as pleine conscience.
      Parfois l'enfance est lourde à porter, on a mal, dans le secret de son coeur ... Mais parfois, plus tard, le bonheur, l' amour vient vous prendre la main, à votre corps, d'abord, défendant ...
      Tu as mérité toutes ces caresses du vent ...

      Je t'embrasse tendrement

      Merci encore ...

      Supprimer
  23. Ne pouvons-nous pas être à la fois savant et heureux ? Il faut peut-être réfléchir à ce qu'est la connaissance, la vraie, l'utile.
    Bon dimanche à vous, sous la neige peut-être ? A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bonheur du jour,

      Oui, réfléchissons à cette connaissance utile. Erasme se tromperait-il ?
      Apprendre dans les bons livres qui nous éclairent, se nourrir de la science et s'enrichir de mettre en pratique ce qui nous rend humain et heureux.

      Beau lundi à vous, non non plus de neige juste un vent qui soulève les volets !
      Merci encore ...

      Supprimer
    2. Je crois qu’Érasme dit juste ( c'est un peu son genre d'ailleurs, à cet homme qui a droit à son portrait au-dessus de mon bureau, dans ma classe ), et acquérir la connaissance aux dépens de son bonheur n'empêche pas d'être savant ET heureux.
      Y a des moments de bonheur, qui nous font le plein d'énergie, et puis les circonstances font qu'on doit creuser plus loin, regarder autrement ce bonheur passé, parfois dépassé, parfois déformé par ce qui s'en suit... on peut même parfois se sentir comme cambriolé de ce bonheur, chamboulé et on se retrouve un moment "à découvert" de bonheur, bourse-coeur à vide...
      Là, il importe d'être avide de comprendre, d'intégrer, de part donner à ces vécus... et pour cela de dépenser sans compter son énergie...
      Et après, on est heureux d'être un peu plus savant, et un peu plus apte à créer d'autres circonstances génératrices de bonheur...
      Parce que si c'est pas pour ça, à quoi ça sert que Du croc il se soit décarcassé à ronger son os jusqu'à tout propre, si c'est pas pour y sculpter du beau à venir ?
      Comme les Inuits, celui-ci qui rit à la Vie :
      http://1.bp.blogspot.com/_11Al6ad2SC8/R6D9XmjgMiI/AAAAAAAABTc/EhYagREhOis/s400/inuit.jpg
      celui-là qui offre et prie :
      http://4.bp.blogspot.com/_11Al6ad2SC8/R04F1ZD6aUI/AAAAAAAAA3c/IZ1VcbjE-i0/s400/inuit.jpg
      et lui aussi, qui prie et poigne :
      http://www.thecanadianencyclopedia.com/media/figurine-636.jpg

      Supprimer
    3. Merci pour ces beaux sourires heureux ! chère Mariane et t'aime haut à la fois savants et généreux !

      Bisous

      Supprimer
  24. Chère Véronica

    Difficile de se livrer à ce questionnement! La vie n'est pas un long fleuve tranquille! je viens juste admirer ton blog, ton jardin est splendide, tes roses si odorantes, leurs effluves m'étourdissent. Je viens t'y retrouver pour me ressourcer... il respire l'harmonie et la beauté! ...je reviendrai...

    Plein de douces bises pour toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Claudie,

      je ne te demande pas de te livrer si tu n'en as pas envie, sourire, je comprends très bien, tu fais toujours comme tu veux ! ... La vie n'est pas un long fleuve tranquille non mais on navigue dessus, essayons de voyager en regardant autour de nous, comme c'est beau, comme les saisons sont belles avec leurs couleurs ! leurs parfums ! leurs visages multiples ! oui, je suis heureuse que tu te sentes bien au jardin c'est tout ce que je désire ...

      Je t'embrasse petite flamme douce !

      Merci encore ...

      Supprimer
  25. Ah, que voilà une belle question, mon amie, et si profonde, si profonde... Je viens de me nourrir des commentaires éclairés et sensibles et j'en ai le vertige...
    Que dire, quand on a conscience de ne rien savoir... que la sagesse vient en aimant... sûrement... que le bonheur est dans l'instant présent... peut-être... que les puits sont profondément profonds et les bicyclettes traîtresses... et que renoncer est décidément un verbe à oublier !
    Nous courons tous après quelque chose, un rêve ou l'idée d'un rêve... et nos pas, en avançant dans la vie, se font de plus en plus lents et mesurés, parce que la conscience que nous mettons est bien plus forte, notre implication bien plus grande, notre coeur bien plus plein...

    C'est drôle comme les pensées amies, parfois, se rencontrent sans le savoir... je lisais il y a à peine deux jours quelques chose dans ce goût là : "dans la vie, il ne faut jamais cesser d'avancer"...

    A la rencontre de soi, à la rencontre des autres. Et partager...

    Je comprends ton choix de cantique, ma Véronique, les mots de celui-ci sont magnifiques d'espérance

    Des bisous vivants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Oursonne,

      Oui, si profonde mon amie, moi aussi j'en ai le vert-tige tout au long de mon corps de fleur ...
      Et moi non plus je ne sais rien ... C'est si beau ce que tu écris, je retrouve t'aime haut ... L'Amour, il n'y a qu'en ouvrant son coeur qu'on se remplit d'ondes belles, apaisantes ... A chaque jour suffit sa pleine ! Pleine note de vie, petite goutte peau ... Un petit pas un petit pas un petit pas bientôt je pourrai marcher mieux ! et si je tombe au fond du puits ( j'ai souvent fait ce terrible cauchemar ) j'essaierai de ne pas me noyer, je tendrai ma main vers le haut, peut-être quelqu'un la saisira qui passera par là ... Y croire, ne pas renoncer en se laissant couler. Je sens bien la mesure de tes pas, et le désir de ton coeur. La vie est le désir marchant, le désir en marche qui se perpétue ...
      Oui, je crois aux pensées âmies qui se croisent et se rencontrent pour s'accompagner ! alors j'aime le partager ...

      Ils sont indémodables et universels ces mots tout le monde peut s'y retrouver.

      Oui oui des bisous vivants comme des petits poissons frétillants ! diable qu'ils sont bons, je les mets dans mon panier avant qu'ils ne retrouvent le large ! et je t'embrasse mentredent ...

      Merci encore ...

      Supprimer
  26. Et si lâche ment, je ré-pondais en chants-sons
    http://www.youtube.com/watch?v=exEC0ICMJNQ
    Pas en vie de faire de la fille à sophie ce soir, la tête pleine de neige...
    Profite de la vie pour qu'elle te sourit :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Saravati,

      Tu es venue finale aimant ? sourire, pas lâche mens oh que non rires !
      Merci pour le cadeau et les petits siens tenus ... et le clip, j'adore voir dessiner car je ne sais pas faire parce rien rien, nom d'un chien ( que j'aime ! ) rien ne vaut la vie !
      On n'a pas besoin de beaucoup de fil haut sauf et d'aimer ! d'aimer ! encor et encoEur ! elle est belle ce paon dans ... ta tête pleine de neige avec toutes ses couleurs ! ...

      Je t'écris donc je profite de la fille ! :)

      Merci encore ...

      Supprimer
  27. ...Désolé...ce sont les mots d'un autre...,mais je t'épargne Youtube :-)
    mais ces mots résument très bien ce que la vie m'a appris...,en plus l'âge colle :-)

    « Quand j'étais gosse, haut comme trois pommes
    Je parlais bien fort pour être un homme
    Je disais : je sais, je sais, je sais, je sais
    C'était le début, c'était le printemps
    Mais quand j'ai eu mes dix-huit ans
    J'ai dit : je sais, ça y est, cette fois, je sais
    et aujourd'hui, les jours où je me retourne
    Je regarde la Terre où j'ai quand même fait les cent pas
    Et je ne sais toujours pas comment elle tourne !
    Vers vingt-cinq ans, je savais tout : l'amour, les roses, la vie, les sous
    Tiens oui l'amour ! J'en avais fait tout l'tour !
    Mais heureusement, comme les copains, j'avais pas mangé tout mon pain :
    Au milieu de ma vie, j'ai encore appris.
    Ce que j'ai appris, ça tient en trois, quatre mots :
    Le jour où quelqu'un vous aime, il fait très beau
    Je peux pas mieux dire : il fait très beau !
    C'est encore ce qui m'étonne dans la vie
    Moi qui suis à l'automne de ma vie
    On oublie tant de soirs de tristesse
    Mais jamais un matin de tendresse !
    Toute ma jeunesse, j'ai voulu dire "je sais"
    Seulement, plus je cherchais, et puis moins je savais
    Il y a soixante coups qui ont sonné à l'horloge
    Je suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j'm'interroge :
    Maintenant je sais, je sais qu'on ne sait jamais !
    La vie, l'amour, l'argent, les amis et les roses
    On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses
    C'est tout ce que je sais ! Mais ça, je le sais !»

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh le coq hein ! cher Francis, ce sont encore les mots d'un autre ! :)je ne sais plus qui d'ailleurs, Bon je te taquine, ça ira pour cette fois : ) je sais que ceux-ci parlent bien de toi ...et c'est beau ! je reconnais ta tendresse et ton sens de l'expérience ...

      Quand on est jeune on croit tout savoir ! plus on vieillit plus on voit qu'on ne sait rien ou si peu !

      Il ne faut pas trop chercher à expliquer le mystère de vivre, il est là, juste, le prendre en les mains, ici et maintenant et un jour, comme une rose, se courber doucement, retourner sagement à la terre ...

      Humilité, enfance, printemps !

      Merci encore ...

      Supprimer
  28. la vie ...........
    je découvre
    j'apprends à cultiver mon jardin
    et qu'il ya encore tant à faire
    mais je vois fleurir des fleurs incon nues
    il y a encore des ronces
    mais elles sont utiles aux souvenirs
    je t'embrasse la Bel Rouges

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Jeanne,

      Tu as raison il y a tant à faire dans le jardin du monde ! et dans le sien propre ...
      Voir fleurir des fleurs inconnues que l'on croyait sauvages, étrangères, c'est merveilleux !
      Mais il y a des ronces, qui piquent et brûlent les yeux, on se forge une identité ... J'aime les gueules cassées ...

      Je t'embrasse Label'bleue !
      Merci encore ...

      Supprimer
  29. Bigre, tu n'as peur de rien :-) Mais quels magnifiques retours !!! Et puis ce cantique si bien interprété, qui me donne des frissons à chaque fois !

    Je dirais: - accepter mes limites est une sage précaution...accepter les limites de l'autre tout pareillement...
    - accepter l'ambivalence de toutes choses: chaque médaille à son revers, c'est heureux et très inconfortable à la fois...
    - la vie est jalonnée d'étapes: à chacune ses joies et ses galères...
    - "aimer et se savoir aimée" semble être le seul aliment indispensable à la vie humaine et va savoir, à toutes vies probablement :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu ça Fifi ! rires
      Si je pensais trop avant ... je ne ferais rien ! Ici tout home ouin ( mais non je ne pleure pas je ne suis pas malheureuse ) j'ose ! pour "les magnifiques retours" !

      Oui oui pour les limites tout est là dans le respect de l'autre et de soi ... Chercher à comprendre sa vraie nature, l'accepter, comme on accepte que l'autre n'ait pas nos rythmes, nos besoins, nos rêves etc ...

      Ah c'est que moi je préfère les dessus, toujours les dessus, je veux dire concrètement que je préfère le dessus du pain, je le coupe en deux je donne la moitié en dessous, je préfère les dessus d'un chocolat ex: je mange le dessus et l'intérieur ( pas folle ! ) du "mon chéri" mais pas le dessous ! j'aime les dessus de lit mais pas les dessous, on peut faire ça avec beaucoup de choses :) tout ça semble bien capricieux, c'est pourquoi je travaille à aimer AUSSI les dessous. Intéressant ta médaille métaphorique !

      Je terminerai avec ces deux mots tambien : aimer et se savoir aimé(e) ... ! il suffit d'aimer une personne ou qu'une seule personne vous aime pour que la vie vaille la peine d'être vécue je crois !

      Merci encore ...

      Supprimer
  30. Ce que j'ai pu apprendre, c'est sans doute la tolérance et ce n'est pas toujours facile, j'ai encore quelques ratés.
    Bisous bisous enneigés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Sylvie

      Tu as raison, la nature humaine est résistance à l'élévation souvent ! On râle pour des riens, on sent "les forces du mal" nous attirer quand on voudrait être meilleur ... Mais si tu as des ratés c'est que tu progresses !

      Bisous bisous dans le vent !

      Merci encore ...

      Supprimer
  31. MESSAGE NE PASSE PAS

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !