vendredi 16 septembre 2011

Mon tiramisaoul !


Pour faire un bon tiramisaoul !





Il te faut :



 Une pêche devine !
ou une pêche claire des bords de septembre, dans sa peau  ...
Une fleurette de crème fraîche +
Une louche de masque-harpon ( pour séduire ton aut' ... )


                                                 Monte-les, enchante-les, légère, légère !


De la glace deux sucres roux
Puis tu spécules-hausses le tout ...
 épiçant cannellisant croquant dorant le fond de verre  ...

Un doigt de rhum blanc ou brun hâtons goût ! pour la juste ébriété !
 tout est là dans la juste mesure ...

Le tiramisaoul est prêt !

24 commentaires:

  1. Cela m'a l'air délicieux !

    RépondreSupprimer
  2. j'aime tes desserts ! je garde un souvenir délicieux de ta salade de fruits !!!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, Veronica.
    Je bois tes mots roses et j'en oublie la recette...
    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. Ca y est ... j'ai tout bu sans reprendre mon souffle ...
    J'ai aimé le croquant coquin !
    Sol'n

    RépondreSupprimer
  5. M'essaie... un bel attire-amis-sous le signe de la gourm'hantise!

    Becsbecsbecs sucrés!!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Commee j'aime déjà ton tiramisaoul!!!dans l'ivresse de tes mots. Mais, je ne sais pas si je saurais spéculer! ...je ferais au moins monter...mes aut..chez moi, ils auront du boulot!!!! et, j'espère qu'ils seront enchantés..comme moi et qu'ils auront la pêche. Ton savoir-faire risque de faire recette..Avis aux spéculateurs!!

    Bi sous gourmands! Veronica, ma fine pâte hisse Hier

    RépondreSupprimer
  7. Cette fois l'histoire se passe dans le jardin-cuisine, le tire amis saouls se jardine en tablier rose...coupelle brouette...terreau spéculos...rhum arrosoir....
    Tu as vraiment la main......sucrée !!
    Bisous
    Myette :))

    RépondreSupprimer
  8. Je suis dans le jardin !!!!!!
    Enfin !
    Myette ;)

    RépondreSupprimer
  9. Les amis saouls tirent tirent le bon vin au Jardin ! Oh ravie de vos visites gourmandes et légères !

    Je suis en nid vrai d'âme oui ;..

    Bisous livrés pour vous ...

    RépondreSupprimer
  10. Le tiramisu a un p'tit air d'Italie ... Moi, je mets du café et du Marsala. Bien bon, bien onctueux-goûteux-savoureux. Quant aux pêches de vigne, je n'arrive pas souvent à retrouver leur saveur d'autrefois. Mais lorsque j'y parviens ... Huumm ! C'est tout un monde révolu, fait de menus plaisir et de longues après-midi ensoleillées qui me revient en mémoire. Où avez-vous fui lenteur et bonheur d'autrefois ?

    RépondreSupprimer
  11. Ah non !! ça va pas recommencer!!!de beau du bon !....eau à la bouche et sourire en coin ..je bave ,je salive!!!!

    RépondreSupprimer
  12. Sitôt saisi le tablier rose,
    la fée gourmande s'active et ose... nous tenter !

    Arrrrrgh ! un tiramisu à la pêche divine ! Je vous laisse l'eau de feu (hips !) et je spécule sur l'os... le croquant et le moelleux se marient si bien.

    Bisous slurps !

    RépondreSupprimer
  13. Miam mais ici ça sera tarte aux pommes ou prunes. Finies les pêches...

    Au fait dis moi en plus sur Femme-buisson d'Annie Salager. J'ai aimé l'extrait que tu as publié...

    RépondreSupprimer
  14. Trés sympa ce dessert ,demain ça sera une tarte aux pommes .
    Bizzzzzzzzzzzz

    RépondreSupprimer
  15. Caro,


    Annie Salager ( née en 1938 ), ne t'étonne pas qu'elle te plaise, elle a enseigné l'espagnol à Lyon, sa ville natale et traduit avec efficacité, dans cette langue, la poésie.
    Elle parle de "féminie" en ce qui concerne sa vision des contradictions de l'amour et de ses soucis organiques. Elle exprime d'instinct la force du désir, la solitude, la présence des enfants. Pour elle, la nature n'est qu'un décalque de notre corps.

    La femme-buisson fait partie de ses oeuvres essentielles, écrit en 1973.
    Mais plus récemment, avec une autre écriture, toujours fluide mais plus impersonnelle tu pourras lire d'elle Terra nostra.

    De ses Chants, voici un texte :

    " Sans cesse demeure et surgit

    Des paysages ont grandi au levain de la mémoire.
    Collines chemins blancs pigeonniers que ronge l'acide du rêve éclairés par l'affairement des envols subreptifs
    Les mains paysannes y ont taillé des pieux pénétrés d'hiver pour les clôtures que flaire une odeur de mort le long des herbages

    Ailleurs, des oiseaux aux formes d'étoiles, comblés de la mesure d'infini dispensée aux terres marines
    Où les jours plus longs que les nuits font trembler les pins au dessus des tombes
    Mais l'encre s'efface du reflet d'or que le regard n'a plus

    Partout les rumeurs descendent en créant des goulets d'odeurs
    Les soirs où l'air n'est pas défait du végétal et les faïences cassent dans le temps qui finit
    L'oeil écoute monter l'espace
    Tandis que sur le sol maintenant minuscule le corps a pris la dimension des paysages où il s'abîme. "

    RépondreSupprimer
  16. Elle vient d'où cette recette?
    Le mascaporne avec le spéculoos écrasé et la pêche croquante fondante. L'eau me vient à la bouche...
    Pour calmer les épices douces.
    (Un truc à retenir de tête pour les prochaines courses)

    RépondreSupprimer
  17. Sont-ce les vapeurs de ce tire amis saouls? Ce blog m'enchante.

    RépondreSupprimer
  18. dis avec l'accent brésilien,c'est tout de suite plus sympa :-)
    douce nuit

    RépondreSupprimer
  19. J'adore le tiramisu. Perso, je le fais au chocolat saupoudré en trois couches fines superposées - du Van Houten, c'est mieux.
    Votre idée d'un doigt d'alcool - mais dans quel sens, le doigt !? -, je l'essaierai la prochaine fois. Je ne doute pas que ce sera délicieux :)

    RépondreSupprimer
  20. simplement beau
    simplement
    sûrement bon
    le goût vient à te lire dans t'aime haut !!!

    belle journée belle

    RépondreSupprimer
  21. Tirs amis saouls

    C’est à désespérer des ligues de tempérance
    Depuis la prohibition et sa longue errance
    On pensait le mal éradiqué dans les foyers
    Mais il a repris de plus belle et fossoyait.
    Un abus de grapa pourrait il être la cause
    De ce qu’une patrouille a envoyé la dose
    Truffant un convoi ramenant une pauvre otage.
    Les GI ont donné là une forme d’ébavurage
    Et c’est un paradoxe apparent de viser l’ami
    Celui qui venu vous aider finit au tatami.
    Les sévices n’ont pour eux plus rien de secret
    Et c’est à des résultats rapides et concrets
    Qu’on leur demande d’arriver dans les délais
    Fusse au prix de ruines et de nombreux déblais.
    Alors les tireurs d’élite, les frustrés de la gâchette
    Ils s’en sont payés une tranche, une course de vachette
    Et gâchant des retrouvailles qui auraient du en fait
    Etre grandioses et pleines de joie, c’est par un méfait
    Qui vient incroyablement endeuiller le succès
    D’une opération longue à se dessiner, par un excès
    De zèle ni patriotique ni glorieux ni même défensif
    Qui ne doit pas donner au département expansif
    De motif de réjouissance sauf à croire autre chose
    Que le chemin de Damas n’est pas bordé de roses
    Et que par un hasard digne d’un roman vénitien
    C’est par des tirs amis saouls que se clôt le maintien D’un ordre factice qui jamais n’apportera la paix A ce pays dévasté et livré à une sécurité au rabais.

    écrit après qu'un garde du corps italien ait été tiré comme un lapin par des GI en Irak

    Thierry

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !