vendredi 1 juin 2012

L'intuition des femmes, I ...



Pour toutes les filles et toutes les aînées qui sont la preuve vivante qu'en dépit des dénégations de la société, des peines de coeur, des erreurs de parcours, des chutes et des brûlures, l'âme revient toujours à la vie, vit encore et avec intensité ... pour toutes les filles et toutes les aînées qui savent depuis plus ou moins longtemps que  malgré leurs points faibles et les dénégations du moi, elles sont nées avec la sagesse chevillée au corps et à l'âme, et que c'est à la fois leur héritage d'or et leur étincelle d'or. Pour toutes les filles et toutes les aînées qui travaillent à l'essentiel, à savoir faire la preuve qu'une femme est comme un grand arbre qui, par sa capacité à bouger au lieu de rester statique, peut survivre aux plus violentes tempêtes et aux pires dangers et continuer à se dresser par la suite vers le ciel, et qu'elle peut toujours, elle aussi, se mouvoir, osciller et poursuivre la danse. Pour toutes les filles qui sont elles-mêmes soit en début, soit en fin de formation pour devenir des "majestés ordinaires", aussi sages, et sauvages, et dangereuses qu'elles sont appelées à l'être, c'est-à-dire énormément. Enormément. 


Pour elles ...
pour nous tous, 
les grand-mères comme les grand-pères,
les petites filles comme les petits fils ...
Puissions-nous aller tous plus loin et être florissants,
créer à partir des cendres,
protéger les arts, les idées, les espoirs
qui ne sauraient disparaître 
de la face de la terre.
Pour tout cela, puissions-nous vivre longtemps
en nous aimant les uns les autres,
jeunes dans la vieillesse et vieux dans la jeunesse
pour toujours et à jamais.
Amen

                                       Clara Pinkola Estés

                                                            Dernier chapitre de La Danse des grand-mères


20 commentaires:

  1. Ah ! J'adore cette Clarissa Pinkila Estès, mais ce petit livre rouge est un vrai trésor !
    Les extraits que tu en as choisi sont magnifiques !
    Et ta petite bonne femme a l'air bien sympathique et futée parmi les herbettes !

    Hummm le tortelli alle erbette !!!

    http://blog.giallozafferano.it/cucinanonnavirgi/wp-content/uploads/2012/05/IMG_0695.jpg

    http://farm5.static.flickr.com/4130/5089307232_ea719d59e8.jpg

    RépondreSupprimer
  2. Extrait de "la suite" de ce livre de Clarissa Pincola Estés ,
    "La Danse des Grand-mères":

    " Chaque arbre possède sous la terre une version première de lui-même. L'arbre vénérable abrite un "arbre caché" souterrain, constitué par un réseau de racines qui s'abreuvent en permanence à des eaux invisibles. A partir de ces racines, l'âme cachée de l'arbre fait monter l'énergie afin que sa vrai nature, sage et audacieuse, puisse s'épanouir au dessus du sol.
    Il en va de même avec l'existence d'une femme. Malingre ou flamboyante, quelque soit l'état dans lequel elle se trouve en surface....il y a en dessous d'elle une "femme cachée" qui entretient l'étincelle d'or, cette énergie éblouissante, cette source
    d'âme qui ne tarit jamais. La "femme cachée" tente toujours de faire remonter cette force vitale....à travers le sol aveugle pour nourrir sa partie haute et le monde à sa portée. Ses périodes d'expansion et de réinvention dépendent de ce cycle...

    Bonne fin de semaine!

    RépondreSupprimer
  3. Un auteur que je ne connaissais pas. Très envie d'en lire plus ! Petite grand-mère au fichu lui va bien ! Ton chemin de tulipes et autres cerises sont des petites merveilles. Tu as "l'intuition" du beau jolie Servanne !

    RépondreSupprimer
  4. Une bien belle déclaration en hommage à toutes les femmes accompagnée d'une sculpture de grand'mère espiègle qui se cache au détour du jardin.

    RépondreSupprimer
  5. Un texte qui reconnait notre force et dans la période la plus fragile de l'arbre que nous sommes, nous femmes, aînées, il nous en donne. Je sens mes branches, mes fruits et mes fleurs frissonner. Merci pour ce partage que je vais transmettre à mon tour. Bisous du soleil. Suzâme

    RépondreSupprimer
  6. Et cette photo malicieuse qui semble nous dire: Nous pouvons être aussi des naines de jardins! : )

    RépondreSupprimer
  7. Ce soir, en lisant ces mots, et en écoutant Camille Saint Saëns, je me sens arbre, je me sens forte......je me sens belle....

    Tes filles fleurs, tes garçons branches vont te souhaiter une belle fête demain.....des gouttes de rosée aux premiers rayons du matin !

    Bisous en coeur de femme.....

    RépondreSupprimer
  8. A toutes celles parmi ces femmes qui sont maman, je souhaite une très belle fête des mères! ...

    RépondreSupprimer
  9. Ton texte que je suis venue lire tranquillement après mes problèmes informatiques est très beau. Il m'a rappelé les racines qu'ont été pour moi , en particulier ma grand mère, sans laquelle je n'aurais fait que survivre, sans savoir ce qu'était une enfance. Merci.

    RépondreSupprimer
  10. L'intuition des femmes me rend perplexe

    RépondreSupprimer
  11. Régulièrement, je viendrai vous donner à lire un passage de ce livre ... où les femmes se retrouvent et dansent leur coeur de femme !

    à nos mères
    Nos grand-mères
    Nos filles

    ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, quelle merveilleuse idée... Moi qui aime tant les arbres et les fleurs, et les oiseaux ... je me sens arbre et si fière de dresser mes branches souples et fragiles vers le ciel, de m'enraciner dans le sol, je me sens fleur au printemps et mûrie au soleil de l'été...
      Je connaissais "Femmes qui dansent avec les loups" du même auteur... une belle découverte.
      Bisous de femme à femme.

      Supprimer
  12. La vie est mouvement comme le bonheur (bon j'ai cliqué sur ton profil complet)

    RépondreSupprimer
  13. Le magnifique texte de "Clara Pinkola Estés" est de toute beauté et me remplit de bonheur! Et je me réjouis d'une suite.
    La nouvelle présentation de votre blog me plaît énormément et je suis admirative devant de si délicates photos. Ces belles fleurs mettent le coeur en joie.
    Belle soirée ma chère Servanne.

    RépondreSupprimer
  14. C'est toujours très fort pour moi la rencontre avec tes mots ....
    Croiser ton regard c'est avoir tout à coup le coeur au bord des berges de la création du monde...........Et mes yeux deviennent ruisseaux, mon coeur un livre d'or et mes mains toutes grandes ouvertes pour cueillir ta lumière des tisseuses de mots ! MERCI et bisous tout plein : sabine.

    RépondreSupprimer
  15. Te voilà de retour!
    avec un si beau texte entre autres.

    mais alors Veronica et Servanne ne font qu'une: toi.
    Merci d'être venue chez moi.

    RépondreSupprimer
  16. Contente de te retrouver Servanne, je lisais et je me disais ça c'est "La danse des grand-mères", moi je suis en train de lire "Femmes qui courent avec les loups" un pur bonheur. A bientôt

    RépondreSupprimer
  17. Ce livre est une bible d'écorce, de chair et de ciel, ouverte aux pas, aux cris et silences des femmes, celles qui reculent, stagnent, trépignent, s'élancent, reviennent... extrait de mon partage sur https://www.facebook.com/suzame.ecriture

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !