mercredi 24 octobre 2012

Merci ...

Avant de te connaître, je mangeais et j'avais faim, je buvais et j'avais soif, bien et mal m'indifféraient, je n'étais pas moi mais mon prochain.
Moi qui n'ai jamais marché mais nagé, mais volé parmi vous.

In Loin de nos cendres, René Char




Juste vous dire vous dire merci, chers visiteurs
Les anciens, les nouveaux
Qui nous valent
 Egaux
D'être là au Jardin
Tout simplement
A six, même de boue
 Hôtes libres et beaux
Aux couleurs de nos vies

Je vous les grenadine ces pensées et terre et !

Depuis le petit jardin d'Aime Haut,  23 octobre 2012, Veronica



 " Ne mourrons pas d'automne au printemps de la fable
laissons nos sèves dire toute leur histoire
et que nos sangs ne refusent pas le croyable
puisqu'en été sous l'écorce des mots
circulent les raisons de croire
en l'hiver des rameaux. "


Tout me fut dit, Robert Mallet.


11 commentaires:

  1. Hôte de ton jardin , chez toi comme chez les voisins , j' y viens ramasser le compost qui manque à ma terre , simplement pour cultiver le coeur dont la terre a tant besoin..:-))
    À toi , à tous les oiseaux de ton jardin ...Merci
    Jamais vu de grenadier aussi beau...On se croirait presqu' à Noël...!!
    Je te " grenadine " plein de baisers aux couleurs du temps

    RépondreSupprimer
  2. J'ai cherché longuement des poètes, des arbres et des fleurs,
    me suis arrêtée devant la porte entrouverte d'un jardin,
    et j'ai découvert un là-haut superbe,un nid,
    accueillant comme un spectacle rencontre "l'essence-ciel",
    là où les poèmes écrits par René Char déambulent,
    avec des mots sucrés qui s'encrent sur la page,
    rythmant la longue marche, les jours fourbus, les saisons étirées,
    comme la rosée du matin inonde de beautés,
    dans l'union des pareils et leurs contraires,
    tendres et douloureux,
    attrapent la main du passant, du passeur,
    enveloppée de mots papillons.

    Merci à toi Veronica.
    Amitiés
    ***




    RépondreSupprimer
  3. J'ai retrouvé tes grenades que tu affectionnes tant... Je me suis posée dans ton jardin de mots si accueillant... Je reste fidèle à ta poésie de la vie...
    Belle soirée ma belle. Bises ensoleillées

    RépondreSupprimer
  4. Coucou ma jolie !
    Très touchants ces mots de René Char !
    Je fais une apparition pour te dire un au-revoir bloguesque. je ferme mon blog. c'est le moment. Plus le temps. Fermeture définitive fin novembre.
    Voilà...
    J'espère que tout va bien pour toi.
    Heureuse d'avoir richement partagé avec toi. La toile a été fructueuse et juteuse. Merci pour ta belle sensibilité.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  5. Bêêêêêêê où y, jeu c'est bien. Héan m'aime tant un port tendent partir soigne the Mans, plus toque comune vole Heuse.
    Groggrog bises où !

    RépondreSupprimer
  6. Les grenades

    Pume granate : pommes grenues puis projectiles pouvant donner des grains, des éclats : Explosives, jouissives, juteuses, élevées, dressées, visibles, à maturation, dégoupillées, des gouts pillés, des fibres et une sève sucrée.
    Le fait qu’elle soit subdivisée en autant de cellules de même taille, évoque l’équi-partitionnement et l’égalité dans un corps unique entre téguments et pulpe. L’enveloppe est dure, elle protège et s’entame difficilement mais une fois mis à jour le secret de son cœur, elle dévoile alors des trésors de douceur sucrée, rafraichissante à souhait, elle donne la grenadine et un rouge grenat qui fait qu’on dine rien qu’à sa vue, des promesses de quoi se désaltérer sans altérer sa bonne humeur.
    Elles tiennent dans la main et sont donc préhensibles mais selon ce qu’on en fait elles peuvent être répréhensibles.
    Bien sur si on l’ouvre et l’incise en croix les chairs se dilacèrent.
    Pourquoi montrer les grenades ouvertes si ce n’est pour montrer la solidarité dans la proximité, la ressemblance dans l’attirance et aussi la force assemblée dans la compacité, mais ensuite on peut individualiser mais cela demande des efforts et on ne peut facilement séparer les grains les uns des autres.
    Inversement dans l’éclatement il y a cette libération d’énergie, brutale et destructrice qui emporte tout et disperse aux quatre vents les parties du tout, les composants de l’ensemble.
    il y a aussi le symbole oriental, pas les mille et une nuit de midi à minuit mais le moyen orient, le Maghreb, l'Andalousie et cela doit renvoyer à la Torah, cela rappelle le besoin de se dé soiffer dans ces contrées arides, il n’y a pas que la horchata de chufa pour cela, de l’autre côté des Pyrénées
    il y a le symbole défensif et l’offensif, une dualité qui confond sans confondre, en Andalousie la lumière peut elle venir de ces révélations ?
    L’Arménie révère le fruit qui n'est pas berbère et la cueillette descendue des vallées dans la plaine amène sur les marchés d'Erevan ce présent de roi qui trône pour noël sur les tables.

    RépondreSupprimer
  7. Effet douceur sur tes images qui te va bien ! Merci à toi chère Véronica !

    RépondreSupprimer
  8. Votre jardin est un petit paradis tout doux... merci Veronica de nous faire partager ces beautés. J'aime tant la simplicité ;-)
    Bisous du jardin

    RépondreSupprimer
  9. Merci à toi pour ces espaces de temps, images et musiques, toutes ces notes qui aident à vivre, à commencer les jours sur la soie.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour le vert d'eau grenadine, je l'ai savouré ah si ! aux mille lieux du jardin...veux-tu une tasse de thé-menthe, qu'elle pousse si bien dans ma terre d'argile, pour te remercier de tes élans de ciel, de tes chants d'oiseau et de ces partages d'aime haut scions et de joies quotidiennes !!
    bisous au parfum grenadine

    RépondreSupprimer
  11. C'est si bon d'être dans ton jardin, de sentir fleurs et grenadines, de se murmurer les morceaux choisis de ton âme...Le goût de l'instant, un bout d'éternité et toujours beaucoup de toi... Suzâme

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !