jeudi 12 janvier 2012

Ne me lâche pas les basques !





Bonheur de l'instant ...
Recréer le paysage ...





Silencieusement ... Chercher un disque, choisir Les musiques basques d'Agur Jaunak, orchestrées par Michel Plasson, baisser la lumière, s'asseoir dans un fauteuil, au moins jusqu'à la moelle, laisser vibrer à l'or les couleurs de la vie, dans la terre Gascogne,  voir rejaillir les bleus, le soleil osé-nid, la chaleur des étoiles,  rêver de lave, hennir ... sentir fondre dans la bouche la ganache de chocolat au piment d'espelette, la  savourer en corps, au moins jusqu'à la luette ... en méditant les mots du poète espagnol et en chantant la Vie  ! :

" Tant que sur terre, il restera un homme pour chanter, il nous sera encore permis d'espérer."
Gabriel Celaya, Ballades et dits basques, in Celaya, Seghers, 1970.



13 commentaires:

  1. jolie citation mais je préfère ton texte et tes mots, le soleil osé-nid de ce bel après-mi d'hi-vert. J'essaie, tu vois, mais à la cheville, je t'arrive à la cheville....bises mordorées, ma belle Veronica.

    RépondreSupprimer
  2. Ton clocher s'est offert un beau ciel bleu alors que celui de ma collégiale était ce matin dans un épais brouillard froid humide !!! mais ça n'a pas empéché le psv de mettre le poil dehors !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, Veronica

    Et le chant vagabonda de clocher en clocher
    dans l'espace infini d'un ciel bienveillant
    tes mots écrits comme plumes d'or envolées
    deviennent constellation en ciel étincelant

    Merci beaucoup.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. Michel Plasson m'a offert quelques uns de mes plus beaux moments musicaux, notamment à la Halle aux Grains.

    Méfiez-vous Véronica si la pie ment, elle n'en est pas moins voleuse. D'ailleurs Rossini lui même lui a tourné le dos!

    et toujours le même plaisir à venir vous rendre visite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Egun on

      se canto,

      je n'ai pas assez profité de michel Plasson quand il était en poste et le regrette

      merci veronika

      Supprimer
  5. merci à toi, il y une place encore sur la canapé à côté du fauteuil ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les basques quêtent, c'est surement pour cela que la diaspora s'est égayé au quatre coins du monde

      Supprimer
  6. "J'ajoute qu'ici un lien secret et profond et que rien n'a pu rompre unit, même en dépit des Pyrénées, ces frontières naturelles, tous les membres de la mystérieuse famille basque. Le vieux mot Navarre n'est pas un mot. On naît basque, on parle basque, on vit basque et l'on meurt basque. La langue basque est une patrie, j'ai presque dit une religion. Dites un mot basque à un montagnard dans la montagne; avant ce mot, vous étiez à peine un homme pour lui; ce mot prononcé, vous voilà son frère. La langue espagnole est ici une étrangère comme la langue française."
    Victor Hugo, Alpes et Pyrénées,1843.
    Je retournerais bien à St Jean Pied de Port, St Etienne de Baïgorry, Artouste, St Pée-sur-Nivelle, St Jean de Luz (prononcez Luce)... Mon fils m'a rapporté récemment du piment d'Espelette et de la sauce Sakari, douce. Je me réjouis d'y gouter ... De très bons souvenirs de la piperade de la Tante Marie accompagnant ses travers de porc.
    Les chants basques, je ne connais pas beaucoup ...

    RépondreSupprimer
  7. C'est « drôle »

    « …On naît basque, on parle basque, on vit basque et l'on meurt basque. La langue basque est une patrie, j'ai presque dit une religion. Dites un mot basque à un montagnard dans la montagne; avant ce mot, vous étiez à peine un homme pour lui; ce mot prononcé, vous voilà son frère… »

    ...le régionaliste ici est noble et légitime...,
    pour l' Alsace c 'est source de moqueries et railleries...

    http://youtu.be/BpqpIb8gd5Y

    Mais j'aime beaucoup les Pyrénées et les Alpes

    RépondreSupprimer
  8. Je chante mal mais j'ai écouté avec plaisir le chant sur ton blog. Amitiés.

    RépondreSupprimer
  9. Ah, le bonheur d'un moment de musique... je ne sais pas pourquoi, j'ai tout de suite pensé à une messe chantée en grégorien - va savoir ce que réserve cette interprétation !!
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  10. Quand j'ai le blues, je chante. Au début, il faut me forcer un peu, mais très vite, allégresse.
    De basque, je connais Benat Achiary. Voix superbe.

    RépondreSupprimer
  11. Chanter c'est l'expression de l'être ! ça exprime la joie, l'amour, la tendresse, la peur, l'angoisse, la douleur profonde, le chagrin..
    Tout me va en musique de Wagner à "une poule sur un mur" ...
    mais je fonds lorsque j'écoute Mahler et son Adagietto ...ou "La jeune fille et la mort" de Schubert ....
    Les chants basques sont très beaux mais je préfère quand même les chants corses ...
    Quand me chanteras-tu une chanson ?
    Douce, je t'embrasse
    Solène

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !