samedi 29 octobre 2011

La grenade

" J'ai ouvert une grenade  et je suis en train de détacher ses amas de graines juteuses
ce serait une bonne chose, me dis-je
si les graines étaient visibles aussi dans le coeur des gens "
                                                                                                       Sohrâb Sepehri




Il pleut fertile
Grenade
Orbe impériale
Rouge baiser
Bombe de la bouche peinte
Un paradis probable

Sous la housse toxique, tu fais les 400 grains




Pomme de l'eau, de là des apparences
Trancher la peau à vif
Comme tu saignes ma narrative !
Sous ta cache aux pépins
Rêver le coeur à nu
Nous faire un don de sein




Aux premières loges
Tes arilles écarlates
ô cloisons de rubis
Compartimentales




Sans que l'amer me tue
Dans ma terre inculte et stérile
Tu as semé le fruit
Pour l'âme re co naissante
Qui te regarde





 Boule à facettes
Nana d'or ne ment
La fille hier précieuse
Médite dans le bassin :
"Tu me donneras des enfants de l'amour ..."



Veronica, Les fruits d'Aime Haut, 29 octobre 2011.



25 commentaires:

  1. Pume granate : pommes grenues puis projectiles pouvant donner des grains, des éclats : Explosives, jouissives, juteuses, élevées, dressées, visibles, à maturation, dégoupillées, des goûts pillés, des fibres et une sève sucrée.
    Le fait qu’elle soit subdivisée en autant de cellules de même taille, évoque l’équi-partitionnement et l’égalité dans un corps unique entre téguments et pulpe. L’enveloppe est dure, elle protège et s’entame difficilement mais une fois mis à jour le secret de son cœur, elle dévoile alors des trésors de douceur sucrée, rafraichissante à souhait, elle donne la grenadine et un rouge grenat qui fait qu’on dine rien qu’à sa vue, des promesses de quoi se désaltérer sans altérer sa bonne humeur.
    Elles tiennent dans la main et sont donc préhensibles mais selon ce qu’on en fait elles peuvent être répréhensibles.
    Bien sur si on l’ouvre et l’incise en croix les chairs se dilacèrent.
    Pourquoi montrer les grenades ouvertes si ce n’est pour montrer la solidarité dans la proximité, la ressemblance dans l’attirance et aussi la force assemblée dans la compacité, mais ensuite on peut individualiser mais cela demande des efforts et on ne peut facilement séparer les grains les uns des autres.
    Inversement dans l’éclatement il y a cette libération d’énergie, brutale et destructrice qui emporte tout et disperse aux quatre vents les parties du tout, les composants de l’ensemble.

    RépondreSupprimer
  2. Sensible à l'orbe
    au baiser grenade
    à la vie-rage grenade
    aux grains au jus explosif.
    Sensible au ciel bleu
    à la nature morte vive.

    RépondreSupprimer
  3. "En est-il donc deux dans Grenade
    Qui pleurent sur ton seul péché
    Ici l'on jette la grenade
    Qui se change en un oeuf coché

    Puisqu'il en nait des coqs Infante
    Entends-les chanter leurs dédains
    Et que la grenade est touchante
    Dans nos effroyables jardins"

    Guillaume Apollinaire

    Votre post est une petite graine sucrée et nous fondons de gourmandise à la déguster.
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  4. Grenade donne son sang, son suc est liquide de vie. Soleil et épine : symbolique. Grenadier et olivier sont certains trésors de mon jardin d'Eden...

    RépondreSupprimer
  5. Voilà avec ta "cache à grains" et l'Arpeggiata je rêve que je suis arrivée en Espagne pas très loin de l'Alambra....
    Bon dimanche
    Bises rouge baiser !

    RépondreSupprimer
  6. La grenade dégoupillée, la grenade…in
    Le grenad’hier a le cœur grenadine
    Grenadin et « pomme à grains »
    Pourquoi pas « Chef Master »
    En faire un festin et pas forcément cher.
    Il y a de temps à autre des... pépites,mais le plus souvent il y a comme des " pépins "

    RépondreSupprimer
  7. Comme elle est jolie la grenade, symbole de fertilité et inspiratrice d'artistes. Botticelli a peint "La vierge à la grenade" et très modestement je m'en suis aussi inspirée pour une sculpture et ensuite une peinture...
    http://i45.servimg.com/u/f45/11/05/43/85/grenad10.jpg
    Merci de votre passage chez moi. C'est toujours agréable de découvrir un blog de poésie.

    RépondreSupprimer
  8. Ici aussi les gourmandises offertes par la nature s'invitent... sourire... La grenade, un fruit que je connais pas et que je ne sais pas manger, donc...

    400 pépins et autant de promesses... des quartiers dessinés comme ailes de papillons... une couleur qui réconcilie la pomme (rouge) et le potimarron...

    Ton panier d'automne est ravissant et rempli de tendresse.

    Bon dimanche à toi, et bisous fruités envolés.

    RépondreSupprimer
  9. De gré ou de nada , al andaluz et cette culture syncrétique qui éclate, Cordoba qui nous tanne le cuir et le corps du bas, granada de Perse venue et véhiculé par les phéniciens de par les mers pas pour son amer, puisque punica granatum, emblème des assyriens, elles ornaient les chapiteaux des deux colonnes à l'entrée du temple du roi Salomon, symbole de vie et de fertilité qui nourrit et qui soigne, pas que l'imaginaire au nom des symboles,
    les racines sont vermifuges, l'écorce sert à tanner cuir et laine, attribut de Dionysos elle est aussi associée à Perséphone,et au mystères d'Eleusis, l'arbre prône la patience puisqu'il n'est pas prompt à donner des fruits.

    RépondreSupprimer
  10. éplucher une grenade n'est pas chose facile, épépiner, égrener des souvenirs et les faire venir en bouche en longs mots suaves, décor tiquer, et se demander que font ses méduses dans des branches, imaginer ces montgolfières s'ouvrir et relâcher leurs semences fécondes

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, Veronica.

    Cette grenade-là n'est qu'amour et fantaisie. Un beau cadeau ficelé si bien avec tes jeux de mots...

    Est écartée toute volonté de tuer...
    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  12. Sans aucun doute, je préfère cette grenade juteuse et appétissante à celle qui déchiquette et tue aveuglément.

    Peace ans love.

    Roger

    RépondreSupprimer
  13. Pour ce beau fruit et ta tendre poésie.....je tomberais dans les pommes.....

    Bon dimanche!!!!

    RépondreSupprimer
  14. Un texte éclatant de jus sucré et de pépins qui craquent

    RépondreSupprimer
  15. Sur un tapis peut être d'Iran et pourquoi pas un Séné, le vase de grenades est à son aise dans ces rouges variés, si c'est une coïncidence elle est heureuse, sinon c'est plein de sens (pas de sénescence mais de saine essence )
    puis qu'autant on aurait un fruit charnu à la culture ardue retrouvant son verger Farsi et s'épanouissant comme au premier temps, faut il voir une malédiction sur l’Afghanistan dont les locuteurs sont nombreux.

    RépondreSupprimer
  16. Si les mots étaient des fruits, ils seraient des grenades.

    RépondreSupprimer
  17. tes photos sont de pures merveilles en couleurs et lumière ! tes mots donnent le goût du beau !
    bisous à toi

    RépondreSupprimer
  18. Bonsoir Véronica,
    Gourmandise de te lire, de manger goûteusement chaque vers, beaux reflets de cette grenade qui s'affranchit de chaque photos comme un désir de poésie. Suzâme

    RépondreSupprimer
  19. Magnifique flamboiement, épatante tonicité, chaleur lumineuse d'automne dans tes photos.

    Fascinant ce cuir végétal de la peau des grenades,
    La finesse laquée, le rouge insolent des escarpins, gants et sacs haute couture... des couleurs luxueuses et osées à la Kenzo ou St Laurent
    Un écrin à bijoux de Cordoue remplis de rubis et grenats, avec une fermeture en étoile d'ex-fleur
    Le vieux miel balafré des cuissardes ou des bottes des Gauchos de la Pampa, avec des plaies ouvertes sur de la viande saignante
    L'endurante protection de la mère pour ses diamantino et diamantina transparents, pour ses petits grains roses, ses croquantes et ses croquants bien intentionnés, mais souvent bien acidulés
    qui sous ce bouclier s'emplissent de vie rouge et jaillissante, de jus sucré, jusqu'à se détacher de leur plein gré, à s'égrener dans le vaste monde... ohé ohé matelot, mate l'autr' grenadine sur les flancs... non, les flots...
    La mer reste là, l'or de son coeur ouvert, avec des airs de pirate aux glorieuses cicatrices, vigilante derrière sa longue vue...

    RépondreSupprimer
  20. j'ai adoré ton article...la grenade est avec l'orange mon fruit préféré ...c'est un fruit extraordinaire..chez moi il y en a des milliers d'hectars ...on les mange dans du vin rouge avec du sucre (en sangria) c'est ma madeleine de proust à moi
    besos
    tilk

    RépondreSupprimer
  21. bonjour la belle au jardin
    ces fruits dont la saveur se mérite
    et qui se donnent avec parcimonie ne poussent pas vers chez moi !!!!
    ah que les couleurs sont douces
    et que les chants (corses?)sont mélancoliques
    passe une belle belle journée
    je vais vers la mer
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  22. Voilà un fruit de mon enfance. Et tant de rires qui s’emmêlent dans mes souvenirs. C'était au temps où on attendait avec impatience que les saisons nous amènent leur fruits. Si savoureux. Si différents.

    RépondreSupprimer
  23. Une vieille grand-tante solitaire vivait dans les années 60-70 de son jardin et de sa basse-cour. Tous les ans, à l'automne, elle m'apportait une grenade qui m'émerveillait. La forme, la couleur et tous ces petits grains à dénicher un par un. Le goût n'était pas extraordinaire, mais à l'âge de 8-10 ans, j'aimais prolonger le repas en m'amusant avec ce fruit unique. Lorsque j'en achète aujourd'hui pour mes enfants, je ne manque jamais d'évoquer cette tante pittoresque qui m'a transmis le goût du souvenir à travers son geste symbolique. Il y a quelques années, visitant avec grand émerveillement les jardins de l'Alhambra à Grenade, j'ai pu voir ces arbres et désormais ils sont liés dans ma mémoire à une émotion toute particulière, mélange de souvenir et de reconnaissance. Gratitude pour la vie !

    RépondreSupprimer
  24. Moi j'en ai une précieuse, ses grains germant dans mon coeur...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  25. Coucou, Veronica

    Que j'ai aimé ta grenade si explosive de saveur, gourmande et si magnifiquement illustrée!

    Je finirais par aimer ce fruit-là après la lecture de ton billet aux a rhum dé lice cieux! et sa ronde heure Char nue!

    Bisous bien pull peux!chair Verre Eau Nica!

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !