lundi 28 novembre 2011

Ode-parfum ...



Ode, par faim ...

Une eau de toile nette du matin ?
Est-ce in nez, chez toi, le goût du parfum ... ?
Un parfum de rose ? qui lave en deux ?
Après le bain ? après rase-âge, plutôt sauve-âge ?


Lourd ou léger ?
Ton cou marin, or aux marines ?
Florale ? boisée ? orientale ?



Espère-idée ? fou, j'erre ? chyprés oui chyprés ? de cuire ?
Fruitée ? muse-quai ? gourmande ?
à l'ambre gris et à l'iris ?
Parfum, suis gai, nez, ris ?


Je t'amande arrimerai ...



Fleur d'eau, rangée ?
Narcisse ou mimosa ?
La bergamote et le citron ?
Miel et tabac ?
L'as-tu bue heureuse ?
Délice de jasmin ?
Vanille et cannelle ?
Ile-langue-île-langue ?


Hâte à santal ! Hâte à verveine !
Patch-houle-lit ?
Vét'hiver tonka fève ?
Famille, tête, coeur et fond ?
La couleur départ-fin ?



Un extrait ?
_Oh ! dit Alise.Elle mit ses bras autour du cou de Colin et l'embrassa._Tu es un chic type ! dit Chick. Je ne sais pas comment te remercier, d'ailleurs tu sais très bien que je ne peux pas te remercier comme je le voudrais ...Colin se sentait un peu réconforté. Et Alise était vraiment en beauté ce soir._Quel parfum avez-vous ? dit-il . Chloé se parfume à l'essence d'orchidée bidistillée._Je n'ai pas de parfum ! ... dit Alise/_C'est naturel ! dit Chick._C'est merveilleux ! dit Colin. Vous sentez la forêt, avec un ruisseau et des petits lapins. 

BORIS VIAN, L'Ecume des jours.




_Si tu n'as guère l'un, tu as donc ... ? dix ors ? Air-messe ? Un garrot ? Chane-aile ? ô cache art-elle ? if saint l'or en ...ton eau pis homme ? Y as-tu goutal ? cher art-manie ...


_Non je n'ai pas tout, c'est dans l'air du temps ...car on ...mais j'aime le bal-main et le gui sur la roche...à l'an, j'y vins ...sur l'arpège et l'aromatic élixir des jours ...





Quelle est ta Grasse ? R'acanthe-moi !




vendredi 25 novembre 2011

Quand tu as froid ...


" La vie s'en va, autant de gagné, sache-le, avant le sommeil sans rêves,
c'est l'aube, jeune homme, réveille-toi, verse le vin de rubis dans la coupe de cristal."
Le jeune homme se réveilla dans la chambre glaciale
et sans rideaux.
C'était la sirène de l'usine qui ne pardonne nul retard. "

Extrait de Rubaïs, Nâzim Hikmet, 1945.





Quand tu as froid, au corps, au coeur, à l'âme ...
 Que fais-tu pour te réchauffer ?
....


 ( Montserrat Figueras et son mari Jordi Savall à l'Abbaye de Fontfroide, 2010 )


J'écoute la sublime Montserrat Figueras qui vient de nous quitter ...
Lumière de femme
 Dans ses Berceuses par exemple ...

S'il était un disque, un seul, à conseiller à qui ne la connaîtrait pas, ce serait sûrement son programme Ninna Nanna (1 SACD Alia Vox), qui rassemble, en un parcours d'une poésie rare et souvent bouleversante, un ensemble de berceuses de tous les temps, dont quelques-unes écrites au XXe siècle, dans des arrangements parfois étonnants, mais d'une beauté indicible.





http://www.lemonde.fr/carnet/article/2011/11/23/la-mort-de-montserrat-figueras-voix-de-la-melancolie_1608252_3382.html



mercredi 23 novembre 2011

Si j'étais ...

Liliba me demande de répondre à ses "Si j'étais" ...
 Du tag au tag à l'or d'haut qui tonne ... Pour toi Lili,  rien que de l'autan tic ...
 M'aime haut, ma liberté ...



Si j'étais un conte pour enfants ...


Mais aussi ...





Si j'étais une chose honteuse ... Je reste pudique alors ... je serais plutôt une chose onctueuse ... Un sourire-volet quand la fenêtre aux abeilles bat des cils, onctueusement, en nous voyant passer ; une crème de jour fraîche et parfumée, un pot de lait au miel ...




Si j'étais un lit, je serais un lit clos breton ... celui de mes grands-parents devenu armoire, bonnetière ...
Je serais aussi mon  lit, dans la vallée ...



Si j'étais une qualité, je serais le coeur qui va aux coeur des hommes, les rend uniques et vivants, quelle que soit leur condition ...




Si j'étais un mouchoir, je ne serais pas jetable, je serais à la menthe étole pour en respirer l'essence ... ou en coton de grand-père écossais parfumé d'ode colonne pour pleurer de douce nostalgie aux paradis perdus ... Un mouchoir de moche, pour ne jamais prendre la grâce tête et continuer à essuyer les émotions dans le fil fragile de la vie ... En réalité, je n'aime pas me moucher dans de vrais mouchoirs andant'ailes ( que je réserve à d'autres usages plus esthétiques ), même si j'ai toujours un paquet clean ex dans mon sac, se moucher est pour moi de l'ordre de l'intime et jamais ne me mouche en public, d'ailleurs je ne me mouche que seule, le plus souvent en cuisine, avec un grand torchon bien propre en coton uni bien épais ( réservé à cet usage bien sûr ! ) ça vous fait sourire ...
 ... Je déposerais mon eau dans le secret d'une rose ...





Si j'étais une ville, je serais une ville de province, assez grande pour m'y perdre le jour, assez petite pour m'y retrouver ... Une ville qui rêve la nuit ... Je ne la choisirais pas, je la laisserais me choisir ...


( Il pleuvait sur Brest ce jour là ... )



Si j'étais un objet pour écrire, je serais un bon bic médium ! de préférence bleu mais j'aime écrire aux couleurs de notre drap-peau ou un stylo à bille soyeux qui écrit vite et doux ... Je suis indifférente aux stylos de presse-tige, je préfère le conte nu que le contenant  ! ( attention à toutes les orthographes possibles ! )... et je n'aime pas ceux à plume. Moi, j'écris à l'âme, hein, avec mon droit gauche qui répond au cerf-veau ...




Si j'étais un article de maquillage, je serais le rouge à rêves bien sûr ! pour vous offrir mon sourire.
Couleur framboise- fraise, au bois de rose, au rouge tendre, velouté, légèrement glossy appliqué au doigt ou au pinceau dans le mitan de ma bouche à toute heure, et juste un fondu sur mes peaux mettre ...





Si j'étais une femme politique, mais je ne serais pas une femme politique ... à la rigueur, l'épouse discrète d'un homme politique ... Une femme -pot, voire polie-tique, dans un jardin, avec un chien, me va beaucoup mieux ...





Si j'étais un bibelot, je serais la boîte qui secrète ... la confiance, le souvenir, la mémoire, le mystère, la fidélité, le bonheur, la joie, le rêve, le parfum, la rose, le voyage, l'amour, l'amitié, la confiance ...



Une boîte de paon doré ...


Si j'étais ...

samedi 12 novembre 2011

L'omelette joyeuse !


Lorsque la marmite bout, l'amitié fleurit.

Proverbe anglais.

Je fais souvent l'omelette à la façon de Marguerite Duras ... son "omelette vietnamienne" que vous trouverez dans le livre La cuisine de Marguerite, écrit par son fils en 1999.
 Elle changeait sa recette au gré de ses envies et un peu avec ce qu'elle avait sous l'âme, hein ...
En plus des oeufs battus qui sont la base, elle y mettait des champignons noirs, des germes de soja ( de songe aussi certainement ) des herbes, des restes de légumes, de chou, de jambon etc ...
 et de l'amour ...
Elle faisait à l'inspir ...



"Vous voulez savoir pourquoi je fais la cuisine? Parce que j'aime beaucoup ça... C'est l'endroit le plus antinomique de celui de l'écrit et pourtant on est dans la même solitude, quand on fait la cuisine, la même inventivité... On est un auteur...
L'omelette vietnamienne... ça commence à faire, le nombre de gens qui me disent que c'est la meilleure chose qu'ils ont mangé de leur vie! Vous vous rendez compte!... Comment voulez-vous que je sois indifférente à ça. J'ai cette faculté-là, de pouvoir refaire les plats quand je les mange et puis dans un restaurant, une fois, elle était particulièrement bonne et je l'ai réinventée à partir de ce soir-là. C'est très long, il faut aller à Paris pour les ingrédients... "  Tiré du livre La cuisine de Marguerite.


Moi aussi,  j'aime être en cuisine, dans la solitude, la créativité des mets qui rejoint l'aime haut, oui je vais celle des mots à l'or ...
Ce que j'aime aussi, le plat de base telle l'omelette qui est chaque fois un peu la même et chaque fois un peu une autre ... Richesse des réitérations ...
Cuisine du frigo, du placard mais aussi recette qu'on charge de ses souvenirs, de soi, de son vécu, de ses émotions  ...



Si nous faisions une grande omelette joyeuse !

Une recette chaleureuse, simple et conviviale ...




Nous la ferons salée, pour un plat complet ...

Voici la photo de mon omelette, qu'ai-je mis dedans ?



J'apporte tout de suite la grande poêle avec mes petits bras !


Un ingrédient par personne, merci ! :)



Je vous offre la sucrée du dessert sur la photo ci-dessous,  tirée d'un livre sur la cuisine de nos régions de France, "orégionale" dirai-je ...


jeudi 10 novembre 2011

La langue Blogspot !

Différente de la langue d'Aime Haut ... très amusante, déconcertante parfois, curieuse et agaçante souvent, cela fait un moment que j'ai envie de vous écrire un petit texte avec la langue Blogspot. 
Je l'avais déjà fait d'ailleurs, dans une autre vie, quand je canalbloguais ...
Oui vous savez, je vous parle de ces mots que vous croisez quand on vous demande de les vérifier sur les espaces qui blogspotent ! Ne les avez-vous jamais rencontrés ! Je suis sûre que si, et moi, depuis un bail, quelques lianes en font les frais ( coucou :) j'ai fait ma petite collection pour vous âme user.
A priori, ils n'auraient ni queue ni tête, pas si sûr!
Car on peut trouver du sens, derrière le cocasse, l'incongru ... derrière le mot proche par son homophonie ou sa phonétique, ses onomatopées, tape-la ! Le mot dans son éclat, qui tombe comme ça, et qu'on vous demande de vérifier, pourquoi ? c'est comme instinctif et je ris souvent seule en croisant un de ces coqs, hein ! et ce serait trop bête de ne pas en faire quelque chose me dis-je ...Après tout, toutes les langues sont un peu soeurs non ...
Vous allez voir, je vais vous parler Blogspot et vous comprendrez vite !

* Je précise, aucun trucage dans l'aime haut, j'utilise le mot tel qu'on me demande de le vérifier, tout est d'or y jean ! ( tenue du jour oblige ... ) Tous les mots en rouge sont respectés en l'état !


Et je dédie ces mots à tous mes amis Blogger, en particulier les Blogspot ! ... heureuse d'avoir rejoint ( âme, on tourne ! ) ce nouvel et charmant hébergeur, après m'en être moqué gentiment en le vérifiant souvent ! rires




Enuska, la giarce, avait decide de nopal me porlai jusqu'à ce que je flusse passer à laverry matic de tous ses souppsson ...

"_Abonsk ! lui dis-je, en coller, alors com ça, tu te reri de mua ! Tu n'es pas omniput comme tu le panse ! Ne fais pas ta cranete ! C'est gofacil, Enus ! Ton brabil trash me hercesse le poilut ! Tu n'as pas de preuf !

_ Arete, salliko ! ou je tacroch au cintre ! C'est drocon de se disput mais je scens depuis un mament que tu as les bouley et moi j'ai les bramps ! Tout risambe à ce que j'avais prevul ...Jactive le thetos et tu vas vouarssa !

_ Abonsc ? Jeni suis pourient !
Swell, laice-moi t'explike listoire.

Lotre jour, chaimon coloc, traitrart, alors que je manjer un triti boutu de munster a proxido des kabine, une sorti de brianch quoi, Glumpst ! jaisenti comme un berlinko koinser ma gorge. Je n'ai pas campri ce qui se paser mais appersu le derms de Dante contre Moume. Une bel bullcatin aganit ma poitrin, spodue, elle risambe à  un gobulggl blant. Est-ce un manster me dis-je, je ne vistingue pas tout mais je maits la viteze. Le contacto, baving. Elle ebel ! Je sciens son derms, c'est grandzo ... Je nose plus resspi, et splasschi, c'est le getho, flasc ... Paphier ! en preming je resto, un thernones au troon, pris sur le viff ! Whilsly, aupot ! contrit, elfrai aussi. Mais onaipa en phasbe. Elle float  enjoyie, sur son tronu ...En train de me choffi.  Moi, unroc je te dis, mon loving ! ( I goutte you underm ma skin ) Je lui ingliz : "Alai ouske !" pour chacer le raive pendant que je me hyst pryful ...Ophis ! "

Un jour de suarte et de suort frouades forim ...

"_ Mocup, va ! Je suis bien incertam que tu me racunt la veritez ! Tes saniter, un moomany, son deod, c'est traup visqual ! Outaph put chercher ça ! Nonsans ! saripa dutour ! Tu veux que jenglange ça ? Tu n'es qu'un gangsto, un monsf, un mulfle!

_ Ne me frappre pas de tes unvective ! Je nerrien faize ! Preming, je ne minge pas de segato là tu saibien ! Je ne suis pas un gugull ! Hercesse de me harssele ! Segundot je taisme et je m'exocce. Ne saime pas les liens de la discone ...Oubliza ! Je ne suis qu'un homlit après tout ...

_ On vavoisa, slowli, c'est umpeu croter, malgré tes lograti. On werala si c'est crebidle. Ta petitt mucic incongue, tu as fourtu le sook dans monespri ! Vitabit ! Tu es pluieto aplindo ... "


Veronica, Hommage aux mots de vérification Blogspot ! 
10 novembre 2011.

mardi 8 novembre 2011

Goûter rose de nos vents

" L'après-midi d'un dimanche je voudrais bien, Quand il fait chaud et qu'il y a de gros raisins
Dîner chez une vieille fille en une grande Maison de campagne chaude, fraîche, où l'on tend du linge, Du linge propre, à des cordes, des liens. Dans la cour il y aurait des petits poussins,
Qui iraient près du puits-et une jeune fille Dînerait avec nous deux seuls comme en famille.
Nous ferions un dîner lourd, et le vol-au-vent Serait sucré ...Nous prendrions le café tous les trois, et ensuite Nous plierons notre serviette très vite, Pour aller voir dans le jardin plein de choux bleus. La vieille nous laisserait au jardin tous deux. Nous nous embrasserions longtemps, laissant nos bouches Rouges collées auprès des coquelicots rouges. Puis les vêpres sonneraient doucement, alors Elle et moi nous nous presserions encore plus fort. "
Francis Jammes, L'après-midi



Tête à tête avec soi(e)-même, le temps d'un goûter au soleil de nos vents, mais plus de nappe ...




Chiche ! je prends mon chèche, c'est chic, non ?




Les ombres, comme de chine



... ont dessiné une scène de la vie or dîne air ... La vois-tu ?


Raconte-moi ...


lundi 7 novembre 2011

Mon homme ...



Je marche derrière toi
Car tu fais de grands pas, 
De grands pas de grand homme 
Et je cours derrière toi
Mon homme

Je marche près de toi
Dans l'antre de tes bras
Car tu as de grands bras
De grands bras de grand homme
Mon homme

Je regarde tes pas
Je regarde tes bras
Car tu as de beaux bras
Tu sais
                              Tes mains ...

Veronica, 7 novembre 2011.



samedi 5 novembre 2011

La rose et les feuilles d'Haut


La pel de la fleur est ...




Avec un pied de feuilles
Et des vers de fanes
Je ramasse à l'appel



Dans le nid de ma pleine
L'une


Et l'autre étoilée



Les plis des pluies platanes,
Les caresses d'oublis, 
L'été à banc donné
Et tous les vents qui s'aiment ...


Avec ma peau de feuilles
Et mon corps de vertes herbes
Qui ploie ses os rimant


Aux lentes lentes mains
Qui l'arrosent
Temps doux


Ma rose d'automne


Emportée par le vent



En rose,


 Mon automne


S'offre


En me souriant ...