jeudi 1 novembre 2012

La joie d'aime or ...

Je marche sur ton or comme une ombre affeuillée 
Les couleurs de l'âme ornent  la maison de nos coeurs
Dans le ciel de velours de l'automne habité
Passe une joie d'amour ...

Veronica B, 1er novembre 2012


" Rompre un pain, écouter un quatuor de Mozart, marcher sous une pluie rieuse, il y a en cet instant des êtres qui sont empêchés de faire des choses aussi simples _ parce qu'ils sont malades, parce qu'ils sont en prison ou parce qu'ils sont si pauvres qu'un pain représente pour eux une fortune. Je n'ai pas cette pensée pour les morts. Je ne les imagine pas dans la misère ni dans l'entrave. Il est même possible qu'en cet instant ceux qui sont morts fassent des choses qui leur donnent une grande joie_des choses simples dont nous serions, vivants, empêchés. "

Extrait in Mozart et la pluie, Christian Bobin.


11 commentaires:

  1. Merci Veronica pour la poésie de ces mots inspirés, infiniment beaux, écrits comme un coeur éclate dans le silence de ce jour qui se souvient.... comme la pensée, partagée avec les empêchés, hurle leur solitude pleine d'ombres...
    mot après mot soupiré..
    comme le feu éclairé sur le mince fil de l'invisible, allume les étoiles du ciel qui écoutent religieusement le Coeur des Amis Chanteurs..

    photo-texte-chant - beau billet - merci -



    ***

    RépondreSupprimer
  2. Tant de douceur et de beauté dans votre billet, Veronica pour ce jour de nos aimés... Votre photo qui accompagne vos mots et ceux de Christian Bobin n'est que plénitude avec ce merveilleux chant. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Comme c'est beau...
    J'espère que nos chers disparus sont apaisés et j'essaie de continuer ici bas avec le sourire :-)
    Bizzz Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  4. " Les couleurs de l' âme ornent la maison de nos coeurs.."
    Tellement beaux tes mots , tellement si vrais...et leurs couleurs sont variables à l' infini , toujours en harmonie avec ceux qui sont partis pour un autre voyage, sachant toujours qu' ils ne nous laissent jamais complètement seul...
    Le langage de leurs signes sont aussi la musique de nos âmes ...:-))
    De tout coeur plein de baisers dorés

    RépondreSupprimer
  5. Très joli poème tout en raffinement.
    Oui, comme aimer simplement pour que flamboient le coeur des Innocents... Belle soirée, Véronica

    RépondreSupprimer
  6. Je mords ces mots qui ne sont pas les miens pour leur goût de ciel et de misère. La chose la plus simple est de vivre, celle qui est la plus compliquée est de se nourrir, entre les deux, un rêve qui donne soif... Je laisse les morts se reposer. Suzâme

    RépondreSupprimer
  7. La joie des morts, n'est-ce pas les Béatitudes ? Ces paroles dites sur une montagne qui appellent au cœur pur et à la justice, à l'esprit de pauvreté et à la douceur, au partage et à la communion ... Certaines personnes que j'ai connues et aimées m'ont laissé avant de partir une petite phrase dont j'ai du bonheur à me souvenir. Une des plus belles peut-être, celle d'un grand-père nous disant à mon conjoint et moi :"Aimez-vous bien !"

    RépondreSupprimer
  8. Un ciel bien sombre... Arriverons nous à ce superbe chateau avant la pluie ? Et sinon serons nous capables d'apprécier cette pluie ? Allez, en route ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Je sais
    l'odeur de l'or,
    pousser la porte
    ce bonheur du pain
    qui envahit le coeur.

    douce soirée



    RépondreSupprimer
  10. j'ai cotoyé la mort tant de fois
    je me souviens avoir falli dire à une famille qui venait de perdre
    un des leurs
    "ce n'est pas grave"
    ma mère me manque
    ne me manque pas
    je me sens apaisée, elle est morte apaisée
    je crains la mort violente
    provoquée
    je t'embrasse la bel'Rouge

    RépondreSupprimer
  11. j'aime aussi à penser que les morts sont heureux
    bonsoir

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !