mardi 8 novembre 2011

Goûter rose de nos vents

" L'après-midi d'un dimanche je voudrais bien, Quand il fait chaud et qu'il y a de gros raisins
Dîner chez une vieille fille en une grande Maison de campagne chaude, fraîche, où l'on tend du linge, Du linge propre, à des cordes, des liens. Dans la cour il y aurait des petits poussins,
Qui iraient près du puits-et une jeune fille Dînerait avec nous deux seuls comme en famille.
Nous ferions un dîner lourd, et le vol-au-vent Serait sucré ...Nous prendrions le café tous les trois, et ensuite Nous plierons notre serviette très vite, Pour aller voir dans le jardin plein de choux bleus. La vieille nous laisserait au jardin tous deux. Nous nous embrasserions longtemps, laissant nos bouches Rouges collées auprès des coquelicots rouges. Puis les vêpres sonneraient doucement, alors Elle et moi nous nous presserions encore plus fort. "
Francis Jammes, L'après-midi



Tête à tête avec soi(e)-même, le temps d'un goûter au soleil de nos vents, mais plus de nappe ...




Chiche ! je prends mon chèche, c'est chic, non ?




Les ombres, comme de chine



... ont dessiné une scène de la vie or dîne air ... La vois-tu ?


Raconte-moi ...


19 commentaires:

  1. Il était une fois une femme poète qui goûtait en tête à tête avec le vent, avec une fleur, c'était selon...
    Elle dort dine air en musique et assiettée de rose et nos coeurs ravis
    sifflotent cet air d'une femme poète....

    RépondreSupprimer
  2. A part en songe ; Soeur Anne je ne vois rien venir ....
    ( j'aime bien la bande son )

    RépondreSupprimer
  3. quel joli texte qui donne des ailes!
    la nappe est jolie et le soleil qui joue avec les ombres arrose les fleurs de lumière ! c'est beau et fait oublier la grisaille de novembre! merci pour ce moment de bonheur !
    bisous

    RépondreSupprimer
  4. Des baisers rouges, rouges de plaisir, sous ou derrière la nappe...je vous ai vus vous embrasser, mais oui!
    Merci, c'est superbe.

    RépondreSupprimer
  5. Le matin, par la porte-fenêtre de la cuisine, voir ,à travers les arbres se lever le soleil
    en coloriant le ciel de rouge-oranger. La nuit tombée, les soirs de pleine lune ,sur la terrasse éclairée presque comme en plein jour, regarder la lune et se dire que presque partout à la même heure elle est la même et que d’autres la regardent également…Que c’est beau la vie !


    http://youtu.be/4HqHCBCeRkw

    RépondreSupprimer
  6. je vois à la ronde des heures
    fondre les glaces
    dans la chaleur des mains
    qui refont le monde
    aux battements des cils
    les ombres s'effacent
    quand le ciel pour témoin
    convoque la rose.

    RépondreSupprimer
  7. Fille : certes ! Vieille : pas encore mais sur le devenir ! admire et admire encore son Olivier aux tempes grises. Viens, suis moi près du puits et tournes sa roue, roue de la vie filtrant les doux rayons de Râ, ce jour !

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Veronica

    Ce que je vois en cette ombre déposée, c'est la finesse de ton encre...
    En assiette ciselée dessinant une rose qui s'éveille et s'en dort sans jamais faire de pause.
    et la scène de vie devient éternelle.

    Merci beaucoup pour cette délicatesse renouvelée.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  9. C'est drôlement chic la vie en plein air chez toi ! Délicat et raffiné.
    Gourmand et beau à l'oeil.
    Et la musique est une merveille...

    RépondreSupprimer
  10. En ce jour tout 9
    de nos vents-bre,
    cette rose a un goût
    de "faite" avec amour,
    déco-ration pour mon âme-ivre-sert?
    Une surprise!
    Je suis.. prise sur... le fait de veillir d'un an!

    Bonne journée Veronica!

    RépondreSupprimer
  11. Six belles poules auraient-elles piétiné la nappe blanche? Y auriez-vous dîné du dos d'un dodu dindon?

    RépondreSupprimer
  12. Au premier regard, un couple d'amoureux... le galant (à droite) est timide, il prend son temps et sa respiration, récite un doux poème... Hélas ! qu'il prenne garde... sans doute face à lui se tient la plus douce et la plus belle des belles mais... son ombre portée révèle tout autre chose, une sorcière, un être malfaisant... Qui le préviendra ? l'oiseau sur la branche à gauche)?, vous ? moi ?...

    RépondreSupprimer
  13. Comme j'aime bien ce texte de Francis Jammes ! Il évoque tant de choses, de l'enfance, de la vie, de la campagne, de l'été... C'est une tendre nostalgie.

    RépondreSupprimer
  14. Je te vois à califourchon sur un animal qui ressemble à un âne ou alors un renne. Veinarde ! Je monte derrière toi, si tu veux bien pour une tite randonnée sur les sentiers du Sud-Ouest ! On rira de la pluie et du vent et on goûtera d'un bon petit crottin - de chèvre - avec du pain aux céréales et ... bon, du café pour faire sérieux ! Bisous, bisous la belle avec son chèche !

    RépondreSupprimer
  15. Tout doux, tout tendre, et une petite fille qui fait de la balançoire.
    Je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  16. Ecoute dit le rosier à l'enfant, et regarde : voici ma dernière rose, bientôt mes branches vont se noircir et peut-être mourir, je vais rentrer en terre pour me reposer et quand le soleil du printemps reviendra, je t'offrirai ma première rose et toi tu auras grandi, grandi tant que tu me trouveras tout petit !

    RépondreSupprimer
  17. j'aime beaucoup la nouvelle photo de ton profil (celle en noir et blanc ) elle est delicieusement glamour !

    RépondreSupprimer
  18. veronica ! moi non plus je n'arrive pas à ouvrir mon blog ! j'ai téléchargé mozilla firefox et là pas de problème ! renseignements pris cela vient de google chrome, ce n'est pas grave et devrait se remettre en place dans quelques jours ! j'espère !!! tous ceux qui ont internet explorer et mozilla viennent sans problème !
    pardon de te mettre ça sur ton blog !
    bisous et bon weekend

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !