dimanche 9 octobre 2011

Au faîte ...


La mort fait un bruit très doux. Celui des feuilles qui se détachent et qui se posent. Sans déranger personne. Epaississant à peine le silence. Comme un poisson se noie au fond d'un lac. Sans rider la surface de l'eau.

Les mots non plus ne font pas de bruit quand ils aident tout ce qui existe à mourir. Ils voudraient bien tendre les paumes et retenir. Des gestes leur manqueront toujours, auxquels ils ne savent que rêver comme rêvent les arbres aux chants d'oiseaux quand le vent d'automne les dénude.


Jean-Michel Maulpoix
 Portrait d'un éphémère, Mercure de France.





Au faîte, qu'est-ce qui te charme ?
L'élégance maure-hâle et le souffle léger, sa main quand elle me touche, le chant des choeurs d'orée ...


Au faîte, parfois as-tu froid, as-tu peur ?
La peur de m'endormir sans faire la rêve-errance ...


Au faîte, fier de ton nez corse ?
Non, je suis breton de souche.


Au faîte, tous les oiseaux du monde qui se posent sur toi ?
ça ne me chêne pas mais parfois je les frêne par une chic-ode.


Au faîte, comment t'effeuilles-tu ?
Je change ma couleur comme les bois de saison et je laisse tomber en mille feuilles mûres mes rêves peupliers de landes et de neiges, de laudes et d'oiseaux ...


Au faîte, que cherches-tu ?
Je n'attends rien, hêtre, aimer, c'est mon bouleau voilà !


Au faîte, tu y as pensé, if you ought to go now ?
Je partirai à l'heure ...
Longtemps j'ai aspiré à m'envoler très loin mais j'ai fait des racines pour veiller leur soleil ...



Au faîte, toujours les bras au ciel qui se courbent à la terre ?
Pour leur montrer la voie ...

Au faîte, "cèdras-tu" ?
Non je ne céderai pas ...

Veronica, 9 octobre 2011.




46 commentaires:

  1. Le jour se lève quand la nuit se couche.

    RépondreSupprimer
  2. Au tribunal :
    Le président: Vous vous dispersez, maître, à vos cas !
    L'avocat: Le cas qui?
    Le président: celui qu'a mendié
    L'avocat se tourne vers son client: Ne répondez pas Mr Bahnah, niez!

    Vous m'avez juste donné envie de m'amuser un peu,merci Véronica, votre blog m'enchante!
    Maia

    RépondreSupprimer
  3. Au fait âge n'est pas seulement pinacle mais poids et c'est à porter difficile, à portée de la main

    RépondreSupprimer
  4. Je passais juste pour un clin d' oeil mais tu as su me retenir pour beaucoup plus...C' est beau...:-))
    Bisous rêve-errance rien que pour le fun..

    RépondreSupprimer
  5. Sur cette portée musicale, là, tout de suite, prête à m'envoler et depuis longtemps...

    RépondreSupprimer
  6. Vous me faites penser à Jean Tardieu!:" Si je partais sans me retourner, je me perdrais bientôt de vue."

    RépondreSupprimer
  7. Tes photos sont magnifiques. J'aime les cadrages, les couleurs...

    RépondreSupprimer
  8. Elle n'est pas de Rameau mais tout autant virtuose, charmante et touchante cette suite en saule mineur.
    Au faîte, le chant monte dans l'air pur
    et le plafond est ouvert sur le bleu.
    Savourer l'instant muse y calme.

    Coton peuplier tel un roseau on n'est pas chaîne
    on laisse l'oiseau
    se poser, lui caressant les pattes de l'écorce
    décoller, le suivant un peu des feuilles, puis on choit et lui s'envole
    se reposer au faîte ou bien ailleurs, on reste son supporter.

    RépondreSupprimer
  9. Tes jeux de mots me fascinent ! Quel plaisir de te suivre ainsi, d'arbre en arbre...
    Au fait aimes-tu les arbres ????
    Bonne soirée tout en haut, oui dans une cabane, à écouter le vent dans les branches...Tu me fais rêver !

    RépondreSupprimer
  10. De passage par hasard... J'aime les arbres, leurs racines, leurs branches, leurs feuilles, leurs faîtes....
    Je reviendrai peut-être.

    RépondreSupprimer
  11. Quel arbre....
    même un peu-plié,
    toujours le pommier à faire la faîte,
    pas du genre seul-pleureur!

    Au plaisir chère Veronica!

    RépondreSupprimer
  12. quel joli billet !
    je suis conquise !vos mots m'enchantent !!

    RépondreSupprimer
  13. Aux
    Rêves
    Bleus
    Revient
    Encore et toujours le
    Silence

    RépondreSupprimer
  14. Au faîte, j'ai un peu le vert tige, mais je vois plus loin et plus beau. Au faîte est posé un bel et tendre oiseau qui m'a temps et qui m'espace.
    Espèce en voie de disparition pour cause de bonté, sous la plume et l'écorce. Au faîte sont les racines et le ciel est tout en bas, dans l'humus sombre et la rosée qui perle de joie. Au faîte, c'est un fait que je suis faite pour que chaque instant soit une fête. Au faîte, ta page d'écriture est-elle faite ? La mienne n'est pas parfaite, mais je crois qu'au fil des mots, c'est elle qui m'a faite. Que sa volonté soit fête, de faîte en faîte, jusqu'au coeur des feuilles, jusqu'à la pulpe du fruit, jusqu'au noyau, germe de nos prochaines fêtes !

    RépondreSupprimer
  15. Précieux instant de rêve -et du sourire... Quelques soirs que je m'arrête dans ce jardin-ci et je crois bien que je suis en train d'en faire ma balade quotidienne !

    RépondreSupprimer
  16. Au faîte ... Je suis en retard chez toi !
    Je loupe énormément de choses au jour le jour ...
    Le condensé devient ma vitamine première ....
    Au faîte je reviens de suite ....
    Bisous de fête :)

    Ana

    RépondreSupprimer
  17. Au faîte, où cuit le rat, goût, et saveurs... La journée commence gaiement avec toi, Véronica, et le poème est du début donne le ton de l'automne.

    RépondreSupprimer
  18. Cédric,


    Le jour attend que la nuit revienne ...
    et l'arbre demeure

    RépondreSupprimer
  19. quelles belles photos d'arbres et que j'aime ce texte de Maulpoix qui t'a si bien inspiré

    RépondreSupprimer
  20. Maia,

    âme usez-vous ( mais pas trop ! ) tant qu'il vous plaira ! sourire, je suis joueuse vous savez !

    Mr Bahnah a nié ! rires, tant mieux, sinon lui conseiller :

    "_Catalpa le faire ! Tu es complètement liquide, en barre ! _ Vous plaisantez Olivier ! Néfliez-vous ! je suis capable de vous plaqueminier sur le mur ! _ Séquoia ça ? kezako ? des menaces ? Ai-je fait une bourdaine ? Garrya-vous ! _ Oui genêt pas honte de le dire : Vous n'êtes qu'un cognassier ! _ Oh ! Fermez de suite votre robinier ! "

    Voilà, on continue ? :)

    RépondreSupprimer
  21. Thierry,

    Bien sûr le poids des maux sur les haies-pôles, les rides qui creusent les sillons profonds comme des misères, et c'est lourd ...

    Laissez-vous porter par la musique légère ...

    Belle journée Thierry !

    RépondreSupprimer
  22. Mathilde,

    Reste sous le charme alors ma Thilde :)

    Les errances suaves sauvent bien en silences ... pleins ...

    L'arbre est des gênes heureux ...

    Bisous en soul music ! pour l'effet de Foehn ...

    RépondreSupprimer
  23. Lou,

    Un des plus beaux textes de la poésie, pour t'envoler beau ...
    Je t'embrasse


    "Elévation


    Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
    Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
    Par delà le soleil, par delà les éthers,
    Par delà les confins des sphères étoilées,

    Mon esprit, tu te meus avec agilité,
    Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
    Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
    Avec une indicible et mâle volupté.

    Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides;
    Va te purifier dans l'air supérieur,
    Et bois, comme une pure et divine liqueur,
    Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

    Derrière les ennuis et les vastes chagrins
    Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
    Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
    S'élancer vers les champs lumineux et sereins;

    Celui dont les pensers, comme des alouettes,
    Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
    - Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
    Le langage des fleurs et des choses muettes!


    Charles Baudelaire

    RépondreSupprimer
  24. Gwendoline,

    Merci ...
    Le poète, je crois, retourne la terre comme on remue l'âtre, les deux mots sont proches, il jardine s'aime haut comme on remue toutes les strates de sa petite vie ...
    Ce qui me touche le plus, qu'une autre âme puisse se retrouver, si tant est une fois, dans la mienne, le geste d'une pomme qui tombe que l'on ramasse, que l'on respire et que l'on croque ... Parce qu'on sait rêver, parce qu'il nous reste toujours ça, comme les arbres savent si bien rêver et nous le montrer, juste les regarder avec un chant d'oiseau ...

    Belle journée Gwendoline !

    RépondreSupprimer
  25. Isaly,

    Merci grande illustratrice de l'arbre ! ( entre autres )

    Ce n'est rien qu'un peu d'amour que j'essaie de poser sur ce qui m'entoure en prenant ce que j'ai sous l'âme hein ...
    Parce que je me sens proche des autres, de la nature qui me ressource me régénère perpétuellement ( un simple brin d'harbe une feuille d'eau qui tonne une rose à langue y etc ... )de l'humain en général que j'aime ...

    Bisous tite Isa !

    RépondreSupprimer
  26. Au faîte, préfères tu l'écorce lisse ou torturée ?
    Moi j'aime l'air et m'envoler, Caresse branches et nids d'oiseau,
    Murmure du vent et chant des feuilles
    Et à la fin m'élever encore plus haut sur canope-haie !
    Bisous peu plié !!

    RépondreSupprimer
  27. Oups le vent a emporté mon esse
    Bisous peu pliés alors !!
    My

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour, Veronica.

    Au fait, comment fait-on pour ne pas aller au sommet de tout avec toi ?
    Il faudra que tu m'expliques...
    Merci beaucoup.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  29. Que de jolis jeux de mots!
    Merci pour ce délicieux moment passé chez toi!
    Je te souhaite une très belle semaine Veronica

    RépondreSupprimer
  30. Au faîte, je ne vais plus au bouleau, je viens, conte ample hâtive, de tes photos d'arbres de vie, si bruit sentes de tes mots, si pleins des nerfs-gît, empreintes de ta peau aise I!, de tes mots mais anges qui dansent et m'en chantent!

    Au faîte, ce qui me charme, c'est la liberté d'hêtre ce que je suis, un saule pleureur, aux rie hantes faon taies zies!



    Pour toi, Veronica, qui flirte si bien avec les mots, ces vers d'un poète ami des arbres et de leur faîte!










    Perdu au milieu de la ville,
    L'arbre tout seul, à quoi sert-il ?
    Il suffit de le demander
    A l'oiseau qui chante à la cime.

    Jacques Charpentreau




    Tu es, Veronica, un si Char mante oiseau!

    A mie tiés ga zou yantes!



    Claudie

    RépondreSupprimer
  31. Je suis tout simplement sous le charme...

    RépondreSupprimer
  32. Je ressens fort la citation de Michel Maulpooix et encore plus tes questions réponses. ton blog est un lieu de poésie et de délicate spiritualité. Merci.

    RépondreSupprimer
  33. Enie,

    Merci j'en suis ravie en haut de l'arbre, je me suis fait cabane !

    Oui j'aime les arbres, les feuillus, les fruitiers,les fleuris, les pères cistes en ... ceux qui flancs-boient, l'écho-nid-fer ,les trop piquent haut, les pires amis d'eau puis les remarquables ...Tous les arbres sont beaux !

    Le végétal et le vivant ... J'arbore-essence, je grimpe des yeux ! et j'abois haut pour leurs racines, leurs troncs, leurs sèves, leurs branches, leurs résines, leurs fruits précieux et uniques.

    Je te débranche à présent ? sourire

    RépondreSupprimer
  34. Bonheur du jour,

    Bienvenue en Aime Haut !

    Faîtes faîtes je vous prie ...

    RépondreSupprimer
  35. Claire-Fo,

    Oui notre arbre, peu ou pas peu plié, il ne me saule pas car il nous fait du pain d'olives et d'oranges, les Soeurs Hise à nos pieds, ces chères( chairs aussi ) veines-érables ! sous l'abri côtier et du miel de sapin qui coule au robinier ...
    J'ai mélangé d'aime haut, l'aime haut sans me noyer ...
    _ Un mot kumquat dis-tu ?
    _ Un mot comme en chêne et ... à boire ou à pêcher un mot comme ... à mendier ... un mot comme ... six troncs-nids et ( si trône y est ...) ... où l'on s'abriterait ... Toujours l'arbre est roi ...

    Je te prépare une reinette ? :)

    RépondreSupprimer
  36. Au faîte, ses branches nues fouillent le ciel, antennes grises qui dialoguent avec le gris
    C'est lui que je vois en regardant par la fenêtre
    Lui c'est le frêne dans le jardin qui capte l'automne
    Je t'envoie mille bises rousses

    RépondreSupprimer
  37. Au faîte qu'est-ce qui te charme?
    Le bruissement des choses m^me si le saule pleureur fait de l'ombre à mes rêves

    RépondreSupprimer
  38. Un suprême bonheur que tous ces mots couvés en silence...Ici ils nidifient...ils sont bien au chaud...et nous régalent le coeur...:-))
    A tous merci

    RépondreSupprimer
  39. Oh, Mathilde, je suis entièrement d'accord avec toi...

    A Myette, j'aime comme toi m'élever sur canope-haie!

    Petit poème sur LE BOULEAU de Maurice Carême


    Chaque nuit, le bouleau

    Du fond de mon jardin

    Devient un long bateau

    Qui descend ou l'Escaut

    Ou la Meuse ou le Rhin.

    Il court à l'Océan

    Qu'il traverse en jouant

    Avec les albatros,

    Salue Valparaiso,

    Crie bonjour à Tokyo

    Et sourit à Formose.

    Puis, dans le matin rose

    Ayant longé le Pôle,

    Des rades et des môles,

    Lentement redevient

    Bouleau de mon jardin.

    Ah! c'est du bouleau!..tout ça....me voilà en chênée à tes mots....et, je ne céderai pas...

    RépondreSupprimer
  40. Au faîte, tu m'as emportée ce matin avec ces mots qui saulent et qui se courbent jusqu'à terre et d'un coup se relèvent et se retrouvent à la canopée de ton talent ..
    Tu m'enchantes et je me sens petite auprès de toi ... rien à te dire de sublime - juste le vouloir ...
    Solène

    RépondreSupprimer
  41. Solène,

    Je ne suis qu'une fleur de jardin ma chère Solène, de moyen âge, qui regarde vers le ciel en grattant sa terre et si tu aimes même haut, mes mots te le rendront bien bas, en courbure de rêve -errance ...
    Je vous salue ma Dame ...

    RépondreSupprimer
  42. Claudie,

    Tu as fait du bon bouleau ma Claudie ! merci encoEur pour tes offrandes poétiques ! dont tout le monde profite ! car aiment ...

    Tu as vu, Myette aime s'élever sur canope-haie ! c'est beau ! on se grandit des plantes ! Pouvez essayer la cane à paix aussi ! qui allège des poids de la vie, vous la trouverez sur les taons je pense ...

    Je vous embrasse, chères lianes du Jardin !

    RépondreSupprimer
  43. Mathilde,

    Oh le nid d'aime haut, je l'ai trouvé ...
    J'aime les couvades oui, si châles-heureuses de toutes les mères qui enveloppent leurs petits ...
    Vois, les oisillons cherchent à s'envoler, allez allez encore un coup d'aile et vous vous débrouillerez seuls ! dit la mère sur sa branche.
    Bientôt ils quitteront l'arbre mère pour mener leur vie d'arbre en arbre peut-être ...

    Je t'embrasse fleur chère liane au goût de laine ...

    RépondreSupprimer
  44. Laurent,

    Je comprends que le bruissement des choses te charme ... que tes rêves ne soient pas songes pleureurs, que tes rêves ne soient pas empêchés d'hêtre !

    RépondreSupprimer
  45. Danièle,

    Ma chère Danièle, comme il est beau ton frêne qui n'empêche aucun de tes soupirs mais te donne le la, de sa musique en chant de troene ... Roi de ton automne, le gris finistérien sourit en le voyant !

    Sur mille feuilles roses d'un jardin tout loup-sain ;) je t'embrasse !

    RépondreSupprimer
  46. C'est beau, tous ces mots, je n'en rajouterai pas, lectrice silencieuse, comme les feuilles qui se détachent et se posent, je me pose parfois ici. Bonne nuit Veronica et merci pour tes visites sur Terre indienne...

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !