vendredi 13 juillet 2012

L'envoyée





Elle ne pourrait l'habiller en langue d'aime haut, _"Non je ne pourrai tablier répétait-elle, je le sens que s'étoile" ... Développant ses cheveux lents, en longue capitale, elle trouverait à le répandre. La belle âme hantait ... Blaise entrerait, viendrait célébrer la victoire. Elle le tremperait en corps. Parce que son maître la laverait dans l'eau des Ponges, elle le parfleurmerait. Telle oigne, c'est l'Eve ... Sur les doigts de l'âme, hein, elle les conterait, ça tomberait sous le sens. Les zappe autres. A chaque mot dit, la gorge des pétales. Les grands appâts. Lamelle veilleuse. Elle bouiquinerait, mieux que la lecture, avec ce petit cri dans la tête qui allume des feux de joues. Ah,  Cybèle, les temps qu'on jugulait bien se confondraient. Bien plus grand que le désir. Elle s'adapterait. _"Ne crains pas, crois seulement."
En fin, elle s'accomplirait.


Extrait des Arabesques de vie, Eté 2012, Veronica B.


21 commentaires:

  1. C'est tout plein joli et fort délié en écriture
    ce jour me porte chance depuis que j'y suis né, mais à une autre place sur le calendrier, alors ce m'est une chance ce jour de lire ces paroles douces, bel été, je m'en vais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Thierry, touchée de ton passage en Aime haut.
      Mes délits de mens, je les offre à qui veut bien l'élire ...

      Je te souhaite la chance que tu mérites, moi c'est le quatorze que j'âme ...
      Douces pare-rôles, que ton été sois beau et tes silences d'air ...

      Supprimer
  2. Avec ce feu d'artifice, je ne sais pourquoi ici il a lieu le 13 juillet, je te souhaite beaucoup d'arasbesque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Laurent, les arabesques qu'on pose sur mon âme ... je les en miel, elles me sont souffle ...

      à toi aussi, que tes arabesques soient belles et douces ...

      Une fleur sans artifice que je t'offre pour ton jour !

      Supprimer
  3. Belle délicatesse que ces mots d'une autre dimension! Je lis le journal caché d'une femme au paradis. Cherchons-la toujours, Eve est tout jour là, libre amour de la vie...Suzâme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cela ma sous âme, le "journal d'une femme de chambre au paradis", en octave mire-beau, un peu oui ! sourire, sortie de nulle pierre mais de la grâce d'un nu, sans âge, juste si elle !
      Elle élève, là, apprend l'âme, hein ... libre et liber et ... amante de la Vie avec un grand V !

      Yours
      Veronica

      Supprimer
  4. Tu nous promènes dans un monde parallèle et flottant. Je m'y régale...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie ! et je te noune que tu le voles bien !

      Pensées para l'aile, envol et ...

      Supprimer
  5. Arabesques de vie, broderie sur la toile du temps, méandres qui dessinent l'attente, courbes du désir, fleurs de l'amour, accomplissement dans le don et le par-don, il nous reste à suivre le fil confiant comme la bignone qui s'offre au soleil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bignone Mam Gallen le sait bien oui, Lily, autant de lianes qui nous lisent et nous lient par les vies ... On donne on se donne on pardonne on se perd donne en corps ... mais on continue de grandir au soleil, grâce à l'haut ...

      Brodons, brodons des auges ourduies ...

      Supprimer
  6. La belle m'arima de laine... la tachante qui l'avait auprés cieux parfum... bénie soit elle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Delta rima de l'aine ... Celte à marrie mad laine ... ta tachante, qui attachée, tant de draps-peaux,elle qui le savait, ô toi qui l'aimais ...

      Soyons bénies chère âme ...

      Supprimer
  7. Doigts de l'âme, doigts de fleurs...que de délicatesses, merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une délicate liesse, je t'inviterai !

      Les belles au ciel iront danser, grâce yeux
      Pieuses
      Mens

      Supprimer
  8. La foi aida
    grandir
    Fides
    humana
    est

    L'épansée mystique
    Je t'aide
    Et panse
    Ta plaie

    RépondreSupprimer
  9. Je m'étais embrouillée entre ancienne et nouvelle adresse. Ton blog est de plus en plus beau et j'adore la musique. Amitiés.

    RépondreSupprimer
  10. Moi, je me suis perdue dans le jardin, tu es venue me remettre sur le bon chemin ;)
    Magnifique, superbe, élégante, rayonnante bignonia !
    Belle prose qui joue avec les mots pour notre plaisir.
    Merci, que ce mardi soit illuminé par cette fleur d'été .

    RépondreSupprimer
  11. J'aime l'association du texte et de la belle bignone rouge.
    Très bonne journée.

    RépondreSupprimer
  12. Il faut savoir jongler entre ces deux blogs. Lire ces étranges processions de mots détournés, les lire et les relire pour y trouver un sens. Parfois en trouver un et laisser faire à la poésie sa route magique, parfois n'en pas trouver et laisser faire aussi .
    Laisser surtout demeurer le mystère de ces mots transformet et planter l'ombre douce et bienfaisante dune belle femme, secrète et mystérieuse, comme retranchée du monde derriere un mur de mots.
    Ou bien encore laisser s'épanouir le mystère de l'été ....et peut être des vacances.

    RépondreSupprimer
  13. Oups.....transformés

    RépondreSupprimer
  14. Je me suis promenée dans ce déluge sublime de mots à mots ...
    j'ai laissé cette beauté étrange m'envahir et j'ai tellement aimé
    que j'y reviens souvent ... addiction !!!

    et puis quelques mots en réponse à ton message ...

    merveilleux message dont j'ai fait un ko pillé-ko laid mais très beau ....conservé dans une poche qui me touche ...
    Sol'n

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !