lundi 23 juillet 2012

Silencieuse, je mens.

Tu ne mentiras pas
T'en tireras-tu ?

Comment mentez-vous ?


Laisse-moi te conter comme je m'en délecte.
Avec les grandes orgues de Bach ...


Eh bien, je mens par foi, par plaisir et par sous rire.
Je mens joyeusement !
Je mens comme je reste, pire  je mens grandeur nature, je m'en moque si je mens de travers.
Je m'en parfume !
Je m'en songe bien ...
Je mens des livres, je mens tiret_


J'ai trop lu Les Sincères de Marivaux !
Les femmes hantent.


Je mens
Dûment
Vous montez du Mans ?


Je mens par homme, si on ...
Faire amante honorable.
Je mens pour Protée, j'ai une vie privée.
Je m'enparpolite, est-ce ... ?


Je m'entoure-loupe, je m'engrosse et je m'en rose.
Je m'enjuponne, je m'entoure d'y voir.
Je m'emprisonne, je m'enfrissonne, je menstrue, je m'entrompe !


Je m'en trempe !
Je m'en lave l'aime, hein.
Je m'en qu'on jure ...


Les enfants-même trempent, puis les zélés-faons.


Secrètement. Je brouille les pestes. 
Pleine d'orgue-oeil ... Regardez à ce propos ce reportage instructif sur un facteur d'orgue !
http://www.youtube.com/watch?v=qgg5ViSAn7o


Je ne mange jamais pour nuire à autrui.


Je te mante irai, tu n'auras plus froid.
Les femmes-mantes.


Te mens-tu ? ( Têtu(e) menti ? te manteras-tutu ? )
Pis, eux, mentent-ils ?


L'ave, rite et si je mens ...  Je suis saint serrement, désolée.


Mais je ne jure de rien, et si je vous mentais ... Toccata ! la bonne blague ! 

Veronica, De l'art d'aimante, Juillet 2012.


14 commentaires:

  1. Quelle senti mentale bonne y menteuse !!
    Bien assortie au facteur Déni qui nous Roule en farine et assemble les pipeaux en fagots pour mieux nous enjouer...

    Quand les églises ferment leurs portes et que le marché de l'orgue s'écroule, faut bien que les blogs servent de confessionnaux...
    Mais vas savoir ce qui s'y dit et s'y fait en servannais dans ces coins là !

    Femme-hante en toutes saisons...
    Femme-mante même en été...

    RépondreSupprimer
  2. Tu mens si joliment et seulement par foi.
    J'ai éclaté de rire et vais te relire

    Du baume en songe ne nuit point disais déjà ma grand-mère :-)
    J'ai regretté parfois de ne pas avoir suivi ses leçons.

    RépondreSupprimer
  3. L'être capitale... par feint cas piteux en voûtes hantes,
    Thé à la menthe
    ce que le Mans songe à la rillette
    la bêtise à cambrez
    la dent telle à Calais et ses rassurants arracheurs
    et en + l'a frais applomb gars c't'elle
    quand tellement la Bretonne sans bredouiller...
    T'es ce qu'Crest à la pivoine... la cap... number one...
    même pas rouge, sans vergogne !

    Croix de bois, croix de fer et, par Dieu, gare à la Croix Rousse
    si tu m'encore !

    RépondreSupprimer
  4. Sais pas faire et rougie effrontément... ze sais pas quoi fer et roux mes jouets me cache-cache...

    RépondreSupprimer
  5. Alors moi...

    « On m'a vu dans le Vercors
    Sauter à l'élastique
    Voleur d'amphores
    Au fond des criques
    J'ai fait la cour a des murènes
    J'ai fais l'amour
    J'ai fait le mort
    Tétais pas née... »

    http://youtu.be/R76URfXE_ck

    RépondreSupprimer
  6. Menton, lèvres, front, c'est ton vie sage d'aimante... âme démente lorsqu'elle jongle et ne rattrape guerre ses illusions. Maints songes, livres, sons, c'est ton visage. Des mantes mentent aussi. Mais toi, tu gardes ton âme d'aimante...Suzâme

    RépondreSupprimer
  7. Par foi, je mens par ô mission,
    n'en déplaise à ma chère m'âme ment...

    Je t'embrasse en vers-rime-thé.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis la flamme d'un grand musicien, chef d'orchestre reconnu et apprécié sur tous les continents. Je me lève aux aurores et lis dans le texte Shakespeare,Kant, La o-tseu et la Bible. Mon parfum est subtil et envoutant, mais il n'est pas aussi suave que le parfum de ... Le soir, lorsque je ferme les yeux, je me retrouve devant un bassin à l'eau transparente entouré de centaines de fleurs de lotus épanouies. J'y plonge et me retrouve allongée dans un pré à l'herbe moelleuse où le temps n'existe plus. Une vache traverse en courant. Des branches de houx se sont accrochées à ses cornes. Elle me dévisage et suppliante me demande : "Chantez-moi un cantique de Noël, un de ceux que votre Pépé avait appris à Düsseldorf." Alors je m'enhardis et gonflant le ventre et la poitrine, je chante de tout mon coeur :"Douce Nuit, Sainte Nuit ..." Une étoile au-dessus de ma tête sourit et me chuchote :"Voilà, c'est ça la vie, espérer, chanter, remercier !" Mais soudain une noisette tombe sur ma pauvre tête. Aïe, elle me ramène à mes casseroles, à l'herbe que je dois arracher dans le jardin et à l'olivier que l'on m'a offert et que je dois bientôt rempoter.

    RépondreSupprimer
  9. Il ne doit pas être aisé de mentir et je suis comme Lou, je ne sais pas faire...Vos mots sont jolis Veronica et j'aime votre façon d'écrire.
    Je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne sais pas mentir....
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  11. Je l'ai lu deux fois, ton texte, tellement il me plaisait. fin, plein d'humour et puis tellement vrai !

    RépondreSupprimer
  12. L'amant songe... C'est du poison mais je m'en fish!

    RépondreSupprimer
  13. Une déclinaison virtuose de toutes les richesses du mensonge !
    On dirait du Queneau. Et maintenant, je m'en... vais !

    RépondreSupprimer
  14. imagine-moi ... petite et blonde aux yeux noisette ... je suis princesse en mon royaume et mes sujets sont très aimants et très obéissants ...je mens brune que je suis ...pas princesse mais sujet...
    je mens-ou-viens à chaque fois que je peux ...
    je mens donc... je suis ....
    je mens légèrement mais je mens nuit noire aussi ...

    .... mais je mens bien moins joliment que toi avec ce sublime texte ...
    Solène

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !