samedi 29 septembre 2012

Gemmes de septembre ...



J'aime l'automne doux qui pousse un peu sa fraise

J'aime la préparer cette tourte au pain blond

J'aime sentir le vent remonter ses moustaches

J'aime attendre la pluie avec de grandes oreilles

J'aime sentir son coeur grignoter dans ma paume

J'aime cueillir un sourire quand il marche tout seul

J'aime sa peau d'orée et son chant dans la lune

J'aime le sacrement de la nuit des hiboux

J'aime effeuiller d'Hypnos le poète en son Char

J'aime ne plus penser mais grandir le jour-même

J'aime riboter mon lai avec des piles ou faces

J'aime poêler la Saint Jacques dans de l'eau de châtaigne

J'aime rouler la rose entre deux doigts marins

J'aime quand le jardin il sent bon la province

J'aime me sentir femme petite et misérable


...

Veronica B,  29 septembre 2012


J'aime ...

mercredi 26 septembre 2012

Les quatorze ans de Toss

"Je continuais à vivre seul dans ma maisonnette vide, avec les animaux muets, mes compagnons. Ah que j'aurais été heureux si la providence m'eût accordé un chien ! Il m'en vînt un d'un château voisin de Narnier qui s'attacha à moi parce que je le caressais chez la batelière et qu'il me vit seul dans ma masure. Partout où il y a un malheureux, Dieu envoie un chien. Je l'ai éprouvé vingt fois depuis. L'homme ne le voit pas toujours. [...] Depuis que ce chien m'eut adopté, ma solitude cessa. Il ne me quittait plus, nous nous aimions, nous nous promenions, nous dormions ensemble. Il m'avait deviné comme je l'avais compris. [...]

Extrait des Mémoires inédites d'Alphonse de Lamartine, Zerbois.


Il y a onze ans, tu m'attendais, depuis presque deux ans, déprimée, à la SPA, puis nous nous sommes reconnues, et dans mon coffre, tu as sauté pour ne plus me quitter !




Quatorze ans pour ma fidèle Toss, toujours à mes pieds, mon ombre douce, ma constante aux yeux d'Amour, Bon anniversaire ma chienne adorée ! Je te caresse de toute ma tendresse, dans la plus pure des confiances ...


dimanche 23 septembre 2012

Deux bouts de vous ...

"Plus on est debout, plus on rit."

Honoré de Balzac, Un début dans la vie, 1844.




En cet automne qui arrive, la plupart du temps, de beau matin ...
Qu'est-ce que vous faites debout ?



mercredi 19 septembre 2012

Brame de lune



Suis la brume de mère aux vagues de la vie

Haut brame de la lune

C'est à la nuit bombée
Dans le mitan du lai
Au soleil de minuit
Que je femme et ulule

Je marche sur des yeux pour ne pas te froisser
Dans les glas de tes cieux
Où sept ombres circulent
Brille l'eau de ton âme.


Veronica B, 19 septembre 2012


lundi 17 septembre 2012

Etre patient, accueillir la vie, ici et maintenant ...


"J'ai lu chez le mystique Angelus Silesius une phrase qui me parle et me touche profondément. Il écrit :
" Ami, sois patient. Celui qui veut se tenir devant le Seigneur doit d'abord marcher 40 ans parmi la tentation. " 40 ans, c'est long. Je voudrais  tellement tourner la page de mes blessures et de mes fragilités ! Pourtant, Angelus Silesius m'indique l'attitude à avoir. Je crois que c'est là, peut-être, la grande fécondité. L'abandon, c'est peut-être ne plus considérer ses fragilités comme des ennemies à abattre. Ne plus considérer les blessures comme l'adversaire numéro un, mais les accueillir. Ami, sois patient ! Que celui qui veut se tenir devant le Seigneur soit dans la joie ! La prière c'est cela pour moi : être au fond du fond de nous-mêmes, là où la joie précède. Mais il faut d'abord marcher 40 ans parmi la tentation. J'enlèverais peut-être le "d'abord". On peut marcher quarante ans dans la blessure et l'angoisse et être dans la joie. Ce n'est pas quand j'aurai réglé tous mes comptes avec la vie que je serai heureux. C'est ici et maintenant, avec mes 1000 blessures, que je suis déjà dans la joie."

Alexandre Jollien, Petit traité de l'abandon. 
Pensées pour accueillir la vie telle qu'elle se propose. 
Seuil, Essais religieux, CD Audio.



Petit Traité de l'abandon - Alexandre Jollien by EditionsduSeuil



vendredi 14 septembre 2012

Toss dans la prairie !

Je t'ai choisi !
Entre mille, entre tous,
Comme choisit l'amour,
Comme une cime est choisie de la foudre,
Je t'ai choisi !

Paul Valéry, Amphion, in Poésies, Gallimard, 1929.



mercredi 12 septembre 2012

Chantons en langue latine !

Un plaisir de chanter avec Juliette l'aime haut de Baudelaire,
dans son texte tiré des Fleurs du Mal :



 Franciscae mea laudes, 1857 
( Vers composés pour une modiste érudite et dévote ) 
Laudes, en l'honneur de ma Françoise.


Novis te cantabo chordis,
O novelletum quod ludis
In solitudine cordis.

Sur un mode nouveau je te chanterai,
O mignonne qui t'ébats
Dans la solitude de mon coeur.

Esto sertis implicata,

O femina delicata,

Per quam solvuntur peccata !



Sois couverte de guirlandes;
O femme exquise
Grâce à qui sont absous les péchés!

Sicut beneficum Lethe,

Hauriam oscula de te,

Quæ imbuta es magnete.



Je puiserai des baisers
Comme un bienfaisant Léthé
En toi d'où émane un attrait magnétique.

Quum vitiorum tempestas

Turbabat omnes semitas,

Apparuisti, Deitas,



Quand la tempête des vices
Balayait tous les sentiers,
Tu parus, Déité,
Velut stella salutaris

In naufragiis amaris.

— Suspendam cor tuis aris !



Comme l'étoile salvatrice
Dans les naufrages amers ...
Que mon coeur soit pendu à tes autels!

Piscina plena virtutis,

Fons æternæ juventutis,

Labris vocem redde mutis !



Piscine pleine de vertu,
Source d'éternelle jeunesse,
Rends la parole à mes lèvres muettes!
Quod erat spurcum, cremasti ;

Quod rudius, exæquasti ;

Quod debile, confirmasti.



Ce qui était pourri, tu l'as brûlé;
Trop grossier, tu l'as aplani;
Débile, tu l'as affermi.

In fame mea taberna,

In nocte mea lucerna,

Recte me semper guberna.



Auberge dans ma disette,
Lumière dans ma nuit,
Guide-moi sur le droit chemin.

Adde nunc vires viribus,

Dulce balneum suavibus

Unguentatum odoribus !



Ajoute maintenant des forces à mes forces,
Bain de douceur tout parfumé
D'odeurs suaves!
Meos circa lumbos mica,

O castitatis lorica,

Aqua tincta seraphica ;



Étincelle autour de mes reins,
O ceinture de chasteté,
Teinte d'une eau séraphique;
Patera gemmis corusca,

Panis salsus, mollis esca,

Divinum vinum, Francisca !



Coupe brillante de pierreries,
Pain salé, mets délicat,
Vin divin, ô Françoise!




dimanche 9 septembre 2012

Les envies de septembre ...

"Fais énergiquement ta longue et lourde tâche

Dans la voie où le sort a voulu t'appeler,

Puis, après, comme moi, souffre et meurs sans parler."



La mort du loup, Alfred de Vigny, 1838.


_Je tombe de soleil ! 

_Prends le teint, doucement, assieds-toi à l'ombre, à l'or, dans les parfums de septembre qui pro lange l'été et raconte-moi ...
Que feras-tu au jour du "i" ?
Cultiveras-tu l'instinct ?

_Au jour du "i", je vais cultiver l'instant et l' instinct, instaurer les rituels qui sont des plaisirs chers au bonheur de chaque nouveau matin, je vais choisir l'ivresse et la richesse de la simplicité, imaginer tout ce qui nourrira l'éclat de mes yeux, je ne vais rien atteindre particulièrement que le goût de la vie qui se vit au jour le jour et se partage, je vais me laisser porter par levant et marcher ... Au jour du 'i" je sais que je suis imparfaite et humaine, et je suis délestée d'un poil, légère de le savoir, je suis plus tendre avec moi m'aime, j'accepte d'être un peu timbrée dans tous les sens des membres, quand même, y a pas écrit La Peste ! 
 Etre accompagnée en âme, quel cadeau de l'ave ! 
Bonjour Monsieur, Bonjour Madame ! Je vais tendre à la joie  ... 


 Et toi, as-tu pris de sages résolutions, rêvolutions, as-tu des envies de cette ambre ?
Je te propose aussi, cher lien, chère liane, chaque mois, d'écrire un texte poétique avec moi, sur un sujet qui nous touche, nous parle, ça te dit ? si c'est le cas, fais-le moi savoir 




mercredi 5 septembre 2012

Que votre joie demeure ...



La joie n'a aucun antécédent, aucun poids, aucune profondeur.
Elle est toute en commencements, en envols, en vibrations d'alouette.

Christian Bobin, La plus que vive, Gallimard, 1996.



La joie regarde sa main avec humilité. La joie préfère se terre, la joie est pudique. La joie ne sait pas qu'elle naîtra un jour, au détour d'une attente, d'un regard d'espérance. La joie se recueille dans le silence et la patience.  La joie est une amie retrouvée. La joie est profonde, la joie est ronde. La joie est une émotion qui se tait et qui se partage dans la raie du coeur. Quand on pense ne plus respirer et qu'on se remet à regarder le soleil droit dans les cieux. La joie est soeur de la souffrance. La joie est triste, la joie est douce, la joie est aveugle, la joie est musicale, insomniaque et paisible, la joie est rare et précieuse, la joie d'eux, vivre aussi !

Trouver la joie dans sa vie quotidienne et s'enfleurer de joie ...


Veronica B

 Dans la joie de vous retrouver pour une autre saison ... 5 Septembre 2012