mardi 6 septembre 2011

Les échos liés ...

" Parfois un cyprès pousse en toi

Consentant
tu porteras fruits
Foudroyé
tu deviendras torche

Si tu plonges en toi
_feuilles branches confondues
Par-delà tout oubli
Tu transmues
En chant

Le vent
"




Au coeur d'Aime Haut, il y a la musique ... Craie-celle de vie ou piano-forêt, le jeu des mots qui parfois te fait "l'effet seconde peau" et les folies, bergère !
Feuilles de bal, balai-hier ...


L'écho des liés, l'écho des lianes, les échos liés, les échos-lierres ...




Bonne rentrée à tous ! Que l'année vous soit douce !

Mais parfois encore : faux nids, polis, corsés que tu entends revenir de loin ... Allez, loue ! Il y a ... ma symphorime ... qui te donne le la, te laisse par les "l'eau de ci haut de là" ...

S'ouvrir toujours grand, sortir de ses certitudes allant pêcher, rester en toile errance ...


" Ce qui peut se dire
ne se dira pas
Ce qui ne le peut
sera dit sans cesse
Quel jour quelle nuit
quel moment d'oubli
Surgi du tréfonds
le pur dit humain
Rompant les entrailles
à fleur de peau, d'âme
Transmuant tout désir,
en appel-écho
"


Aimes-tu, comme moi, quand tes chausses font des bruits d'osier, dans le silence du matin tout craquant de septembre ?
J'ai vu des miettes de pin sur l'herbe pyramidale des jardins qui se créent, j'ai entendu les appels soyeux des gorges enroulées ...

En faon de mon pays, tenons-nous l'âme hein !



J'ai, en craie dans mon coeur, un arbre sympathique et de l'encre-ruisseau pour le papier de vers ...
Je frelonne l'aime haut, j'abeillis à la voix qui chante ses corbeilles et quand je bâille fleur, rose, tu bâilles en choeur !


" Résonnent en nous les collines musicales
En nous l'inapaisable ondulation
Toute chose y parle sa langue natale
Toute chose confie ses secrets au coeur
Vibrent l'air et l'eau, bourdonnent les lauriers
Transparaît alors un dieu, là, tout ouïe

Dieu d'accueil, d'épousaille et d'eurythmie
"



Les plantes poussent mieux sur les routes sincères ...


" Voici le nouveau jardin
Si tu es en larmes encore
à toi il s'offre

Si tu ouvres les yeux
voici les iris
Si tu tends la main
voici les pivoines
Si tu répands ta chevelure
Voici, de senteur en senteur
Tous les sentiers de la fragrance
menant vers les herbes infinies
Vers la fontaine
jaillie du tombeau

Si tu as soif encore
A toi il s'offre
le jardin nouveau
"




En italique, les mots de François Cheng, extraits de ses Oeuvres poétiques.

13 commentaires:

  1. avec une telle invitation, la rentrée sera bonne !

    RépondreSupprimer
  2. L'hier pique... l'hier coeur...
    "Mais il dit oui avec le coeur
    Il dit oui à ce qu'il aime"
    Lierre aux couleurs d'ardoise et de craie
    "Et tous les problèmes sont posés"
    Les chiffres et les mots
    Les dates et les noms
    Les phrases et les pièges"
    Ardoises à effacer... crée l'à venir...
    Lierre vert tendre... vert amende honorée...
    T'aime haut bourdonnent doucement vers le tendre
    et s'efface le bourdon des écoliers...
    "Mais tous les autres enfants
    écoutent la musique
    et les murs de la classe
    s’écroulent tranquillement"
    Les autres murs aussi, se couchent en travers
    et deviennent des ponts
    chemin des échos liés, loin des buissons d'épines
    chemin libre et buissonnier bordé de mûres, école de vie
    "Et les vitres redeviennent sable
    l’encre redevient eau
    les pupitres redeviennent arbres...
    la craie redevient falaise
    le port-plume redevient oiseau."

    RépondreSupprimer
  3. Tu nous offres un nouveau jardin, où c'est Pâques tous les jours... des poèmes et d'aime haut délicieux cachés dans des O surprise, parmi les marguerites...

    RépondreSupprimer
  4. Ton jardin, Veronica, a l'âme buissonnière, j'y ai capté les échos-lierres, j'y ai mis tes mots-fleurs en bandoulière..pour en extraire l'essence-ciel..c'est un jardin où coule la source-rivière de ton coeur..comme il fait bon de s'y abreuver....tes symphorimes me font rêver..

    Plaisir de picorer tes mots et de ressentir cet élan vital qui se dégage de tes jolies photos..tes feuilles d'un vert tilleul sont si empreintes de poésie! Mélancolie sur le 1er cliché et frénésie sur le 2ième qui donne envie de danser!

    Oh! que j'aime le Jardin d'Aime haut!






    M

    RépondreSupprimer
  5. J'ai pleuré ce matin au réveil quand la brume envahissait mon jardin et que dans l'ombre épaisse je me suis perdue ...
    J'ai appelé une amie que je connaissais autrefois mais elle n'est pas venue ou n'a pas entendu mon appel ...
    Mais j'ai vu arriver à sa place, sortant de la moiteur de l'eau, une fée qui m'a dit :
    prends ma main, je t'offre un jardin libre et fantaisiste ou l'on fait l'école buissonnière
    et où l'on peut rêver couché dans l'herbe en se disant d'aime haut tendres et joyeux ...
    Je lui ai dit "j'arrive"
    Solène

    RépondreSupprimer
  6. Entre l'été soleil et l'automne flamboyant, ce jardin offre à l'écolier un chemin à son nom, le bois de naissance de ses crayons de couleur et de ses cahiers neufs, un espace de liberté où les lettres et les chiffres dansent en coeur...

    RépondreSupprimer
  7. Nous entrons de plain pied dans le royaume des mots, échos loch alizés,il faut tendre l'or raye
    pour père se voir et sans être chauve on sourit, elle est bat la vie ici, il faut que je m'habitue
    ce qui est suggéré l'est bien
    merci véronika

    RépondreSupprimer
  8. J'ai bien fait de suivre la poulette or-ange!
    Elle,la des-mots-niaque, m'a conduite dans ton jardin....pour y cueillir du romarin....
    Gentil coq-licot Véronica
    Gentil coq-licot Nouveau!

    Becsbecsbecs!!!!

    RépondreSupprimer
  9. La plume de ton plumier , comme l' écho-lié sur le souffle du vent s' est posée dans mon jardin ...tout près de ma fontaine...
    Merci pour ce cadeau nouveau
    Instants bonheurs ...:-))
    Je te baille des bisous coeur

    7 septembre 2011 20:31

    RépondreSupprimer
  10. Avec tes aime haut ... les écho-liés ne peuvent avoir eu qu'une bonne rentrée :)
    La toute première pour ma houpette qui prend un nouvel envol.
    Je suis triste dans cette période "révolue" ...
    Je suis la nostalgique revendiquée qui aime la complainte ...
    Je voudrais moi aussi que le temps suspende son (en)vol ...
    Je ne veux pas aller vite ...
    Je ne veux pas que cela aille trop vite ...
    Je veux retenir la fleur avant de souffler dessus pour qu'elle s'envole vers sa vie ...
    Pourquoi suis-je si attachée ? ...
    C'est grave Veronica ?
    Merci pour tes "M'HAUTS" ...
    Heureuse qui comme Ana a retrouvé sa poétesse ...
    Un vraiment beau voyage en ta compagnie ma douce amie ...
    Et je sais que c'est avec plaisir que tu recueilles "t'aime haut" enfin nos mo (d'ailleurs, reviendront-ils tes petits bonhommes verts ... ?)
    Tu vois la nostalgique qui parle ....

    Bisous POUR TES M - O

    Ana

    RépondreSupprimer
  11. J'aime ces échos liés pleins de fraîcheur et de vie, encrés sur nos pages et nos mains et notre terre. Ils disent parfois non avec la tête, mais oui avec le coeur ! Belle nuit, jardinière, demain île feu rat bô.

    RépondreSupprimer
  12. Véronica, bonsoir

    Quel plaisir de venir s'asseoir à nouveau à côté de toi.
    Je retrouve le goût de tes saveurs, si parfumées en cette rentrée
    Je retrouve l'écho de voix lointaines et proches .
    Je retrouve ce que l'on trouve rarement ailleurs: l'unisson des voix qui pénètrent jusqu'au fond de soi.

    Dans un jardin qui s'ouvre...

    Merci beaucoup.
    Pour tout
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer

Je recueille t'aime haut et te lis bien et beau ...
Merci pour ton charme en passage !