mercredi 31 octobre 2012

mardi 30 octobre 2012

Bienvenue !

Aujourd'hui, c'est la Sainte Bienvenue !

Alors je dis : Bienvenue à tous, Saint ou pas ! sourire

Avec cette belle prière poétique de Rabindranath Tagore, in De l'aube au crépuscule.


( Notre Dame de Lourdes )


Le plus pauvre d'entre eux

C'est ici ton tabouret
C'est ici que reposent tes pieds
Là où vit le plus pauvre, le plus humble et le plus égaré.

Lorsque je tente de me courber devant Toi
Je ne sais obéir et m'abaisser autant que Toi
Jusqu'à ces profondeurs où Tu reposes Tes pieds
Là où vit le plus le pauvre, le plus humble et le plus égaré.

L'orgueil ne peut même pas fouler
Le chemin où Tu marches
Dans l'habit de l'humilité
Là où vit le plus pauvre, le plus humble et le plus égaré.

Mon coeur ne sait trouver son chemin vers Toi
Vers ce lieu où Tu habites avec l'esseulé
Là où vit le plus pauvre, le plus humble et le plus égaré.

Rabindranath Tagore


(La rose d'Haut tonne ...)

lundi 29 octobre 2012

Un grain de motet


J'aime écouter, par foi, de toute ma passion, le choeur qui rayonne dans  un grain de motet ...
J'aime ton col , ma fille, la grâce andante-elle, du p'tit lait de ton cou.
J'égrène à grand coeur une chapelle ardente
Pour toi, je tais le mot
Et d'une seule voix, 
Je me cygne.

Veronica B, 29 octobre 2012




samedi 27 octobre 2012

Boucle de gospel

 " Tu es en moi  comme un enfant qui joue seul, à l'écart, dont on croit qu'il ne fait rien quand sa rêverie démêle des milliers de fils d'or, de cheveux d'ange. "

in Le Christ aux coquelicots, Christian Bobin


Pour que la vie ne tourne pas 
En boucles linéaires
Et projette à nouveau 
Les mois au coeur, solaires
Gospel a cappella


J'ai coupé mes cheveux pour faire place nette
Remettre mes longueurs mes idées au carré
Boucler une page de ma petite vie
Laisser faire la magie et la légèreté
J'ai coupé mon histoire pour mieux me retrouver.

Veronica B, 26 octobre 2012

jeudi 25 octobre 2012

L'enfant au coeur.

Chers amis,

J'ai hésité à faire ce billet tant il est des réalités douloureuses qui nous touchent au plus haut point.
Mais dans le même temps, parce que la force d'aimer est là, nous ne pouvons les garder pour nous, il est même essentiel de les partager, de les faire connaître.

Voici, un dimanche d'automne, un vide-grenier communal, oui comme une halle d'espérance et de fraternité, j'aime cette simplicité humaine qui n'a de marchande que la façon, quand tant de vie s'anime dans les regards, les rires, les pas croisés, les râleries de bonne guerre autour de "vieilleries" de hasard, posées au petit bonheur la chance, de ces petits objets que l'on espère trouver et rapporter chez soi pour quelques euros , quand on rapporte parfois tellement plus.      

Par exemple, ce sourire de dents quand on aperçoit en haut d'un parasol accroché de guingois, à la force de ses longs bras souples, un petit singe vert !
Jusque là, n'étant pas du tout doudou ( sourire ) je ne m'y serais pas intéressée mais j'ai instantanément pensé à l'une de mes lianes, Hutte, à ses partages si tendres qui entraînent vers d'autres partages, je pense à la terre happy d'une de mes lianes de coeur, avec son Petit singe vert à elle, Oizo jaune, comme une chaîne humaine d'amitié, l'enfance retrouvée qui conduit au coeur de l'homme mûr, l'homme blessé, l'homme conscient,  l'homme alors agissant ...
 L'objet qui s'anime de nobles sentiments pour aller vers l'autre, l'aider, l'aimer, l'accompagner sur son chemin, c'est beau, c'est humain, c'est essentiel même.

Alors j'ai décidé d'acheter ce petit singe vert, pour continuer la chaîne d'âme, la faire vivre sur nos espaces, mais ce que je ne savais pas encore, c'est que ce faisant, je participais à une autre chaîne d'espoir.
En effet, il s'agissait d'aider à financer une maison pour les enfants, une maison non loin de chez moi, qui accueille les enfants malades, en fait "La première maison de répit" en France, à l'essai, d'accompagnement et de soins palliatifs pour enfants et adolescents, elle s'appelle L'Oasis qui signifie La Vie, en arabe.

  http://www.chu-toulouse.fr/IMG/pdf/dossier_presse_oasis_inauguration.pdf
   http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-pediatrie-une-oasis-pleine-de-vie-pour-les-enfants-malades-6839.asp?1=1#

Merci à tous ceux qui servent les autres, avec leur coeur, leur corps et leur courage.
A ceux qui savent se donner la main, s'accompagner, s'aimer, sur le chemin difficile de nos petites vies.

A tous les enfants malades, qui par leur courage et leur sourire de vivre, nous donnent la plus grande des leçons.  

                                                                                                                                                                               

mercredi 24 octobre 2012

Merci ...

Avant de te connaître, je mangeais et j'avais faim, je buvais et j'avais soif, bien et mal m'indifféraient, je n'étais pas moi mais mon prochain.
Moi qui n'ai jamais marché mais nagé, mais volé parmi vous.

In Loin de nos cendres, René Char




Juste vous dire vous dire merci, chers visiteurs
Les anciens, les nouveaux
Qui nous valent
 Egaux
D'être là au Jardin
Tout simplement
A six, même de boue
 Hôtes libres et beaux
Aux couleurs de nos vies

Je vous les grenadine ces pensées et terre et !

Depuis le petit jardin d'Aime Haut,  23 octobre 2012, Veronica



 " Ne mourrons pas d'automne au printemps de la fable
laissons nos sèves dire toute leur histoire
et que nos sangs ne refusent pas le croyable
puisqu'en été sous l'écorce des mots
circulent les raisons de croire
en l'hiver des rameaux. "


Tout me fut dit, Robert Mallet.


lundi 22 octobre 2012

Le jardin des plantes ...


" Le soleil était là, il regardait les feuilles et les branches d'octobre. Il regardait le temps
Qui avait composé ce jardin comme un livre
Avec ses marges d'ombre et son écriture de plantes.
Quelques fleurs poursuivraient jusqu'au froid comme la rose des ténèbres
La rose blanche de Cambridge entrevue un soir de décembre.
Les dahlias étaient bleus, de ce jaune très flou que Max Jacob aimait
Rouge presque sombré dans les miroirs de Dalila.
Quelqu'un découvrait qu'il était bien ce jardin-là, avec sa rumeur de miracle et l'oeuvre de méditation.
Une femme était haute et impassible sur sa chaise. Lançant des grains à la volée, c'était la Sibylle des oiseaux.
Un pigeon blanc, entre les pigeons bleus, était Apollon au milieu des Muses.
Si confiante, la main qu'un enfant tendait à son père était son trésor pour la vie.
Témoins des faits célestes, deux arbres qu'on aimait étaient roses, étaient d'or au milieu, les branches basses toujours vertes.
Leurs feuilles commençaient à tomber et le jardin disait automne après automne : heureux les déliants, ils seront déliés. " 

Tiré de Jardin des Plantes in Poésie complète, Henri Bauchau.


samedi 20 octobre 2012

Les saisons de l'amour


Aimer est un mauvais sort, comme ceux qu'il y a dans les contes, contre quoi on ne peut rien jusqu'à ce que l'enchantement ait cessé.

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu, Le temps retrouvé.

On ne peut obliger quelqu'un à nous aimer ... toujours
Quand l'amour, sais-tu ...
Parfois on aime un peu, mais un peu seulement quand on croit aimer fort ...
Parfois on aime bien, parfois on aime à nu ...
Une idée de l'amour ...
Parfois on aime en corps, parfois on aime mieux, parfois on n'aime plus ...
Mais tant qu'on a aimé, alors on a vécu ...  

Veronica B


mercredi 17 octobre 2012

La légèreté d'un piano ...



Concerto pour piano N 23 in A K488 II adagio de Mozart 


 " ...Aucune fioriture, aucune virtuosité, aucun excès, aucune suffisance, aucune

dissonance, aucun déséquilibre ne viennent alourdir inutilement l'écriture. Tout

est clair, limpide et en harmonie.

Le thème est presque enfantin, autre symbole de légèreté et d'insouciance. En

mode mineur, il est simplement beau, faisant subtilement passer d'une tristesse
profonde à des moments joyeux.

... Cette musique est universelle et éternelle. Elle ne nécessite aucune

connaissance ou expérience préalable pour être comprise. Elle nous touche

instantanément, au plus profond de notre être. Elle touche notre âme et, au fil

des crescendo et decrescendo, au fil des piano et des forte, au fil des échanges

entre le piano et les autres instruments, elle l'élève pour atteindre un état
final de légèreté absolue, de plénitude.



Et quand la musique s'arrête, on reste suspendu sur les toutes dernières notes

avec le désir qu'elle dure encore une éternité, avant de redescendre dans notre

lourde réalité quotidienne. "


Monsieur  Veronica B



dimanche 14 octobre 2012

Un nouveau nid !


Quand le froid arrive, il faut pondre en corps et en coeur ...

C'est un essai ...

Une photo sur un blog nouveau, pour le plaisir de VOS mots ...



samedi 13 octobre 2012

Le miroir défripe ...

Sur la toute dernière chanson d'Olivia Ruiz :
My Lomo & Me, je photographie des gens heureux
Album attendu en décembre



" La hanche est l'oeil de côté des femmes"
in Sens plastique, Malcolm de Chazal, 1947.


Je joue aux miroirs avec ma poussette
Antocha Tchékhonté !
Déforme l'esprit
Fantastique aimant
C'est l'marché aux "-Pousse- 
Toi de là vilaine ! "  
Roule des manies
 Vieilles comme l'émondée
 Dans les friperies
M'étale polie
Ou me mets hanche-aine
Poupoule coquette
Le nez au rétro !


Je taille la veste de mes épuisettes
Coupe brasse enjambe
Toutes   les  longueurs  qui  font  la  grosse  tête
Solde chiffes -malles qui polluent le coeur 
Je mumuse en corps devant la vitrine
Chasse l'impolie, séduit  la friande
Prends un air de fat 
Je me fais petite comme une poupe et ...      
Tourne mes claquettes
Théâtralement  

Miroir déformant émonde vivant !
Veronica B, 13 octobre 2012



jeudi 11 octobre 2012

Bon Foufou sauce tomate !


" Le petit roi de l'homme, c'est son coeur. "
Proverbe rwandais


Envie de cuisiner du Bon Foufou ...
Avec un chant rwandais, préparer cette farine de manioc de haute qualité
http://www.alterafrica.com/PBSCProduct.asp?ItmID=869769

 Pour être en fraternité ... en "vibrances" humaines ...



Tam-tam

Un chant rythmé par -delà les monts.
Tam-tam des plaines, la harpe gronde.
Contre les forces obscures
Un chant s'élève vigoureux,
la lutte s'engage : dialogue des tams-tams. 
Rythme scande la force qui m'anime !
Guerriers de tous âges, à vous l'appel
du chant soutenu
tendu comme l'arc par la flèche.


Montagnes, forêts, rivages ensoleillés,
rendez le chant de la nature
par-delà les cimes des volcans
dans le roulement fougueux des torrents.
Le chant vibrant réveille l'oiseau qui chante,
la gazelle qui fuit,
la sentinelle qui ronfle.




Le chant ranimé se répète, se transmet,
les voix s'élèvent grondantes
dans l'Afrique qui bouge.



Rythme des tams-tams, enivré,
gloire à la force qui libère,
crée et féconde,
gloire à la liberté reconquise,
à la paix, à l'amour,
gloire, ultime gloire enfin
à la fraternité de ceux qui luttent.

Jean-Baptiste Mutabaruka ( né en 1937, poète lyrique d'expression française, qui chante, en une langue syncopée et colorée et avec optimisme, les rêves et les espoirs de son pays.


 Bon Appétit hume, hein !

mardi 9 octobre 2012

Quand l'eau tonnera ...



27 degrés bordent Garonne
Tarde l'eau ...
Tonne !
Octobre a chaud !

( Depuis le quai de la Daurade, Toulouse, Octobre 2012 )

dimanche 7 octobre 2012

M'onde-yeux


Enfin il pleut !
Merci M'onde-yeux !




avec la dernière chanson d'Adèle : Skyfall, pour le dernier James B'onde ...


samedi 6 octobre 2012

French concombre !

Envie de le cuisiner fraise et french ?

Ce weekend, aux températures estivales ( enfin chez nous ... :) mais moi j'attends la pluie !!!


Concombre à la servannaise !


Servi en salade croquante, fraises, tomate grenadine et coeur de palmier !


Mais si tu as froid  ( désolée pour vous : ) ou le préfères chaud, sers le en :
Gratin de concombre, à la crème de vanille et camembert, 
c'est délicieux  !


Ok, baby ?
On fait un troc, je t'envoie du bleu soleil rose, 
tu m'envoies la sauce !
et beaucoup d'eau please !

jeudi 4 octobre 2012

La fille qui peigne ses cheveux



La fille qui peigne
Ses longs cheveux 
Dans le soleil,
Peigne les collines, les plaines, 
Les mélèzes, les bouleaux
Et tout le ciel dans sa chevelure ...
Car la terre et les ruisseaux 
Et les prés avec leurs feuilles
Et toutes les chansons d'eau,
Sa chevelure les recueille.
Tous les rayons brisés dans l'orbe du matin,
Pris au piège des annelures,
Glissent de sa chevelure
Au geste de ses mains.
Et quand elle a fini de tresser ses cheveux,
Sont liés le jour bleu,
Les herbes, la fraîcheur.
Ses nattes sont deux sources de couleurs
Qui chantent sur ses épaules,
Ou deux chaînes d'odeurs, 
Ou deux serpents ... pour un charmeur

Qui regarde à travers les saules.

Jane Kieffer, La fille qui peigne ses cheveux, 
 in Cette sauvage lumière, éd Gallimard, 1961.






mardi 2 octobre 2012

Rose d'octobre ...

à Cathy




Tu veux du rose, je te le donne

Rose comme un sein de femme
Où tremble un coeur vivant

D'abord la prendre à la racine


Chevelure rase et délicate
La femme implore 
Dans ses pétales
Elle pleure


L'heure ose 
Cueille dès aujourd'hui 
Les choses de la vie !


Au sein
Vis
Ose !


Tu es si belle
Petite fleur


Sur le jour neuf, pose la rose
L'essaim de grâces
Fais-toi bonheur santé parfum
Mille couleurs de frais jardins
Que tes mains brassent


Garde l'Amour comme dessein
et le bouquet de l'amitié
L'Espoir jusqu'à la victoire ...