mercredi 24 août 2016

La chaleur du tant ...

La chaleur du tant dresse nos efforts ...

La chaleur du tant qu'il nous reste à vivre, à nous souvenir des étés or-or, quand nous nous levions la fille Eve au corps.
La chaleur du tant qu'il nous reste à croire en l'homme de bon, qui œuvre d'amour, marche des pas-paix.
La chaleur du tant qu'il nous reste à prendre les saisons qui viennent, mi-août-amitié, sans nous retourner.
La chaleur du tant qu'il nous reste à voir les yeux grands trous vers les puits de soleil, la gamme aube- bleue claire.
La chaleur du tant qu'il nous reste à dire je t'aime mon frère, ne t'endors pas tant que tu peux donner : ton pain, ton sourire, ton bras et ton temps.

Veronica B, Autour de mon âme, 17 août 2016.


vendredi 19 août 2016

Regards ...

J'ai vu le vrai soleil dans les yeux de ce père qui venait d'apprendre sa fille soignée de son cancer ...
J'ai vu le besoin de parler, de dire, de rompre solitude dans les gestes de cette femme qui m'avait reconnue après toutes ces années ...
J'ai vu sa gêne heureuse et sa fierté pudique quand elle m'a présenté sa nouvelle aire de rive ...
J'ai vu sa joie solide quand, de sa petite main, elle a glissé, bien sûr, le présent dans la mienne ...
J'ai vu l'oiseau blessé dans le bain de ses mouches, prenant consolation au gré des mes bras-sœurs ...
J'ai vu cette fureur de vivre et de survivre et de se relever et encore et encore qui ne nous quittera pas ...

Et toi, qu'as-tu vu ?



dimanche 3 juillet 2016

Gratitude


Merci pour l'été, l'automne, l'hiver et le printemps
Merci pour la route retrouvant son chemin
Merci pour ma fille qui me revient de loin
Merci d'être fidèle à nos libres chansons
Merci pour le refrain que tu connais par ( le ) cœur
Merci d'être la venue qui n'oublie pas les roses
Merci pour ton parfum que tu glisses en passant
Merci pour la constance qui chante dans ton nom
Merci d'avoir pensé à nos années de rire
Merci d'avoir aimé mes mains qui se hâtaient de te dire la joie
Merci d'exister cette tendre présence
Merci pour les leçons et les signes de vie
Merci de croire encore que tout reste à venir
Merci de rappeler le temps où nous rêvions ...
Ensemble.

Veronica B, 28 juin 2016.

samedi 18 juin 2016

dimanche 10 avril 2016

Regarde la Nature, comme elle te dit la Vie !

Aube Haut Printemps
Fleurs qui japonnent
En Rose Pompon
Nos cœurs risonnent !

( Néo logis, fais ton ménage de printemps et sois heureuse ! )

Beau printemps à tous et toutes !


samedi 5 mars 2016

Tu peux aimer encore ...

" Après avoir souffert, il faut souffrir encore. Il faut aimer sans cesse, après avoir aimé. "
Alfred de Musset, in Poésies Nouvelles, La nuit d'Août.
 

Oui, ça t'a fait du bien de l'écrire, sur le mur de ta vie.
"L'amour est mort".
Tu as fait le deuil de ton histoire, l'a menée jusqu'au bout de ses possibles,  consommée, maintes fois colmatée, à coups de mensonges et taloches grossières, et de vraies fausses croyances, il n'y avait plus rien à vivre entre vous.
Tu t'y étais accrochée comme branche fragile, suspendue au vide d'une voie sans issue.
Pourtant, dans tes songes, par le petit espace qui se fissurait, le voyais-tu, il te visitait en corps, cet amour mort et invisible.
 Il te gargouillait l'intérieur, te fermait l'horizon.
Il t'en pêchait le cœur.
Mais tu savais le reconnaître et ne plus t'y soumettre, vite chasser l'esprit pour te rendre à ta vie.
Pire que la mort, tu étais devenue ... indifférente. Du moins te semblait-il.
Tu portais un grand rien. L'amour, cet étranger.
Faire le guet des couleurs.
Il reste du bleu, il reste du bleu, je le vois au bout de ma lettre ...
Enroser une horreur. De celles indicibles qui nous révoltent tous.
De l'air, de l'air !
Le mur de ta vie était-il aussi gris que la pierre, aussi lourd qu'une tombe.
Fais rouler ton rocher.
La pierre pourtant me disais-tu, elle était noble et solide, indestructible, elle nous survivrait.
Les maisons ne sont pas nos maisons, c'est pour cela qu'on les appelle nos maisons.
Flooooooooooooo, flooooooooooo.
Il y a toujours un autre souffle qui glisse entre les lignes, qui succède à la tempête.
Gober le vent léger.
Etre une attachée libre.
Accepter les saisons et ce qui nous dépasse, qui n'a pas de raison.
Rends la grâce à toi-même.
Non, le ciel t'habitait, une maison d'offrande attendait ton regard, que tu lèves la tête et ne te courbe plus.
Redresse-toi ma sœur, vois comme le monde est beau et le geste possible.
Ouvre tes mains en marche.
Egrène la beauté.
Regarde ce que l'homme, dans son humilité, peut donner au silence.
N'aie pas peur.
 
Servanne-Veronica B,  5 mars 2016. Quand on n'a que l'amour.
 

dimanche 28 février 2016

Son coeur est plein d'émaux


 
à Béatrice,
 
Son coeur est plein d'émaux
Emotions et ruisseaux
Barques douces et matins
Chateries en son sein
Pur comme un loup dormant
C'est l'émerveillement ...

Je voulais vous le dire, mes amis, mes Aime Haut
Je pense à vous souvent.

Et ce nouveau parfum
Bleu comme un coeur d'enfant
En sa main des volcans
Qui vont s'insinuant
Dans son âme de feu.

Son coeur est plein de voeux
Nus comme des yeux clairs
Quand ils longent le ciel
Sur la dune de mer.

Je voulais vous le dire, mes amis, mes Aime Haut
Je pense à vous souvent.
 
Soleil
Je le devine bien
Dans le coin de ses yeux
Sérieux
Fleurs de doute et d'ombre
Rigoles d'eau
Le ciel 
Diamant et  pleureux

Son coeur est un jardin ...
 

Veronica B, Tiré de " La femme aimante ".
 
 

dimanche 29 novembre 2015

In memory of 13 novembre 2015.


Les yeux

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l'aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux
Et le soleil se lève encore.

Les nuits plus douces que les jours
Ont enchanté les yeux sans nombre ;
Les étoiles brillent toujours
Et les yeux se sont remplis d'ombre.

Oh, qu'ils aient perdu le regard,
Non, non, cela n'est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu'on nomme l'invisible.

Et comme les astres penchant,
Nous quittent, mais au ciel demeurent,
Les prunelles ont leurs couchants,
Mais il n'est pas vrai qu'elles meurent.

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts à quelque immense aurore,
De l'autre côté des tombeaux
Les yeux qu'on ferme voient encore.

René-François Sully Prudhomme ( 1839-1907 )

dimanche 6 septembre 2015

Le pouls de septembre ...


Mes chers amis,

Le temps de septembre est revenu sous les chênes.
Le jardin, quand il me prend dans ses notes fougère, me rapproche toujours de vous, âmes sues, âmes soeurs.
Vos espaces et le ciel unissent leur axes, en un retour disant.
Et je viens vous la dire, cette pensée de vous.
Au pays des douces heures, le pas sent mycoflair et la blonde lueur.
J'aime cet autre tant. Qui invite à nous tendre. Hâte.
Je marche dans son coeur.
Tout au pré de ma vitre, l'éléagnus en fleurs, embaume l'air du soir, son parfum chaud éclaire.
J'aime cette fraîcheur où traîne un été finissant.
Car tout est parmise.
Tout se rend parme.
Plus doux, plus raisin.
La raison s'abandonne, la vie change de couleur.
Une nouvelle tapisserie intérieure... Elle est comment la tienne ?
Les volets s'ouvrent grand, entrez donc Soleil, vous pouvez maintenant.
Une petite laine, une peau de lumière.
C'est l'ambre douce.
Les parfums changent.
Comme un temps d'arrêt avant le grand départ.
Et toi, tu te prépares ?
Il y a du mystère dans l'air, du lent et de l'art.
Du beau, de l'espérance.
ça sent l'amour et la rose.
Le baiser à l'enfant.
La femme en herbe qui s'envole haut, vers l'avenir.
Les bras s'allongent, le coeur marri pour tant est clair.
ça pousse loin.

" L'amour, c'est la respiration qui s'apaise. "

Veronica B, 6 septembre 2015, in Marie de Septembre.



samedi 30 mai 2015

Roses de mères ...


Je pense à vous mes amies

Aux femmes
Aux fillettes
Aux mères
Que vous êtes
Votre corps et votre esprit
A vos mères
De sang ou de cri


Je vous offre mes roses, celles ( au vert ) de mon jardin qui se joignent à mon coeur
Pour vous fêter
Vous honorer


JE VOUS AIME


MAMAN ...


Belle Fête à toutes les Mères !


lundi 27 avril 2015

Mon jardin de campagne-nid


Mon ami(e)
Mets ta jupe d'amitié
Je t'accueille volant t'y es
Au jardin de campagne-nid.

On rira sous les lilas
Et dirons d'abutilons
Tous les secrets de la vie
Et lalali et lalala.

Hauts parfums d'antres amis
Fusains, deutzias et buddléias
Toutes les roses de nos ris
Feront, nous charmant, la liaison.

C'est en précieuse libert'haie
Que papillons en chantres iront
Tout tendrement emmielleront
Nos fleurs marries, doigt de muguet.

Mixed border de vérités
Se feront coude et vent léger
Printemps sera notre saison
Variétés pour s'abandonner. 

( Au banc donné, or variété de floraisons, bourdons d'amitié et buissons de fée )

Là où l'oiseau en virtuose
Pour nous filera ses musiques
Animera les branches roses
Ensoleillant nos coeurs rustiques.


Veronica B, C'est au jardin de campagne-nid, Avril 2015.


vendredi 3 avril 2015

Quelques mots d'Amour ...

Mes bons voeux de Pâques, dans un panier n'oeuf, pour vous mes amis, que je n'oublie pas ...


Je viens de redonner vie à un vieux cognassier du Japon rose-pourpre, de son nom latin chaenomeles, oublié au fond du jardin, étouffant parmi les ronces et les herbes folles ...
Je l'en remercie, le voir sourire de nouveau est un cadeau du Ciel ...

Je le trouve harmonieux, aérien et gracieux, messager et chantre de la saison des chants d'oiseaux ...

Il fait rayonner tout jardin ! Laissant passer les nuages, rendant grâce au matin ...



Il est comme nous, on le délaisse parfois, on oublie de l'entretenir ... il prend de l'âge, seul dans son coin, mais au fond il garde de la jeunesse et du beau, de l'envie de vivre surtout ! Lui qui dit si vivant et si délicat ... le printemps renaissant !
Comme moi, il préfère l'amie ombre ... pas de trop de soleil direct mais le bonheur du juste milieu ...
Doucement je l'ai soigné, comme il le méritait. C'est un épineux caduque mais il ne m'a pas piquée le gentil ...

Mais comme le don appelle le don, j'ai décidé de planter un cognassier blanc de l'autre côté du jardin, une petite soeur quoi ! :) tandis qu'un millepertuis bien jaune mignonnera à ses côtés ...

 ( photos prises sur le net )

Désolée, je n'ai pas de photo "perce haut" pour le moment mais je sais que vous avez beaucoup d'imagination ;)

Et toi, que me dis-tu de beau anse printemps et panier nouveau ?

Joyeuses Pâques à chacun d'entre vous !

Joie Paix Présence en vos coeurs ...

Veronica

jeudi 26 février 2015

Le gris Claire ...


Le gris Claire


Ma fille, quand tu es loin
J'ai envie d'ajouter ta couleur
A mon blanc intérieur ...

... Rempli de ta lumière.

Ta teinte douce sur mon coeur
De mère.

Veronica B, Eau Claire de ma vie, 26 février 2015.




lundi 26 janvier 2015

L'effleur de confiance

Mon Ami

Je suis venu à toi pour me laisser toucher avant de commencer ma journée.
Embrasse-moi de ton regard quelques instants.

Permets que j'emporte au travail l'assurance de t'avoir toujours à mes côtés, mon Ami.

Emplis mon esprit de ta musique pour qu'elle perdure dans le désert de la cacophonie.

Laisse les rayons de ton amour réchauffer le sommet de la montagne de mes pensées et s'attarder dans la vallée de ma vie où mûrissent les moissons.


                                                                         ***

Rien n'est totalement perdu


Je sais que cette vie-ci, même si elle ne s'est pas accomplie dans l'amour, n'est pas totalement perdue.

Je sais que les fleurs flétries au crépuscule et que les rivières s'égarant dans le désert ne sont pas totalement perdues.

Je sais que les retards accumulés en cette vie appesantie par la lenteur du temps ne sont pas totalement perdus.

Je sais que mes rêves avortés et mon chant retenu viennent effleurer les cordes de ton  luth et qu'ils ne sont pas totalement perdus.


in De l'aube au crépuscule, Rabindranath Tagore, Prix Nobel de littérature. Traduit de l'anglais par Laurence Fritsch. 



mercredi 21 janvier 2015

Les flammes en rose et les vers mail ...



Quelques vers qui me viennent, comme râpés, en écoutant Le "Pays d'Alice " d'Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino que je vous invite à découvrir en ce beau CD, sorti en novembre 2014, où le rap et le jazz se fondent "merveilleusement" ...




Carole n'est pas arrivée au pays des vers mail
Elle est tombée dans un grand trou
D'amour
N'a pas pu finir d'écrire le latin à son oreille
Ni ses cartes de voeux nus
S'est trop précipitée
Longtemps doucement
Ne pas courir trop vite
Doucement les efforts
Râper la poésie comme on pèle l'orange
Avec délectation, par faim de précision
Elle glisse
Lève
Hisse
Une bombe
Pour peindre sa passion
Doucement elle s'emmêle
A courir parachute
Le jardin des mares
Eau
Paye
Rat
Un goût de poudre
L'autre prend peur et fuit
Elle court encore
Les flammes en rose
De plus en plus dort
Elle dort ...

Veronica B, in Le rêve d'Haut, écrit le 2 janvier 2015.

jeudi 1 janvier 2015

Les voeux nus

La lumière de ton intérieur
et de t'aime haut
Comme voeux nus
Irradie les ombres de mon coeur
Ami(e)
Le collier de tes fleurs qui couvre
Mes épaules
Parfumé au bahut
De ton bois de "être"
Préchauffe doux mon corps
Pour les trop froides heures qu'il faudra endosser
Encore
Tu sais remplir l'espace
En ouvrant des aurores
Donnant de toi, donnant de vrai
L'an fort et
La bonne chaleur que nous souhaitons à tous ...
Impalpable aimant
Un coffre tout modeste où la poupée voyage dessus dessous la terre le plus long des voyages chapelle solitaire petits ours solaires reposent en paix-nuage ...
Tes mots sont un hameau où je pose, muette,
Ame-eau
Mes doutes vertigo
Ce qui sourd des yeux après le chant-alouettes ...

Merci d'être voeu nu
Sans fard sur la peau
Quand je boiterai dur
Je boiterai au trot !

Un coup de pied au coeur !

Le sourire à la rive enrosée de tes mots ...

Veronica B, Les voeux nus, 1er janvier 2015.



Belle année 2015 à chacun d'entre vous, mes amis !

De tout coeur.

Veronica


samedi 20 décembre 2014

La parole douce

Ce que j'aimerais te dire ...
Juste à la mesure
De ton coeur audible
Un mot à l'or-oeil
De nos âmes 
Photosensibles 
A toute talure ...

Donne-moi un mot taie
Que je dorme en paix
Dans la paix du cri
Sur le souffle d'eau
Un mot alacre et ...

Un mot taie qui vibre 
Doux comme l'anneau
Enfleuré de Bach
Un mot pour un mot ...

Juste à la hauteur
De nos choeurs sensibles
Le mot d'une fleur
Qui prie le repos ...

Un mot taie
Un mot tien
Un mot pour le soir
De nos renversoirs
Un mot pour le jour
De nos abat-jours ...

Relève mon jour 
De ton mot d'amour !

Veronica B, 27 décembre 2014.


mardi 2 décembre 2014

Promesse ...

"La fleur ne vaut pour moi que comme une promesse de fruit." 
André Gide, Les nourritures terrestres.


Je ne suis là qu'en pointillés mais ...

Un jour je reviendrai

Mieux vous voir
Croyez-moi
Du haut de mon échelle
Tout au fond de vos coeurs
Lorsque j'aurai le temps
Il heureux viendra ce tant
En automne au printemps
De vous émerveiller
Encore
Et de goûter toujours
A vos doux univers
Si familiers et chers ...
Je vous ferai un bon
Ramassage solaire
Art-roseraie au vent
Dans le crumble de feuilles
Et d'aime haut pour le dire
Vibrer nos pages blanches
Et danser nos sourires
Mes amis ...
J'ai beaucoup à vous dire
Je garde tout dedans
Et comme un avenir
Partages fructifères
Nous cueillerons présent ...



mercredi 19 novembre 2014

Label vie !

La grande fois que j'ai ode dedans
Quand je marche
Mon adoré(e)
Dans cette ville-toit que je ne connais pas ...
Sur le chemin qui m'appelle
Au quotidien
Où que l'on soit
Tu ouvres mes pas
Me rends meilleur(e)
Dans cette ville-nous que je connais par coeur ...
Les couleurs des gens
L'odeur de la vie
La belle
Les terrasses de tes ris ...
Comme j'aime ton sourire de sauge 
Et ton oeil qui me redarde !

 Veronica B, 19 novembre 2014, Tant que tu trouveras l'aime haut pour le dire.


dimanche 9 novembre 2014

Coeur de meuf

En observant une file indienne ..." Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas " me disais-je ...


Tremble aimant

D'elle
Ivre
Et
...
Je suis un tremble aimant
Une s'Eve à son arbre
          Je vais timidement            
Chaque jour
Vers le marbre
...

D'
Or
Me
...
Je suis vraie, c'est tout.
Et toi, suivras-tu ?

mardi 21 octobre 2014

Hausse soleil de ta voix ...

Nous méritons toutes nos rencontres, crois-tu ?


J'ai aimé les trésors "hausse -soleil" de ta voix ...
J'ai aimé les roses pudiques qui ne faisaient pas d'ombre à l'écho de la mienne ...
J'ai aimé ton eau vraie qui coulait "hâte-tue-tête" et en toute confiance ...
J'ai aimé tes redires à demi blancs à demi noirs, tes accroches enfantines ...
J'ai aimé les mots nus, trop lourds, que tu taisais ...
J'ai aimé tes reflux vers la timidité et les replis connus dans ta cachette lente ...
J'ai aimé ta colère si douce avant le rire ...
J'ai aimé ce silence perdu au fond d'un verbe ...
J'ai aimé le soleil qui montait sur ton doigt ...
J'ai aimé l'opercule que tu ouvrais pour moi ...


J'aime la relève que je prends au pas vert de tes mots ...
J'aime, qu'avec moi, tu passes du coq à l'âme, petite poule d'or ...
J'aime, de si loin, naître si près de toi ...

 Conversation entre amies, in Pour s'endormir de foi, octobre 2014. Veronica B.

 Mes chères âmes, n'oubliez pas, mon coeur est près de vous, empensé de vous dans une autre vraie vie ... 


mardi 23 septembre 2014

Je n'ai pas vu venir l'automne ...


Je n'ai pas vu venir l'automne.
Fraîche après l'été, la maison prend des odeurs de grand-mère, je trouve, et j'aime.
Les feuilles, tout doux s'aimant, jaunissent et parlent au gré d'un petit vent. 
Quelques roses rôtissent dans les souffles charmes en ...
La salle d'haut garde encore pour quelques ors heures sa fenêtre grande toute verte. On aime ou pas. Le chêne glande beau jusqu'au dernier soleil. 
Elle est belle, elle me plaît. 
Son sourire est vivant.
Le gris de ses cheveux, le sud de sa peau, et sa gêne harmonieuse ...
J'ai promené Nina, mon ombrelle à pois bleus, dans les débuts d'ormes-eaux allongeant le chemin ...
Arrivée par le ciel, femme damée d'élégance en son sourire clair, jeune en corps et fille hier, belle Dana toux-coeur a épousé ma marche et ouvert ses fraîcheurs, ses projets, ses misères et ses chagrins de mûres, comme seules les fleurs savent l'offrir et le flair et ... Là nous avons tourné, ceinturant l'eau touchée, les histoires naissent, hantent sous le jour elfes, fées, mères ... et remplissent le soir.
Une liqueur de noix, tard tatinée, les pommes, la table de cuisine, puis cette autre recette, par faim de l'inconnu.
 La gorgée de septembre sur la langue qui goûte une langueur de choix.
La vie qui nous balance.
L'important est-il de faire de belles choses et d'être compris des amis qui nous aiment ?
Je n'ai pas vu venir l'automne, il est là, je le sens, je le choisis, je la suis, pour une autre saison ...

Veronica B, Extrait de Plaisante, aimant. 23 septembre 2014


mercredi 10 septembre 2014

L'élan de mains

" Comme un jardin de pluie ample lu beau ... "

L'élan de mains ...
C'est vous faire un signe, du bout de  doigt, fondu dans le coeur.
L'élan de mains, c'est garder confiance, qu'on fiance ou pas la fleur des élans ...
L'élan de mains, c'est, bien sûr, le mien mais c'est aussi le tien, réciproquement.

Ne crois-tu pas que l'élan de mains vole bien plus haut que les souvenirs ...
L'élan de mains, c'est dire, en ce jour, que l'amitié est, que l'amitié court
Quelle que soit la fleur, quel que soit l'atour d'aime haut pour le dire
Son aile en demain, son élan de jour ...

Veronica B, 10 septembre 2014, Pour l'élan de jour.


mercredi 6 août 2014

Année surannée

 " Comment peux-tu vivre vivre sans moi maintenant que tu me sais " 


Année surannée
L'âme et l'ancolie
Sentent le col chic
Et Saint germa des prés
Je danse toute seule
Libre dans ma tête et douce aux souvenirs
Valse en cils
Où êtes
Vous ?
En faon de ton jour
Chaque fois jamais
Des mots et des
Sommes de nos voeux
Pis eux
Que feront-ils donc 
De ce temps caduc ?
Les fouilles tombées
On ne cherchera plus
A creuser les mots
Reste le grand seau
Rempli du parfum de l'eau de tes joues
Comme un gant sourire
Lettres ou pas lettres
Ecrire ou quitter la robe d'Aime Haut
Avec une faim à damner le beau
Année surannée
Pousse long vers l'an
Dans les rêvosées
Once rêvera
Encore
...

Veronica B, 6 août 2014




jeudi 24 juillet 2014

Le coeur est clair ...

( Nina dort, mon trésor )

Mes amis, trop longtemps sans vous donner de mes nouvelles ...
Je pense bien à chacun, chacune d'entre vous.
Je vous espère en bonnes sentes et ... que votre chemin de vie continue long et doux malgré l'air mou et les rondeurs parfois ...
Mais le coeur l'éclaire ... et la vie, heureuse mante, vient l'heur et chauffer.

" Comme il était doux, ce signe d'ailes
Moine heur du choeur des landes,
Hochant, m'a caressée ..."

Le coeur-éclair
Au loin les doutes
Le parc beau du coeur ...

J'ai la joie de vous présenter Nina, recueillie au pré de moi il y a quelques semaines maintenant, elle a repris des forces ... pour notre grand bonheur à toutes les deux ...

( On ne se quitte plus, Nina prend le métro ... )
S'aide-moi et le Ciel t'aidera ...

Bien à vous, je serai heureuse de vos nouvelles ...

Veronica, le 24 juillet 2014.

mardi 10 juin 2014

Entre vous, émoi ...

 Racines, élaborant le chêne ...
Vous êtes comme des radiographies de quelque chose en nous .
...
Sur la page blanche
Tombe une fourmi
Avec peut-être des ailes d'ange.
...
S'improviser un réseau de racines
Qui relierait entre elles toutes les racines ?

Eugène Guillevic

 
( Les grandes baigneuses, 1900-1905, Huile sur toile, Paul Cézanne.)

Cher ami(e) derrière ton écran, toi qui pianotes vers moi et réciproque aimant.
On commence à se connaître un peu, du moins j'aime à le croire, après toutes ces années.
Cézanne est quoi ... " Je suis le primitif d'un nouvel art" a dit Paul Cézanne.
Ou l'art de s'apprécier dans le virtuel, de se respecter, de se visiter, de se cultiver, de se renouveler.
Je suis toujours émerveillée  (oui le mot est exact, il n'est pas trop fort, il effleure même ) que l'on puisse se retrouver en humanité, sans même se connaître. Pauvres humains capables de se donner du bien, du bon, du vrai, dans cette société qui isole souvent, n'est-ce pas marvelous !
Qu'en serait-il si nous nous connaissions.
Ici, il n'est qu'à pousser la porte, d'ailleurs elle est toujours ouverte sur coeur.
Oui, toi es moi, ou presque.
Qui s'heureux semble s'assemble ?
Comme un sas humble ou se retrouver. De nuit comme de jour. De tristesse comme d'allégresse.

Il m'arrive de penser à vous, quand je regarde mes fleurs, me croyez-vous.
En tout cas, on pourra dire : toi et moi, on aura passé, en se regardant. Passant, se regarder.
Pour s'heureux garder, c'est peut-être autre chose, on change si souvent, on s'émeut, oui on s'aime heu, puis on mue, parfois on s'oublie, c'est d'homme âge, pauvres hommes, hume haine condition ? mais la consolation, c'est le pardon, et le ciel bleu c'est l'Espérance qui nous est donnée ...
La joie de vivre et de le savoir !

Veronica B, 10 juin 2014, à vous qui passez sans me voir ...


samedi 7 juin 2014

As-tu vraiment bon caractère ?


Tu n'as pas très bon caractère
Après tout, qu'est-ce que ça peut faire !

Aurais-tu des "p'tits- à-côté" qui m'invitent à te pardonner ?


Sans faire d'ictère, sans même aiguiser ta colère, après tout qu'est-ce que ça peut faire, petite cache aux tiers, si je t'aime au delà des guerres, tu n'as pas très bon caractère, changeante, austère, esthète en l'air ! tu n'as pas très bon caractère et moi je suis un frais mystère !

Saurais-tu me parler de ton caractère, allons fais-toi le plaisir des mots en "ère" ( ou maudits hiers ), 
mon ami(e) ...


mercredi 4 juin 2014

La rose égale ...


Je suis devant la fleur 
Que je ne nomme pas.

Elle attend
Et j'ai du plaisir

A la voir qui se tend
Vers ce qu'elle doit être

*

Quand on n'a pas le goût
De saisir le jour,

La rose elle-même
N'est que du végétal.

*

Crois-tu
Que pour en arriver là,
Pour ainsi s'épanouir,

La rose n'a pas dû souffrir ?

*

Rose,
Regarde-moi.

Ce n'est pas
Que je sois seul au monde,

Mais toi,
Toi.

*

A rose égale,
Soleil égal.


Eugène Guillevic, 1989, Composition végétale.


samedi 31 mai 2014

Je dors dans ton silence

Je dors dans ton silence
Et le couchant demeure aux crêtes des vivants
Les regrets sont bannis 
Car au coeur de la nuit
Quand tu m'as visitée d'une plume veilleuse
Les oiseaux ont marché
Des faisans au soleil
A la cour du vent
Berceuse harmonieuse ( faire la diérèse )

Je dors dans ton silence
De ces éclats d'offrir en langue de voix
You
Qu'on se donnait souvent
Tu connaissais si vrai la montre du ciel ( faire la diérèse )
Mes pas d'or sur la taie
Hâtant la joie-hibou
Celle qui réfléchit se pose sagement
Pour confier vérité

Je dors dans ton silence
Et le couchant demeure au secret des vivants
Sur la table rongée
Par la vie alitée
Une lampe s'allume, un livre se réveille
Le chêne crie victoire
Au petit geai fier ( faire la diérèse ) qui avait moucheté des graines pour l'hiver
La mélodie commence
Un écureuil roux se couche avant l'été ...


Veronica B, La nuit visitée, 31 mai 2014


mercredi 2 avril 2014

Le Jardin d'Aime Haut s'endort ...

 Chers ami(e)s d'Aime Haut

Tout doucement, tandis que le printemps revient, il semblerait que le Jardin se soit endormi ...

Je n'alimente plus beaucoup en billets, pas de photos récentes à offrir, je visite mes liens avec moins de méthode et je ne chasse plus ...(sourire) Je dois me rendre allée, vie, danse ...
Une autre page se dessine avec le départ et l'absence d'êtres aimés qui ont peuplé et animé ce même lieu, un vrai jardin qui m'avait inspiré le nom de cet espace (que parcourait du soir ad orée toujours à mes côtés un animal adoré ...) qui s'est refermé lui aussi sur un autre lieu de vie à découvrir, créer, aimer haut ... 
Aussi, je le sens au creux de la toute petite voix, ne voulant pas tomber, revenir ou demeurer dans la nostalgie ( par les photos, les mots qui tous me rappellent ... )  il est temps pour moi de vous faire mes hauts revoir, en vous disant bien combien j'ai aimé vous connaître, partager le long de ces mois, avec chacun, chacune d'entre vous ce qui nous tient le plus à coeur, en notre belle et unique complicité. Je ne vous oublierai pas.
Je reviendrai sûrement un jour cultiver l'enthousiasme et l'amitié. Autre étang, autre lieu ?

Je vous embrasse dans la paix, la joie et la fraternité. 

Merci.
Bien à vous.

Veronica B, le 2 avril 2014.



samedi 29 mars 2014

La d'âme aux camélias ...



Proverbe chinois :

Une femme ne loue jamais sans médire



Proverbe indonésien :

Dalam laut boleh diduga, dalam hati siapa tahu ?

La mer profonde laisse entrevoir ses abîmes, mais qui peut sonder le coeur d'une femme ?



mercredi 26 mars 2014

Un vers d'Haut

Etre sur la bonne langueur d'ondes ...


Dans le jardin
Un miroir d'Haut
Pour arrondir l'enchantement

Le coucou rêve d'un air celtique
Son coeur est valentine pour la paille divine.

La voix était fidèle
Dans le jardin
     Un verre d'eau ...

Il lui disait :
"_Tu fais de belles chaises dans ton petit coin !"

Veronica, in Le miroir, un verset.



dimanche 23 mars 2014

Joie de verser ensemble ...



Converser :

Boire et confier
Ensemble
Allo qui nous anime

Hangar
Qu'as-tu stocké pour moi
Manne-hymne et
Porte-ave

Un avion qui se perd
Dans l'eau
ô Mal de mère

Bonjour mes amis, quel plaisir, vous, heureux, trouver ... vos mots ou vos silences.

Comment, que converses-tu, toi ?
Cancan verses-tu ?
Tu vas bien ?

Les mots heureux viennent toujours après la peine ... et la joie ensoleille la vie ...

Verset
D'âme
A l'Haut

Tu es reconnaissance.


Dans ton coeur, as-tu fait le printemps ?


Veronica B, in L'heure trouvée pour vous, 23 mars 2014.


( quand j'étais genêt-rose ... )

mardi 4 mars 2014

Les saisons nous merveillent ...


Sachant qu'elle nous sera ôtée,
Je m'émerveille de croire en notre saison,
Et que nos coeurs chaque fois
Refusent l'ultime naufrage.
Que demain puisse compter,
Quand tout est abandon ;
Que nous soyons ensemble
Egarés et lucides
Ardents et quotidiens,
Et que l'amour demeure après le discrédit.

Je m'émerveille du rêve qui sonde l'avenir,
Des soifs que rien ne désaltère.
Que nous soyons chasseurs et gibiers à la fois,
Gladiateurs d'infini, captifs d'un mirage?

Les dés étant formels et la mort souveraine,
Je m'émerveille de croire en notre saison.


Saison des hommes, Andrée Chédid.


Ne laissons pas nos yeux d'or se faner ...
Mes chers amis, continuons à nous émerveiller de vivre, tout simplement.
Je vous laisse un peu, le temps de rendre grâce au jardin, de lui faire le printemps, haie merveillée ...
Je viendrai vous lire tout doucement.

D'une ellipse gracieuse, les saisons nous merveillent ...
Les saisons qui reviennent merveillent les hommes, passagers solitaires, amoureux solidaires en nature généreuse, qui cherchent l'harmonie. Le printemps qu'on attend est un chemin de Vie, oui il nous est merveille.

A bientôt
Avec mon amitié toute roses.

Veronica.


samedi 1 mars 2014

C'est quoi la mort ?


" Vous voudriez connaître le secret de la mort. Mais comment le trouverez-vous sinon en le cherchant dans le coeur de la vie ? " 

Khalil Gibran

C'est quoi la mort ?

Mon ami(e), j'aimerais connaître tes mots à toi pour me dire les choses de la Vie ...