samedi 3 décembre 2011

Mon caddie de marche et ...


"_Qu'es-tu pèlerin ?
_Je me nomme celui qui pleure.
_ En vérité viens avec nous.
_Je suis un homme par une main d'ombre arrêté.
_Viens !
_ Non !
_ Les ans t'ont fait débile, pourquoi l'oeil ouvert à demi, restes-tu dans l'ombre, immobile ?
_Une pierre me tient, ami.
_ Ton âme de nuit est vêtue. Seul, debout, n'as-tu pas d'effroi d'un lent changement en statue ?
_ La terre sombre monte en moi.
_Que fais-tu là ? Viens. Le soir tombe, le vent souffle en tes cheveux gris.
_ J'attends que se rouvre une tombe où le bas de ma robe est pris. "

In Toute la lyre, Victor Hugo.



Pèlerime plus que pèlerine en marche  ...  Seule avec moi m'aime et maigre moisson ( soi d'émoi en rêve ... ) je me sens aussi parfois ( sous vent ? ) comme tenue par la pierre et j'aimerais alors être celle qui me donne l'âme, hein, pour, ensemble, oser prendre le chemin ...
 Ne restons pas immobiles, pétris enfermés statufiés par nos ombres tenaces tout en  sombres grises velléités ...




ça me dit, en ce jour  d'aller faire un p'tit tour au marché !



J'ai mis mes écossais, tu viens avec moi ? 
en route pour marcher !
Mon caddie est tout vide, que mettras-tu dedans ?




Allez y a qu'a dit ! : 


Seulement n'oubliez pas ceci : il faut que le songeur soit plus fort que le songe. Autrement, danger. Tout rêve est une lutte ... Un cerveau peut  être rongé par une chimère. 
Victor Hugo, in Le promontoire du songe.



28 commentaires:

  1. Bonjour, Veronica.

    Mais oui, tout rêve est une lutte quand on fait son marché de Noël...

    Et les voix te disent que tu traverses les mers, que la terre t'appartient, que les vents te font traverser l'univers ...
    Mais les voix te disent que tu fais tes cadeaux dans les chariots du ciel.
    Merci beaucoup.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. « …que le songeur soit plus fort que le songe… »
    Que le poète soit plus fort que sa poésie
    Que le chanteur plus fort que sa chanson
    Que le comédien plus fort que son rôle …
    …afin de pouvoir prendre du recul , de la hauteur et
    continuer à écrire, jouer, chanter la vie.
    Dans mon caddie je met les fruits et les légumes de saison des producteurs locaux, certains bio. des sourire et du soleil et une bonne dose de rêve pour espérer toujours et encore malgré tout…

    RépondreSupprimer
  3. Pour un bon partant comme moi quand la piste me tendait les bras, il y a des lustres, dans les blocks à l'écoute du starter, je jaillissais
    sur le tartan.
    Si j'avais été caméléon je me serai senti malade sur cet autre tartan moins ancien qu'on ne le dis, mais dont les les signes distinctifs manifestent la rayure et peuvent gêner aux entournures...de phrases.
    Je garde des Pictes un souvenir coloré même s'ils ont du en rabaisser, ne seraient ils pas ceux qui ont amené le plus de lumières éclairant une face cachée.

    RépondreSupprimer
  4. Ce sera t y saint aubin où l'on prend un bain de foule et de volaille?

    RépondreSupprimer
  5. Dans ton charrie haut écho sait je mettrai des nuages pour que le voyage soit léger, des feuilles d'automne pour parfumer le vent, des pommes de pin a glisser sous la cendre....des champignons de sous-bois à faire sécher en guirlande...des herbes pour le thé et les infusions douces....des pas et des rires pour meubler les silences de l'hiver...et aussi un peu de brindilles sèches pour allumer le foyer..... et un peu de mousse pour réchauffer le banc du jardin....
    bisous tous doux....ici !

    RépondreSupprimer
  6. Dans mon qu'a dit de mars je mettrai mes rêves d'enfance, mon cherche beau, un quartier de lune, un verre d'eau, un carreau de chocolat et nos éclats de rire feront fuir les ombres sombres de nos jeux mains

    RépondreSupprimer
  7. pérégrin, je ne suis pas chagrin, je poursuis mon chemin et si je m’époussète pour chasser les grains ce n'est pas l'eau rage que je pèle, grand froid est mon angoisse, ça me met le bourdon, mais jamais je ne passe et m'aventure au loin, avec mes coquilles de saint jacques je prend l'eau mais tel est mon destin, et dans la halte je trouve réconfort sans faire garderie dans la bergerie
    partageant des agneaux le logis.

    RépondreSupprimer
  8. Alors je te mets pêle-mêle, parce que c'est de saison ici:
    artichauts, dattes, olives, pignons et anchois frais.
    A part ça quelques palmiers pour rêver, quelques vagues sur des rochers, et des nuages plein la tête.
    Ça ira, pas trop lourd?

    RépondreSupprimer
  9. Dans mon panier dos yeah yeah, une grenade de rêve, un citron de soleil, un rayon de miel, et des larmes de bonheur et de tristesse dans une fontaine de lait.

    RépondreSupprimer
  10. Ne pas nier le pas niais de ce panier.

    La souris se soucie peu du caddie raton.

    A Juan-les-pins on aime les caddies du Golfe.

    Dans ce caddie à Caro, oups, à carreaux, on peut mettre des petits pois à écosser! Non des petits poids à écossais.

    et le clan dit... il est tard, tant, qu'il nous faut dormir, et là, ça m'a fait kilt! Il fallait que me corne Muse, mais j'ai manqué d'aspiration, ça n'a pas marché!

    Bravo Véronica, en terme de roue de caddie, vous en connaissez un rayon!
    - Maia, punie, au coin, pour cale en bourg!
    - j'peux dire Hambourg!
    - silence!!!!!!!!!
    - vous me faites marcher?

    RépondreSupprimer
  11. J'adore les radis roses...Et Victor Hugo!

    RépondreSupprimer
  12. au marché, je vais
    pour remplir mon panier de légumes, fruits et fleurs
    et puis aussi dire bonjour,; sourire, entendre la vie qui s'éveille, sentir les poissons, les pains, revenir les bras chargés et me dire Ô comme j'ai faim !

    RépondreSupprimer
  13. Lautreje,

    "Il était une bergère qui allait au marché
    Elle portait sur sa tête trois pommes dans un panier
    Les pommes faisaient rouli roula les pommes faisaient rouli roula
    Stop !
    Trois pas en avant
    Trois pas en arrière
    Trois pas sur le côté
    Trois pas de l'autre côté !"

    Tu chantes avec moi ?

    RépondreSupprimer
  14. Christiana,


    Moi aussi, et la poésie des radis ... et l'aime haut du Poète ...


    " Cette quantité de rêve inhérente au poète est un don suprême ... Qui n'a pas cette quantité céleste de songe n'est qu'un philosophe ! ... L'art respire volontiers l'air irrespirable. Supprimer cela, c'est fermer la communication avec l'infini."
    Victor Hugo, in le Promontoire du songe.

    RépondreSupprimer
  15. Ah vous voulez jouer avec moi ? sans nid-aise, ris et tout et tout ! d'accord on y va ! rires

    Mais oui j'adore faire marcher ! Votre souris est vraiment à dos râble ! elle qui ne se soucie pas du "caddie raton " ! trop mimi qui la peint, elle a bien raison du reste ! et dans l'Aber, je ris ! quand vous prenez chemin des golfes ... clairs ! Rapportez-moi du pain ! cil vous plaît ! et des écossais pardi ! je les aime bien verts ! et d'un bourg en plus !

    Alors ça vous a fait kilt comme ça ! Maia enrouée libre ! non sans cou roux, juste l'aime haut kilt faut ! pour le dire et faire son marché de nuit ! oh oui un marché de Noël de nuit avec des livres, des voix, des lumières, des petits pois chaise-oie, et de la fouace à Vérone-aise !!!


    Des bisous en joues, à ...

    RépondreSupprimer
  16. Lou,


    Yeah yeah ! on danse ! Des lices-yeux avec les mi-ailes ! ce jus de soleil citronné Lou ! avec l'eau sucrée de grenade ! je les vois couler dans la fontaine à lait poétique ...

    " Quand le froid vient me saisir, je me mets à réfléchir.
    Dans les jours de ma jeunesse, l'été je fauchais le foin,
    l'automne je battais le grain,
    l'hiver je chauffais mes mains.
    Je n'ai pas dans ma vieillesse, même un chien qui me caresse
    et me chauffe un peu les mains de sa langue de bon chien.
    décembre, toujours décembre. Jamais de feu dans la chambre.
    Las ! tous les boutons des portes me sont de glace. Mais qu'importe !
    Tous les coeurs me sont de glace.
    Alors je passe, je passe ...
    Paul Fort, Le dit du pauvre vieux.

    RépondreSupprimer
  17. Colo,

    Merci ! c'est for me table tout ça ! sourire

    Artichauts dattes olives pignons et anchois frais !!!

    Tout le bon soleil de chez toi !

    Je ferai donc un merveilleux tajine ! et je garde les anchois frais, de choix oui, pour une délicieuse tapenade blanche !

    Non non pas trop lourd, je prends et garde tout, les merveilleux nuages et les arbres à rêver pour l'hiver ... sur mes coussins roses ...

    RépondreSupprimer
  18. Thierry,


    Il est de chaleureuses bergeries toujours accueillantes, et qui bourg donnent, s'insèrent mens, en bonnes ça Marie teint, qui nous font retrouver un peu de couleur sur les joues et dans le coeur. Du souffle amical, de l'haleine de coeur je dirai oui !

    RépondreSupprimer
  19. Fifi,


    Il est tout frais ton marché de printemps ! Tu fais le marché en mars seulement ? le sourire en marche cueille les saveurs de l'if vert, et j'aime ces carreaux de choc au lala ! lala l'air !

    RépondreSupprimer
  20. Myette,

    Oui, mon char y écho sait ... tu le sais ... et je les regarde ces beaux nuages légers qui passent, je relève les yeux du col, en regardant passer le vent et ses feuilles d'haut si belles dans l'eau tant elles se reflètent ...Il y a aussi l'odeur unique des pommes de pin, à ramasser pour l'âme, hein, à décembre hochant pignons qui landent, sang gui et rêvent aussi des airs d'été, des heures de thé, infusions douces et calmantes ... au feutre de pas doux, quand les meubles se parlent et changent les silences en bel éclat deux rires qui traversent l'effroi ! le foyer est tant joie, le banc a mis sa mousse qui nous accueillera ... ainsi soient nos saisons ...

    à l'oreille douce, je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  21. J'ai mis aussi des échos saient pour être en hard mots nie avec toi, Veronica
    et j'ai remplis mon cas dit de légumes pour faire un "pote au feu"..au pas sage, j'ai pris quelques-unes de tes cas rôte..tu ne m'en voudras pas, elles m'ont fait un clin d'oeil, gour ment!

    Beau dimanche ensoleillé, ma belle!

    RépondreSupprimer
  22. Marché conclu!Je vais marcher au marché...Mais en at-tartan,je fais ma-lice (gentil ment)avant de cheminée....
    Bon dimanche Veronica!

    RépondreSupprimer
  23. Des mots mis en illustration ...même les légumes deviennent poétiques ici ...

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Véronica,
    Dans mon caddie, j'ai mis

    J'ai mis un carré d'herbe fraîche, une île et puis des chants colorés

    du ciel bleu,des fruits,arrosés d'eau, d'eau de pluie avec Debussy
    du soleil, des nuages, du tonnerre, des rivages avec Satie

    autrement dit,les ingrédients pour une salade normande, et une tarte
    aux pommes meringuée
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  25. Mon caddie reste vide ... pourquoi, me diras-tu ?
    parce que je n'aime pas les marchés de Noël où le mercantilisme l'emporte sur le vrai sens du mot Noël ...
    si, peut-être, je vais me rendre au marché de légumes pour prendre quelques poi rots , quelques rut à bagas, quelques nav ets quelques pat à tes .... et je ferais un bon potage à savourer lentement dans la douceur du soir trempé dehors ..
    Solène

    RépondreSupprimer
  26. c'est le rêve chez toi.... on s'évade de ce monde, on vit dans les nuages ... moi j'aime les carottes crues... et les radis frais... c'est craquant, c'est croquant... je n'ai pu venir avant...malgré le vent.. besitos

    RépondreSupprimer
  27. C'est Brasillach qui disait : L'important est d'avoir des rêves assez grands pour ne pas les perdre de vue pendant qu'on les poursuit.
    Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  28. Dans mon qu'a dit tant de choses douces et belles, de l'amour, de la joie, une sorte d'excitation pour toutes ces illuminations de fête, ces rues chatoyantes, mes rêves d'enfant tout emballés de rose, mes fantasmes d'adultes tout enrubannés de gris et puis... et puis...,tu ne vois rien dans mon panier ?.... mais le poète lui voit tant et tant... Bises douces, Veronika. A très vite.

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !