vendredi 7 octobre 2011

Femme de lac et d'iris ...





Femmes au bord d'un lac
A la surface irisée
Par le passage d'un cygne


Leur rêverie se veloute de la chair d'une pensée proportionnée aux dimensions de l'oeil cyclopéen qu'ouvrent les lacs et dont la fixité fascina qui devait se faire le terrible héraut du Retour Eternel. Le beau sillage partant du coeur innerve les trois pétales de base de l'immense fleur qui vogue se consumant sans fin pour renaître dans une flambée de vitraux. Ce sont les oratoires sous-jacents, plus que profanes, où se retirent les belles, chacune dans son secret. Elles s'y rendent en tapis volant, sur le merveilleux nuage d'inconnaissance. C'est là que la vapeur des alambics fait ruche et que le bras, qui reflète à s'y méprendre le col d'un cygne, pointe tout distraitement sur l'angle du miel. Plus, entre les mots, la moindre brise : le luxe est dans la volupté.
_ Toute femme est la Dame du Lac.

André Breton, in Constellations .


22 commentaires:

  1. Les mots, les phrases ouvrent des horizons. Ils nous attirent et nous perdent parfois en chemin. Je retiens ce matin la flambée de vitraux et l'envie de revoir Miro. Je montre souvent aux lutins "L'homme et son chien". Cela les inspire énormément. Aujourd'hui, il ira secrètement à la rencontre de la Dame du lac en passant par une église aux merveilleux vitraux située à l'angle du miel. Petit matin d'octobre en lumière de joie.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, Veronica.
    Si le luxe est dans la volupté, la douceur est dans tes mots.
    Et ton oeil est le reflet de ton coeur.

    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  3. C'est de toi ce joli montage ?

    RépondreSupprimer
  4. L'oeil du cyclope les a fixées, rouge, bleue et solides hair, au bord du lac, avec un peu de vert, genou plié en col de cygne.
    Un ciel d'opale, breton s'y reflétait dans la lumière du sept à l'iris délavé, l'arc de ses couleurs envoûtait, certaines flèches déjà fichées en coeurs de roses, d'autres au carquois attendaient de le vider.

    ( Yann Brekilien raconte d'ailleurs que Diane, la déesse art chère aux cerfs, serait devenue mère de Viviane au château de Comper. )

    RépondreSupprimer
  5. Chère Veronica

    Ta si belle composition, les mots de Breton et cette musique sereine m'inspirent les vers de Baudelaire "Là tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté! j'aime ta dame du lac!

    Bises frissonnant au vent du sud!

    RépondreSupprimer
  6. André Breton sait nous attirer et nous perdre dans les méandres de ses textes poétiques. Celui-là résulte de l'écriture automatique, non ? Cela y ressemble fort en tout cas.
    Félicitation pour ton montage harmonieux.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Véronica, un beau texte de Breton.
    Et merci de votre visite sur mon blog.
    Cordialement et au plaisir.

    RépondreSupprimer
  8. Volupté, oui.
    La velours satiné des mots.
    "La poésie se fait dans un lit comme l'amour. Ses draps défaits sont l'aurore des choses". André Breton
    Joli dimanche
    Maia

    RépondreSupprimer
  9. Très joli montage accompagné d'un très beau texte!
    Merci et très bon week-end Véronica

    RépondreSupprimer
  10. Miroir,miroir...Miro noir
    Laque de mes états dame...
    Des rides mon coeur Rome antique........
    Cygne que le temps passe....

    Bonne fin de semaine!!!!

    RépondreSupprimer
  11. Beau choix de texte et d' illustration. Ils font un beau mariage de couleurs..
    Ceci est la couleur de nos rêves ( Miro).
    Restons éveillés pour les contempler!

    RépondreSupprimer
  12. J'aime tout dans ton billet !
    A bientôt
    Bises

    RépondreSupprimer
  13. " Femmes au bord d'un lac
    A la surface irisée
    Par le passage d'un cygne "

    Ces trois vers composent un tableau mouvant... on voit réellement le sillage blanc du cygne sous le ciel blanc et la surface un peu grisée du Lac. Un cercle de femmes (à la peau laiteuse et aux chevelures noir-de-corbeau) se tient à l'avant-plan.

    (...)

    " Ce sont les oratoires sous-jacents (...) où se retirent les belles, chacune dans son secret. Elles s'y rendent en tapis volant, sur le merveilleux nuage d'inconnaissance. "

    On a presque envie d'aller bien au-delà de qu'en déclare Breton :

    " Toute femme est Lac. "

    Un coeur humain sans limites ni saisons.

    Amitiés...

    RépondreSupprimer
  14. Chez vous aussi, les choses se passent au bord de l'eau.

    RépondreSupprimer
  15. Une illustration de rêve pour ce beau texte de Breton.

    RépondreSupprimer
  16. "La dame du lac", un beau roman de marion zimmer bradley, n'avalons pas n'importe quoi mais laissons nous guider

    RépondreSupprimer
  17. Doux et sensible moment de poésie pour démarrer ma journée. Ma journée ne pourra qu’être belle.

    RépondreSupprimer
  18. que de belles couleurs et quel beau texte que je ne connaissais pas et que j'ai plaisir à découvrir

    RépondreSupprimer
  19. cette photo est superbe ! Très bel ensemble !
    Bises irisées !

    RépondreSupprimer
  20. Si toute femme est la Dame du Lac on se retrouve alors sur pied d'égalité ...
    C'est une bien jolie phrase :)
    Dis-moi ma chère amie, il me ferait plus que plaisir de te parler de vive voix.
    Cela fait belle lurette ...
    Je tenterai cette semaine ...
    Près du lac ...
    On ne sait jamais !

    Bisous d'espoir !

    Ana

    RépondreSupprimer
  21. Miroir de l'eau
    la femme apparaît
    où l'âme s'épanche

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !