dimanche 26 août 2012

Les Hauts de Ourle -Vent




Un coeur passé à la moulinette 
Plus tendre et sang grumeau 
Tu as ourlé bien haut
Le vent tout à l'art-aune
De tes "spécial été "

Et je te remercie de me faire naître à moi
Par Dieu et par t'aime haut
Dans les germes d'entente et les pas-mets ravis
Tu penses à mon plaisir
Sans aucune tielle -heure 

Car c'est toi !
Mets plus tôt les bras Line
Si roses servannaises
La reine des presse-toise
Qui nous fait bien grandir

Car oui l'amant drague or
Kiss émis eau-parfum 
Je ne l'oublierai pas 
Aux moulins de mon choeur ...

Les gens portent deux dents
Accrochées au balcon
Corsetées dans lait-sein
Brodées en plein dans l'mille

Rousse haut
La pensée vénitienne
Promène solitaire
Alla bottes y celle y

Que j'aime les draps-boules !
Borde-moi bien hoche haut 

Petit enfant de l'âtre
Icône amarre gueux-rites
Et mes voiles de terre
Laisse parler ton muscle
Ouvre grand ton sourire

Je l'âme je l'âme je l'âme ...

Veronica B, 26 août 2012

18 commentaires:

  1. très beau, très beau...
    En somme tout est une question de rencontre.
    Par contre, je ne connais pas les roses servannaises.

    RépondreSupprimer
  2. Nous aussi on t'âme on t'âme on t'âme !! bonne journée !

    RépondreSupprimer
  3. Ourle encore, ourle plus, ourle bien haut et n'oublies pas ce paon talon, il n'y a pas de sassafras, pas de fracas, pas de tracas, un trac pour un frac, sans fric, du sur mesure, du cousu main mais pas sans bouche à oreille, et si ça descend jusqu'aux orteils qui a dit que ce n'était pas le pieds, marre hein, non mais les franges c'est pour les petits malins, voilà du servannais pas tiède et bien servi, on fait plus qu'en sourire, pas besoin de glaçon pour le trouver rafraichissant, merci véronica

    RépondreSupprimer
  4. Quand je lie ce billet doux, satiné, soient yeux, travaillé en broché, à mystères damassé,
    une voix monte à l'Est et chante le clair de l'une en mon âme illuminée,
    http://www.youtube.com/watch?v=mXY-Hp-m7_g
    un croissant d'or se couche à l'Ouest sur l'autel Dieu
    et recueillie devant lit comme Matriochka veilleuse aux rubans reliants,
    sous les oh j'y vais nervurée ( mais jean revient apaisé ) et les vitraux en choeur
    cette prière récoltée...
    http://www.youtube.com/watch?v=BCc9vJ9UQFI&feature=related

    RépondreSupprimer
  5. Quand je lis ce billet si bien ourlé , je me sens pleine de tendresse et mon corps et mon coeur sont sourires ...
    Je t'ai lu ce matin et j'ai aimé , la Servannaise !
    Solène

    RépondreSupprimer
  6. A petits points, toile de lin, jours de Venise, initiales en petits points bourdons, nids d'abeille, soie des mots... voile tendue sous le doux zéphyr... du moulin de mon coeur.

    RépondreSupprimer
  7. j'aime très hautement, avec le coeur et l'âme ...

    RépondreSupprimer
  8. Je reconnais bien là la poesie rose Servannaise, haute en couleurs et en sentiments, douceurs,nostalgies,tendresses et un grand et large sourire au dessus....ta recette d'âme..la plus belle...
    mille tendresses....

    RépondreSupprimer
  9. Je me régale de vos mots ma chère Veronica, des mots ourlés avec tendresse et beauté...

    RépondreSupprimer
  10. Couds, couds, ces accroche vent, qui lèvent l’âme en somme, quand l"âme sonne sans épater ni appâter, en aparté il faut bien apporter
    dans ces extensions un peu de soie,
    couds, couds et finis donc ce pays sage là où l'on atterrit entretissé , entrecoupé, et pour les confessions on attendra confirmation pour voir si le promeneur solitaire en prend le chemin

    RépondreSupprimer
  11. Oh cette chanson...si tu savais combien de fois je l'ai écouté.
    Et je la retrouve ici :)
    BONHEUR
    Et ton texte, mais comment fais-tu :) Je suis admirative.

    Des pensées pour toi posées dans le vent.

    Azur

    RépondreSupprimer
  12. Des bisous soyeux à l'amie...

    RépondreSupprimer
  13. J'ai souri de ta naissance et des deux dents accrochées au balcon. Cette petite fille, oui, moi aussi je l'âme.

    RépondreSupprimer
  14. Merci à tous chers amis, j'ai bien lu vos mots et les ai recueillis !

    Que la douceur de septembre ourle tendre vos vents ...

    RépondreSupprimer
  15. Comme tu es contarieuse! tes fleurs, ta poésie, ton sens des saisons intérieures. Tu es belle d'âme, tu sais! Bisous. Suzâme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu es aimable de me le dire ! Rions ensemble alors au bonheur de nos saisons et prions pour qu'elles demeurent ...

      Je t'embrasse chère Suzâme.

      Supprimer
  16. Véronica, Lacan affirmait " le rêve est un rébus ".
    En le parodiant je dirai que ton poème-rébus est un rêve.
    Renaud de Hurle Vent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Renaud de Hurle Vent, je prends tes mots comme qu'on plie mens, les deux vies nettes que nous pouvons avoir, je les prends aussi et tout ce qui vient de fleurs, d'oiseaux et de vents ourlés, que nous rêvions en corps longtemps ...

      Supprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !