lundi 31 octobre 2011

Des reflets spéculaires

( miroir de moche, 5cm/3cm )

Plus lucide en se regardant et mieux éclairé par l'autre,
est-ce ainsi qu'on recommence à aimer ?


Quand le miroir s'étonne au versant d'un visage
quand le visage épelle un alphabet d'images
quand la source s'épure au flux de ses secrets
Quand le bateau s'émeut du poids de ses reflets
...
Quand sur un tronc coupé les remous rebourgeonnent
quand une abeille luit sur un remords d'automne
Quand un seul grain de blé définit une terre
quand un seul jet de sang élucide un mystère
...

Robert Mallet, Quand le miroir s'étonne


Réfléchissons à demi ...
Miroir ma giclée !
Faut-il jeter à l'eau tous nos miroirs ?
à ta sans tain, ma soeur, mon frère !


21 commentaires:

  1. Seuls les miroirs réveillent le souvenir de nos rides. Et comprennent nos silences.

    RépondreSupprimer
  2. A la première question : oui.
    A la deuxième : non.
    A celle de Marguerite, si bien chantée : mais si... c'est bien toi !
    Et le tout forme une fascinante unité, pleine de nuances et d'une belle texture, un beau texte traduisible en multiples alphabets, à explorer, à méditer, à regarder en face.

    RépondreSupprimer
  3. Ton billet fait penser à cette œuvre de Julien Discrit, vidéo d'art contemporain
    http://www.juliendiscrit.org/wp-content/gallery/the-day-tip-project/day-trip-picture3.jpg
     
    « "The Day Trip Project"  met en scène une étrange machine, à la fois sculpture mobile et prototype non identifié. Composé d’un assemblage de miroirs, ce volume géométrique, conçu pour ne refléter que le ciel et le sol, progresse pendant tout le film le long d’un paysage arboré, du lever au coucher du soleil. Par un effet d’inversion et avec une grande économie de moyens, Julien Discrit parvient ainsi à créer le motif symbolique du speculum, terme latin qui désigne à la fois le miroir et l’image que celui-ci reflète. Il en résulte une impression visuelle hypnotique dans laquelle l’espace et le temps défilent ensemble à travers les mouvements conjoints de la sculpture et de la caméra suivant sa progression. »

    Face à cette œuvre avec une amie, on se disait : un être-objet caméléon se déplaçant sur pistes d’explorations... ayant l'air de changer de peau, de luminosité, selon ses rencontres, mais non... on reste soi... c'est ça évoluer... changer en restant soi-même, de plus en plus et de mieux en mieux soi m'aime...
    et bien sûr, on est aussi le reflet de ses expériences...
    mais refléter ne grave ni ne grève, c'est pas si grave,
    on se déplace, on déplace la source de lumière, on réfléchit, sous plusieurs éclairages, et ça passe...
    On cherchait tous les mots de la famille de speculum : spéculer, inspecteur, inspecter, prospecter, spectre, spectacle, spectaculaire, respecter... respect.
    et on cherchait le mot le plus proche de miroir, et on ne le trouvait pas... et le voilà, dans le titre de ton billet.

    Tiens : "Un bouquet !"... plusieurs même, de spéculaires ou « miroirs de Vénus »
    http://www.florealpes.com/fiche_mirroirvenus.php?photonum=6&PHPSESSID=e1b0fbb350c404655eb786bf3df2bf2d#visuphoto

    RépondreSupprimer
  4. Je ne peux m'empêcher de penser au stade de miroir proposé par Lacan.
    Une étape, qui vers 7-8 mois, où l'enfant va pouvoir identifier ce corps qui est à lui et qui est différent de l'Autre.
    Quand il se voit dans le miroir, il prend conscience qu'il est différent de sa mère, des autres.
    Pour Lacan cette étape est jubilatoire car l'enfant s'approprie son corps.
    Pour Dolto, l'impact de cette confrontation ressemble plutôt à une épreuve où le bébé découvre un écart entre son image et lu-même.
    Alors, épreuve ou jubilation?
    Seuls les fantômes dit-on ne se reflètent pas dans la glace, voilà qui devrait nous rassurer un peu. Se voir dans le miroir, c'est se sentir vivant.
    Et bien dites donc vous nous faites bien réfléchir de bon matin
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  5. Narre ciseau dans cette histoire d'arreu fait et dans le dais couvert il y a la mage lestée mais l'étain n'est pas large an et ladurée de vie c'est pas du Mac Mahon , dans le refait on se voit allant vers, pour temps, immobile on arrête celui ci.
    On fixe à ct'heure un nain connu qui pourrait grandir, pas seulement histoire de lèse team , mais décho errance à une image floue.
    Je ne suis pas un vend pire mais si les vents des coiffes, lave vue décille un peu, happe pas rance pour lèse tes tiques .
    Qui peu spéculer et dans quel but puisque tout n'est pas orienté mais diffus. ami roi revient dans la gloire répandue.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, Veronica.

    Quatre fois je me suis regardé et quatre fois je t'ai vue...
    Ce qui tient du miracle...Et dans le dernier reflet nous étions dans les cieux.
    C'était merveilleux...
    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  7. Pour s'aimer du bonheur....

    il faut garder:
    ses mire-croire
    ses mire-espoir....

    Il faut jeter:
    ses mire-noir
    ses mire-choir
    ses mire-boire
    ses mire-foire
    ses mire-gloire

    Pour s'aimer du bonheur....
    il faut ad-mirer le monde dans tes yeux......

    Bisous de toutes les couleurs!

    RépondreSupprimer
  8. http://www.mattesonart.com/Data/Sites/1/magritte/reproduction%20prohibited%201937.jpg

    http://pressimages.fondationbeyeler.ch/sites/default/files/fondation_beyeler/press_images/Surrealismus/sd_12_new_0.jpg


    http://www.youtube.com/watch?v=8K2KVg1uVs0

    pas trop de sérieux et beaucoup de recul avec tout ce qui est reflet et spectres en ce soir d'Halloween...

    RépondreSupprimer
  9. le mystère de notre image dans la glace disparait quand nous regardons l'autre dans les yeux !

    RépondreSupprimer
  10. Relisons la fable de Jean de La Fontaine:
    " l'homme et son image "
    Douces ondes

    RépondreSupprimer
  11. M irer,
    I nsouciant et sans
    R aison les
    O mbres du passé,
    I nsolent
    R etour
    S ur « l’être » après avoir été …

    RépondreSupprimer
  12. Laid'heures sans reflets, sans mouchoir pour sang-loter, ton miroir résiste à la maladive jeunesse, à la resplendissante vieillesse. Miroir, tu n'y comprends rien. Nous ne sommes pas "les" derniers à te surprendre.
    Merci de nous faire découvrir ce poète.Bisous. Suzâme

    RépondreSupprimer
  13. quelle douceur de vivre dans ce blog ! on est transporté par de belles images de jolis textes .

    je voudrais te demander quel est le village (si c'est possible bien sur)qui est en photo dans ton billet du 21 octobre "je rends grâce" qui est depuis deux jour en fond d'écran sur mon ordi il me fait tant penser à mon petit village ou nous aimons nous rendre avec PSV !

    encore bravo !

    RépondreSupprimer
  14. J'aime cette image : "Quand le bateau s'émeut du poids de ses reflets"
    Notre vie serait-elle si chargée et faudrait elle l'alléger pour avancer ???
    Bonne journée Veronica, légère, légère !!!

    RépondreSupprimer
  15. Méditer devant un miroir, il n'y a rien de tel pur se retrouver face à soi même, dépouillé des fards. Ce peut être cruel mais c'est toujours enrichissant. Amitiés.

    RépondreSupprimer
  16. Séculaire est le miroir depuis le bronze poli même si la pierre avait déjà forcé l'homme à réfléchir depuis longtemps, et puis cette même pierre qui projeté dans l'étang calme troublait la source tranquille par ces rides temporaires. Tout ce qui est relatif au miroir et à ce qui en fait la propriété, poli et brillant, pour renvoyer dans toute les directions la lumière reçue et donner une image nette et si possible non déformée de ce qui se trouve en face et de fait s'y reflète.
    Et si en se tournant vers lui, quelque soit le cadre, on voyait dedans son pire ennemi ?

    RépondreSupprimer
  17. C'est un ami, on l'évite parfois, on y revient toujours.

    RépondreSupprimer
  18. j'ai oublié aussi de dire car mon son était coupé, la musique est belle !!!

    RépondreSupprimer
  19. On s'évite ou on se scrute, on se sourit ou on se maudit... Les rapports d'une femme à son miroir sont bien contrastés...
    Le regard de l'autre restant assurément le miroir le plus espéré...
    Bisous, ma Véronica

    RépondreSupprimer
  20. Excellent ! il y a de nombreuses citations sur les miroirs : celui qui a un véritable ami n'a pas besoin de miroir est ma préférée...Et il me semble que je vois passer des reflets dans le miroir de moche...;-)....Qu'est-ce que ça veut dire ?
    Merci pour ces articles toujours très intéressants. On apprend toujours quelque chose ici, je me cultive avec grand plaisir ! Amicalement et toute belle journée !

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !