mercredi 5 septembre 2012

Que votre joie demeure ...



La joie n'a aucun antécédent, aucun poids, aucune profondeur.
Elle est toute en commencements, en envols, en vibrations d'alouette.

Christian Bobin, La plus que vive, Gallimard, 1996.



La joie regarde sa main avec humilité. La joie préfère se terre, la joie est pudique. La joie ne sait pas qu'elle naîtra un jour, au détour d'une attente, d'un regard d'espérance. La joie se recueille dans le silence et la patience.  La joie est une amie retrouvée. La joie est profonde, la joie est ronde. La joie est une émotion qui se tait et qui se partage dans la raie du coeur. Quand on pense ne plus respirer et qu'on se remet à regarder le soleil droit dans les cieux. La joie est soeur de la souffrance. La joie est triste, la joie est douce, la joie est aveugle, la joie est musicale, insomniaque et paisible, la joie est rare et précieuse, la joie d'eux, vivre aussi !

Trouver la joie dans sa vie quotidienne et s'enfleurer de joie ...


Veronica B

 Dans la joie de vous retrouver pour une autre saison ... 5 Septembre 2012


37 commentaires:

  1. Les mille facettes de la joie... tu en parles si bien avec tes mots toujours si beaux.
    Merci pour ce partage plein d'émotions.
    Je t'embrasse en cette belle journée pleine de soleil malgré le gris du ciel :)
    Azur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma chère Azur, comme en vol de ballons blancs tu m'as montré la tienne, je t'embrasse aussi dans l'aime haut d'un jour nouveau ...

      Supprimer
  2. Vos mots sont si beaux et vrais Veronica. Que serions-nous sans la joie dans le coeur, dans les gestes? Sachons nous entourer de joie même si la vie a des hauts et des bas, sachons regarder le ciel, la nature qui nous apportent tant...
    Je vous embrasse, la musique est très belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise, comme vous dites juste, cette joie qui s'applique au coeur oui, dans tous nos instants, au temps que possible bien sûr, en levant les yeux, tout près du si aile ... Envolons-nous devant le spectacle de la nature en saisons ...

      Je vous embrasse aussi

      Supprimer
  3. Rester coi quoi ! Ou coite comme une boîte ou un tetra brick... en joie longue conservation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qu'elle est belle cette idée ! Une boîte longue conversation, parlons donc des choses qui nous ressemblent et nous rassemblent à l'intérieur !

      Pour toi petit texte expresso du matin !

      "Petites et grandes recettes de vivre et d'aimer.

      J'ai mis mon coeur en boîte au lieu d'aller danser
      Il se trouvait si bien en maison rose briquée
      Que tous les falbalas et les mondâneries
      Pouvaient le plus souvent aller se rhabiller !"

      Bisous dans la joie du jour qui se lave et qui se lave bien.

      Supprimer
  4. La joie, le trésor le plus important de nos vies. J'aime bien ce que tu en dis, tout en nuances et vagues successives. Par contre, Bobin, dans sa première phrase, me parait un peu "brutal". Aucun antécédent ? Et toutes les joies de l'enfant qui découvre, innocent, le monde qui l'entoure, et toutes les joies d'entendre son prénom crié sur une cour de récré ... Aucun poids ? Pourtant, le poids de la joie, c'est ce qui m'aide à tenir debout sur la terre ferme, au lieu de m'envoler. Aucune profondeur ? Ben, alors Mr le Poète ! Ma joie a, à mes yeux, la profondeur qui me relie au passé, aux autres, à la culture, à l'espace et d'une certaine façon à l'infini. Mais elle est aussi toute en commencements, en envols, en vibrations d'hirondelle. (Je ne suis pas sûre d'avoir déjà vu une alouette !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chère Lily liane :) je suis assez d'accord avec toi, ce "aucun antécédent, aucun poids, aucune profondeur" me semble abrupt, sans doute la joie est-elle une vibration légère, qui ne pèse pas sur celui qui la reçoit, ne le plombe pas mais le rend en état de grâce, comme cette alouette à plumes et ... que nous regardons s'envoler ... Les enfants qui jouent à ... dans la cour de récré crient leurs noms dans le ciel, ode à la joie simple d'être en vie, avec cette magique spontanéité des enfants.

      Il y a de la joie bien sûr à avoir et garder ! les pieds sur terre mais il y a en aussi une autre à laisser s'envoler nos pensées, nos rives, à décrocher une joie de création. Pour d'autres en corps, s'envoler sera une joie ! partir en avion visiter un pays nouveau, quel cadeau parfois non !

      Je vois dans e fond de ton oeil
      Toute ta joie
      Elle a passé au pagne fin
      Les danses et les boubous du monde !

      Plein de joie-hâte, te le dire ...

      Supprimer
  5. La joie ...ce cri muet qui fait éclore une fleur dans le regard !
    Bisous tout joie : sabine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Sabine, merci c'est cela la joie est un cri muet qui rend l'autre beau et vivant d'un regard tu ... Car la joie se transmet, la joie doit être passeuse de positif, la joie ne se garde pas toute mais si on la vit dans l'intimité et la pudeur, il faut bien faire profiter nos frères en humanité des fleurs qui nous sont données ...

      Je t'embrasse tout joues, ah !

      Supprimer
  6. La joie de rêve-venir... amie-calme motsment de retour-vaille!
    Becsbecsbecs....malgré quelques fractures du corps,l'âge-oie demeure!Il ne faut pas enfer tout un plât-tre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ton retour vaille la panne, chère Claire, me tarde tes come hante air et tes folies claires et charme hantent !

      Mais voui, que l'âge-oie d'eux ne meurt pas !!! Je suis bien désolée pour tes fractures, le corps se soignera si le coeur ne se sent pas seul et tu n'es pas seule ... Ne pas enfer tout un plâtre non !!!

      Je t'envoie des baies-quilles tendres et amie calme ! becs becs becs

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Merci Marie-Séraphine, vous êtes un ange ! :)

      Supprimer
  8. Bonjoie,

    Tout est si bien dit comme une musique d'amour et de vie... Suzâme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjoie à toi chère âme !

      Que la musique accompagne toujours tes pas sages, et que l'amour rayonne en tout coeur éther nouvellement ...

      Je t'enrose tendrement

      Supprimer
  9. Que les "petites joies ordinaires" de tes jours te comblent chère Véronica !
    Tu sais si joliment décrire les joies subtiles d'une vie, comme un souffle d'amour qui nous accompagne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sont que de "petites joies ordinaires" qui me comblent Fifi !

      Merci pour le souffle et la subtilité ...

      Je t'envoie une rose de septembre juste éclose

      Supprimer
  10. La joie ne prévient pas
    mais elle tend sa joue avec joie.

    Joyeusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce "joyeusement" Yanis !
      Tout de suite, l'adverbe nous tend les bras, ce pont tanne 'normément ... comme un play mobile au grand coeur !

      Joyeusement au garderner !

      Supprimer
  11. éthérée et pas sous tendue, pas de sous entendus, spontanée et jaillissante, elle est fontaine, rafraichissante et communicative, pas hâtive elle tarde parfois à venir, augure bien de l'avenir , éclairante mais pas fusée, éclairée mais pas fusante, elle ne nous hante pas mais nous anime, nous réanime, de ces contentements fins qui en disent long sur la satiété de bonheur, le partage et la grandeur des échanges, aujourd'hui je suis plein de joie, je reprends mes études après une très longue absente et cette joie qui sourd mais n'est pas sourde je voudrais la crier et la propager.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la joie nous anime mais nous réanime surtout cher Thierry ... Je suis si heureuse quand je te lis dans la joie de reprendre tes études avec enthousiasme et confiance, parce que c'est le bon moment pour toi certainement, la joie arrive à point ! Elle sourd oui, et j'entends ce cri qui la propage !

      âme, t'y es !

      Supprimer
  12. un rose tout doux pour des mots qui le sont aussi !
    je te souhaite un joli weekend

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces délicatesses de rose Marty, j'entends parler tes photos !
      Doux weekend à toi aussi !

      Supprimer
  13. Oh comme ils poignent ces poèmes latéraux !!
    Magnifiques ! Et encore des découvertes pour moi, par toi... Merci.

    Comme souvent, tu me fais exploratrice... et je découvre cela,
    de la même Lucia Santucci :

    QUI ÊTES-VOUS ?

    "Je suis des racines
    ceps sinueux des
    simples naissances

    Je suis du fût
    fleuve foi de vives sèves

    Je suis des fourches
    branches avides de donner leurs meilleurs fruits

    Je suis des feuillages
    souffle souvenir respiration de la lumière

    Je suis de la fleur
    calice d'amour
    mémoire du miel

    Je suis du fruit
    rêve enrichi de la flamme des heures

    Nous tous
    qui sommes-nous

    Nous sommes de l'arbre de la vie."

    Oui... oui c'est ça Madame, tout à fait ce "je" là...
    Étonnant comme vous me connaissez...
    ou cette fraternité qui fait les tribu affines et nous dégote des semblables...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que tu explores à ton tour les poèmes de la corse Lucia Santucci, tu t'y liras certainement, comme beaucoup de femmes vives et affines !

      Belles reconnaissances Madame !

      Supprimer
  14. Que rajouter de plus après une approche si juste et si belle de ce petit mot qui change tout ...
    Du rire aux larmes la joie est partout...:-))
    Pour toi plein de bisous rouge " Bourjois " avec un " J " comme joie...:-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ma chère Mathilde, comme tu dis, " ce petit mot qui change tout", comme on passe vite de la joie aux larmes, houle la la tristesse, mais la joie dans sa concision dit tellement de plein, de retenu, d'espéré ...

      Oh comme j'aime la marque Boujois ! sourire qui me rappelle de beaux rouges à rêves achetés au mono prix ! :)

      Un beau bisou au bois de jour pour changer ! ;)

      Supprimer
    2. la marque BourjoiE bien sûr ! :)

      Supprimer
  15. Réponses
    1. Oui, une joie de l'âme ...

      Pensées au fil de l'haut ...

      Supprimer
  16. Joie égale t elle pureté des sentiments et des émotions, des ressentis si bénéfiques et positifs qui annihilent momentanément les ombres et les soucis, tout serait plus facile et la vie cet hymne à la joie paraitrait naturelle et simple, ce sont des parenthèses mais qui nous portent et nous transportent, ce ne sont pas des fermetures quand bien même dureraient elles l'espace d'un éclair, il y a dans les cours une propension à se réjouir qui n'oublie pas le jouir dans l'agir, cette acmé comme la fleur de sel est à cueillir dès que venue à la conscience et dans la confiance en soi renouvelée et qui se fortifie parfois, avant d'affronter les prochains coups du sort, plus chevillé au corps que jamais la confiance dans l'homme comme une somme pour l'entraide et l'écoute, des actes au delà des paroles, du sens vrai qui s'affirme et réjouit, on peut véhiculer et partager cette joie, c'est parfois une histoire de foi mais le chant choral fait monter dans l'oral des stances qui vibrent et résonnent nous faisant donner dans l'harmonie parfaite d'un instant d'équilibre en suspens, avant que ne reprenne la marche en avant...

    RépondreSupprimer
  17. Thierry, ces parenthèses, exact ! nous portent et nous transportent, l'espace d'un instant, la fleur de celle qui l'accueille oui, car elle permet de renouveler en corps en coeur et en esprit, la Confiance, pour moi c'est aussi il est vrai une histoire de foi, alors on chante oui, intérieurement, au firmament de l'âme, heureux merci des vibrations, des échos liés, pour ce moment d'art-mots-nid, qui nous donne l'illusion ? de l'équilibre parfait, tant pis s'il ne dure pas, il aura été vécu ...

    RépondreSupprimer
  18. Ton billet me comble de joie! la joie, c'est hêtre le coeur au faite! c'est se sentir bien là ou on naît!..et, là, je suis bien...alors, gît reste!

    Toute une fille eau zoo file de la vie dans tes émaux, Veronica...à dai-gus-taie avec un thé roux-je bien sûr!bien pare-fumet, pour mieux se sentir bien!

    Halte aux rabat-joie!...Gloutons aux zoies de la vie!

    Je te fais des bizous sur les joues...ah! ah! ah!!!

    RépondreSupprimer
  19. " Avant d' aller dormir sous les étoiles " je viens réécouter cet Ave Maria
    qui me donne comme un petit frisson...Je trouve qu' il va si bien avec cette nuit d' été tant désiré...:-))
    À toi " compagne inquiète de la joie " merci pour ce " firmament de l' âme..."
    Je t' embrasse

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !