lundi 22 octobre 2012

Le jardin des plantes ...


" Le soleil était là, il regardait les feuilles et les branches d'octobre. Il regardait le temps
Qui avait composé ce jardin comme un livre
Avec ses marges d'ombre et son écriture de plantes.
Quelques fleurs poursuivraient jusqu'au froid comme la rose des ténèbres
La rose blanche de Cambridge entrevue un soir de décembre.
Les dahlias étaient bleus, de ce jaune très flou que Max Jacob aimait
Rouge presque sombré dans les miroirs de Dalila.
Quelqu'un découvrait qu'il était bien ce jardin-là, avec sa rumeur de miracle et l'oeuvre de méditation.
Une femme était haute et impassible sur sa chaise. Lançant des grains à la volée, c'était la Sibylle des oiseaux.
Un pigeon blanc, entre les pigeons bleus, était Apollon au milieu des Muses.
Si confiante, la main qu'un enfant tendait à son père était son trésor pour la vie.
Témoins des faits célestes, deux arbres qu'on aimait étaient roses, étaient d'or au milieu, les branches basses toujours vertes.
Leurs feuilles commençaient à tomber et le jardin disait automne après automne : heureux les déliants, ils seront déliés. " 

Tiré de Jardin des Plantes in Poésie complète, Henri Bauchau.


23 commentaires:

  1. Chère Véro,
    Je viens, je suis là,
    et je cueille la première,
    la fleur violette de ton jardin,
    Non, je la laisse bien sûr
    pour que d'autres la touchent de leurs yeux...
    Mais si tu veux,
    je t'aiderai à ramasser les feuilles jaunes
    et rouges à la pelle.

    Bisous au tonneau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de la laisser, il n'y en a qu'une au jardin ! la dernière de la saison, douce en ocre, encore et en coeur ...

      On ira ramasser les feuilles de l'été
      Avec la peau des mains
      On dansera d'aimer !

      Je t'embrasse très fleur ma Cathy ...

      Supprimer
  2. L'automne est une saison qui dépose du bonheur dans les coeurs, l'automne attire toujours nos regards sur une beauté de fleur, précieux cadeau de l'été et il est impossible de détourner nos yeux des feuilles flamboyantes... l'automne nous aime.
    Merci chère Veronica de votre billet merveilleux doux et tendre.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, l'automne nous aime chère Denise, quand il nous aime beau d'un regard partagé ... les couleurs sont pleines, sans uniformité, elles se font rouge d'or, vert d'haut, rondes amare, le ciel d'un bleu intense qui semble s'étirer en petits points dormants ... J'aime tant ces trois mois là ...

      C'est moi qui vous remercie,
      Bisous hauts, flanc buvant.

      Supprimer
  3. Ce n'était pas le jardin des pentes avec la vie en pente douce
    mais Henri Bauchau vient de nous quitter il y a peu si je ne m'abuse
    le "boulevard périphérique" l'avait ramené à la circulation des devantures de librairies et son âme de poète s'en était tout émoustillé malgré son âge déjà bien avancé. La vigne vierge ne nous met pas nu comme un cierge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cher Thierry, quelle pleine longue et riche existence pour cet écrivain poète belge, qui a reçu de nombreux prix (dont le prix Max Jacob )... Je lisais sa poésie

      http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2012/09/21/l-ecrivain-belge-henry-bauchau-est-mort_1763911_3382.html

      " La poésie dévaste la vie courante" a t'il dit ...

      Belle journée en notre pais !

      Supprimer
  4. Je me suis glissée délicieusement
    dans les allées d'ombre et de lumière
    du Jardin des Plantes descendues dans le Jardin d'Aime Haut,
    et j'ai goûté à leurs friandises aux couleurs des beautés croisées,
    du bout des yeux,
    écouté le murmure du temps en pause...
    il est bien ce jardin !
    La vigne flamboyante invite miraculeusement à une vision automnale
    qui illumine la gourmande de la vigne, rouge, or, mordorée...
    et comme Cathy, je ne cueillerai pas la fleur violette,
    bien que...
    Bisous des feuilles plissées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sous le pli aimant des jours, je viens te dire ma joie de te recevoir, Den, nouvelle liane, en mon petit jardin de mots, de vie, de vérité ...
      Entre ombres et lumières, couleurs osées de toutes les métamorphoses, la poésie remplit l'âme de ses partages infinis ...

      Bisou air hissé

      Supprimer
  5. Un jardin qui « parle » est un jardin « extraordinaire » qui n’existe que dans la poésie, mais la poésie c’est comme une caresse pour nos saisons à nous qui s’égrènent...

    belles photos ici et...ailleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, traînons donc en la terre d'aime haut, merci de ta jolie phrase Francis et de porter encore tes pas jusqu'en pleine rose !
      Les saisons passent mais le coeur d'amitié reste.

      Beau nouveau jour de vie à toi !

      Supprimer
  6. Au lever du jour , je suis venue lire le grand Bauchau et écouter le murmure des fleurs de ton jardin...:-))
    Comme dans le mien , fleurs et feuilles n' en finissent pas de se parer ... elles n' en finissent pas de nous conter la beauté de l' Automne....
    Plein de bisous rouges , roses , dorés.......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cette écoute attentive et sûre et mûre ma chère Thilde, écoute d'âme heure, toujours ...
      C'est aussi le spectacle inattendu des saisons qui se mélangent qui m'émeut, un camélia fleurit en octobre qui n'a pas fleurit quand on l'attendait, la nature nous surprend sans cesse et nous laisse comme la feuille, si humble ...

      J'aime tes bisous où les couleurs appellent les couleurs ! et dessinent un tapis d'en joues murmuré ! ils sont beaux et je les prends !

      Supprimer
  7. Superbes couleurs du jardin d'automne...
    BIZ Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laure, heureuse de t'accueillir au feu de mes couleurs ...

      Bisou ambre et ...

      Supprimer
  8. le jardin! endroit sacré où la vie passe et repasse... Un petit coin sauvage de nature dont je ne peux me passer! la vigne a revêtu son pull-over whisky et puis s'enivre aussi de rouge carmin !...bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli ce "pull-over whisky" que tu m'offres ! et ce rouge car main, l'âme hein participe de l'amour de la terre, ô jardin sacré qui nous anime et nous réanime, comme je partage t'aime haut.
      Tu es la bienvenue en mon herbe tendre, belle liane ...

      Supprimer
  9. Jardin de vies qui touche celui qui le contemple. Belle journée. Joëlle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'émotion palpable ( quand on peut toucher le velours de la feuille, l'écorce nue de l'arbre ou goûter le parfum qui la rose ...) et impalpable ( quand un regard suffit à remplir le silence et haut, nous élever ) ne s'invente pas, elle est ou n'est pas et là instant tanné mens, l'esprit s'apaise à la contemplation de ses hommages ...

      Sois bienvenue Joëlle, avec t'aime haut à toi !

      Supprimer
  10. le jardin change
    les cosmos éclatent encore
    mais la vigne vierge se prépare à l'hiver

    je t'embrasse la bel'Rouge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Jeanne, j'aime le rouge feu de la vigne empourprée, cette liane étonnante qui se fait belle ardente en octobre ! elle accorde son coeur avec tant de grâce que je lui serre la taille !

      Tes cosmos haussent oud ... musique sensuelle, à toi qui écris avec du bleu d'âme ...

      Supprimer
  11. Un beau billet d'automne !
    Je suis encore en retard comme le petit lapin blanc mais je te suis...
    Problème de connections avec ma tablette...
    Belle journée d'automne sous le ciel bleu!!! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui compte c'est d'être fille d'aile à l'or ! et j'aime tes suivis doux et légers comme le lapin blanc délice de nos contes d'enfance !

      Belle journée jardinée à ta sauce, chère Enie !

      Supprimer
  12. Quel magnifique partage que ces lignes descriptives, rives de la poésie au sourire de femme sur sa chaise, heureuse d'être parmi les fleurs. Il me donne envie de découvrir ce poète. Suzâme

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !